Le journal de Kim Noorda

L'anorexie ayant souvent été synonyme de drame dans le milieu de la mode, le Council of Fashion Designers of America décida en 2007 de lancer "The Health Initiative", dans l'espoir d'alerter mannequins et créateurs sur les dangers liés aux troubles du comportement alimentaire. C'est dans le cadre de ce programme que la top model Kim Noorda fut prise en charge...
Kim Noorda
Écrire son journal faisant partie intégrante de sa thérapie, nous bénéficions aujourd'hui d'un compte rendu assez précis du chemin parcouru par cette Hollandaise, que le métier de mannequin a précipité dans les affres de l'anorexie.
En 2009, habituée des podiums et des shootings avec Mario Sorrenti ou encore Annie Leibovitz, Kim Noorda fut en effet envoyée par son agence chez Sally Singer, la directrice Fashion News Feature de Vogue liée au programme du CFDA, et ce afin de l'aider à résoudre ses désordres alimentaires.
Singer lui propose de suivre un traitement au Renfrew Center, un lieu spécialisé dans ce genre de troubles : elle accepte sans sourciller, son agence lui ayant demandé de prendre 2,5 kg. La jeune femme entame alors 4 semaines de cure, lors desquelles il lui faudra réussir à faire cohabiter ses obligations professionnelles avec une prise de poids devenue vitale...
S'il est essentiel de lire la version originale de son journal sur Vogue.com, on peut néanmoins extraire quelques points forts de ce témoignage nous donnant un aperçu de la complexité du fashion system.
Kim Noorda
Kim Noorda nous livre ainsi qu'être la plus fine de son entourage ne l'a pas empêchée d'être considérée à 15 ans comme un modèle "heavy" au milieu de collègues nettement plus maigres qu'elle. Cela l'amena quelques années plus tard à s'entendre dire que si elle était déjà très jolie, elle serait encore mieux avec quelques kilos en moins. Un conseil qu'elle suivit prestement...
Elle révèle également au passage le double sens du compliment doucereux "You look so good, so healthy !" (autrement dit : "Tu as l'air en forme"), signalant à l'intéressée qu'il est désormais urgent de se mettre à la diète.
Cela dit, il serait injuste de peindre un tableau plus noir qu'il ne l'est : tout au long de sa transformation physique, Kim Noorda a été aussi bien sujette au dénigrement qu'aux encouragements. C'est ainsi qu'en dépit d'avoir gagné quelques centaines de grammes et de ne plus honorer les mensurations de son composite, elle fut surprise d'être acceptée sur le show croisière de Chanel. Son agent lui révélera d'ailleurs à cette occasion que les mensurations inscrites sur les books des mannequins sont le plus souvent erronées...
Kim Noorda
Il lui faudra cependant la meilleure volonté du monde pour ne pas s'écrouler face à une créatrice italienne qui, n'aimant pas sa nouvelle morphologie, lui demanda perfidement si elle était vraiment heureuse "comme cela". Ou quand elle ne parvint pas à fermer un pantalon lors d'un essayage chez un designer réputé pour n'apprécier que les modèles ultra skinny...
En dépit des difficultés rencontrées, la jeune femme a su tenir bon, parvenant à passer de 49 à 57 kilos. Elle déclare pourtant que son histoire est toujours loin d'être un conte de fées et que son poids reste pour elle une préoccupation. Heureusement, celui-ci ne repasse plus au premier plan : Kim a en effet repris ses études, renoué avec ses amis et s'autorise même une pizza lorsqu'elle n'a pas le temps de faire à dîner...
Espérons simplement que les shootings où la jeune femme se sent à l'aise - à l'instar de celui réalisé pour la lingerie Stella McCartney - seront pour elle de plus en plus nombreux, que Sally Singer continuera à lui apporter de bons conseils (comme celui de laisser ses pantalons Balenciaga à sa soeur de 14 ans) et que chacun oubliera de lui dire lors des prochaines fashion weeks : "Oh, you look so good, so healthy !"...

Découvrez des extraits du journal de Kim Noorda sur Vogue.com :
http://www.vogue.com/kim-noorda/

Partager l'article
Par Lise Huret, le 18 mars 2010 dans Actu mode
Vous aimerez également
Quand succès rime avec maigreur
Il y a 1 an - 67
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
11 commentaires
Tous les commentaires
Flo'Il y a 6 ans
C'est dingue d'en arriver là sérieux... elle qui était autrefois si belle ! Les deux premières photos font limite peur.... enfin je suis contente qu'elle ait réussi à remonter la pente, sur la dernière photo elle est quand même bien mieux !
RÉPONDRE
EricIl y a 6 ans
Content pour elle, malheureusement ce n'est qu'une goutte d'eau dans la mer et il y aura toujours un con ou une conne, voire les deux, pour faire l'apologie de la maigreur.
RÉPONDRE
MyleneIl y a 6 ans
Je trouve que cette mannequin degage quelque chose de tres frais et spontané et ca semble se confirmer dans le fait qu'elle ne cherche pas a dissimuler son vecu par rapport aux troubles alimentaires,je trouve cela plus sain que celles qui nous sortent a longeur de temps la meme rengaine du "je mange ce que je veux mais je ne prends pas de poids hihihi" ou encore "c'est ma morphologie,je suis fine de nature" ...Je ne remet pas en cause le fait que beaucoup de filles sont constituées de cette facon,mais il y a une marge entre une fille fine naturellement et un cadavre osseux de 1m80 pour 40 kg qui ne releve en rien d'une morphologie naturelle
RÉPONDRE
sottchIl y a 6 ans
Très bel article, beaucoup de gens se sentent certainement concernés. Souhaitons-leur une meilleure santé .
RÉPONDRE
MaudIl y a 6 ans
C'est une bonne chose que l'agence l'ait envoyée en cure car à ce stade on écoute vraiment ce qu'en pensent les professionnels du milieu je pense, dommage que ce soit la seule (ou presque) à avoir eu cette chance !
RÉPONDRE
....Il y a 6 ans
Très bonne initiative....
Je trouve vraiment ridicule l'attitude du monde de la mode...Demander à une ado de maigrir alors qu'elle est deja très fine.....N'IMPORTE QUOI!
Elle fait beaucoup plus femme sur les deux dernières photos et elle respire la joie de vivre..c'est là qu'on voit la beauté d'un mannequin...Le tailleur PHILLIP LIM est horriblement moche mais sa beauté, sa fraicheur éclate..et on ne voit plus qu'elle... :D
RÉPONDRE
PatouIl y a 6 ans
Edifiant ce témoignage, même si on n'était pas dupe ! C'est rassurant de voir que certaines agences se soucient de la santé de leurs mannequins.
Ajoutons aussi que si les designers veulent autant de maigreur chez les models, c'est peut-être aussi parce qu'ils sont incapables de faire des vêtements portables par les vraies femmes ... je m'inspire un peu de ce qu'a dit Pierre Bergé dans une interview ...
Les mannequins sont magnifiées lors des shows mais, dans la vraie vie, certaines font vraiment peur.
RÉPONDRE
amigalableIl y a 6 ans
Vous pouvez arretez de dire VRAI FEMME comme si en étant maigre on ne peut être un vrai femme il faut respecter toute les morphologie et ne pas confondre maigreur et anorexie c'est comme confondre une âme enfantine et le syndrome de peter pan.
RÉPONDRE
Kiddy94Il y a 6 ans
Je suis tout à fait d'accord avec Amigalable , je souffre du fait que je suis incapable de grossir même avec tous les éfforts que je fais ... Et quand j'entend " wé c'est pas une vraie femme , elle a pas de formes " ... je me sens plutôt mal :/

Mais sinon ça fais du bien de savoir que certaine agence se préoccupe de la santé de leur modèles .
RÉPONDRE
PatouIl y a 6 ans
Puisqu'une petite précision semble utile : les vraies femmes, ce sont TOUTES les femmes et pas seulement celles que l'on voit dans les défilés.
Je ne dis pas que toutes les femmes doivent défiler, hein, mais je voudrais que les designers pensent à toutes les femmes lorsqu'ils conçoivent une collection. Certains tombent dans la facilité parce que c'est beaucoup plus facile de créer des modèles pour des filles jeunes et très minces. A elles, tout leur va, même les vêtements mal coupés.
RÉPONDRE
kiwiIl y a 5 ans
Article super intéressant à lire, ce problème de l'anorexie chez les mannequins nous concerne toutes car il touche plus ou moins les jeunes femmes qui les prennent comme modèle.

Merci coco !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode