En 2007, la mode devient ecolo

Les balbutiements de la mode équitable sont devenues une tendance réelle que suivent de plus en plus de consommateurs. Zoom sur les dernières innovations en la matière...
La tendance, les modes viennent de bien plus loin que l'on puisse l'imaginer, bien loin de s'inspirer de vêtements ou d'objets design déjà existants, elles sont issues d'une mouvance, d'une idée plus ou moins définissable qui émerge et qui devient le fer de lance d'un groupe… qui sera amené à former une nouvelle communauté sociale.
Et ce n'est qu'après cela que le marché se trouve dans l'obligation de s'adapter et de créer des produits correspondants à ce nouveaux type de consommateurs, à cette nouvelle tranche sociale.
Vapore 96 Hours
La dernière tendance « sociale-life » : les Lohas (Lifestyle Of Health And Sustainability). C'est un sociostyle, c'est-à-dire que c'est un comportement - et non un job ou le niveau de vie - qui devient le point commun entre des personnes de milieux différents. Signes distinctifs : sensibilité à l'écologie, à la santé et à la spiritualité.
Les temps font que si l'écologie devient le maître mot de tout commerce, ce n'est pas pour protéger la planète dans un but altruiste (car si c'était le cas, cela ferait longtemps que les comportements auraient changés), mais plus dans un souci de soi et de sa propre durabilité qui pousse à avoir une attitude citoyenne.
On tente maladroitement de concilier individualisme et écologie…
Le mode de vie « Lohas » vient du Japon où les habitants n'ont pas à puiser loin dans leur culture pour retrouver un fonctionnement plus sain et où les entreprises et designers ont une inventivité très prolifique en ce qui concerne la création bio. Passée par les USA où la population commence à s'éveiller aux problèmes de réchauffement climatique, la tendance arrive et s'installe en France.
Tous les grands groupes commerciaux s'y mettent. Néanmoins la barrière entre le buzz économico-financier et la réelle prise de conscience écologique est assez floue… Mais pour une fois que cela va dans le bon sens, profitons-en et consommons équitable !
Zoom sur les news bio du milieu :
Puma crée dans sa collection héritage un basket la Vapore 96 Hours, qui respecte l'environnement .
Apparition d'une nouvelle marque, Article 23, chez Alter Mundi, enseigne entièrement dévouée à l'environnement, mais qui jusqu'à présent ne s'était pas réellement intéressée au prêt à porter et qui restait dans le brut au niveau de la diffusion du message éthique. Article 23 sera la seule référence visible à l'environnement, en référence à l'Article 23 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, relatif au travail et à ses conditions.
Alter Mundi
Le but de cette marque, née de l'association entre Frédéric Bailly directeur de la compagnie du commerce équitable et de Adam Love styliste anglais et ancien collaborateur de Karl Lagerfeld, est de créer une griffe qui ne joue pas sur l'estampillation « équitable » ou sur les message serigraphiés « sauvons notre planète », mais bien plus sur un vrai design tendance, des coupes seyantes, un mélange entre sport et evening wear, avec un petit coté urban street chic : sweat manche ballon, tee-shirt à plastron…
La première collection sera composée essentiellement de hauts : 7 pour les garçons et 12 pour les filles. Les tissus utilisés, coton et satin organique, ont été cherchés par les deux hommes en Inde. Ils ont pu y vérifier les bonnes conditions de travail des manufactures. Si les ventes décollent, d'autres produits suivront : un vestiaire entier et pourquoi pas des bijoux.
On touche du doigt la « bonne démarche », où la notion d'équité dans les échanges commerciaux n'est plus un but à atteindre mais un principe fondateur. Ces deux là dessinent ce qu'on attendait plus… des produits à la fois tendances et propres sous toutes les coutures. On peut trouver les pièces de la collection Article 23 dans la nouvelle boutique de la rue Rivoli : Alter Mode.
Mais comme on commence à le comprendre et surtout à le constater les japonais ont toujours deux pas d'avance sur nous.

Defilé londonien
Pierre d'angle des Lohas, le Japon sait parler à ses fashion victims contrairement à l'Europe où à part Article 23 dont nous venons de parler, la mode équitable est très limitée et surtout bien décevante en terme de créations. Les addicts aux créateurs et aux pièces pointus peuvent toujours repasser. La solution elle se trouve à Tokyo, auprès du créateur Masahiro Nagakwa…
Le concept ?
On apporte nos vieux vêtements et Mr Nagakwa nous en fait une nouvelle collection sur mesure ! Imaginez, l'art de Yamamoto lié à la fantaisie de « Comme des garçons », le tout avec nos frippes perso : le rêve et super écolo pour le coup ! Sa boutique se situe dans le quartier de Harajuku, connu pour être le plus précurseur en terme de tendance…
Ca devrait donner des idées aux jeunes créateurs français qui ne trouvent pas leur public, car l'application de ce concept - à condition d'avoir un peu de talent - à tout pour fonctionner !
Voilà, en passant sur les collections H&M ecolos, les défilés promus par Al Gore et la semaine de la mode à Londres axée écologie avec la collection « Noir » et la manifestation parallèle « Estethica »… On passe car on en a beaucoup parlé, ce qui est intéressant en terme de mode c'est d'être à l'avant-garde, non ? Et de chercher ceux qui sont à la pointe… un petit tour au japon ?
Partager l'article
Par Lise Huret, le 03 mars 2007 dans Les tendances
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
1 commentaire
Tous les commentaires
cindyIl y a 5 ans
Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi toute la mode ne se met pas plus massivement à l'écologie. Je sais pas quoi, la mode équitable c'est quand même pas si compliqué que ca quand on est une grosse marque, c'est quand même terrible en 2011 de devoir acheter des fringues fabriquées en chine ou je ne sais où par des gamins sous payés...
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode