Sophia Kokosalaki chez Diesel Black Gold

Après avoir tenté de faire revivre les mythiques drapés de Madeleine Vionnet, celle qui conçut les costumes des JO d'Athènes - et qui depuis officie sous son propre nom - vient d'être débauchée par Renzo Rosso, le PDG de Diesel. Dès la saison prochaine, la talentueuse Sophia Kokosalaki prendra ainsi les rênes de la partie féminine de Diesel Black Gold...
Sophia Kokosalaki chez Diesel Black Gold

Sur scène depuis 3 saisons, la ligne haut de gamme de Diesel essaie de gagner progressivement en crédibilité luxe. Ainsi, si le denim est toujours au centre des collections, celles-ci s'émaillent de matières nobles et osent des looks plus chics que street, tout en conservant l'ADN coolissime de la griffe.

Désormais bien établie, Diesel Black Gold manquait néanmoins jusqu'à présent d'un DA de renom lui permettant d'attirer l'attention. Car si Renzo Rosso fait défiler sa griffe lors de la fashion week new-yorkaise, cela ne signifie pas pour autant que la profession la considère comme une ligne créateur digne de ce nom.

En confiant les rênes de la création de Diesel Black Gold à l'une de ses protégées, Sophia Kokosalaki (dont il a racheté la société il y a deux ans), l'italien s'assure une jolie médiatisation, sans parler de l'âme que va pouvoir conférer la jeune femme au vestiaire Diesel. Celle-ci a en effet prouvé par le passé qu'elle était parfaitement capable de transcender les vêtements en pièces innovantes et sensuelles. Du coup, alors que le jean n'a jamais été plus en vogue, on peut raisonnablement espérer en voir naître une déclinaison intéressante et inédite sous les doigts de la styliste grecque...

Certes, la participation de Kokosalaki - que l'on connaît avant tout pour sa dextérité à manier les étoffes - semble assez insolite, tant on l'imagine peu s'épanouir dans le streetwear, tout de luxe soit-il. En revanche, si l'on se place du côté de Diesel, ce choix étonne moins, Rosso ayant toujours posé l'imprévisibilité en tant que pierre angulaire de ses collections.

En tout cas, la nouvelle caquette de Sophia Kokosalaki ne l'empêchera pas de continuer à oeuvrer pour sa griffe éponyme ; l'inverse n'aurait de toute façon pas été envisageable pour le PDG de Staff International. Il faut dire que Renzo Rosso est très attaché à son écurie de maisons avant-gardistes (telles que Viktor & Rolf, DSquared et Martin Margiela), qui confèrent à son groupe une vraie légitimité fashion...

Partager l'article
Par Lise Huret, le 18 juin 2009 dans Collections & Campagnes
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
3 commentaires
Tous les commentaires
AudreyIl y a 7 ans
Arggh, Rien que les deux noms Kokosalaki et Diesel sont antagonistes... Mais si elle a été racheté par le groupe de Rene Rosso peut être qu'elle n'a pas eu vraiment le choix de dire non?
RÉPONDRE
MaudIl y a 7 ans
Je demande à voir je crois que cela peut être très très jolie. Sophia Kokosalaki ne m'a jamais déçue, alors...
RÉPONDRE
AnaïsIl y a 7 ans
Je verrai bien ce que ça donnera :)
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode