Défilé Proenza Schouler - Automne/hiver 2009-2010

Alors que Marc Jacobs s'est offert une explosion de couleurs eighties (au risque de ne pas booker son carnet de vente), Jack McCollough et Lazaro Hernandez semblent quant à eux avoir opté pour la sécurité commerciale, en proposant une collection automne/hiver sans prise de risque…
Défilé Proenza Schouler

Ceci dit, si les Proenza Schouler ne s'aventurent pas vers des volumes expérimentaux (contrairement aux saisons précédentes), ce n'est pas pour autant que leur travail en devient insipide. En effet, les deux hommes n'ont pas pour objectif de faire stagner leur griffe, mais bien plus de retourner vers les valeurs sûres composant l'ADN de cette dernière.

Ils préfèrent ainsi ne pas brusquer une clientèle qui, en ces temps troublés, se laisse difficilement séduire par des modèles trop audacieux et à l'aura limitée dans le temps. C'est pourquoi le duo a choisi d'axer son travail sur des pièces ayant toutes les chances de faire l'unanimité...

Défilé Proenza Schouler

Les vestes et manteaux aux épaules descendues renouent ainsi avec le tailoring cher aux chouchous d'Anna Wintour, composant des silhouettes casual chic qui, si elles n'ont pas l'attrait de la nouveauté, ont au moins le mérite de séduire immédiatement, grâce à leur charme à la fois cool et citadin. On apprécie notamment les jupes boules à double boutonnage descendues sur les hanches, conférant une dégaine gentiment désinvolte à cette pièce à priori stricte.

Le vestiaire s'évade ensuite vers des atours où sportswear et luxe tentent de cohabiter. Au passage, entre les empiècements aux coloris contrastés, les robes satinées et les gilets zippés, il semble que les Proenza Schouler aient visionné avec insistance le défilé Miu Miu de l'hiver dernier... Si ces pièces zippées ne soulèvent pas notre enthousiasme, les looks suivants - délicieusement working girl version preppy - ont tôt fait de balayer cette incartade.

Défilé Proenza Schouler

En effet, les silhouettes aux découpes arrondies, réchauffées par de grosses mailles et surplombées de vestes rendant hommage à Cristobal Balenciaga, ont vraiment tout pour plaire. Surtout lorsque celles-ci s'agrémentent du dernier né de la marque en matière de maroquinerie : une pochette/cartable d'ores et déjà estampillée must have...

Enfin, les créateurs n'ont pas oublié les New-Yorkaises addicts aux petites robes de cocktail : entre velours dévoré, découpe trompe-l'œil et satin flashy, les tenues pour party girl respectable ne manquent pas.

McCollough et Hernandez ont su mettre toutes les chances de leur côté pour minimiser l'impact de la crise. Reste à savoir si leur prudence leur permettra de susciter l'engouement des rédactrices de mode...

Partager l'article
Par Lise Huret, le 19 février 2009 dans Défilés
Vous aimerez également
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
8 commentaires
Tous les commentaires
catiocaIl y a 7 ans
C'est quand même assez triste tout ca, je préférais de loin leurs derniers défilés. Je ne suis également pas fan des matières... Finalement je pense que je suis comme toi, je préfère quand ils prennent des risques !
RÉPONDRE
ImelaIl y a 7 ans
Pareil, à part les quelques silhouettes de la fin, la collection me déçoit. Enfin on reconnait quelques découpes un peu ingénieuses, mais ça reste dans l'ensemble quand même assez fade.
RÉPONDRE
....Il y a 7 ans
C'est toujours la même chose avec les designers!
Quand ils nous sortent une collection fabuleuse, la suivante déçoit!!!
Il ya pas mal de découpes anatomiques!
Les formes boules à la Balenciaga! Les manteaux me rappelent les vestes de la collection Raf Simons homme de l'hiver prochain!!Leur collection la moins inspirée malgré des pièces fortes!
Et, c'est quoi ces Chaussures????
Bref, je rejoins votre avis et préfère quand il ya plus de prise de risque!
RÉPONDRE
LouIl y a 7 ans
C'est vrai, c'est quoi ces chaussures ?
RÉPONDRE
Flo_WerIl y a 7 ans
J'en ai un peu marre que dans CHAQUE article il doit toujours avoir une référence(et même souvent plusieurs,tout au long de l'article) a la crise. Je sais que c'est d'actualité mais bon, justement en lisant ces articles on pourrait se faire un plaisir d'oublier momentanément ces temps troublés mais non,car tous le temps tu le dit et le redit.Donc voila, à part cette petite contrariété(à mes yeux)ton site est tout simplement géniaal !
ps:je ne dit pas qu'il ne faut en faire aucune référence.
RÉPONDRE
CarinaIl y a 7 ans
En même temps Flo_Wer on est en plein dedans et cela influence forcément fortement les créateurs, donc moi ca me choque pas...
RÉPONDRE
Coco (TDM)Il y a 7 ans
Flo_Wer : La mode étant influencée par le conteste socio culturel, il me semblerait incongru de ne pas parler de la crise : cette dernière modifie le comportement des créateurs, de l'industrie du luxe, etc... En effet, les stylistes réagissent soit en s'en moquant (mais en exacerbant le côté joie de vivre sur leur podium, afin de palier le manque de peps de la société actuelle), soit en supprimant les robes longues afin de coller au contexte "récession", soit en annulant les after party... Bref, je crois qu'on ne peut pas passer à côté...
RÉPONDRE
claraIl y a 7 ans
je n'accroche pas du tout et il est vrai que les chaussure laissent à desirer !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode