La mode touchée par la crise

Les répercussions de la crise économique sur le petit monde de la mode ne se sont pas fait attendre. En effet, alors les futures fashion weeks semblent déjà marquées par la récession, certains géants du luxe se mettent déjà au régime sec…
La mode touchée par la crise
Pas un jour ne passe sans que l'on nous annonce un plan de restructuration ou un changement de stratégie économique. Personne n'est apparemment épargné, au point que la sphère mode (que nous avons tendance à croire indestructible et au-dessus de toute considération bassement pécuniaire) est en train de pâtir de cette conjoncture historiquement catastrophique.
Les enseignes de déstockage ont ainsi reçu dernièrement des lots inédits, comme ces cartons de Rolex dont le prix de vente n'aura plus rien à voir avec ceux de la rue de Rennes. De leur côté, des griffes telles que Sergio Rossi se voient dans l'obligation de fermer bon nombre de points de vente. Le créateur italien devrait même baisser définitivement les rideaux de toutes ses boutiques américaines, début 2009…
Et ce n'est pas tout : le glamour fastueux des défilés va également devoir faire quelques concessions. De l'autre côté de l'Atlantique, le CFDA préconise ainsi que les créateurs se réunissent afin de présenter leurs collections dans un même lieu (dans le but de minimiser les coûts d'organisation de la fashion week), tandis que d'autres vont imaginer des shows alternatifs - probablement présentés en vidéo - moins onéreux que le traditionnel duo catwalk/champagne...
D'ailleurs, alors que nous sommes encore dans l'expectative quant au futur déroulement des fashion weeks de février, quelques prises de position claires ne laissent plus aucun doute sur la mauvaise santé du milieu : alors que Donna Karan met sur pied une campagne de publicité sans tops models, de nombreuses collections homme - notamment Marni et Valentino - devraient soient briller par leur absence, soit être des plus sobrissimes...
La suite des événements risque donc d'être assez maussade : les gift bags se contenteront sûrement d'un oeuf Kinder, les afters des shows pourraient se mettre à l'eau du robinet, tandis que les it girls copieront - pour cause de budget restreint - le look grungy destroy d'Alice Dellal. Cependant, aussi trouble que s'annonce l'avenir, on ose croire en la capacité d'adaptation de l'univers mode, qui risque de transformer ces futures contraintes en prétextes pour innover, surprendre et continuer à faire palpiter notre existence…

©photo : Race Willard
Partager l'article
Par Lise Huret, le 10 décembre 2008 dans Analyses
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
9 commentaires
Tous les commentaires
Tendance-ModeuseIl y a 7 ans
Des cartons de Rolex?! J'ai un peu de mal à le croire vu que les Rolex sont fabriqués sur commande uniquement (je le sais car mon père travaillait pour eux, mais peut être parles tu de modèles d'entrée de gamme fabriqués à l'avance?) et qu'il faut attendre au moins quelques mois (suivant les modèles) avant de les avoir entre les mains. Donc les répercutions sur le secteur horloger de luxe ne devrai normalement pas se faire sentir avant février.. ?

Dur dur d'être top modèle par les temps qui courent! Mais en même temps je me dis que la mode ne pourra que rebondir pour être plus belle encore un fois les temps difficiles passés, sans compter qu'effectivement cela ne devrait que doper l'imagination de nos créateurs favoris!
RÉPONDRE
Coco (TDM)Il y a 7 ans
Les Rolex doivent être effectivement des modèles d'entrée de gamme ;)

Voici la source de l'info :
http://www.lepoint.fr/actualites-societe/les-enseignes-de-destock...
RÉPONDRE
Manu Prince SIl y a 7 ans
On s'y attendait un peu, même si plus personnellement je pense que toutes les maisons ne seront pas touchées. Disons qu'une marque plus "fashion" comme Dolce & Gabbana aura un peu plus de mal qu'un Hermès classique où le prix est garant d'une qualité irréprochable. Les maisons qui surfent sur la tendance et sur le rapide auront plus de souci à se faire avec la disparition progressive des nouveaux russes qui n'avaient pris aucune précautions face à la crise...
RÉPONDRE
Antoine MorinIl y a 7 ans
Je souhaiterai juste dire que pour certaines marques qui se permettent de vendre des produits de mauvaise qualité "made in China" et le plus souvent des marques américaines se considérant comme des marques de luxe, la crise leur fera bien mal et leur permettra de se recentrer sur des vrais valeurs. En effet, même si la crise est présente, de nombreux clients en ont "ras-le-bol" de payer des "montagnes" pour une piètre qualité. Je fais parti de ces clients et espère que je ne suis pas seul.

Je trouve cependant très dommage que Sergio Rossi soit obligé de fermer ses points de vente aux USA car c'est un créateur de chaussures superbe.
RÉPONDRE
cassieIl y a 7 ans
d'accord avec antoine. les magasins, quels qu'ils soient, ont eu tendance à vendre leurs produits à un prix exorbitant alors que souvent, la qualité n'y était plus. Sous prétexte de faire rêver les gens et de les faire accéder à la mode (dans certains cas dans sa forme la moins créative en fin de compte), on en est arrivé à de l'hyperconsommation, avec des sociétés faisant de l'hypermarge en conséquence, puisqu'un certain esprit critique avait quelque peu disparu lors de nos achats...
RÉPONDRE
CohibaIl y a 7 ans
Tout cela est vai, en effet. Les ventes privées des maisons de luxe ont commencé beaucoup plus tôt que d'ordinaire et proposent desréductions jusqu'à 50%, ce qui n'était pas lecas auparavant.
RÉPONDRE
CécileIl y a 7 ans
A mon avis les défilés à la Viktor and Rolf SS09 vont devenir plus communs.
RÉPONDRE
DeesseIl y a 7 ans
La crise comme ce froid glacial aide a nous rendre conscients
RÉPONDRE
audreyIl y a 4 ans
Eh oui, et malheureusement la crise est très loin d'être terminée !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode