Défilé Christopher Kane - Printemps/été 2009

Le petit chouchou de la presse britannique ne peut plus se permettre de miser uniquement sur ses micro robes sexy en diable pour ravir le cœur des rédactrices de mode. Après quelques saisons d'existence, il se doit ainsi de transformer l'essai en prouvant à la critique que son nom est fait pour durer…
Défilé Christopher Kane

Qu'elles semblent lointaines ses collections uniquement composées de petites robes impudiques... Après avoir fait de sa personne un talent à suivre, Christopher Kane délie sa plume en imaginant un vestiaire plus complet, avec ce qu'il faut d'esprit couture, de détails commerciaux et de trouvailles originales pour assurer sa survie, tant financière que mondaine.

Cependant, à l'évocation des thèmes ayant inspiré la collection printemps/été 2009, nous serions tentés - tout comme la propre sœur du créateur - de douter du sérieux de ce dernier... En effet, Christopher Kane déclare avoir puisé la substantifique moelle de sa collection dans le trio suivant : "La planète des singes", "La famille Pierrafeu" et "Gorilles dans la brume" le tout saupoudré de l'image de Raquel Welch dans "One Million Years B.C.??...

Néanmoins, en apercevant les premières silhouettes du show nos inquiétudes n'ont guère fait long feu : si ses inspirations sont dignes d'une cour d'école des années 80, sa collection est celle d'un virtuose de la coupe, féru de fantaisie raffinée.

Défilé Christopher Kane

Pour une fois, le créateur semble suivre un fil conducteur, prenant sa source au cœur de sa dernière présentation. Les pastilles d'hiver se retrouvent ainsi réinterprétées en découpes circulaires - qui ne sont pas sans évoquer les années Cardin - afin de permettre à Kane de développer une idée au long court sans se sentir obligé de repartir à zéro à chaque nouvelle saison.

Les lunes et demi lunes sont dès lors le point fort de son vestiaire : en organza ou en cuir, elles habillent chaque modèle de savants volumes et découpes. Sur les pull-overs imprimé léopard (sur fond fluo) on retrouve l'inspiration Pierrafeu qui, associée à une veste de cuir ouvragée, perd en sauvagerie et gagne en modernité. Par ailleurs, on redécouvre les toilettes de mousselines cher au créateur, qui se pensent en transparence et semi-opacité, dévoilant ainsi toute la subtilité de leur construction. Quant aux gorilles de Diane Fossey, c'est en impression pour le moins King Kongesque qu'ils se manifestent au sein de la collection...

Que ce soit par les sérigraphies sur top évoquant les grands singes ou grâce à ses jerseys léopard, Kane a d'ores et déjà assuré ses ventes en boutiques. Quant aux robes de pastilles, elles semblent avoir été conçues pour flatter la silhouette longiligne de Carine Roitfeld... Christopher Kane est donc assurément en voie de pérennisation...


©photo : Vogue
Partager l'article
Par Lise Huret, le 17 septembre 2008 dans Défilés
Vous aimerez également
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
4 commentaires
Tous les commentaires
Joli félinIl y a 8 ans
On aurait pu croire l'overdose de pastilles difficile à digérer mais les silhouettes sont pour la majorité vraiment convaincantes et le défilé est esthétiquement superbe!

!
RÉPONDRE
AlexIl y a 8 ans
Vraiment super... j'aime particulièrement les ccouleurs !
RÉPONDRE
LucieIl y a 8 ans
Tout comme Joli félin, je trouve que les paillettes rendent très bien... même si c'est très étonnant !

Par contre je ne suis vraiment pas fan de l'imprimé gorille, bien kitsch dans le style de la marque Manoush... ca doit être hype mais perso ca ne me touche pas du tout !
RÉPONDRE
lionoffashionIl y a 8 ans
Wowow, le travail de découpes et de superpositions en pastilles est vraiment magnifique, je pense en particulier à la troisième silhouette du haut, et aux deux dernières du bas...
Conquise, je suise!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode