Riccardo Tisci

Alors qu'il était quasi-inconnu du milieu de la mode lors de sa prise de pouvoir chez Givenchy en 2005, Riccardo Tisci a su faire renaître l'illustre griffe de ses cendres. Au fil des saisons, il a ainsi su apposer à la silhouette Givenchy une féminité inédite emprunte de poésie dark, la réintroduisant ainsi au cœur de l'actualité tout en respectant l'âme de la maison…
Riccardo Tisci

Originaire des Pouilles en Italie, Riccardo Tisci grandit au milieu de ses huit sœurs. Il confiera plus tard que cet entourage féminin a sûrement généré en lui une forte inclinaison pour le romantisme et la sensualité. Lorsqu'il atteint l'âge de voler de ses propres ailes, le jeune homme décide d'aller poursuivre ses études en Angleterre et d'y intégrer la fameuse Saint Martins School, où il passe des années studieuses.

Sa collection de fin d'études sera d'ailleurs fortement remarquée, notamment par une boutique londonienne - Kokon To Zaï - qui lui propose de l'acheter directement. En dépit de l'opportunité commerciale que cela représente, Riccardo refuse, car il désire conserver sa collection en souvenir. Cependant, Kokon To Zaï ne renonce pas et lui propose de réaliser quelques pièces spécialement pour elle, une proposition qu'il accepte. Ses créations sont alors très vite repérées, au point de se retrouver dans les pages du Vogue anglais et de séduire la chanteuse Björk.

Durant plusieurs années, on a ainsi pu trouver chez Kokon une collection signée Riccardo Tisci. Cependant, ce dernier n'a alors guère les moyens de faire produire ses vêtements. Il réquisitionne donc sa mère et ses sœurs, qui jouèrent durant cette période le rôle de petites mains...

Défilé Givenchy

Petit à petit, il commence à se faire un nom dans le milieu et différentes propositions de travail s'offrent à lui. Il devient alors directeur artistique chez Puma, puis oeuvre chez Coccapani. En parallèle, Riccardo tient à un jour un carnet où il note toutes ses inspirations, en pensant au moment où il sera amené à créer pour lui-même, une éventualité qui lui semble assez lointaine. Le destin le rattrapera plus vite que prévu...

En 2004, Riccardo Tisci signe un contrat de trois ans avec Ruffo Research, une griffe qui propose à des jeunes créateurs de travailler pour elle, leur offrant une vrai exposition et gagnant ainsi elle-même en dynamisme. Cependant, alors que Riccardo Tisci est en plein travail, Ruffo Research lui fait savoir que tout est annulé et que par manque de moyens ladite collection doit passer aux oubliettes.

Au lieu de s'apitoyer sur son sort, Riccardo voit dans ce revirement de situation un signe du destin, d'autant plus que ses amis (mais également les acheteurs et les rédactrices de mode) le poussent à créer sa propre griffe. Revigoré par leur soutien, il s'envole vers l'Inde (où il a quelques contacts) et met sur pied une collection capsule. Le résultat est si probant que ses amis le convainquent de défiler lors de la fashion week de Milan. Or Riccardo n'a pas les moyens...

Riccardo Tisci et Mariacarla Boscono

Qu'à cela ne tienne, chacun propose de travailler gratuitement et Mariacarla Boscono, la muse et presque sœur du styliste, se débrouille pour convaincre les tops les plus en vogue de défiler gracieusement. De plus, elle ne se contente pas de lui composer un casting de rêve et réussi à convoquer toute la presse mode qui compte : Vogue US, Another Magazine, Dazed and Confused... Même Carine Roitfeld a fait le déplacement...

La collection fait des étincelles, et l'attention se focalise sur ce créateur au style à la fois romantique, sensuel et graphique. Quelques semaines après Milan, Riccardo est approché pour reprendre la direction artistique de la maison Givenchy. Seule condition : il doit abandonner sa propre griffe et se donner à 200% dans son nouveau job. Il faut dire que le challenge est de taille : pas moins de cinq créateurs - et non des moindres - l'ont précédé et se sont cassés les dents sur le mythe Givenchy.

Il accepte, et s'immerge alors au sein des archives de la maison afin de pouvoir saisir les codes chers à Hubert de Givenchy, d'en extraire l'essence et de les inscrire dans la modernité. Pour sa première collection, Riccardo mise sur les non-couleurs, ses courbes sobres tentant de définir les lignes de la "couture Moderne". Dans un premier temps, la presse a du mal à savoir que penser de Tisci, celle-ci s'interrogeant sur ce que devrait être une collection Givenchy. Le passé chaotique de la griffe ayant brouillé les cartes, il est ainsi difficile de savoir si le travail de ce créateur quasi inconnu est à la hauteur...

Défilé Givenchy

Cependant, Riccardo Tisci ne s'en offusque pas et continue à imaginer Givenchy en noir et blanc, baigné d'une élégance novatrice, ciselée et pointue qui fait mouche auprès des femmes. En effet, si la critique ne sait sur quel pied danser, la gent féminine a vite pris la mesure du talent du DA de Givenchy. On voit ainsi la reine Rania De Jordanie s'afficher en Givenchy Haute Couture, quand ce n'est pas Cate Blanchett qui étrenne l'une des créations de Tisci sur tapis rouge...

Si Riccardo parvient à les séduire, c'est qu'il porte une attention toute particulière à ce que ses robes soient portables en dehors des podiums. Il ne crée pas pour le show, mais bien plus pour voir ses modèles portés dans la vraie vie...

C'est ainsi qu'épaulé par Carine Roitfeld (sa marraine de cœur depuis qu'elle a assisté à son premier show milanais) et conforté par l'accueil du public, Riccardo Tisci a pu se développer sereinement au sein de la maison Givenchy. En quelques saisons, son travail a fait l'unanimité et le défilé Givenchy est redevenu un moment fort de la fashion week parisienne.

Riccardo Tisci

Son style souvent monochrome - avec une nette préférence pour les teintes charbon - lui a valu d'être perçu comme gothique, ce que Tisci réfute. En effet, s'il aime le romantisme, la sensualité, la mélancolie et ne supporte pas les couleurs fades, il juge que cela ne doit pas l'enfermer dans un carcan dit gothique. Par ailleurs, il a su au fil des saisons dépasser largement la notion de goth' pour concevoir des silhouettes architecturales, graphiques, parfois fétichistes, novatrices et terriblement désirables. Ses défilés deviennent alors des creusets à must have...

Fière du succès de son poulain, LVMH lui confie en 2007 la section Accessoires et Homme de Givenchy. Riccardo dessine donc toutes les lignes de la maison. Sa renommée grandissante lui permet par ailleurs de vivre des expériences gratifiantes : il habille ainsi Madonna pour sa tournée internationale, préside l'édition 2008 du festival de Hyères et officie en temps que guest rédacteur en chef du A Magazine.

En dépit de ces plébiscites tous azimuts, Riccardo Tisci reste pourtant un jeune homme humble, réservé et concentré, préférant l'ombre à la lumière. Grâce à lui, Givenchy est revenu dans les petits papiers de Suzy Menkes, dans les bonnes grâces de Cathy Horyn et s'est ancré durablement dans nos fantasmes de fashionistas... Merci Riccardo.

Partager l'article
Par Lise Huret, le 06 novembre 2008 dans Marques & Créateurs
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
11 commentaires
Tous les commentaires
b2chooIl y a 8 ans
J'apprecie beaucoup son travail en P-A-P, mais en couture............
Je pense qu'il a une certaine sensibilité et même lorsqu'il crée des des slim en cuir, des looks monochromes
et etc..., c'est très léger, c'est porté de manière assez désinvolte!!!
Cependant, je note quelques bémols:
-La sensation, comme chez BALMAIN d'une présence presque étouffante du duo de Vogue.
-La répétition et le manque de créativité(même si c'est beau)de sa dernière collection
-Le fait(personnel)que l'on s'éloigne de plus en plus de l'univers GIVENCHY, ce qui me fait me poser certaines questions:
Fait t-il du Tisci chez givenchy où est-ce la visions qu'il a de la femme givenchy au 21ème siècle??
Sinon, je salut cet artiste qui a fait revivre cet illustre maison et espère qu'il nous surprendralors des prochains défilés
RÉPONDRE
seul et fabuleux !Il y a 8 ans
Pas toujours en accord avec mes gouts personnels mais j'aime beaucoup ce qu'il fait, la facon dont il le fait, la facon dont il croit en ce qu'il fait ... il est pour moi aussi grand que Lagerfeld, par son travail que par sa personnalité !
RÉPONDRE
sebIl y a 8 ans
article tres complet comme d'habitude merci Coco !non moi franchement je ne trouve pas son travail extraordinaire toujours ce style rock ,limite goth et féichiste mais ou est passé le style givenchy?cette classe naturelle ?
RÉPONDRE
loloIl y a 8 ans
J'adore son travail, son style, il est vrai que l'on peut se demander s'il fait du Tisci ou bien du Givenchy, il me fait un peu penser à Tom Ford sur ce point, mais c'est si beau !! Alors vraiment je serais triste que les choses changent ! Je voudrais avoir sa collection entière dans mon dressing, tout est sublime, j'adore tout ! Lui et les collections perso de Kris Van Assche me font vraiment tourner la tête !
RÉPONDRE
VicenzaIl y a 7 ans
Depuis que Riccardo Tisci travaille pour Givenchy, cette maison est devenue l'une de mes préférées. Que ce soit dans le prêt à porter ou la haute couture, il a su apporter une touche personnelle à la griffe, tout en conservant l'idée de la femme Givenchy, à savoir une élégante audacieuse et active, féminine et forte. J'ai d'ailleurs trouvé sa dernière collection haute couture absolument sublime : les bracelets nude qui enserraient les bras des mannequins sont devenus ma nouvelle fashion obsession...
RÉPONDRE
GarryIl y a 7 ans
Le dernier défilé Givenchy Haute Couture était à tomber par terre. J'ai eu la chance d'y assister et je suis resté hypnotisé par l'allure de ces sultanes dark venues d'ailleurs. Riccardo Tisci est un véritable génie. Pas un de ses défilés n'est raté, il sait vraiment créer des silhouettes à la fois grandioses et portables. Vivement la fashion week de Paris !
RÉPONDRE
JustineIl y a 6 ans
Riccardo Tisci est un dieu... Il fait un travail canon chez Givenchy. A chaque fois que je vois une star portée une robe Givenchy, je suis soufflée par la qualité du tombé et l'imagination de Riccardo Tisci. Ces créations sont à la fois glamour et chic, toujours élégantes. Le défilé haute couture Givenchuy de l'été dernier était sublime, les diadèmes "statue de la liberté" m'ont bluffé.
Riccardo Tisci c'est mon créateur préféré !!!!
RÉPONDRE
GisèleIl y a 6 ans
Riccardo Tisci me fait penser à Nicolas Ghesquières, je m'explique :
Comme le DA de chez Balenciaga il a fait des collections très belles et en même temps qui ont rencontrées le public et après ce succès, il s'est embarqué dans des collections moins évidentes, laissant un peu ses admirateurs sur le carreaux.
Apart la haute couture de Riccardo Tisci chez Givenchy que je trouve toujours époustouflante, je suis déçue par son prêt à porter qui soit reprend trop ses codes ou soit est vraiment trop conceptuel!
RÉPONDRE
Lili&ÀIl y a 6 ans
Le défilé de Tisci d'hier soir était l'un des plus beaux qu'il ait fait. Amazing !
RÉPONDRE
patoIl y a 5 ans
Riccardo Tisci chez Dior ? Moi je dis NON ! J'adore tellement ce qu'il fait chez Givenchy, son côté dark absolument sublime (suffit de voir la dernière campagne pour le parfum Dahlia Noir...), que je ne verrais pas Givenchy sans lui ! A mon avis ils ne le laisseront pas partir comme ca, sans lui à mon avis la marque perdrait une bonne partie de son identité !
RÉPONDRE
RosannaIl y a 5 ans
Personne ne parle de Riccardo Tisci pour aller chez Dior ? Je trouve ca dingue ! C'est le seul à mes yeux qui pourrait faire un truc de bien avec l'héritage Dior et ca sans ressembler à John Galliano . Il suffit de regarder les défilés Haute couture de Givenchy c'est très original et en même temps ca renouvelle l'image de Givenchy. Il pourrait très bien faire cela pour Dior.
Riccardo Tisci + Carine Roitfled ... La nouvelle équipe Dior ?
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode