Matthew Williamson

Un retour plus que remarqué sur la scène londonienne à base de Prince et de robes chatoyantes, de nombreuses groupies parmi les beautiful people, une rétrospective célébrant ses dix années de créations au Design Museum… Matthew Williamson, qui mène d'une main de maître la direction artistique de Pucci et de sa propre maison, est à l'honneur ces derniers temps. Hyperactif et talentueux, Williamson fait partie de ces créateurs - tel Ghesquière - qui savent charmer et associer à leur talent tout ce qui se fait de plus pointu dans la sphère mode.
Matthew Williamson

Matthew Williamson a grandi près de Manchester et y a fait ses études. Ce n'est qu'à l'âge de 18 ans que le jeune homme se rend à Londres pour tenter le concours d'entrée de la Saint Martins School. Il passe brillamment les épreuves de sélection et pénètre dans le saint des saints, la nurserie des jeunes espoirs de la mode. Très vite, son goût pour l'usage de la couleur ressort de son travail. Il affectionne par-dessus tout les teintes flashy et intenses, qui parent le vêtement de mille feux. Jaune fluo, rose shocking et vert acidulé font partie de sa palette de prédilection.

C'est sa collection de fin d'année qui va propulser le jeune Matthew bien plus loin qu'un étudiant de fin de cycle puisse l'espérer. Grâce à elle une assistante de Vogue, Plum Sykes, le remarque et le prend sous son aile. Elle ne le lâchera pas et sera quelque part sa bonne fée. Il décroche son premier job chez Georgina Von Etzdorf, une marque anglaise qui privilégie le traitement de la couleur dans ses collections.

Il s'envole ensuite vers Marni et Monsoon, deux labels où il peut peaufiner sa vision bohème chic de la mode. Deux ans après, Plum Sykes, qui sent chez le jeune designer un fort potentiel, le pousse à fonder sa propre griffe, ce qu'il fera en s'associant avec son petit ami, Joseph Velosa.

En 1997 il monte sa première collection, nommée "Electric Angels", pour la fashion week londonienne. Il parvient à convaincre les tops (qui avaient déjà pu admirer son travail chez Marni, ainsi qu'une première collection de sacs et d'écharpes qui avait eu son petit effet au sein du microcosme londonien) de défiler pour lui. Ses premières créations en nom propre sont donc présentées au public et à la presse par la fine fleur des mannequins de l'époque : Helena Christensen, Kate Moss et Jade Jagger.

Matthew Williamson

Les modèles et les stars feront de ce moment une partie intégrante du parcours de Williamson, plébiscitant sans relâche son travail et son approche glamour-bohème du vestiaire féminin. Ses robes coupées en biais, à la fois gipsy et terriblement sexy, aux tissus naïfs et rebrodés, sont dès lors devenues sa signature, et ont été quasi instantanément adoptées et encensées par la critique.

Matthew Williamson dit puiser son inspiration au cœur de ses voyages, il affectionne tout particulièrement les étoffes chatoyantes des saris hindous, les parures birmanes et les envoûtants voiles balinais. Il aime également télescoper les genres et fusionner les cultures, afin d'obtenir un résultat cosmopolite, contemporain et en adéquation avec sa vison de la femme.

Il n'a pas de muse et se plait à esquisser dans sa tête la femme idéale qui pourrait porter ses créations, qui est une compilation de toutes celles qui l'entourent, qu'il rencontre ou qu'il admire... C'est avant tout la diversité qui l'inspire, et non les stéréotypes ou les diktats de beauté. D'ailleurs pour lui la beauté vient bien plus d'une sorte de confiance en soi qui rayonne de la personne que de la perfection physique.

A ses débuts, Matthew Williamson espérait être débauché par une grande maison française ou italienne, afin de perdurer dans le paysage et non de s'évaporer une fois l'euphorie de la nouveauté retombée. Malheureusement, il a dû faire ses armes avec sa propre griffe, faisant face aux difficultés financières que rencontrent inévitablement les labels indépendants. C'est seulement une fois que son nom fut établi et qu'il devint une référence que son ancien souhait se réalisa.

Matthew Williamson

En 2005, Pucci, qui a vu en lui l'étoffe d'un homme pouvant redynamiser le style de la maison, lui propose de devenir son directeur artistique. Matthew Williamson accepte alors, à condition de pouvoir conserver sa propre ligne, l'accord est signé. Depuis, Pucci a gagné en fraîcheur et les collections de Williamson pour la griffe sont un succès.

Williamson travaille pour une maison italienne, habite à Londres et défile toujours à New York... La vie du designer est pour le moins agitée, mais cela lui plaît, d'autant plus que le succès est au rendez-vous. Les jeunes stars telles que Keira Knightley, Mischa Barton et Sienna Miller sont fans de ses tenus bobo-chic, et les rédactrices de mode en font leur chouchou.

En 2007, cela fait 10 ans que sa marque existe. Le styliste anglais a envie pour l'occasion de rentrer au pays et d'offrir à ses compatriotes une collection digne de son nom, destinée à une femme un brin british, mais surtout globe trotteuse et aux goûts éclectiques en matière de mode. Du pur condensé Williamson, qui a séduit son public, à coup de Prince et de toilettes bohèmes chic.

Loin de se contenter de ce défilé, Matthew Williamson avait également participé à l'initiative lancée par Canon et la Croix Rouge, qui avait proposé à des milliers d'internautes d'envoyer des photos de ce que représentait pour eux l'essence de l'Angleterre ou de l'Irlande. Ses photos ont été sélectionnées, et Williamson s'est inspiré de cette sélection pour créer une collection capsule et une ligne de parapluies...

Matthew Williamson

Pour clôturer l'épisode Londonien, et parce que ses paires sont fiers de le compter parmi eux, une exposition lui est consacrée du 17 octobre au 31 janvier, au Design Museum de Londres. Elle retrace son parcours en s'articulant autour de 4 thèmes : « Global Extravaganza » « Mode de vie » « Couleurs et psychédélisme», et « Hyper-nature ». L'exposition se déplacera en France courant 2008.

La prochaine décennie semble s'annoncer plutôt bien pour Matthew Williamson, qui vient de recevoir l'appui d'un groupe d'investisseurs américains, ce qui va permettre à ce surdoué de la mode de voir grand et d'élargir ses perspectives d'avenir...

Partager l'article
Par Lise Huret, le 07 octobre 2007 dans Marques & Créateurs
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
10 commentaires
Tous les commentaires
seul et fabuleux !Il y a 9 ans
J'ignorais tout ca ! Je connaissais simplement de nom ... mais n'avais jamais pris la peine de vraiment m'interresser a son parcours !
En tout cas , j'aime ce que lui degage ( par rapport aux photos que tu as mise ) et j'aime bien son travail dans ses collections !
P.s. : j'ai ate de lire ton point de vue sur la semaine des defilés parisien !
RÉPONDRE
annaIl y a 9 ans
Article passionant bravo et merci
RÉPONDRE
ClaraIl y a 7 ans
J'ai été l'une des premières à franchir les portes d'H&M lorsque la collection de Matthew Williamson est arrivée. Je me suis ruée sur tout ce que j'avais déjà repéré sur Internet. Je me suis ainsi offert le perfecto, la petite robe (vue sur pas mal de stars) ainsi qu'un top irisé absolument cute.

Je porte l'ensemble depuis le début de l'été et je ne me suis jamais sentie aussi bien lookée !
RÉPONDRE
BéaIl y a 7 ans
Béni soit H&M qui m'a fait découvrir Matthew Williamson !!! C'était trop beau comme collection. Depuis j'ai été voir sur style.com ce qu'il faisait et je suis restée scotchée, c'est plein de couleurs, c'est super hype, et ca donne envie d'être porter tout de suite. Merci pour cette bio, ca m'a permis de le connaitre encore un peu mieux.
RÉPONDRE
LucineIl y a 6 ans
Excellent cet article ! C'est marrant je connaissais pas mal de ses pièces, et notamment les fameux tie and dye, pourtant je ne savais pas du tout qu'il s'agissait de Matthew Williamson.

Ah oui, j'avais aussi bien entendu parler de l'association Matthew Williamson pour H&M, qui fit beaucoup parler mes copines :)))
RÉPONDRE
Caro'Il y a 6 ans
C'est grâce à H&M que j'ai su qui étais Matthew Williamson. Je crois en lisant les commentaires que je ne suis pas la seule dans ce cas.
Par contre, je n'ai pas étét emballée par la collection H&M/Matthew Williamson.
Mais après j'ai quand même été voir chez style.com ce que faisait en vrai Matthew Williamson et en fait c'est trop beau.
RÉPONDRE
blakekimberIl y a 6 ans
Matthew Williamson would not be where he is today if it were not for Joseph Velosa... sounds like he is the mastermind behind the designs...
RÉPONDRE
Lilou12Il y a 5 ans
Au début j'étais super fan de Matthew Williamson, je trouvais ses collections très belles et originales. J'avais d'ailleurs beaucoup aimé la collection Matthew Williamson pour H&M. Mais depuis quelques saisons je suis super déçue par ses défilés. Ses créations se répètent beaucoup. c'est dommage qu'il n'arrive à se renouveler parce que je crois qu'il a beaucoup de talent.
RÉPONDRE
PiouIl y a 5 ans
Poppy Delevingne portait une longue robe Matthew Williamson magnifique jaune et brodée lors des British Fashion Awards à Londres.
Ca m'a rappelé que Matthew Williamson faisait quand même des robes super belles !
RÉPONDRE
zayaIl y a 4 ans
Matthew Williamson est le seul qui m'a fait aller chez H&M pour acheter une pièce "masstige". La collection Matthew Williamson for H&M valait en effet vraiment le coup d'oeil. J'avais acheté trois robes dont une très longue que depuis j'ai remis chaque été avec toujours autant de plaisir.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode