Défilé Balenciaga - Printemps/été 2011

En décidant de mélanger - à l'instar de Marc Jacobs l'hiver dernier - modèles amateurs et professionnelles, Nicolas Ghesquière livre un casting audacieux de mannequins servant à merveille une collection incisive, dont la sexyness boyish n'a d'égal que la modernité sans limites dont fait preuve le créateur dans le traitement de ses inspirations...
Défilé Balenciaga 2011

Au fil des ans, Nicolas Ghesquière se focalise de plus en plus sur le traitement de la matière, à tel point que l'on peut se demander s'il ne considère pas le vêtement comme un simple support à ses expérimentations textiles. Cela dit, on ne saurait l'en blâmer : le prêt-à-porter semble en effet avoir atteint ses limites, tandis que les mutations dans le domaine des tissus n'ont quant à elles pas encore livré toute leur magie.

Comme souvent, Ghesquière se contente ainsi cette saison d'édicter deux ou trois silhouettes fortes, qu'il décline ensuite au gré des possibilités techniques s'offrant à lui...

Pour le printemps/été 2011, celui qui n'a jamais voulu céder aux sirènes du revival rétro s'emploie à distiller une atmosphère rock - voire punk - tout au long de sa présentation. Il suffit d'ailleurs de regarder les coupes ultra courtes - soit peroxydées, soit teintées de noir corbeau - des modèles pour comprendre qu'une fois de plus, Balenciaga boude le glamour traditionnel.

Défilé Balenciaga 2011

C'est en effet une jeune femme aux allures de Teddy Boy prête à en découdre avec la girliness qui arpente en Creepers les parquets du Crillon. En ouverture, Ghesquière choisit de l'envelopper dans un cocon au motif pied-de-poule inspiré des archives maison, dont le traitement mi-cuir mi-plastique lui permet d'entrer sans difficulté dans le 21e siècle.

Après quelques passages dédiés à la déclinaison de ce modèle, le style streetwear cher au DA de Balenciaga se mêle à la notion de tailoring. Les filles empruntent alors au vestiaire masculin vestes de smoking et chemises blanches, qu'elles marient avec audace à quelques shorts en cuir et Creepers revisitées. Leur succèdent des ensembles jupes droites archéennes/pull-overs sans manches au chic des plus contemporains.

Par la suite, l'atmosphère boyish du show se matérialise via une succession de blousons de biker ajustés et finement travaillés, qui ne tarderont pas à accompagner des toilettes dont l'épure sert avec brio le raffinement de la multitude de sequins les ornant.

Défilé Balenciaga 2011

On ne peut par ailleurs qu'admirer la capacité du maître des lieux à faire se rencontrer sur une même tenue technologies de pointe et virtuosité des petites mains des ateliers Balenciaga. Pour preuve : le final du défilé, conjuguant néo chemises taillées au laser et jupes ayant nécessité des dizaines d'heures de broderie...

Plus portable qu'à l'accoutumée, le vestiaire Balenciaga brille ici par sa précision et l'à-propos de ses créations. Quant à savoir quelle pièce du défilé aura le plus de chance de séduire les rédactrices de mode, il semble que les montres issues de l'héritage Balenciaga et remises au goût du jour pour l'été 2011 - voir ici et là - partent avec une longueur d'avance...


Voir toute la collection : http://www.style.com/S2011RTW-BALENCIA
Partager l'article
Par Lise Huret, le 01 octobre 2010 dans Défilés
Vous aimerez également
La bonne surprise Balenciaga
Il y a 8 mois - 26
EN SAVOIR PLUS
Alexander Wang quitte Balenciaga
Il y a 1 an - 12
EN SAVOIR PLUS
Défilé Balenciaga - Printemps/été 2014
Il y a 3 ans - 14
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
14 commentaires
Tous les commentaires
AlineIl y a 6 ans
Le travail sur les matière est bluffant, par contre les creepers ne passeront pas par moi !
RÉPONDRE
artoIl y a 6 ans
Impressionnant ! Ghesquière est toujours aussi inspiré, et ca fait du bien :)
RÉPONDRE
emmaIl y a 6 ans
je suis enchantée par ce défilé !
normal je suis plus proche de Charlotte Gainsbourg que de Scarlett Johansson !
ça ma rassénère alors que j'étais restée désemparée face au retour des robes femmes au foyer des années 50 et au camel fadasse des années 70.
RÉPONDRE
weiweiIl y a 6 ans
je n'aime pas du tout !!
RÉPONDRE
PatouIl y a 6 ans
J'adore, j'aime tout, les matières, les coupes, le stylisme, les montres, tout.
Merci Mr Guesquière.
RÉPONDRE
....Il y a 6 ans
Une bonne collection, pas la meilleur de Nicolas,mais une collection satisfaisante. J'ai beaucoup aimée les robes comme celles portées par Carolyn et les pantalons (l'une des force de Ghesquiere) ainsi que les perfecto et montres. Mais les chaussures: NON!
Par contre, je trouve que cette collection manque d'un certain dynamisme, pourtant patte de Balenciaga. C'est beau mais il manque quelque chose....
Il sera néanmoins intéressant de voir, comme d'Hab' avec Balenciaga, la version commerciale de cette collection, moins chère et donc que je pourrais acheter
RÉPONDRE
LEMOND1Il y a 6 ans
Balenciaga rocks as usual! , Peu etre moins conceptuel c'est vrai mais toujours très inspiré à défaut de Balmain... Les robes sont divines , toujours pas de sacs au défilé.... ! J'avais adoré les chaussures en formica de la saison précédente mais là les creepers je ne suis pas folle fan!
RÉPONDRE
andreaIl y a 6 ans
Ce n'est pas ma collection préférée de ghesquière, mais elle est quand même très intéressante à regarder. Les associations artisanat/coupes modernes surtout sont vraiment bluffantes.
RÉPONDRE
najwa27Il y a 6 ans
JAIME PAAS!! C du n'importe quoi! Qui pourrait porter ce genre de choses? C ridicule! Quoi qu'un peuu interéssée par les 3 dernieres photos, le reste est très MOCHE!
RÉPONDRE
Fashion NoticesIl y a 6 ans
Clairement moins bon que les autres collections de Nicolas Ghesquière. Les robes n'ont absolument aucune forme (ou bien celle d'un sac à patate) et la matière est franchement moche. Je n'aime aussi pas les chaussures, bien que c'est rafraîchissant de voir autre chose que des stilettos haut de 14 cm.
RÉPONDRE
petit nounoursIl y a 6 ans
Un rare sens de la mode et de l'esthétisme contemporain.
Une collection personnelle et nouvelle.
On sent bien toute la richesse du travail de documention transparaitre dans ce défilé.
On ressent aussi très clairement, que les principales sources d'inspiration ne sont pas les
magasines de mode pleins de vide.
Merci M. Ghesquière
RÉPONDRE
DimitriIl y a 6 ans
Mais je suis de plus en plus sublimé par les collections de la maison Balenciaga !

Moi qui au premier abord était totalement... sceptique, effaré et dégouté !

M'en voilà, admiratif !

Et la troisième tenue, d'un bleu électrique en pseudo motif "Pied-de-Poule" a entièrement retenue mon attention sans raison valable !

Néanmoins les quelques tenues médianes me semblent sans intérêt particulier...

Mais je retrouve ce petit quelque chose dans les coupes, que porte dans l'avant dernière photo, Freja Beha Erichsen... Qui ont quelque chose de très... Lagerfeld !
RÉPONDRE
PalomaIl y a 6 ans
Je passe cette saison-ci , merci !
RÉPONDRE
KiwiIl y a 6 ans
Pour tout ceux qui dise que cela n'a aucun intérêt: vous n'aimez pas, c'est votre choix, mais que cela n'ait aucun intérêt, là c'est du grand n'importe quoi! Avant de dire cela, il faudrait déjà savoir le travail sur la matière et les techniques de coupes, qui sont pour ainsi dire indéfinissable tant elles sont incroyablement recherchées. De plus, pour celles qui disent "j'aime pas, personne pourrait porter ca", on s'en contrefiche étant donné que la femme Balenciaga se défini par son style unique et personnel et sa forte confiance en soi (et non pas le jugement du regard des autres), et de plus, tout comme pour Alexander Mcqueen et la plupart des marques de mode, les défilés sont une vitrines du travail, de la créativité et du style de la maison. Vous croyez sérieusement que la plupart des pièces extrêmement élaborées et excentriques des défilés sont vendues? "hahaha" laissez moi bien rire! Une fois passé le côté créatif du défilé, il faut vendre, et dans une grande maison de mode on sait très bien que être original ne suffit pas, il faut plaire et satisfaire, vendre, sinon adieu.
C'est "grâce" a des gens aussi fermé d'esprit et peu imaginatif, aussi commerciaux, que la mode est devenue un éternel cycle reprenant les looks du passé.
Moi je dis merci à la maison Balenciaga et à ses homologues qui contrairement aux marques du type Balmain, font avancer la mode.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode