Steven Meisel - Water&Oil

780 millions de litres de brut déversés dans l'océan pendant un peu plus de trois mois : voilà de quoi marquer durablement aussi bien l'écosystème que les consciences. Or, comme souvent après de telles catastrophes, on peut désormais s'attendre à voir éclore de nombreuses manifestations cathartiques dans des domaines aussi variés que l'art, la littérature ou la mode. Première à ouvrir le bal : la série Water&Oil de Steven Meisel pour Vogue Italie...
Steven Meisel - Water&Oil

En matière de provocation, Steven Meisel est loin d'en être à son coup d'essai : photographe attitré de Vogue Italie, l'homme aime à se servir des pages de Condé Nast pour mettre en scène des séries dérangeantes, flirtant avec une réalité qui ne l'est pas moins. On lui doit notamment des clichés évoquant avec ironie la psychose générée par l'épidémie de grippe A, mais aussi la pauvreté extrême ou les excès de la chirurgie esthétique.

Ces séries sont alors perçues comme plus ou moins scandaleuses, selon qu'elles franchissent ou non les frontières du moralement correct. L'opus grippe A fut ainsi plutôt bien accueilli, tandis que celui grimant la misère souleva l'indignation...

De son côté, Water&Oil suscite l'interrogation. Il faut dire que comme souvent avec Meisel, les photos - sublimant à la perfection un sujet n'ayant aucune connexion avec la mode - laissent au lecteur une curieuse sensation de mauvais mix des genres...

Steven Meisel - Water&Oil

Vêtue de créations en provenance directe de l'avenue Montaigne et engluée dans un semblant d'hydrocarbures, Kristen McMenamy subit ici le même sort que ces innombrables oiseaux et poissons mazoutés sur les cotes de Louisiane.

Or, s'ils s'avèrent magnifiques de réalisme, les clichés nous font néanmoins basculer dans une dimension parallèle, où les événements dramatiques se verraient retirer leur dimension insoutenable au profit d'une esthétisation gratuite. Servant de fil conducteur à 24 pages de photos, la catastrophe devient alors un sujet comme un autre, dont la nature permet à Meisel de concevoir des images ultra fortes.

En outre, si l'on peut un instant envisager cette série comme la contribution de Steven Meisel à l'éveil des consciences, le seul fait de ruiner des toilettes hors de prix pour les besoins d'un shooting suffit à écarter cette supposition. Cette démarche ne cadre en effet pas vraiment avec l'idée que l'on peut se faire d'un manifeste...

Steven Meisel - Water&Oil

Au final, on en revient toujours à la même problématique : est-ce que sous prétexte de traiter avec un photographe star, un magazine de mode peut lui laisser s'approprier les sujets les plus sensibles, au risque de se retrouver devant des photos qui auraient bien plus leur place au sein d'une foire d'art contemporain ? La question reste ouverte...


Voir le making of du shooting : http://www.youtube.com/BLmNVOXOkXA
Voir toutes les photos : http://www.refinery29.com/oil-spill-vogue-italia
Partager l'article
Par Lise Huret, le 06 août 2010 dans Collections & Campagnes
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
13 commentaires
Tous les commentaires
MeltIl y a 6 ans
TOUT à fait d'accord !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
RÉPONDRE
SimonIl y a 6 ans
L'innovation c'est bien , mais meisel devrait réfléchir au fait que vogue est un magazine de mode et non pas un journal quelquonque où l'on dénonce les injustice , dénoncer c'est bien mais dans les journaux ou magazine prévue a cet effet . s'il veut faire de la photographie a sensations qu'il se reconvertice , la mode est fait pour avant tout mettre un produit en avant et la je ne voit pas vraiment cmment l'on pourrait craquer sur une paire d'escarpins recouverte de mazoute :/
RÉPONDRE
yasIl y a 6 ans
Je sais pas trop quoi penser .... j'aime l'esthétique le cote lunaire et assez froid que sa dégage .
La ou sa me gêne c'est que sa colle trop a l'actualité , personnellement j'ai pas encore digérer cette histoire .... autant la série sur la grippe A avais un coté drôle ou du moins second degrés vis a vis de toute la montagne que les médias nous ont fait , mais la marée noir est toujours la ....
Choquer pour choquer ou est l'intérêt ????
foutre un erzat de mazout sur une robe a 10 000 E ????
RÉPONDRE
....Il y a 6 ans
Je suis toujours très partagé sur les editos de Meisel. D'un côté, j'apprécie l'esthétique et le sujet traité et encore plus, la volonté de Meisel et de Franca de faire du VOGUE ITALIE un magazine avec un fond bien plus qu'un recueil de Pubs!
Mais de l'autre, la question est: VOGUE est-il le bon médias?
Car, tout les sujets à controverse ont toujours un rapport opposé à l'image de VOGUE...Le sujet sur la chirurgie esthétique dans un monde ou l'apparence compte plus que tout, la pauvreté dans un monde où un tee-shirt vaut un salaire...

bref, d'un côté je suis partagé entre Admiration et choc...mais c'est bien aussi de voir que le monde de la mode est dans l'actualité et qu'il ne reste pas forcement qu'un monde Futile..
RÉPONDRE
artoIl y a 6 ans
Oh comme c'est gore ! Ca me donne limite envie de vomir... Meisel ne sait plus quoi shooter pour se faire remarquer !
RÉPONDRE
Svs du LuxbgIl y a 6 ans
D'accord avec toi Coco !!!
RÉPONDRE
AmbrineIl y a 6 ans
Pour commencer, J'AIME !
Oui j'aime, j'ai longuement attendue pour donner mon avis parce que j'étais restée perplexe devant ce shoot. Je viens de relire vos commentaires, et il suffit d'une demi-seconde pour en déduire que l'objectif de Meisel n'était pas de rendre beaux les vêtements ! Pour une fois photoshop a été utilisé pour enlaidir un model, regardez ces cheveux ! C'est un peu comme quand Kubrick et George Owell se moquent de la société en enfermant un violeur en taule ou en faisant parler des animaux ! Dans ce cas là ce sont deux femme habillées de haute couture dont la beauté se retrouve souillée par les dégâts de l'humanité. Ils me semble que sur le premier et dernier shoot, elles sont même mortes.
Pour finir, J'AIME ! :)
RÉPONDRE
MaudIl y a 6 ans
Il est vrai que c'est un excellent photographe, ses cliches sont sublimes, pleins de sens mais il a tendance a s'emporter et passer a cote de la dimension "fashion" du shooting... Ce qui est très dommage car, malgré de qu'on peut dire, il a de très bonnes idées qui, peut être sont un peu provocantes, mais s'accordent bien avec l'actualité... Bref, peut être devrait il travailler pour d'autres magazine qui soit moins orientes vers la mode que vogue...
RÉPONDRE
Flo'Il y a 6 ans
je suis moi aussi d'accord avec l'article (et avec la majorité des commentaires). Steven meisel est un bon photographe, mais là ca devient un peu incohérent et on ne sait pas où il veut en venir.

Ca doit l'amuser de faire des "séries mode" dont lui seul comprend le sens...
RÉPONDRE
paristempslibreIl y a 6 ans
je ne suis pas très fan de cette série.
xo
RÉPONDRE
JulieIl y a 6 ans
Salut Coco, j'adore ton site et ca m'a vraiment Mise en colere quand j'ai vu ce blog, parfait plagiat de ton site flash---mode.skyrock.com ... Il y a vraiment des gens sans gènes... Mais bon ce n'est surement pas la première fois que tu dois voire ce genre de cas ...
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 6 ans
Merci beaucoup Julie, je vais faire le nécessaire...
RÉPONDRE
SoniaIl y a 6 ans
Je suis positivement surprise que Vogue-Italie (que je le definisse par un style trop colore, accessorise and sexi, le je considere le moins rafine Vogue) a publie des photos si dures and acides qui critiquent l'indiference envers le desastre ecologique. Je suis plus que d'accord que ces photos sont le plus d'art que la mode en a besoin pour rester attire au reel et pas perdue dans l'imaginaire.
Bien fait, Steven!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode