Christophe Decarnin

Bottes frangées, micro robes jet-set et pantacourt rock (le tout arrosé d'une bonne dose de glitter), telles sont les pièces qui depuis quelques saisons ont propulsé la maison Balmain au summum de la branchitude. Cependant, alors que des mythes se tissent autour des Ghesquière, Theyskens et autres Stella, le DA de Balmain reste dans l'ombre. Néanmoins, Christophe Decarnin est bel et bien le créateur le plus prisé du moment…
Christophe Decarnin

Christophe Decarnin est à Balmain ce que Stella fut à Chloé et ce que Ghesquière est à Balenciaga : un esprit créatif fort, capable de redorer le blason d'une maison en perte de vitesse. Ils sont en effet parvenus à mixer références et innovations, composant ainsi des collections prisées des rédactrices de mode, et enclines à remplir les caisses des actionnaires...

Cependant, si les autres jeunes créateurs ont fait de leur personne un argument de vente, Christophe Decarnin reste obstinément dans l'ombre, en dépit du succès de ses collections. On peut d'ailleurs se demander pourquoi son nom n'a éclos dans les journaux qu'en 2006... Avant son apparition chez Balmain, où pouvait bien se cacher celui qui a su réintroduire si rapidement la griffe dans les pages de Vogue ?

Christophe Decarnin, fils unique d'un couple de fonctionnaires, a passé son enfance dans le Nord de la France. Petit garçon, il passe son temps à dessiner, avant d'être intrigué par les vêtements anciens : il commence ainsi très jeune à découper ses vieux habits pour en concevoir de nouveaux. Plus tard, il achète les tissus de son choix et coud pour lui et ses amis.

Défilé Balmain

Le déclic mode se passera lorsque Christophe tombe sur un livre de photographies de Richard Avedon. Celui-ci sera sa bible, sa source d'inspiration, et le mènera petit à petit vers des études de stylisme à Paris. Christophe Decarnin déclarera plus tard que bien plus que les designers eux-mêmes, ce sont les images de mode qui le fascinent et boostent sa créativité.

Il descend alors à Paris, s'inscrit à l'ESMOD et s'installe dans un petit studio dans le quartier des Halles. À part ses camarades de classe, il ne voit pas grand monde : il faut dire que le jeune homme est timide - ou tout du moins pas très loquace - ce qui l'empêche de tisser des liens qui auraient pu dynamiser sa carrière.

À la sortie de ses études, il travaille en freelance, avant d'être embauché (en 1993) chez Paco Rabanne. Sous la houlette du couturier, Decarnin ronge son frein : alors qu'il est persuadé d'avoir la capacité de créer des robes à la fois pointues et commerciales, Paco Rabanne (qui dans les années 90 est plus enclin à prédire la fin du monde qu'à renouveler la mode) ne lui offre pas la possibilité de s'exprimer.

Christophe Decarnin

En 2000, Christophe Decarnin reprend sa liberté et choisit de travailler comme consultant pour Apostrophe. Le P.D.G. de la société, Patrick Hazan, apprécie son travail, si bien que lorsque Alain Hivelin (directeur de Balmain) cherche au pied levé un styliste pour concevoir la collection de février 2007, Hazan lui souffle le nom de Decarnin.

À 42 ans, Christophe Decarnin est alors projeté dans l'univers du luxe avec pour mission de créer dans un temps record (45 jours) une collection capable de rebooster Balmain, qui depuis plusieurs années fait figure de belle endormie. Il se plonge ainsi dans les archives de la maison, s'imprègne de la conception que Pierre Balmain a du vêtement et occulte les années Oscar de la Renta, Lagerfeld et autres pour revenir aux composantes premières de Balmain : ne pas se soucier d'être à l'avant-garde ou dans la tendance, et axer sa réflexion sur comment booster l'allure des femmes.

En février, il propose une collection "soir", composée de micros robes ouvragées. Son discours est ouvertement sexy, mais aussi fondamentalement moderne : il traite les toilettes de soirée comme un vêtement de jour, leur insufflant la casualness nécessaire pour dépoussiérer le genre et séduire massivement les jeunes femmes.

Carine et Julia Roitfeld

Son travail rencontre un succès foudroyant : les it girls sont emballées par ses robes trop courtes et l'esprit rock chic qui s'en dégage, tandis que le clan Vogue (Roitfeld/Alt/Sauvé) tombe amoureux de Balmain. Introduit par Emmanuelle Alt - qui est depuis longtemps son ami - Christophe Decarnin trouve chez Vogue ce qui lui manque de connections et de glamour attitude. Il faut dire que s'il dessine pour des jet-setteuses clubeuses, il ne met jamais les pieds dans leurs soirées...

Dès lors, Carine et Julia Roitfeld portent du Balmain à Cannes, tandis que les pages de Vogue font la part belle aux créations du styliste et que Alt travaille en tant que consultante auprès de Christophe. Cela permet de façonner l'image du couturier et de lui souffler l'équation magique (sexyness/cooliness/rock glitter) donnant naissance aux néo Jane Birkin défilant sur son podium.

En quelques saisons, Balmain a ainsi réussi à remplacer Balenciaga au hit-parade des maisons branchées. Du coup, les jolies lianes du show-business - que ce soient Gwyneth Paltrow ou Charlotte Casiraghi - ne jurent plus que par ses mini longueurs et ses vestes sophistiquées...

Toilettes Balmain

Petit à petit, Decarnin développe un prêt-à-porter destiné à briller de jour. Fier du terme "semi-couture" apposé à son style, il conjugue avec brio excellence de la coupe, matières d'exception et énergie glam'rock. Alors que Ghesquière développe la notion de technocouture (au risque de rencontrer l'incompréhension de la clientèle), Christophe Decarnin propose avant tout une mode évidente, capable d'être adoptée immédiatement. Ceci explique certainement l'engouement général suscité par son travail...

Ainsi, que ce soient les modeuses flashant sur la dégaine raffinée de ses modèles glitter, les Zara et consorts qui s'inspirent copieusement de ses collections ou encore les hype girls qui s'affichent régulièrement en Balmain, tous les acteurs de la mode pensent désormais en mode Balmain. En dépit de ne créer que pour un certain type de filles et d'évoluer dans une gamme de prix défiant l'imagination, Christophe Decarnin a su envoûter un public très large avec sa vision moderniste de l'élégance.

Épris de liberté (tout en ayant conscience que l'on ne peut rien faire de bon sans connaître et s'imprégner de ses racines), il est parvenu à redonner à Balmain l'aura des jours de gloire. Là où les grands noms de la mode avaient échoué, celui qui préfère les backstages aux lumières a surpassé les pointures du milieu...

Partager l'article
Par Lise Huret, le 24 octobre 2008 dans Marques & Créateurs
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
18 commentaires
Tous les commentaires
Tendance-ModeuseIl y a 8 ans
J'admire beaucoup son travail mais c'est vrai que son nom restait pour moi un mystère ^^ Incroyable le souffle qu'il a réussit à redonner à Balmain (ce n'est pas pour rien qu'elle est maintenant ma griffe favorite :)) ! Et quelle merveille cette nouvelle collection!

(Et félicitation à Coco pour cet article merveilleusement bien rédigé)
RÉPONDRE
delfinaIl y a 8 ans
Moi je ne trouve pas son travail d'un extraordinaire envergure, franchement... Il y a quand meme une raison simple au fait qu'on parle beaucoup plus de Gesghiere ou de Phoebe Philo... Ils offrent une vision plus interessante! Pour moi la seule difference entre le fait que ses vetements soirent plus chers, c'est la facon dont ils sont faits, pas leur silhouettes... Ils pourraient porter l'etiquette Kookai ce serait pareil.
RÉPONDRE
Manu Prince SIl y a 8 ans
très intéressant ce billet!!! On y trouve bcp d'explications... Je travaille avec Balmain au quotidien, mais la maison restait une énigme pour moi (je connaissais l'histoire de M. Pierre Balmain, mais lmoins l'actu...).

Le seul truc qui me chagrine est l'influence de Alt qui insuffle parfois un peu de déjà vu. D'ailleurs la collection SS09 laisse un peu à désirer, mais chez Givenchy aussi alors on espere que ce ne sera qu'une passade!!

;)
RÉPONDRE
b2chooIl y a 8 ans
Moi ossi, bien que trouvant ses collections très belles, regrette cette constante répétition!
Je regrette que ces marques en renaissances se copient et courent après le hype!
Je trouve que l'influence de vogue Fr est trop présente dans certaines maisons!!
Givenchy,Balmain,Alexander Wang!On voit bien que le duo alt-roitfeld a une influence de plus en plus forte!
J'avais vu dans Zone Interdite un reportage sur Babeth Djian, patronne du Numero qui avait le privilège comme de nombreuses rédacrtices de voir avant la fin de la confection la collection Lanvin!!!!!!
je trouve que ces rédactrices sont trop présentes!!!ça nuit au travail des créateurs!!!!!
La différence est que chez Givenchy et Balmain ont voit Vogue FR et che Lanvin on voit du Elbaz!!!!!!!
En attendant, j'espère que Decarnin nous surprendra dans 5 mois!!!!
RÉPONDRE
olgajeanneIl y a 8 ans
Bonjour Coco,
Pour ma part je trouve le "phénomène Balmain" sur-évalué. Ok, du point de vue du style, il y a quelque chose, ce quelque chose que l'on avait en effet trouvé chez Balenciaga, cette dégaine filiforme un poil trash rock n'roll, qui n'est autre que l'empreinte d'Emmanuelle Alt, qui a trouvé un nouveau poulain à qui insuffler son goût des micro-proportions. Quant on regarde les vêtements Balmain de près, en boutique (j'y suis allée, intriguée), il s'agit de vêtements tous simples, avec des imprimés voyants, le léopard rouge franchement on fait plus nouveau même si je suis consciente que commercialement ça marche à fond et que c'est identifiable au 1er coup d'oeil, des broderies assez "bling-bling"(mais authentiquement indiennes, sans prise de distance) juste un peu plus travaillées que celles d'Antik Batik, par exemple. La comparaison avec Balenciage me dérange, car on est loin, très loin, de la virtuosité du travail de coupe, de recherches de matières, bref d'innovation, de Nicolas Ghesquières, qui certes a pris plus d'assurance avec le temps. A suivre, mais attention à l'effet de mode, si prompt à retomber comme un soufflé. néanmoins E Alt a déjà prouvé qu'elle était bonne cuisinière.
RÉPONDRE
cegil13Il y a 8 ans
Salut Christophe, je suis Céline ta petite cousine de 33 ans (l'ainé de Philippe), je suis tombée par hasard sur ce site... bien que pas vraiment intéressée par la mode, je voulais juste te féliciter pour ta belle réussite. Bravo! Grosses bises
RÉPONDRE
YumikoIl y a 7 ans
Sublime, j'adore son travail, c'est vraiment LA source d'inspiration de cette saison et les silhouettes les plus copiées, à la fois ingénieuses, modernes et portables.
RÉPONDRE
VéroniqueIl y a 7 ans
Bravo Christophe, je suis fière de ta réussite, j'ai toujours su que tu réussirais a réaliser ton rêve, tu as toujours eu ton style bien a toi, au Lycée, beaucoup se moquait de toi, tu leurs fais un joli pied de nez ...
Je me souviens de nos après midis stylisme, ou tu tentais de me faire ressembler a Maryline ...
RÉPONDRE
lollipops25Il y a 7 ans
J'adore !
ET puis la robe noire bustier (la 3ème de la 2ème série de photo) est juste sublime !!!!!!!!!
Je la veux !!! lol
(Peut être pas les moyens !!!)
RÉPONDRE
Carla A.Il y a 7 ans
Decarnin a véritablement redoré l'enseigne Balmain. Il a réinventé la silhouette de la marque, futuriste, féminine et un brin destroy. Une bien belle symphonie. Et pour cause, le succès a été immédiat. Seulement, depuis quelques saisons, il semble un peu se reposer sur ses acquis. A croire que comme les stars s'exhibent volontiers toutes de Balmain vêtue, il a réussi, et qu'à présent il doit reprendre ses anciens modèles et les modifier quelque peu. Je pense qu'il devrait vite innover, parce que notoriété ou pas, il va bien finir par lasser...
RÉPONDRE
LemnearIl y a 7 ans
Le DA de Balmain a tout gagné en reprenant la direction de cette maison qui il y a quelques temps encore était complètement oubliée. Avec son style pour jet setteuses super friquées, ce petit gars du nord a su tirer son épingle du jeu... Chapeau !

Par contre, je me demande combien de temps le conte de fées va durer, et si une fois la balmainmania terminée, decarnin trouvera encore sa place dans la mode.
RÉPONDRE
tonyIl y a 7 ans
On peut dire ce qu'on veut sur Decarnin, mais n'empêche qu'il a réussi a faire de Balmain une griffe mondialement reconnu. et pour ca je pense qu il a définitivement sa place dans la mode.
Après on aime ou on aime pas, mais bon ce mec a quand même un certain talent !
RÉPONDRE
decarninIl y a 6 ans
Cher Christophe,

La famille de ton frère Jean-Pierre suit, de loin, mais avec fierté et affection le chemin que tu parcours avec un succès bien mérité.
Lucas, Marie et Simon, tes petits neveveux que tu ne connais pas sont fiers de toi.
Lucas,16 ans et demi; te ressemble beaucoup.
Pourrai-je te les présenter un jour?
Je t'embrasse trés affectueusement

Christiane DECARNIN
RÉPONDRE
scéptiqueIl y a 6 ans
Christophe Descranin, le créateur de Balmain est très ami avec Emmanuel Alt, mais leur amitié ne s'arrête pas à la sphère privée. La journaliste de Vogue travaille sur le stylisme des collections Balmain. c'est bizarre, non ? Comment elle peut après avoir un regard neutre lorsqu'elle montre du Balmain dans Vogue.
C'est peut être à cause de cette collaboration qu'on voit tant le travail de Christophe Descarnin dans vogue?
Alors je ne sais pas si à Christophe Descarnin ou à Emmanuel Alt qu'on le doit, mais en tout c'est coool que le dernier défilé Bamain ai un peu changé d'orientation cette saison.
RÉPONDRE
jojojacksonIl y a 6 ans
Remember Decarnin's Michael Jackson "tribute" last year just before his death? Who did he showcase this year?
RÉPONDRE
L'épingleIl y a 6 ans
Personne ne parle de la seconde ligne mort-née cet hiver ....?
RÉPONDRE
nadineIl y a 5 ans
Je suis hyper triste que Christophe Decarnin ai été viré de chez Balmain. J'ai vraiment ADORé tout ce qu'il a fait pour cette griffe. Les vestes épaulées, les robes glitter, les pantalons skinny, la marinière à strass, les robes longues ultra sexy : chacune de ces créations de Christophe Decarnin ont marqué ces dernières années.
Decarnin et Balmain c'était un mélange entre luxe et cool, qui je trouve fonctionnait vraiment mais vraiment bien.
En plus avec son amie Emmanuelle Alt à la tête de Vogue, il aurait put avoir encore plus de visibilité. c'est vraiment dommage qu'il ai craqué à ce moment là.
Il va vraiment me manquer. Et je ne suis pas sure du tout que celui qui le remplace, Olivier Rousteing, sache me faire rêver comme la fait Christophe Decarnin.
RÉPONDRE
Christophe Decarnin where are you ? Il y a 4 ans
Christophe Decarnin me manque. J'aimais beaucoup ce qu'il faisait pour Balmain. Et puis c'est très bizarre d'avoir apprécié un créateur comme ca pendant plusieurs saison, avoir aimé Balmain à cause de ce créateur et puis d'un coup... Plus personne. On ne sait pas ce qu'il est devenu. On parle de dépression. Est-ce que Christophe Decarnin s'est définitivement retiré de la mode ? L'année ou Christophe Decarnin est parti de Balmain est la même ou John Galliano a été éjecté de chez Dior, année bien pourrie. Pas certaine que Balmain et Dior arrive à retrouver leur succès d'avant.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode