Diane Kruger passe à l'orange

Lorsque les grandes tendances de l'hiver furent édictées, l'usage des couleurs vitaminées - en une saison plus habituée au camaïeu de noir et de gris - fut présenté comme l'une des règles à adopter. Une touche de fluokids, quelques séries mode inspirées (nous démontrant que le vert pomme était plus que "in") et un ou deux fuchsias plus tard, les teintes pepsy ont néanmoins du mal à investir réellement notre dressing.
Diane Kruger

Nous les regardons du coin de l'œil, nous interrogeant sur leur viabilité urbaine, les mettant en perspective avec nos petits basics tout gris tout doux... Mais en dépit de savoir que "ce que tendance majeure veut, tu feras", les roses bonbons, ultra violets et autres jaunes glacés ont du mal à passer. C'est que nous nous focalisons sur leur forte présence visuelle, persuadés que la moindre erreur de style commise en vert Marni n'en sera que plus voyante, et donc passible de nous offrir une journée de honte intense à sillonner la capitale en arlequin mal fagoté.

La couleur vive fait peur : on la suppose perverse, grossissante, infantilisante et compliquée à vivre. Cependant, la réponse à nos tergiversations n'est pas si dure à dénicher : un rien de bon sens - additionné d'une croyance sans limites dans le dress code créé pour l'occasion - devrait suffire à nous faire jouir des joies de l'orange juicy en pleine dégringolade celsiusienne. En effet, toutes les couleurs acidulées - à condition de les associer à du gris ou du noir - sont portables sans trop de risques. En choisissant des pièces sobres et élégantes, plongées dans un bain de teinture survitaminée, on touche du doigt la démarche à adopter pour vivre intelligemment la tendance du moment.

Fluokids mis à part, les couleurs doivent rimer avec allure, chic et féminité racée. Hors de question - pour le commun des fashionistas - de cumuler plusieurs teintes flashy sur un même look ou de les arborer façon loose. Structurées et faussement sérieuses, les couleurs pepsy demandent à être traitées comme le plus neutre des anthracites.

Par contre, lorsqu'il s'agit de briller à la saint Sylvestre ou sur les tapis rouges, les couleurs offrent une autre alternative : celle du total look. Comme le démontre la sublime Diane Kruger, une toilette savamment couture et finement glamour s'accommode à merveille d'une couleur peu conventionnelle. Ici, l'orange permet de transposer une tenue un brin antique au cœur d'une modernité éblouissante.

On retient donc que lors de moment d'exceptions, on peut - sans craindre de déplaire - opter pour des tons lumineux, d'ordinaire plus enclins à s'exhiber sous le soleil de juillet, mais qui finalement prennent une saveur corsée et absolument désirable, lorsqu'ils sont choisis à contre temps.

Partager l'article
Par Lise Huret, le 17 décembre 2007 dans Le bon style
Vous aimerez également
L'orange, mode d'emploi
Il y a 9 mois - 18
EN SAVOIR PLUS
Gucci ou comment manier la couleur en 2016
Il y a 1 an - 18
EN SAVOIR PLUS
Le marron, mode d'emploi chromatique
Il y a 1 an - 22
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
5 commentaires
Tous les commentaires
joli felinIl y a 8 ans
lovely!
RÉPONDRE
RéjaneIl y a 8 ans
quelle classe Diane....
RÉPONDRE
CohibaIl y a 8 ans
Magnifique ! Subtile, élégante, ultra féminine. Dans cette robe, Diane Krüger accomplit l'exploit d'exprimer sobriété et douceur avec une couleur qui habituellement passe pour agressive. Elle n'est même pas à la mode ou dans la tendance, elle est tout simplement divine.
RÉPONDRE
izzieIl y a 8 ans
waoouh!
RÉPONDRE
seul et fabuleux !Il y a 8 ans
de qui est la robe ?
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode