Défilé Prada - Printemps/été 2011

Si en backstage de son défilé, Miuccia Prada s'est déclarée lassée du minimalisme, cela ne veut pas dire pour autant que la reine de l'avant-garde en a fini avec la grammaire forte des lignes pures. Cette saison, celle-ci cherche en effet à y injecter humour et fantaisie, de manière à faire éclore sur son podium ce qu'elle appelle le "minimalisme baroque"...
Défilé Prada 2011

Après avoir flirté avec les clichés Mad Men (et ce au risque de perdre de son unicité acide), Prada renoue aujourd'hui avec l'élégance conceptuelle qui lui est chère. Pour ce faire, la madone italienne célèbre dans une grande messe électrique son amour de l'uniforme, rend hommage à l'esprit de Joséphine Baker et saupoudre le tout d'une franche et audacieuse touche d'espièglerie, conférant alors à l'ensemble une drôle d'aura, à la frontière entre délires techno et premier degré stylé.

Le défilé s'ouvre ainsi sur une robe orange fluo n'ayant rien à envier aux blouses de médecins, accompagnée d'une étole de fourrure très 1920. S'en suit toute une série d'ensembles stricts et monochromes, dont les coloris stridents leur confèrent une modernité sans partage.

Si l'on se demande rapidement où peut bien se cacher la notion de baroque évoquée par la maîtresse des lieux, le 7e passage nous apporte un élément de réponse, celui-ci égayant ses rayures de petits angelots joufflus en provenance directe du château de Versailles...

Défilé Prada 2011

Finement dessinés, ces derniers font ici office de trompe-l'oeil, esquissant sur les différentes robes et blouses une dentelle aussi sophistiquée que virtuelle. Tour à tour noir réglisse ou jaune pepsy, ces motifs évoquent cependant bien plus les décors fluorescents d'une rave berlinoise que les peintures du 17e siècle...

Par la suite, loin de se résumer au hair code laqué des filles, les citations à l'univers de Joséphine Baker se retrouvent successivement dans les imprimés bananes, les robes à volants ou encore les esquisses rappelant la silhouette de la jazz girl.

Leur succède une débauche de rayures, dont les harmonies osées de couleurs n'ont rien à envier à celles de Sonia Rykiel. Cela dit, lorsque lesdites rayures se mettent à investir l'intégralité d'une tenue (du chapeau brésilien à l'étole de vison en passant par le tailleur coordonné), l'effet graphique - bien que saisissant - finit par donner quelque peu mal au crâne...

Défilé Prada 2011

Au final, si les digressions années 20 survitaminées de Miuccia Prada ne devraient séduire que les aficionados de la griffe, le panel de petites robes noires clôturant le défilé a quant à lui de quoi convaincre un plus large public, avide d'indémodables chics. Sans parler des fameuses lunettes à volutes, qui risquent fort de prendre la place des modèles Alexander Wang sur le nez des modeuses...


Voir toute la collection : http://www.style.com/S2011RTW-PRADA
Partager l'article
Par Lise Huret, le 27 septembre 2010 dans Défilés
Vous aimerez également
Défilé Prada - Printemps/été 2015
Il y a 2 ans - 10
EN SAVOIR PLUS
Défilé Prada - Automne/hiver 2014-2015
Il y a 2 ans - 9
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
13 commentaires
Tous les commentaires
CaroIl y a 6 ans
Comme toujours avec Prada, je ne sais pas....
Mais ton analyse me permet en tout cas de comprendre un peu mieux ce défilé qui m'est apparu dans un premier temps assez hermétique.
RÉPONDRE
G.Il y a 6 ans
C'est... ignoble. On dirait vraiment ces marques pseudos-babas-vacances qu'on achète au marché le mardi. Confer par exemple la tenue 6.
RÉPONDRE
seul et fabuleux !Il y a 6 ans
Pourquoi de la fourrure (qui plus est... incroyablement et mochement colorée) sur un défilé spring/summer ?
RÉPONDRE
The Working GirlIl y a 6 ans
Cette déferlante fluo me fait déjà mal aux yeux...
RÉPONDRE
artoIl y a 6 ans
Je suis déçue franchement, décidément les défilés de cette année, c'est pas super à part quelques uns. Entre les couleurs trop flashy et les rayures moches, elle a fait fort là miuccia !
RÉPONDRE
PatouIl y a 6 ans
Le color blocking, ce ne serait pas une des tendances phare l'été prochain ?
J'aime bien la coupe large des manches.
RÉPONDRE
....Il y a 6 ans
Je crois que pour la deuxième année consécutive, je souffre avec PRADA de la non réception d'une collection d'été.
Je veux dire, c'est assez hallucinant le décalage entre les collections d'hiver où le message est clair et les collections d'été où c'est franchement et clairement BIZARRE....pour ne pas dire moche à certains moments.
OK, il y a quelques looks ravissants (la robe bleue rayée)mais l'ensemble pour moi ne marche pas...même si la presse va adorer!!

D'ailleurs, Si il ne s'agissait pas de PRADA, cette collection serait-elle autant plébiscitée.??
RÉPONDRE
andreaIl y a 6 ans
Non non et encore non ! Prada ressaisit toi ! A part la 6ème silhouette qui est potable, je déteste tout.
RÉPONDRE
YannIl y a 6 ans
Je n'ai jamais été un fan de Prada, et cette collection me le confirme. On doit l'appeler comment cette collection? United Banana of Prada?
RÉPONDRE
saraIl y a 6 ans
rien que de voir cette belle robe orange à rayures me remplit de bonheur.
RÉPONDRE
najwa27Il y a 6 ans
Pfff... TROP de couleur! C dégueu... A part 2, 3 robes ASSEZ portables. Le reste est... Je ne reconnais pas Prada! VOYONS
RÉPONDRE
ClasseIl y a 6 ans
Bah,ça ne m'étonne pas ,c'est du Prada tout craché . Importable ,et vraiment ...moche.
RÉPONDRE
MonsieurIl y a 6 ans
Rien que pour les chaussures et les étoles vison, l'élégance à l'italienne est bel et bien présente ! Les défilés PRADA sont toujours l'occasion de casser le rationnel de la mode. Et pourquoi pas, au final, assembler deux styles de rayures ? Les dictas, les dictas... c'est aussi pour cela que PRADA est tant appréciée : la femme n'est pas commune mais pas non marginale.
Et ces robes noires si bien coupées qui font la clôture du défilé... Elles sont ce que j'appellerais le chic du sobre.

J'attends vraiment de découvrir l'après-collection en Boutique !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode