La tendance tribale - été 2008

Melting pot, globalisation, métissage… Ces concepts, peuplant journaux, traités sociologiques et études ethnologiques nous sont devenus familiers. Il n'est donc pas étonnant que la mode s'en soit emparée. Désormais, la tendance n'est plus à une inspiration commune traitée de différentes manières, bien au contraire : d'une collection à l'autre, nous voyageons ainsi au cœur de multiples contrées, qui voient leurs costumes traditionnels revisités et modernisés par les envies des designers férus de dépaysement.
La tendance tribale

Ce n'est donc plus l'Afrique, l'Inde ou le Pérou qui sont mis à l'honneur lors d'une saison, mais plus généralement l'engouement que suscitent les diverses influences ethniques. Les défilés printemps-été 2008 nous offrent ainsi un tour du monde en un peu moins de 80 podiums, les designers s'y rêvant en explorateurs, faisant de leurs collections un carnet de voyage d'un nouveau genre, parvenant à s'écarter de la citation grossière en mêlant leur "patte" à différents détails chinés aux quatre coins du globe.

C'est ainsi que Jean Paul Gaultier pour Hermès mixe turban de maharaja et sari nuptial. Tout ici réside dans la coupe, dans l'esprit. La subtilité luxueuse des pièces parvient à introduire l'élégance hindoue au cœur du vestiaire d'une riche Parisienne. Il s'agit d'une véritable invitation au voyage, où le chic devient universel. On apprécie la pureté du drapé et l'éclat des dorures, qui font de ces vêtements des pièces racées, novatrices et sans frontières.

Pour Proenza Schouler, ce sont les graphismes animant les parures des tribus du centre de l'Afrique qui ont servi à dédramatiser un défilé à l'esthétisme militaire et la structure rigoureuse. Grâce à une réinterprétation brillante des bijoux et des motifs des teintures africaines, le duo américain a réussi à défolkloriser le sujet. L'ensemble est on ne peut plus urbain et féminin à l'occidental, tout en laissant dans son sillage un doux parfum d'ailleurs.

La tendance tribale

Matthew Williamson, qui est réputé pour son amour du métissage tous azimuts, est néanmoins parvenu à éviter la caricature. En effet, en passant au pastel des broderies incas plus habituées à un nuancier rouge vif, il leur permet de s'adapter à un univers hype où l'on affectionne l'originalité, tout en conservant un sens aigu de ce qui est "in" ou ne l'est pas. En associant couleurs doucereuses et art sud-américain, Williamson crée une alchimie qui se fond à merveille dans les tendances du moment. Attention cependant au premier degré fashion : celles ou ceux qui arboreront leur poncho en provenance directe du Machu Picchu passeront ainsi pour de gentils routards plus proches de la croissance zéro que de l'it look...

Le défilé Just Cavalli est peut-être celui qui, en ne retravaillant pas les imprimés empruntés aux garde-robes africaines, n'a pas réussi à véritablement transcender le genre. Certes, les voilages ont remplacé les draps de chanvre, tandis que les coupes se veulent bien plus jet-set que Bamako, mais on ne retrouve pas la subtilité, la finesse et l'appropriation éclairée dont ont fait preuve les collections citées précédemment.

Afin de se servir correctement de la touche tribale en cet été 2008, il est bon d'opter pour des pièces issues d'esprits créatifs qui ont su mixer savamment les genres. La tendance n'est pas aux costumes locaux, vestiges de tel ou tel voyage, que l'on ressortira sur les pavés parisiens. Car si comme souvent, la mode offre de troublantes ressemblances avec des choses déjà existantes, ce n'est pas pour autant que ces dernières sont des musts, bien au contraire : le plus souvent elles ne servent que d'inspiration. La modeuse devra ainsi shopper une djellaba Etro ou D&G si elle désire dévoiler son côté tribal...

La tendance tribale

Si les dressings sont plus subtils qu'ouvertement ethniques, ce n'est vraisemblablement pas le cas des bijoux, qui affichent - version surenchère et oversize - une passion décomplexée pour les arts joailliers intercontinentaux.

Chez Christian Lacroix, les bracelets s'accumulent sur le même avant-bras. Ils y jouent la diversité et les contrastes, le tissu jouxtant l'argent massif et le minimalisme côtoyant les fioritures. Quant aux colliers, tels des trophées de guerriers massaï, ils s'imposent et occupent l'espace, apportant ce qu'il faut d'éclectisme à un dress code plutôt sobre.

Coup de cœur enfin pour le poignet de force balinais pensé par Dries Van Noten et qui, agrémenté d'une fermeture éclair, gagne en potentiel fashion...

Pour l'été 2008, on s'affichera donc en parures volumineuses, lesquelles viendront racer nos tenues les plus sagement chics...

©photo : Vogue

Partager l'article
Par Lise Huret, le 11 février 2008 dans Les tendances
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
9 commentaires
Tous les commentaires
bobo06Il y a 8 ans
Très belle article !!! j'aime beaucoup surtout la robe Matthew Williamson et celle de Hermès
TANT que j'y suis je voulais te poser une question :
très dernièrement j'ai acheté une chemise blanche a manche longue simple mais je ne sais pas avec quoi l'associer sachant que j'ai un style bobo rock vintage ? merci beaucoup si tu me repond bisoux
RÉPONDRE
SophieIl y a 8 ans
bobo06 -> Je pense que Coco ne réponds pas aux questions dans les articles, pose lui plutôt ta question dans la section appropriée :)
www.tendances-de-mode.com...
RÉPONDRE
bobo06Il y a 8 ans
sophie-> merci jy court !!! xd
RÉPONDRE
annaIl y a 8 ans
Le poignet de force de Dries Van Boten est une merveille.
RÉPONDRE
RéjaneIl y a 8 ans
Tout a fait d'accord avec toi Anna!!j'adore!
RÉPONDRE
SashaIl y a 8 ans
Je suis conquise par la silhouette Hermès, et je trouve ton analyse particulièrement judicieuse, notamment en ce qui concerne la faille du "rapporté de vacances".
En revanche, je suis bien enquiquinée pour faire descendre ces looks dans la rue. Je m'imagine bien avec le sari Hermès, voire pousser jusqu'au turban, mais à quelle occasion? On a beau dire, les tendances podiums ont toujours du mal à s'imposer dans la vie de tous le jours, à moins de s'appeler Kate Moss (et encore...).

Une dernière petite remarque: je trouve que les créateurs ont loupé le coche au niveau des mannequins. Le tendance ethnique dans les imprimés c'est un bel effort, mais le petit 36 sied mieux à la robe 60's qu'à l'inspiré ethnique. Mais ce n'est que mon avis...
RÉPONDRE
geraldineIl y a 8 ans
Désolé de vous decevoir mais je n'aime pas du tout cette tendance tribal même si les robes et les bijoux sont bien dessinés, je trouve que ce style là ne va pas à tout le monde et je pense qu'il faut avoir une certaine personnalité...
RÉPONDRE
maudetteIl y a 5 ans
J'ai l'impression que les imprimés un peu tribaux sont encore très tendance en 2011. On en voit un peu partout, je pense surtout aux imprimés un peu style aztèque, j'ai l'impression de voir que ca chez Zara et H&M !

J'aiiiiiiime !!
RÉPONDRE
charlotteIl y a 3 ans
La tendance tribale est magnifique et super inspirante, je crois qu'elle est toujours à la mode aujourd'hui d'ailleurs !

J'aime surtout tous ces imprimés un peu psychédéliques et les bijoux, si je pouvais je ne m'habillerais que comme cela !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode