Défilés printemps/été 2009 à Milan

Après quelques saisons de badinage stylistique, Milan est redevenu Milan. Dolce & Gabbana s'est ainsi gorgé de sexyness, tandis que Versace nous proposait du glamour hype racé. Cependant, au milieu du clinquant ambiant percent de jolies perspectives d'avenir, donnant plus que jamais le beau rôle aux matières en tous genres…


Jeux de transparence

Défilés printemps/été 2009 à Milan

Cette saison, les effets de transparence sont incontournables (même si l'on ne sait guère comment la rue se les appropriera). Ouvertement impudiques ou se plaisant à suggérer l'interdit, ils investissent les vestiaires les plus chics, imposant aux aficionados du luxe la nécessité d'un corps parfait.

  • Chez Just Cavalli, c'est la robe 1900 (ambiance Charleston) qui est remise aux goûts du jour. On admire la délicatesse de la dentelle ainsi que la finesse du tulle, mais surtout l'habile jeu de construction permettant de dévoiler un maximum sans pour autant tomber dans la vulgarité. On note la présence de la culotte taille haute qui, en ces temps où la mousseline évanescente est à la mode, fait son grand retour.
  • Pour Fendi, Karl Lagerfeld a imaginé une ingénue futuriste. Tandis qu'il travaille ses guipures au laser, il se plaît également à rappeler les crinolines d'antan par des superpositions de volumes arrondis en nylon irisé ou en organza lumineux. Il insuffle ainsi une modernité quasi géométrique à ses élégantes intrépides, sachant manier les transparences avec chic.
  • Marni a également succombé à l'appel de l'impudeur, faisant fi de ses bonnes manières. La maison italienne propose ainsi des pièces faussement sages, comme ce pantacourt en mousseline de soie transparente mettant en échec l'esprit très "madame" de la collection.

Certes, les transparences décomplexées et l'esprit "mini boxer" sous organza classieux nous font vibrer, cependant il faudra étudier le sujet de près et ne s'y risquer que si la tendance fini par prendre, car les pionnières du genre risque de ne pas passer inaperçues...


Filles à franges

Défilés printemps/été 2009 à Milan

Si le blanc et les teintes nude ont le vent en poupe, ce n'est pour certains qu'un prétexte, afin de pouvoir travailler le concept de la frange sans risquer la surcharge...

  • Alessandro Dell'Acqua se risque à traiter les franges version Pocahontas glitter. Harmonieux, le résultat possède néanmoins l'aigre goût de déjà vu. On rappelle au passage que seuls des fils de qualité, abondants et minutieusement tissés peuvent donner ce joli effet de fouillis vaporeux ; on boude donc les petites robes cheaps, qui se feront un plaisir de galvauder encore un peu plus le charme des frangettes...
  • Blanc virginal pour ce doux ensemble d'Alberta Ferretti, qui travaille avec justesse le thème des franges amérindiennes. Délicatement posées ton sur ton sur une sobre jupe droite, elles atténuent leur folklore au profit d'une fantaisie bohème très urbaine.
  • C'est finalement chez Jil Sander - qui a fait de la frange son thème principal - que l'on découvre le potentiel moderne de ce détail trop souvent traité sans subtilité. Ici, les franges allègent les modèles quasi monacaux de Raf Simons, leur conférant une luminosité intéressante et une sophistication intello diablement élégante.

Adieu Minnetonkas et autres bondieuseries hippie bohême : si l'on désire expérimenter intelligemment cette tendance, il faudra se la jouer un brin conceptuel et penser monochrome et esthétique novatrice. Pour cela, on revisionne le show de Jil Sander, qui a d'ailleurs envoûté Carine Roitfeld...


Peau de sirène

Défilés printemps/été 2009 à Milan

Paillettes, lurex et lamés ont conquis cette saison le cœur de designers. Ces derniers, séduits par la luminosité changeante de ces matières, ont délaissé leur nature "cocktail" afin de leur apposer un dress code plus casual, leur permettant d'exister de jour.

  • Chez Burberry Prorsum, les reflets métallisés d'une simple robe housse viennent pimenter un total look gris brouillard. La mélancolie des silhouettes de Christopher Bailey gagne ainsi en intensité, patinant de romantisme une matière peu habituée aux intempéries. Les chaussettes ton sur ton et le collier de fleurs sauvages achèvent de retranscrire la notion de raffinement casual propre à Bailey.
  • Traditionnellement chez Max Mara, la pureté des lignes modernes fait figure de mantra. Cela n'empêche pas la maison italienne au style incisif de se permettre - à juste titre - un léger twist à l'occasion de son opus été 2009. En effet, les robes chemises entièrement rebrodées de sequins offrent une touche de folie maîtrisée tout à fait acceptable.
  • Rien n'effraie l'élégance nonchalante convoquée cette saison par Etro, et surtout pas cette blouse cousue de fils d'or associée à un pantalon soyeux. Moirés et scintillants, ces atours aux accents orientaux se font fluides et élégants, afin de sublimer une it girl aux envies cosmopolites.

Au final, ce sont les silhouettes de chez Burberry qui transposent au mieux les reflets électriques de cette nouvelle mode glitter au cœur de notre quotidien. Sobres et parfaitement racées, elles nous feront marier sans complexe lurex, jersey de coton et lainages.


Pantalons oversize

Défilés printemps/été 2009 à Milan

Depuis que Katie Holmes nous a imposé le jean large en "must have" de saison, le slim a pris un petit coup dans l'aile. Et ce n'est pas la recrudescence du XXL sur les podiums italiens qui inversera la tendance... Qu'il soit court, taille haute ou imprimé, le format "giant" est désormais devenu la norme en matière de pantalons.

  • "Quitte à se la jouer pièce forte du look, autant surdoser l'effet". Voilà ce qu'ont dû se dire Domenico Dolce et Stefano Gabbana, qui en plus d'emmener leurs lolitas dans une station balnéaire clinquante n'hésitent pas à associer pont, taille haute et rayures verticales rouges sur un seul et même pantalon xxl...
  • Chez Missoni, ce sont avant tout les harmonies chromatiques qui priment. Le jaune moutarde d'un cache-cœur flou épouse ainsi le vert cèdre d'un pantalon à pinces droit et large sur la jambe, lui apportant ce qu'il faut d'audace pour ne pas paraître trop classique. En effet, ce dernier gagne à être traité dans des teintes sortant de l'ordinaire.
  • On retrouve le pantacourt chez Salvatore Ferragamo, qui n'hésite pas à adopter les deux "it" de la saison : la longueur mi-cheville, ainsi que le volume droit et large. Ce genre de pièces se porte évidemment haut perché, afin d'éviter l'effet "pêche aux moules".

Présents sur quasiment tous les catwalks sous des formes diverses et variées, les pantalons larges dament définitivement le pion au slim...


Rondeurs autorisées

Défilés printemps/été 2009 à Milan

Courbes généreuses, formes ovoïdes... nous ne parlons malheureusement pas des mannequins (qui cette saison ne furent jamais aussi minces), mais d'un certain engouement pour une géométrie tridimensionnelle mettant à l'honneur sphères et ovales.

  • Chez Iceberg, les manches d'une veste en cuir cintrée se gonflent ainsi démesurément, conférant à la silhouette une vraie saveur nineties. Entre rock et disco, ces pièces au volume surdosé peuvent s'avérer divines sur un bas ultra sobre et skinny à l'extrême.
  • Sur le podium Dolce & Gabbana, c'est l'esprit geisha qui infuse cette veste aux oreilles de Mickey. Cependant, si la riche tapisserie qui la compose lui évite tout ridicule, le faste futuriste de ce genre de créations n'a sa place que sur un podium...
  • Chez Gianfranco Ferre, les nouveaux DA - Tommaso Aquilano et Roberto Rimondi - travaillent les volumes au cordeau, ciselant de près les matières virginales afin de leur donner une consonance à la fois ultra contemporaine et indubitablement élitiste. La ligne, parfaite, impose un maintien altier, redéfinissant la notion de chic avec brio.

Graphique et couture, cette tendance n'est pas de celles qui se déclineront façon mass market, même si elle pourrait bien nous inspirer quelques folies...


Pyjamas masculins

Défilés printemps/été 2009 à Milan

Lancé en grande pompe chez Dolce & Gabbana, le thème "dessous dessus" a pris un virage inattendu sous leurs doigts malicieux. En effet, nous sommes loin des tenues de lingerie affriolantes portées en guise de baby doll qui accompagnent d'ordinaire ce genre de concepts. Pour la saison été 2009, ce sont ainsi les pyjamas de monsieur qui se voient mis à l'honneur...

  • Chez Etro, la rayure sur cotonnade passée fait clairement référence à la tenue de nuit d'un sage père de famille. Cintrée taille haute et agrémentée d'un top translucide travaillé, celle-ci peut faire illusion et effectivement s'offrir une seconde vie sur les épaules de madame.
  • Toute de satin vêtue, l'aristocratie Dolce Gabbanienne conserve toute sa morgue en dépit de la crise financière qui secoue ses acquis. Loin de se refuser les charmes du luxe pour cause de krach boursier, les femmes se glissent dans les pyjamas haut de gamme de leurs maris, les accessoirisant de tous les signes extérieurs de richesse afin de les transformer en ensembles dernier cri.
  • De son côté, Marni pêche par excès de confiance. Croyant que sa science des couleurs pourra tout sauver, Consuelo Castiglioni tente le diable en imaginant un tailleur-pantalon rigide et sans allure, pourvu de rayures peu flatteuses... le revival du pyjama se fera sans elle.

A la manière smart de Dolce & Gabbana ou à celle plus champêtre d'Etro, il est possible que nous nous laissions tenter par cette fantaisie estivale qu'est le pyjama d'extérieur...


En bref :

  • Le jaune chimique, l'orange acide et le rose bubble gum feront vibrer l'été prochain (Bottega Veneta, Pucci, Versace, Marni)
  • On continue de ceinturer taille haute robes housse et pantalons larges (Missoni, Fendi, Blumarine)
  • Les maxi pendentifs art déco, romantique ou kitsch pourraient s'avérer être Les bijoux de l'été (Bottega Veneta, Burberry Prorsum, Iceberg)
  • Les petites choses en python se font également remarquer...

©photo : Vogue
Partager l'article
Par Lise Huret, le 02 octobre 2008 dans Défilés
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
5 commentaires
Tous les commentaires
cocoforeverIl y a 8 ans
QUEL BEL ARTICLE !!!!!
C'est vrai milan redevient milan , que c'est beau ,j'adore les pantalons over-size mais surtout les jeux de transparances et les rondeurs des vêtements ! gianfranco ferré
RÉPONDRE
ChristopheIl y a 8 ans
Comme d'hab' un décryptage qui vaut le détour...
Un coup de c?ur pour les nouvelles tenues glitter :)
RÉPONDRE
Jean LucIl y a 8 ans
Je crois que Milan a toujours resté Milan, et il le sera toujours.
RÉPONDRE
NolaIl y a 8 ans
Milan était, est et restera le haut lieu de la mode.
J'ai adoré les photos de l'article en particulier celles de Gianfranco Ferre, Salvatore Ferragamo, Just Cavalli et Fendi.
Ce sont les plus belles créations de ces designers; du moins c'est ce que je pense!
RÉPONDRE
LNIl y a 7 ans
J'aime bien la petite robe frangée Alessandro Dell?Acqua, ça fait petite fille... Et je cherche déjà où me trouver une robe "sirene" comme à Burberry. J'ai regardé a peu près toutes les photos des défilés et je trouve que Milan est bien l'endroit où il y a les plus beaux!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode