Les bijoux de Delfina Delettrez

Fille de Silvia Fendi, la jeune Delfina aurait pu profiter du patronyme familial pour s'offrir une place de choix au coeur de la sphère fashion. Pourtant, la belle a préféré laisser à sa mère son nom prestigieux pour mieux se faire un prénom dans l'univers de la joaillerie. Pari réussi : depuis 2007, ses créations à l'esthétique faussement macabre ont touché - sinon hypnotisé - tous ceux les ayant approchés...
Les bijoux de Delfina Delettrez
Enfant chérie de Silvia Venturini Fendi et de Bernard Delettrez (un joaillier français travaillant à Rome), la petite Delfina ne pouvait se tenir bien longtemps à l'écart de la passion familiale, caractérisée par un amour inconditionnel de tout ce qui touche à la beauté et à l'esthétique, que ce soit les vêtements, les accessoires ou les bijoux. Cependant, si adolescente Delfina se sent fortement attirée par les lumières du clan Fendi, elle ne sait pas forcément quelle sera sa voie...
Elle décide alors de faire ses études à Paris, puis effectue plusieurs stages chez Chanel, furetant de tous les côtés afin de découvrir ce qui la fera vibrer. Après deux années de dilettantisme (pendant lesquels elle tombe notamment enceinte), la jeune femme finit par se rendre dans les ateliers romains de son père afin de réaliser un bijou auquel elle pense depuis quelque temps : un collier en or et argent noirci à l'os.
Ce dernier suscite un tel engouement auprès de ses amies que Delfina décide de laisser libre cours à sa créativité et se met à fréquenter assidûment les établis paternels. Celui-ci lui apprend alors les ficelles du métier et met à sa disposition les meilleurs artisans, de telle sorte qu'en quelques mois, Delfina accouche d'une mini collection de bijoux insolites.
Les bijoux de Delfina Delettrez
S'ils sont assurément précieux (les matériaux utilisés étant l'or, l'argent, le marbre et certains cristaux), ils possèdent également une bonne dose d'irrévérence, amenant la haute joaillerie à se fondre au coeur des mythes et légendes personnelles de Delfina.
On assiste ainsi à l'éclosion d'un bestiaire féerique et fantasque où les grenouilles ont la part belle, tandis que de multiples insectes peu attirants sont érigés en grigris luisants. L'héritière Fendi assume également sa fascination pour l'imagerie mortuaire, qu'elle n'hésite pas à esthétiser afin d'exorciser sa peur de la mort.
Par ailleurs, n'ayant pas suivi d'études dans le domaine, Delfina se sent extrêmement libre et s'autorise à aller aussi loin que son imaginaire la mènera. Elle n'hésite donc pas à mêler quelques matières organiques (os, cuir, dents) à des matériaux plus précieux, ni à noircir l'argent à l'os brûlé...
Les bijoux de Delfina Delettrez
Allant beaucoup plus loin que les crânes girly des Bijoux de Sophie, ses créations enchantent rapidement la boutique Colette, qui achète la collection capsule. Depuis, deux des créations de Delfina Delettrez ont été acquises par le Musée des Art Décoratifs et incorporés à la collection permanente, offrant une postérité à la jeune fille d'à peine 20 ans...
Oui mais voilà : le petit monde hype n'a pas attendu l'aval du Musée pour se ruer sur ces bracelets délirants et autres bagues issues d'un conte de Perrault burtonien, ni pour se faire quelques frayeurs grâce aux mains de squelettes articulées signées Delfina Delettrez. Ce plébiscite massif de la presse et du gotha mondain pousse finalement la jeune maman à ouvrir sa propre boutique en décembre 2007.
Depuis, les collections se suivent, amenant dans leur sillage bon nombre de références à la religion, à la magie blanche et à un Éden luxuriant, et composant des pièces uniques, fortes et déroutantes, dignes d'un cabinet de curiosité élaboré...
Voir la collection chez Colette :
http://www.colette.fr/delfina-delettrez/
Partager l'article
Par Lise Huret, le 28 avril 2009 dans Wanted
Vous aimerez également
Bijoux, le nouveau dress code
Il y a 1 an - 4
EN SAVOIR PLUS
Les bijoux extra fins
Il y a 2 ans - 13
EN SAVOIR PLUS
Bagues - Tendances 2014
Il y a 2 ans - 21
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
11 commentaires
Tous les commentaires
LilithIl y a 7 ans
La question est : ces créations sont-elles plus ou moins belles que celles de Victoire de Castellane pour Dior ? Pour ma part, je préfère celles de VdC, même si celles ci sont assez exceptionnelles...
RÉPONDRE
Elisa HIl y a 7 ans
J'aime beaucoup!
Ses bijoux sont à la fois poétiques et trashy!
Dommage qu'ils soient si inaccessibles...
RÉPONDRE
ImelaIl y a 7 ans
Pareil que Lilith je préfère les créas Dior!
RÉPONDRE
lili-labIl y a 7 ans
j'avais repéré le bijou de main articulé chez Luisa à Florence en Italie (le colette local) cet hiver mais je suis comme Lilith je préfère de VdC que je trouve plus raffinées!
RÉPONDRE
coriengaIl y a 7 ans
j'adore la bague crapaud!
RÉPONDRE
CamilleIl y a 7 ans
Je trouve qu'elle c'est inspirée beaucoup de la collection VdC.
La seule différence c'est le style par exemple Delfina c'est plus gothique.
Personnellement, je préfère beaucoup mieux VdC mais lautre est assez original.
RÉPONDRE
AnaïsIl y a 7 ans
Han la bague avec un crapaud est superbe ! J'aime beaucoup, parfait pour égayer une tenue un peu trop simple. Mais comme dit Elisa H, dommage qu'ils soient si inaccessibles...
RÉPONDRE
???Il y a 7 ans
je n'aime pas trop ces bagues; Elles sont beaucoup trop extravagante.
RÉPONDRE
cassandraIl y a 7 ans
J'aime bien le côté morbide de ces bagues... Comme beaucoup, je préfère toutefois celles de victoire de castelane, qui sont de toute facon hors concours !
RÉPONDRE
sebIl y a 7 ans
que c'est moche ! entre les couleurs criardes et les bijoux a la limite du gothique ..
RÉPONDRE
lili la tigresseIl y a 6 ans
on dirait du lydia courteille en version moche!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode