Les mannequins frappées par la crise

Décidément, la crise n'en finit pas de modifier le visage du monde de la mode. Après les licenciements chez Chanel et la restriction du nombre d'invités au show Marc Jacobs, c'est désormais au tour de l'univers des mannequins de subir les conséquences de la récession…
La crise touche les top models
On le croyait à l'abri, capable de subsister grâce aux nouvelles fortunes des oligarques… Pourtant, l'univers du luxe voit bel et bien ses budgets diminuer comme une peau de chagrin. Lorsque ce ne sont pas les annonceurs qui réduisent leurs apparitions dans la presse papier, ce sont les maisons de couture qui modifient le train de vie des modèles.
Pressenti lors des défilés printemps/été 2009 d'octobre dernier et confirmé lors de la semaine de la Haute Couture, le verdict est sans appel : les mannequins subissent de plein fouet les plans de rigueur que s'imposent les maisons. Le cachet des filles défilant a ainsi été réduit de moitié, tandis que l'on diminue leur nombre sur les catwalks…
Par ailleurs, le but étant de vendre au maximum, les griffes ont décidé de miser sur des mannequins plus commerciales, moins typées - et moins chères -, afin que leurs clientes puissent s'identifier à elles plus facilement. Dès lors, la composition du casting s'avère être une savante alchimie entre models lambda et têtes d'affiche, afin de conserver son image de marque tout en se faisant le plus accessible possible.
Top models
Réduction d'effectif, cachets amputés de 50%… l'Eldorado que représentait le mannequinat pour de nombreuses jeunes filles venues de l'Est ou d'Amérique du Sud risque bel et bien de se transformer en bourbier, d'autant plus que les adolescentes ne sont pas préparées à subir l'épreuve du téléphone muet. En outre, alors que jusqu'ici elles n'hésitaient pas à tout quitter pour ce métier, attirées par l'argent facile leur permettant d'aider leur famille restée au pays et de se préparer un avenir clément, la disparition de la manne financière risque de changer la donne.
Certaines mannequins affirment ainsi que cela ne vaut plus le coup, préférant quitter le milieu et poursuivre leurs études, tandis que d'autres - venues de pays où l'état de crise est permanent - jugent que ce qui se passe ici est encore loin d'égaler la misère de leur pays natal. Elles sont donc prêtes à travailler pour beaucoup moins...
Au final, les maisons seront-elles encore capables de payer des cachets astronomiques pour s'offrir la présence d'une Coco Rocha ou d'une Agyness Deyn ? Vont-elles mettre au chômage une horde d'adolescentes déracinées à qui l'on avait promis monts et merveilles ? Seul l'avenir nous le dira. Une chose est sûre : ces derniers temps, mieux vaut être à l'Essec que bookée chez Elite...
Partager l'article
Par Lise Huret, le 03 février 2009 dans Actu mode
Vous aimerez également
Les dessous du mannequinat masculin
Il y a 5 mois - 33
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
17 commentaires
Tous les commentaires
YuyieIl y a 7 ans
J'ai envie de dire... "Souriez, dites criiiiiise".
RÉPONDRE
ApollineIl y a 7 ans
Ces pauvres filles venues de pays très pauvres, souvent adolescentes, prêtes à d'énormes concessions pour le mannequinat, vont se retrouver au chômage, dans une situation à peine moins précaire que celles de leurs pays d'origines... sans avoir rien vu venir. Eh ben...
RÉPONDRE
ImelaIl y a 7 ans
C'est triste. Ce qu'il faudrait c'est une espèce de "nouvelle Kate" (j'me comprends) après la crise pour refaire grimper les cachets. Mais on en est loin... xp
En tout cas ça doit être vachement dramatique pour que certaines filles aillent jusqu'à quitter le mannequinat !
RÉPONDRE
elsaIl y a 7 ans
"a peine moins précaires" faut pas non plus exagérer. si on leur ampute que la moitié de leur salaire il leur reste de quoi vivre et c'est toujours bien plus que ce qu'elle avait avant. vous êtes déjà allé en pologne par exemple?
RÉPONDRE
isumikoIl y a 7 ans
Il faut pas éxagérer, tout le monde ressent la crise et il ne faut pas non plus s'attrister sur le sort des ces filles, aussi tristes que se soient, car beaucoup de gens qui ne sont pas mannequin et qui viennnent des pays de l'est n'ont pas pu trouver de travail durant cette période.
C'est vrai que la majorité d'adolescentes ont émigré pour trouver leur jour de gloire, et maintenant se retrouvent perdues dans une inconnue, ce n'est pas drôle.
RÉPONDRE
kiddy94Il y a 7 ans
De toute façon les mannequin pas très connus ne dépasse pas les 5 ans de carrières...alors qu'elles pensent toutes à leur jour de gloire...(cruelle idées que de croire devenir riche et célèbre)Et même avec un cachat amputé à moitié il le reste de quoi vivre , alors que cetaine personnes n'ont pas d'argent du tout...
RÉPONDRE
....Il y a 7 ans
COCO, ma question concerne chanel!
Ils sont supprimés leurs cdd et interim!
Ces emplois n'étaient-ils pas destinés à disparaitre?Si oui, où est le scandale?

Sinon, pauvres models!
Les divas elles pourront toujours survivre
RÉPONDRE
Coco (TDM)Il y a 7 ans
... Je ne parle pas de scandales mais juste d'un état de fait où chacun et même Chanel doit se serrer la ceinture :)
RÉPONDRE
AndreaIl y a 7 ans
Les photos sont vraiment sublimes... j'adore ! Pour ce qui est du sujet, j'espère tout de même que l'on continuera de voir Agyness & Co :p
RÉPONDRE
julieIl y a 7 ans
"mieux vaut être à l'ESSEC que bookée chez Elite..."
Je suis tentée de dire que c'est valable même hors temps de crise...
RÉPONDRE
AnaïsIl y a 7 ans
Je partage bien l'avis de isumiko ...
RÉPONDRE
DexterIl y a 7 ans
mieux vaut être à l'ESSEC que bookée chez Elite...

mouaif, à voir...rappelons qu'en temps de crise, TOUT le monde trinque, ainsi les magiciens de la bourse payés avec des salaires de divas sont les premiers à faire les frais de la crise au même titre que les top modèles, des interims et autres CDD...
Donc choisir entre ESSEC et ELITE ( quand même une des plus grandes agences au monde ... ), c'est un peu choisir quel jambe se couper....y a pas vraiment de choix meilleur qu'un autre...le monde des affaires en témoigne chaque jour dans la presse .
Quand aux "pauvres"top modèles des pays de l'est ...bon c'est clair que c'est bien triste, mais honnetement entre gagner 50% d'un salaire monstrueux ( par rapport au salaire moyen français ) et devoir se prostituer pour une bouchée de pain dans leur pays d'origine , il faut arrêter la dramatisation à outrance. Des femmes dans ces pays subissent bien plus que cette crise,ne l'oublions pas. Le luxe est en crise , mais aprés tout c'est la mode.
RÉPONDRE
StéphanieIl y a 7 ans
ESSEC ou Elite, il y en a surtout un qui requiert plus de se creuser la cervelle que l'autre... Faut pas compter sur moi pour les plaindre ces pauvres mannequins...
RÉPONDRE
catherineIl y a 7 ans
déjà qu'elles ne souriaient pas beaucoup alors là!!! pas facile facile en ce moment... ....
RÉPONDRE
mickyIl y a 7 ans
bien d'accord avec julie et Stéphanie :)
RÉPONDRE
FlavorIl y a 7 ans
En effet, merci, Julie et Stéphanie!
RÉPONDRE
victoriaIl y a 7 ans
huum "vous êtes dejà allé en Pologne?"
Bah oui.Parce que justement je suis polonaise et j'y passe la moitié de l'année.
Ok,le monde là-bas n'est pas rose,les gens à la compagne sont majoriterement juste au dessus du seuil de pauvreté.N'empeche,dans les grandes villes,on y vit très bien!a Poznan ou même à Gdansk on vit [presque] comme à Geneve.La Pologne n'est PAS un pays pauvre,halte aux préjugés!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode