Défilé Yves Saint Laurent - Automne/hiver 2010-2011

Alors que s'ouvrira le 11 mars au Petit Palais une exposition rétrospective célébrant la carrière d'Yves Saint Laurent, Stefano Pilati plonge d'ores et déjà les aficionados de la griffe au coeur du patrimoine de la maison, en dévoilant une collection automne/hiver 2010-2011 empreinte des codes YSL de l'époque seventies...
Défilé Yves Saint Laurent 2011

A la suite du show ayant eu lieu by night sous les arcades du Grand Palais, le DA d'YSL synthétisa en quelques phrases l'ADN de sa collection. Il parla alors d'hommage rendu au travail de Monsieur Saint Laurent, mais aussi d'une réflexion menée autour de la notion de protection. Il avoua également s'être inspiré de photos datant des années 70, où l'on pouvait voir les femmes adopter le style YSL...

Pétrie de références seventies, cette collection célèbre ainsi la période où Yves contribua à l'émancipation de la gent féminine, en lui dessinant smokings et tailleurs pantalon. On y retrouve d'ailleurs ces fameux pantalons larges taille haute qui plurent tant à Marlène Dietrich...

Et si Pilati emprunte à l'époque ses capelines, il n'en oublie pas pour autant les capes, qu'il retravaille pour l'occasion en plastique transparent, dont il "emballe" nombre de ses toilettes au chic monochrome. Jouant sur la confrontation des influences 70's et contemporaines, mais également sur l'ambiguïté de certaines de ses silhouettes (faisant clairement référence à l'univers catholique), Pilati fait perdurer l'irrévérence chère à Yves Saint Laurent.

Défilé Yves Saint Laurent 2011

Cela dit, le créateur a beau remettre au goût du jour les longues chaînettes portées en sautoir emblématiques du dress code fantaisie des 70's (incarné par Betty Catroux et Loulou de la Falaise), il n'en émane pas moins de son vestiaire une rigueur monacale en contradiction avec l'énergie sportswear et "prêt-à-porter" qui eut tant de succès à l'époque. Il intellectualise en effet intensément cette décennie en retirant tout premier degré de ses créations, au risque de nous ôter toute envie de nous y glisser...

Néanmoins, entre deux passages "longueur mi-mollet et encolure chaste", il concède à la femme Yves Saint Laurent quelques toilettes certes rigoureuses, mais également éminemment sexy (on pense notamment aux vestes manches courtes évasées et doublées de fourrure).

À l'évidence, Stefano Pilati n'a pas choisi l'angle d'approche le plus facile : alors que ses confrères extraient des 70's une douceur bohème à la Annie Hall facilement consommable, lui pousse à l'extrême les codes maison, oscillant entre rétrospective - les derniers passages, entre rose shocking, mousseline réglisse translucide et robe de cocktail en satin, semblent avoir voyagé dans le temps - et conceptualisation.

Défilé Yves Saint Laurent 2011

Cependant, aussi élitiste soit son vestiaire, Stefano Pilati parvient malgré tout à l'inscrire dans le 21e siècle en dotant ses silhouettes d'accessoires classico-punk (comme ces escarpins à crêtes et minaudières coup de poing américain) et à confirmer l'une des grandes tendances du moment - la cape - en la plébiscitant ouvertement pour l'hiver prochain...


Voir toute la collection : http://www.style.com/F2010RTW-YSLRG
Partager l'article
Par Lise Huret, le 09 mars 2010 dans Défilés
Vous aimerez également
Hedi Slimane/Saint Laurent : la rupture
Il y a 8 mois - 44
EN SAVOIR PLUS
L'illusion Saint Laurent
Il y a 11 mois - 54
EN SAVOIR PLUS
Saint Laurent, la pub de trop
Il y a 1 an - 17
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
8 commentaires
Tous les commentaires
....Il y a 6 ans
Un autre déception..aucune excitation..RIEN..j'aime pas, ça ne me touche pas..J'ai trouvée beaucoup d'incohérence..c'est comme si il a voulu saboter sa collection..les détails inutiles sur les chaussures, ce collier qui devient une ceinture mais qui n'apporte rien..ces plumes qu'il pose n'importe où, ce plastique mélangé à de la fourrure, ce jaune criard qui tombe comme un cheveu sur la soupe...(peut-être pour plaire à Anna..en référence au September Issue), ces longueurs de jupes...
En fait, Stefano, depuis quelques saisons, je ne comprends plus son approche..c'est bien qu'il essaye de faire le "plus" St Laurent possible mais il serait temps qu'il fasse une collection avec SON idée de la femme St Laurent..c'est pas la peine de faire un tribute(si c'est pour le pire) à S LAURENT à chaque saisons...de 2005 à 2008 il y est arrivé non..Tom Ford, son prédécesseur avait lui aussi utilisé l'idée de la femme ST LAURENT...et ça marchait, bon pas avec tout le monde mais quand même...

Il doit prendre des risques comme dans le passé....Parce que au final, on ne retient que les pantalons, qui sont à mon avis, les meilleurs de la saison!
RÉPONDRE
OliviaIl y a 6 ans
Les derniers passages c'est clairement de la rétrospective et le reste ben...
Je n'y trouve ni vitalité, ni émotion.
Sexy peut être mais pas vraiment désirable.
Qui est la femme Yves Saint Laurent aujourd'hui... Pour moi ca reste un mystère que Stefano Pilati n'arrive pas a élucider.
RÉPONDRE
PatouIl y a 6 ans
Et bien, moi, j'aime le travail de Pilati pour Saint-Laurent. Pas évident de dessiner pour cette maison, on doit innover sans transgresser les codes. Et puis, pas évident de succéder à Yves et Tom ! Et je trouve que Stefano Pilati y réussit.
RÉPONDRE
MaudIl y a 6 ans
Sympa sans plus. Mais toujours beaucoup d'élégance, et les touches colorées sont bienvenues =)
RÉPONDRE
Lo sur stilettoIl y a 6 ans
Je rejoins les précédents commentaires concernant la difficulté de la définition de la femme by Pilati au coeur du système YSL. J'ai eu du mal à comprendre son propos lors du défilé printemps été 2010, actuellement en boutique. Cependant, il faut saluer ce grand challenge de réinterprétation des codes maisons, tout en passant derrière Tom Ford et avec un charisme certes plus négligeable...

Cette collection m'a néanmoins touchée : au-delà du travail de réinterprétation de la femme intellectuelle et liberée des années 70 par YSL, il livre ici une définition plus personnelle de son style, même si on n'est pas totalement dans l'extase du défilé de 2008. La rigueur en contraste avec la libération du corps revendiquée est propre à son univers. De même, ces grands aplats de noirs mettent en exergue les pointes de couleurs appliquées de façons fétichistes par Pilati. On ne peut que le remercier de revenir sur un territoire plus personnel, cette femme conceptuellement sexy et sûre d'elle me parle.

Merci Coco pour ces compte-rendus dont je me régale tous les soirs.
RÉPONDRE
JaneIl y a 6 ans
Certes c'est du YSL sans surprise mais dans une approche assez rétro de la mode, c'est tout à fait ce qu'on attend... C'est simplement chic et élégant... Je valide cette collection... Ce jeu du masculin/féminin est sublime et délicat...
RÉPONDRE
fanny057Il y a 6 ans
le pantalon et veste courte de la deuxième silhouette est magnifique...
RÉPONDRE
asiaIl y a 6 ans
sobre chic portable j ' adore
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode