Proenza Schouler x J Brand

Pour la première fois, le duo new-yorkais Proenza Schouler s'attaque à l'une des pièces incontournables du vestiaire américain : le jean. Or, si les deux hommes nous avaient jusque-là habitués à une certaine fulgurance, leur dernière création nous laisse quelque peu perplexes. Dévoilé lors du défilé automne/hiver 2010-2011, le fruit de leur collaboration avec la griffe J Brand s'avère en effet curieusement eighties, alors même que la fashion sphère semble en avoir définitivement fini avec cette décennie...
Jeans Proenza Schouler
À en croire les listes d'essentiels éditées par la presse féminine en ces temps de rentrée, les slims bleached ou tie and dye ne seraient plus guère d'actualité. Il faut dire que confrontés au plébiscite des pantalons droits à pinces, jeans flare, 7/8 en flanelle et autres carrot pants, les skinny sous acide chers à Taylor Momsen n'ont eu d'autre choix que de s'éclipser.

Dans ce contexte, le dernier né des Proenza Schouler ne peut que susciter l'interrogation : comment ces virtuoses du tailoring up-to-date, d'ordinaire si en phase avec leur temps - ils sont notamment les géniteurs d'un PS1 qui ne se démode pas - sont-ils parvenus à créer un denim aux allures de skinny psychédélique à l'ADN obsolète ?

S'ils ont le mérite de ne pas suivre aveuglément les tendances, leur nouvelle lubie, bien qu'estampillée Proenza Schouler, n'en est pas pour autant assurée de soulever l'enthousiasme de la critique. Celle-ci a en effet beau se réclamer de l'oeuvre de Pollock, elle n'en retire aucun bénéfice, ne parvenant pas à transcender cette filiation arty.
Jeans Proenza Schouler
À contre-courant des envies du moment, les premiers pas de Jack McCollough et Lazaro Hernandez dans l'univers du denim suscitent donc une certaine déception. Car les faits sont là : cette saison, la modeuse ne veut plus entendre parler des années 80 ; face à une pièce ressemblant de près ou de loin à un slim bleaché, sa MasterCard a ainsi toutes les chances de rester bien sagement au fond de son sac.

Cela dit, les fans inconditionnelles des chouchous d'Anna Wintour pourront éventuellement envisager d'adopter le modèle réglisse, à condition de ne pas oublier de lui apposer maille loose et boots à lacets hautes perchées...

En vente sur le site de Proenza Schouler : http://www.proenzaschouler.com/shop/WF10-626
Partager l'article
Par Lise Huret, le 31 août 2010 dans Collections & Campagnes
Vous aimerez également
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
8 commentaires
Tous les commentaires
cindyIl y a 6 ans
Je déteste ! Comme quoi, même eux peuvent tomber dans le mauvais goût.
RÉPONDRE
Flo'Il y a 6 ans
J'ai vu les mêmes chez Pimkie hier : c'est pas bon signe ca...
RÉPONDRE
véroniqueIl y a 6 ans
ohlala quelle horreur! J'ai vu ça en vitrine chez Tally Weijl et à Jennyfer aussi, ça va mal pour Proenza Schouler s'ils tombent ds le mauvais goût...
RÉPONDRE
lilowIl y a 6 ans
Moi je dis pourquoi pas, faudrait voir à quoi ca ressemble de près. Je suppose que la qualité est quand même meilleure que chez Jennyfer !
RÉPONDRE
kristenIl y a 6 ans
C'est une blague ce jean ?
Comment les mecs qui ont fait le PS1, peuvent avoir conçu cette horreur ????
Ils font leur crise adolescence en retard ou quoi ?
RÉPONDRE
weiweiIl y a 6 ans
C'est pas beau ça, pas beau du tout ! J'espere que la prochaine fois ce sera mieux
RÉPONDRE
RosalieIl y a 6 ans
Yeurk ! Ils ont fumé ou quoi ?????
La seule personne que je vois pouvoir porter ca avec un peu de style c'est Taylor Tomasi, parce qu'elle arrive toujours à rendre sympa la fringue la plus bizarre.
Mais sinon je le déconseille fortement !
RÉPONDRE
MaudIl y a 6 ans
Ouah, le choc. Dans ma tête ack McCollough et Lazaro Hernandez étaient les références d'un style extrêmement travaillé, élégant mais portable mais là... :s
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode