Défilés printemps été 2008 à Paris

Paris, en bon dernier, nous a livré sa vision de la mode pour l'été prochain. Les bons élèves de la saison dernière furent le plus souvent surprenants, à l'image de Ghesquière et Marc Jacobs qui ont brouillé les pistes. Quant aux autres, Alexander McQueen a redoré son blason, John Galliano l'a joué bipolaire sage pour Dior et fantasque pour sa propre ligne, Karl Lagerfeld fut élégant et tout en modernité, et Hermès s'est offert une petite escapade hindoue chic… Les tendances se sont dessinées assez clairement et la vision parisienne de l'été à venir semble assez nette.

Si les fashion week précédentes nous ont proposé des collections tous azimuts, conceptuelles, éclairées ou parfois dépassées, voire non désirables, Paris fut riche de présentations variées, intéressantes et portables, auxquelles on aurait bien subtilisé quelques looks à la sortie des podiums... Décryptons les futures tendances qui risquent vite de devenir notre présent, ainsi que le dress code qui leur convient.


Jeux de transparence

Défilés printemps été 2008 à Paris

La transparence d'un voile de mousseline a inspiré nombre de créateurs. Il est presque surprenant de constater que quasi toutes les collections ont leur passage aérien, translucide, dévoilant le corps des mannequins selon les concepts maison.

  • Chez Chloé, la rigueur apparente et les coupes sages minimalistes ont décidé de se griser en voilant les jambes d'une gaze bleutée, qui dessine un pantalon ne protégeant plus rien, fluides et jouant sur des variations de teintes. C'est un nouveau genre qui investit les podiums, une sorte de dessous d'intérieur qui se voit transposé sur les pavés urbains.
  • Pour Karl Lagerfeld, le collant devient flottant. Les différentes mailles, en se juxtaposant, parviennent à dessiner une silhouette alternant opacité et transparence. Une élégance d'une nouvelle génération, faite de coupe à cru, de trompe-l'œil et de fausse pudeur, semble vouloir naître sous les doigts de Lagerfeld. Il faudra néanmoins que ces dessous devenus dessus, que ces ensembles citadins faits de voiles stretch fassent leurs preuves et gagnent une légitimité classieuse et fashion grâce à celles qui les porteront.
  • Avec Alexander McQueen, la mousseline est traitée plus traditionnellement, sur une toilette évanescente, dissimulant ce qu'il faut du corps, à force de superpositions, de fronces et de gainages futuristes. Subtilement transparente, cette création distille un romantisme envoûtant qui fait fi des convenances et confère à la matière toute son importance. On aime la délicatesse qui s'en dégage et la douce intemporalité qui en émane. La coupe, la mousseline de soie et un détail structurant se suffisent à eux même pour créer une robe ravissante.

Avec les transparences il vaut sûrement mieux - afin de s'y habituer - miser sur la féminité sans histoire d'une petite robe ou d'un long fourreau, plutôt que de s'aventurer tête baissée sur des sentiers glissants, tout karlissimes soient-ils...


Rayures tous azimuts

Défilés printemps été 2008 à Paris

Si elles avaient plus ou moins déserté la place l'hiver dernier, c'est qu'elles devaient préparer leur grand retour : à Londres les rayures étaient verticales, à New York plutôt sages, à Paris elles investissent la place et se déclinent dans tous les styles.

  • Un brin alsacienne et délicieusement girly chic pour Miu Miu, elles surplombent taille haute un adorable bloomer et font de cette combinaison hybride une petite merveille, à la fois classique et avant-gardiste, mixant inspiration costume de bain 19e et esprit femme-enfant. Les rayures larges habillent de façon espiègle cette volumineuse micro jupe et jouent les paradoxes. Une très belle manière de revoir ses classiques et de les détourner, avec ce qu'il faut de chic pour retranscrire l'irrévérence pointue de Miuccia Prada.
  • Karl Lagerfeld vit son american dream à sa manière, et dessine pour Chanel les rayures du drapeau US en imprimé casual, porté sur un bustier pour cheerleader sage. Karl Lagerfeld traite la rayure d'une manière on ne peut plus simple et confère ainsi à certaines de ses silhouettes une allure toute américaine, cosy et suitables à souhait, en leur additionnant ce qu'il faut de style pour qu'elles gagnent le droit de gravir les marches de son catwalk. On peut donc porter du pro-Hilary, à condition d'accessoiriser le tout à la parisienne.
  • Celui qui a fait de l'imprimé marin l'une de ses marques de fabrique ne pouvait passer à côté de cette tendance, remettant au goût du jour les rayures. Avec ce qu'il faut de démesure et d'ethnicité, Jean Paul Gaultier mélange ses rayures, transforme ses sages marins en femmes corsaires un brin bohèmes, jouent sur les verticales, les horizontales et les diagonales, afin de créer un ensemble optique qui - contre toute attente - se fait agréable et désirable. Il allie le coton basic d'un tee-shirt à la fluidité de la mousseline et tranche le tout par une large ceinture de cow-boy : parfait .

On note au final que les rayures se mixent entre elles, qu'elles se traitent sans frilosité et qu'elles livreront tous leur charme, ainsi que leur potentiel fashion, à condition de les adopter sans réserve. On joue sur les contrastes de volumes, de matières et de style.


Une touche de jaune

Défilés printemps été 2008 à Paris

Les couleurs flashy, fluo, et les total looks qui les accompagnaient font certes un peu de résistance, mais ils ne passeront sûrement pas l'été en prime time. Ils semblent indubitablement connotés hiver 2007. Seule une couleur s'extrait de ce colorama trop intense, et parvient à se faire une place dans le dressing estival : le jaune gagne du terrain.

  • Pour Anne Valérie Hash, c'est l'or qui prend du galon mode. Elle nous propose un doré moutarde, aux reflets moirés, qui esquisse une silhouette de working girl au mois de juin. Elle allie la désinvolture d'un large knickers à un jaune luisant qui transforme la casualness de ce dernier en quelque chose de smart. Le doré quitte les lamés du soir pour venir habiller les petites fourmis travailleuses de la Défense.
  • Chez Comme Des Garçons le jaune est poussin, frais, printanier, et s'associe à des couleurs toutes aussi fortes. Rei Kawakubo le traite joyeusement et le fait participer à un grand patchwork typiquement japonais d'imprimés et de teintes différentes, dont on aimerait bien extraire l'essence. On note que le jupon peut se voir réhabilité s'il possède cette couleur pepsy jaune fillette, et que s'il est traité avec un peu de fantaisie, il peut devenir fashion en diable.
  • Marc Jacobs quant à lui rend le jaune faussement sérieux, en l'imprimant sur une jupe gainante, semblant être extraite d'un tailleur classique. Il nous livre en simultané une association de couleur qui semble avoir de beaux jours devant elle : le jaune/gris.

En résumé, on porte le jaune en touches, avec du gris, du blanc ou du fleuri ; en version décalée avec une tenue chic, déjantée pour un esprit hippie urbain et sagement fashion pour un rendu trendy pointu.


Bermuda revival

Défilés printemps été 2008 à Paris

Depuis quelque temps, les shorts n'avaient point de concurrents, on les portait en hiver comme en été. La matière différait, mais la coupe beaucoup moins. Et si cette saison il est encore présent dans de nombreuses collections, il se voit néanmoins voler la vedette par le bermuda. Eh oui, cette pièce connotée "scout toujours", colonies de vacances et BCBG sur le retour, que l'on ne croyait jamais revoir sur nos jambes de femmes adultes, se trouve être l'un des must have de la saison à venir...

  • Junya Watanabe lui fait subir une petite mutation et transgresse les codes bien pensants de l'uniforme bermuda/veste sage. Il conserve l'esprit Chanel de la veste et la couleur rose de l'ensemble, borde le fameux bermuda d'un ourlet fait main et donne au tout une petite touche loose qui propulse la gentille dame du 16e dans un quartier branché de Tokyo. On a ici le droit au total look chic, à condition de le porter un brin dégingandé, genre reine d'Angleterre psychédélique.
  • Un bon point pour Isabel Marant, qui "roulotte" son jodhpur juste au-dessus des genoux, le fait porter taille basse, l'attache comme un pantalon de petit vaurien (avec une ceinture qui remplace un brin de ficelle) et obtient un bermuda doucement grunge et ultra trendy. Elle a le talent pour allier éléments roots et pièces plus féminines, afin de créer un look incroyablement désirable et trendy, qui a la faculté de charmer les fashionistas en quête d'authenticité et de naturel fashion. On adopte définitivement son bermuda, surtout que dans cet esprit-là on pourra recycler nos pantalons army ou nos jodhpurs de l'hiver. On note que le geste de l'été prochain est le "roulottage", en haut des chevilles ou au-dessus des genoux.
  • Givenchy, qui a proposé un défilé à contre-courant de l'esprit fleur bleue et pastel du moment, imagine une jeune fille à l'allure néo-militaire, légèrement navy, au bermuda blousant à mi-chemin entre sarouel et jodhpur. On aime cet uniforme sévère et conceptuel qui redessine le tailleur et lui donne un nouveau souffle.


Floraison oversize

Défilés printemps été 2008 à Paris

Les fleurs sont partout : s'il y a bien un point sur lequel tous s'accordent, c'est bien celui-ci. Et Karl Lagerfeld a beau juger que les imprimés floraux sont réservés aux femmes entre deux âges et aux problèmes de poids, nous on se dit que ces fleurs on les adopterait bien pour l'été.

  • Nicolas Ghesquière pour Balenciaga a crée le débat autour de son défilé quasiment mono forme aux motifs envahissants. Les orchidées, tulipes, pétunias et autres fleurs larges et colorées ont investi ses cocons futuristes. Alors certes, on ne les portera pas en total look, mais on peut imaginer en extraire une pièce qui se mariera joliment avec quelque chose d'ultra casual... un bermuda à la Isabel Marant par exemple ?
  • Dries Van Noten boit du petit lait. Cet adepte des couleurs et graphismes floraux s'en donne à cœur joie, en nous proposant des combinaisons de motifs floraux, qu'il y a peu nous auraient fait hurler à la faute de goût, mais qui aujourd'hui, après l'opus new-yorkais de Marc Jacobs et la monomanie Balenciaga, nous paraissent sages, dans l'air du temps et portables. On réservera néanmoins ces looks aux jeunes femmes frêles et à l'allure moderne, qui ne seront que sublimées par cette absence de cintrage et ce design un peu vieillot. Passé 30 ans, on s'abstient, à moins de vouloir en paraître 40 .
  • Stella McCartney appose sa touche de fantaisie sur cette tendance qui est toujours sur le fil, entre motifs réservés aux ménagères et graphismes détournés afin d'acquérir ses lettres de noblesse fashion. Un combishort, micro et loose, sauve le tout en dynamisant des teintes fanées.

Finalement, on dit oui aux fleurs, à condition d'éviter le total look, de choisir une pièce pointue et de l'associer un dress code cool : slim, bermuda, etc. Ou alors on opte pour des tenues fluides, un brin hippies, portées avec un make up nude.


Total look blanc

Défilés printemps été 2008 à Paris

On l'avait prédit pour l'hiver, mais peu l'ont adopté. Le total look blanc prend donc sa revanche, et risque de remporter la partie cet été, car il sera bien plus adéquat pour sublimer notre hâle que pour jouer le ton sur ton avec nos mines blafardes de l'automne.

  • Loewe le pense sportswear, à l'image d'une joueuse de tennis version off. Cette petite robe féminine est de surcroît facilement accessoirisable : une veste de smoking roulottée aux manches, une paire de boots et l'allure se transforme du tout au tout. Sans doute une bonne base pour l'été.
  • Anne Valerie Hash imagine un total look blanc un brin empirique, plus intellectuel, moins évident. Ce genre de modèle se suffit à lui-même. Cependant, on doute de la perspicacité stylistique du col et des manches fort couvrants qui habillent d'un sérieux dépassé cette toilette qui se voudrait fraîche.
  • Céline comme Loewe a comprit que le blanc se pensait en coupe épurée - voire minimaliste - et que le total look se devait d'appeler l'évidence. Le structuré d'un semblant de perfecto estival, associé à une jupe en corolle, confère à l'ensemble un esprit juvénile et racé, pour un look indémodable.


Du long et même du très long

Défilés printemps été 2008 à Paris

Depuis que Kate Moss - il y a quelque temps - à arboré une longue jupe tube, les rédactrices de mode scrutent le paysage fashion afin de savoir quand sera reprise cette tendance. Vu que les défilés prônent également le long, cela ne devrait plus trop tarder...

  • La présentation Sonia Rykiel, avec ses mannequins qui sourient voire éclatent de rire, donne envie de se ruer sur les vêtements proposés, tant la joie de vivre les fait exister de la plus jolie manière qui soit. Rien de guindé, tout en fluidité. Que dire de ce défilé de vestales hollywoodiennes qui ont clôturé le show, balayant le catwalk de longs frous-frous immaculés ? Juste qu'elles nous ont convaincu, que le long vaporeux est tout à fait d'actualité, qu'il pouvait sans problème être léger sans être mièvre, sexy sans être outrancier, et qu'il pouvait également être follement glamour de jour.
  • Balmain redéfini le hippie hic, à coup de tie and dye, de franges et bien sûr de jupes longues. L'astuce pour faire du neuf avec des thèmes plus que galvaudés : la ceinture... Eh oui elle est partout, elle est même devenue une évidence, à tel point qu'on ne la cite plus comme accessoire tendance... c'est le must de l'été 2008. Donc pour actualiser notre long jupon et notre tee-shirt Woodstock, on opère comme Christophe Decarnin, on les choisit dans une teinte proche et on ceinture le tout taille haute, de préférence avec une ceinture connotée grand chef cheyenne.
  • Alexander McQueen quant à lui rassemble sur une même tenue quatre tendances : le tie and dye, la transparence, la ceinture et l'ultra long, cela sans surcharge et dans une simplicité extrême. On est donc face à un modèle plus que dans le vent, très 2008, a réserver aux plages huppées ou aux after ibiziennes.


Carrure XXL

Défilés printemps été 2008 à Paris

Vous avez dit carré ? Volumineux ? Oversize ? À l'occasion de l'été 2008, la carrure prend de l'espace. Tous les moyens sont bons pour s'offrir des épaules de nageuses, voire de footballeuses américaines, mais toujours dans un esprit très couture et furieusement français.

  • Pilati chez Yves Saint Laurent imagine une veste de tailleur sans manches, qui n'a conservé que ses épaulettes, un brin goldorak mais néanmoins extrêmement classieuse, très Yves Saint Laurent. Elle se porte ceinturée ou non, se dupliquant ainsi en deux modèles aux orientations différentes : l'une élégante et rigoriste, l'autre masculine. La carrure maîtrisée accentuant la finesse des bras - contrairement à ce qu'on aurait pu penser, confère à cette silhouette sévère une fragilité moderne tout à fait à propos.
  • Chez Galliano on est dans l'oversize, dans la surenchère de volants et de broderies anglaises. On adore ce côté fanfreluches du siècle passé, cette fantaisie démesurée, acidulée et théâtrale. La carrure est exagérée ? Qu'importe, elle est rendue aérienne par sa composition... Ce type de pièce descendra-t-il dans la rue ? Sûrement pas en état, mais si on lui rétrécit un tout petit peu ses volants, nous on l'adopte avec joie !
  • Balenciaga est sûrement le meilleur exemple pour parler de cette carrure quelque peu rigide, englobante, morphée comme les anciennes robes de Rei Kawakubo. Il a décidé que ce serait le signe distinctif de sa collection. Les épaules, designées au laser, suturées aux rubans, dessinent de jolies formes qui ont néanmoins du mal à s'inscrire au sein d'un vestiaire portable, et qui feront sûrement moins l'unanimité que les blazers Balenciaga de la saison dernière. Cependant la tendance est aux carrures larges... Comment sera-t-elle transcrite par les fashionistas ? Seul le temps nous le dira.

Voilà en quelques mots ce que l'on peut retirer des défilés parisiens. On note aussi que le sarouel se veut chic et a séduit Givenchy, Hermès et Gaultier, que la couleur crème poudrée est apparue sur de nombreux looks, que le tailleur ceinturé est dans les bonnes grâces des couturiers parisiens, que les bretelles sont de la partie et enfin que les pantalons se roulottent sur la cheville...

©photo : Vogue

Partager l'article
Par Lise Huret, le 09 octobre 2007 dans Défilés
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
14 commentaires
Tous les commentaires
Manu Prince SIl y a 9 ans
Super ton compte rendu, espérons juste que l'épaule XXL ne vive que su les défilés car je n'ai trouvé personne pour dire que c'était un détail superbe... Content que tu considères qu'il y a débat autour de la collection de Balenciaga, j'ai cru un instant être le seul à clamer mon indignation!

Attention une petite faute sur un nom : il s'agit de Loewe et pas de Lowe..
;)
RÉPONDRE
Coco (TDM)Il y a 9 ans
Manu Prince S: Oups ! C'est corrigé, merci :)
RÉPONDRE
Material girlIl y a 9 ans
Oups, moi qui voulait poster sur mes débrief des grandes tendances, bien sur, ça va (ou ce serait si je ne le fais pas??) se recouper énormément. Meme totalement arrrgh. Mais il y a 2-3 autres trucs que j'ai noté... Merci pour ce bel article, toujours aussi bien écrit.
RÉPONDRE
BabiIl y a 9 ans
EPAULETTES-REVIVAL: Vous y croyez?
RÉPONDRE
ha vanIl y a 9 ans
la pls belle collection cette saison est Balenciaga
RÉPONDRE
GlaglaIl y a 9 ans
tro cool ce défiler si seulmen je pouvai en voir en vrai sa m'aiderai un peu plus car je pence pouvoir devenir un mannequin j' ai 16ans je sius mince et je fait 1m80
RÉPONDRE
SofianeIl y a 8 ans
bonjour je trouve que les épaulettes de Yves st laurent donne un certain asiatisme plutot japonais même et je trouve cette allusion magnifique et d'un grand talent (veste style occidentale finition orientale).de plus associée à un pull collant comme sur la photo...le plaisir oculaire est a son comble!et puis ce bas je crois cette jupe (ou ce short ample) de couleur terne est la mailleur chose qui pouvait arriver a cette veste kimono sans manche!!merveilleuse pièce qui peut se porter même pour une promenade entre magasins et restaurant!! tous simplement magnifique! complètement fan...
RÉPONDRE
Didi d'AufideniIl y a 8 ans
Non aux épaulettes, j'arrive même pas à croire qu'ils aient osé! Sinon, la longue robe "rainbow" de Mc Queen me fait chavirer...Chanel et Miu Miu : magnifiques!
RÉPONDRE
annieIl y a 8 ans
glagla tu as peut-être le profil mannequin mais je penses que tu devrais te concentrer un peu plus sur tes études...
RÉPONDRE
jojoIl y a 8 ans
bonjour je trouve que balmain a cette fois ci cartonné, les matières souples et légère, près du corps et serré à la taille par une ceinture me donne encore plus envie de créer ma propre collection c trop top......
RÉPONDRE
johannamonIl y a 8 ans
jadore le style de yves saint laurent jaime bien les couleur genre foncé comme gris
RÉPONDRE
johannamonIl y a 8 ans
vive yves saint laurent
RÉPONDRE
nahoulIl y a 8 ans
Coucou,la collection été 2008 de Yves Saint Laurent est vraiment formidable!!!!!!!!!!!!!!!!!!
RÉPONDRE
LucasIl y a 6 ans
Marre des mannequins anorexiques... regardez-moi ça ce sont des squelettes ! la France devrait faire comme l'espagne !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode