Défilé Altuzarra - Printemps/été 2011

Alors qu'il n'en est encore qu'à sa quatrième collection, Joseph Altuzarra semble porter en lui tous les espoirs du petit monde de la mode. Du haut de ses 27 ans, le jeune homme n'hésite en effet pas à inscrire ses créations au coeur d'une féminité sans concession, qui ne pouvait que séduire les Roitfeld & co...
Défilé Altuzarra 2011

Chez Altuzarra, au noir Cruella de l'hiver dernier succède une palette de blancs satinés susceptible de servir au mieux le discours du créateur, qui n'a de cesse de tendre vers toujours plus de modernité. Cette saison, c'est en mixant influences techno, emprunts sixties, héritage Tom Ford et citations Claude Montana que cette notion prend vie au sein de sa collection.

Ces différentes influences ont amené le jeune designer à donner naissance à un vestiaire épuré et incisif, dans lequel la déconstruction le dispute à la science du patchwork. Les vestes et robes en satin duchesse laissent ainsi apparaître la peau de manière inattendue, tandis que les créations bodycon gagnent en tribalité urbaine en se parant d'empiècements python accentuant les courbes du corps féminin.

On note par ailleurs qu'Altuzarra se pique d'accentuer la sensualité des ensembles monochromes - néo trench, tailleur over sexy, etc... - en ceignant leur taille d'un lien fluorescent et en utilisant des bandes d'imprimés reptiliens en guise de détails affriolants.

Vers la fin du défilé, le blanc électrique laisse la place à un bleu profond qui, fonctionnant toujours sur un mode déconstructiviste, dévoile la plastique filiforme des mannequins de manière de plus en plus audacieuse.

Défilé Altuzarra 2011

Du côté des expérimentations stylistiques, si les seins coniques ne nous semblent pas être des plus faciles à arborer, on leur reconnaîtra néanmoins la capacité de se fondre à merveille dans les robes en puzzle de cuirs précieux, conférant à ces dernières une aura finement exotique, à la fois loin des clichés et proche de cette modernité qu'Altuzarra appelle de ses voeux les plus chers.

Enfin, si dans un premier temps les décolletés vertigineux et autres asymétries impudiques portent à penser que la fille Altuzarra ne pourra descendre des podiums, certaines créations un peu moins absolues en matière de sexyness n'en apparaissent pas moins propices à sublimer cette nouvelle décennie.

Moins transcendante que la précédente, cette collection prouve cependant que Joseph Altuzarra n'a pas fini de redéfinir avec esprit la notion de modernité...


Voir toute la collection : http://www.style.com/S2011RTW-ALTZRRA
Partager l'article
Par Lise Huret, le 13 septembre 2010 dans Défilés
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
13 commentaires
Tous les commentaires
MarineIl y a 6 ans
J'ai un peu de mal à comprendre pourquoi tout le mode adore Altuzarra. Moi je n'accroche pas du tout.
Je peux trouver les robes du final très belles, mais complètement importables pour une femme qui mange plus d'une feuille de salade par jour.
RÉPONDRE
lilowIl y a 6 ans
Le 3e look est pas mal, j'aime beaucoup le côté asymétrique de la tenue. En plus ce bleu est très beau. Par contre le reste j'aime moins, surtout les seins coniques, au secours !
RÉPONDRE
oisiveIl y a 6 ans
c'est tellement déconstruit que finalement ce n'est pas harmonieux. mais il ne faut pas avoir peur de la "nouveauté", quoique ...

oisivemaispasque.blogspot...
RÉPONDRE
LouiseIl y a 6 ans
Je trouve les robes sublimissimes. Elles ne sont effectivement pas faciles à porter mais pour une fois que l'ethnique ne fait pas déguisement !
J'aime beaucoup les patchworks de cuir.
RÉPONDRE
liliIl y a 6 ans
Je n'adhère pas mais de toutes manière, il est très rare que j'ai un coup de foudre lors de la fashion week new-yorkaise.
J'ai hâte que ce soit le tour de Paris.
RÉPONDRE
OliveIl y a 6 ans
Les robes du final sont trop belles, pour le reste je passe mon tour.
RÉPONDRE
G.Il y a 6 ans
J aime pas du tout... Qui peut porter ça à part une mannequin au seuil de la tombe? Une fois de plus, on oublie le principal avec les vêtements: qu'on puisse les porter.
RÉPONDRE
....Il y a 6 ans
Je n'aime pas ce show...la seule collection de lui que j'ai aimée reste et restera encore pour une fois de plus celle de l'été 2010. Bref, à part quelques robes longueurs genoux, rien de transcendant ou même pire, d'intéressant...
Je commence à me demander ce qu'on lui trouve à part le fait que sa muse soit Vanessa Traina...
RÉPONDRE
JuliaLookIl y a 6 ans
Je n'accroche juste ... Pas du tout .
A la limite , les chaussures sont très belles. Mais ça en reste la , pas pour moi , la robe Puzzle , pas pour moi MERCIII
RÉPONDRE
Fashion NoticesIl y a 6 ans
Le mannequin dans la robe noire et argentée est vraiment maigre...
Je n'accroche pas, c'est très ordinaire.
RÉPONDRE
najwa27Il y a 6 ans
Ce ne sont pas des couleurs pour le printemps! NOIR, BLANC! J'aime encrore Marc Jacobs. A la limite. Mais faut dire que c'est beaucoup mieux que Rodarte!
RÉPONDRE
CéliaIl y a 6 ans
D'accord avec beaucoup d'entre vous, pas terrible, ça ne me fait pas du tout penser à l'été :/
Puis trop de cuir comme ça je trouve pas ça beau du tout & les mannequins sont vraiment maigres & pas très jolies (enfin sur ce défilé). Rien de bien intéressant...
RÉPONDRE
LEMOND1Il y a 6 ans
Tres Theyskens ds l'approche des coupes , nettement mieux que Proenza !!!
Petit français Joseph revient à la maison !!!! C'est Paris ta maison voyons!!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode