Aurélie Bidermann

Depuis que le concept store Colette s'est laissé prendre aux charmes d'Aurélie Bidermann, cette dernière n'a eu de cesse de séduire fashion sphère et star-system. Il faut dire qu'entre gris-gris naturalistes et pièces bohèmes chic, la créatrice propose des collections toujours plus insolites, à teneur élevée en désirabilité...
Aurélie Bidermann
À la fois moins sombres que les créations de Pamela Love et plus sobres que celles de Victoire de Castellane, les bijoux d'Aurélie Bidermann oscillent entre babioles addictives faussement premier degré et pièces d'exception coulées dans l'or.

Et si son nom reste encore pour beaucoup synonyme de bracelets porte-bonheur (grâce auxquels elle fit succomber - à ses débuts - tout le gotha des hype girls), Aurélie Bidermann décline aujourd'hui une grande variété de thèmes, consolidant ainsi sa cote de popularité auprès des rédactrices de mode.

Adolescente, Aurélie ne rêvait pourtant pas d'une carrière dans l'univers du bijou : elle envisage alors plutôt de travailler dans le milieu dans lequel elle baigne depuis son enfance : celui de l'art, des brocantes et des marchés aux puces. C'est donc tout naturellement qu'elle suivra des études dans ce domaine, avant de décrocher un poste chez Sotheby's à New York, puis à Paris.
Aurélie Bidermann
Cependant, le désir de créer quelque chose de concret se fait de plus en plus pressant. Celle qui customise ses bijoux depuis qu'elle est en âge d'en porter décide alors de changer de voie en intégrant une école de gemmologie à Anvers, où elle apprend la science des pierres précieuses. Elle enchaîne ensuite avec des cours de dessin technique, qui lui permettront de matérialiser au mieux les bijoux qu'elle imagine déjà.

S'en suit un long périple sur tous les continents, qui permet à la future créatrice de trouver aussi bien l'inspiration que les pierres nécessaires à l'élaboration de ses pièces. Après de nombreux mois passés à parcourir le monde, ce sera en Inde qu'elle trouvera finalement son style, un mix entre gimmicks superstitieux et esthétique un rien girly.

Se sentant enfin prête, Aurélie Bidermann décide en 2003 de lancer sa griffe éponyme. Sa première collection sera composée de bracelets et colliers porte-bonheur finement peace & love, fabriqués à base de breloques et autres talismans.
Aurélie Bidermann
L'idée de rendre précieux le thème du gri-gri ne tarde pas à convaincre les têtes chercheuses de chez Colette, qui accordent rapidement aux créations de la jeune française une place au sein des vitrines du concept store. Ainsi adoubés par les pythies de la hype, les "charms" d'Aurélie Bidermann - qui, contrairement aux créations de Delfina Delettrez, se veulent abordables - deviennent en 2004 Le bijou à la mode.

Et si, forte de son succès, la créatrice s'autorise par la suite à développer des concepts innovants et surprenants, son fil conducteur reste le même : ses bijoux doivent avant tout raconter une histoire.

C'est ainsi qu'elle coule des insectes dans de l'or (créant alors d'impressionnantes broches mygales ou scarabées), détourne le principe du bracelet brésilien en l'associant à des gourmettes bling-bling, conçoit des manchettes en dentelle figées dans de l'or ou encore immortalise quelques plumes sous une fine couche de ce métal précieux.
Aurélie Bidermann
Cependant, si ses collections sont toujours plus innovantes et diversifiées (pour l'hiver 2010/2011, elle n'hésite pas à imaginer des bagues en forme de heaume de chevalier), elle reste encore aux yeux de la fashion sphère celle qui remis au goût du jour les lucky charms. Ses collaborations avec Bonpoint ou Lacoste donnent ainsi naissance non pas à des bestioles recouvertes d'or ou d'argent, mais plutôt à des bijoux fleurant bon le porte-bonheur facile à porter.

Cela dit, si les breloques de jade ou de nacre de ses débuts continuent de séduire tous azimuts, elles n'empêchent pas ses créations plus sophistiquées de rencontrer également un franc succès, comme en témoignent aussi bien le lancement de son e-store que le nombre croissant de boutiques la distribuant de par le monde.
Aurélie Bidermann
Quant à en savoir un peu plus sur cette globe-trotteuse toujours à l'affût du moindre fragment de tissu ancien, carte postale ou babiole hétéroclite qu'elle pourra glisser dans son carnet d'inspiration, on note que :

  • Elle ne crée jamais mieux qu'à New York, lorsqu'elle s'éloigne de la pression de son atelier parisien.

  • Elle essaie de cultiver un mode de vie respectueux de la nature : elle ne consomme en effet que des fruits et légumes de saison, trie ses déchets, produit ses bijoux localement - à Paris - et n'hésite pas à offrir le Feed bag de Lauren Bush à chacune de ses amies, afin d'éradiquer tout sac en plastique de son entourage.

  • Enfin, elle possède également une très bonne hygiène de vie, qui lui permet de conserver teint frais et ligne svelte. Elle boit ainsi chaque matin un verre d'eau additionné de sel de rose, mise - pour la détox - sur le vinaigre de pomme à boire dilué tout au long d'un week-end et pratique la barre au sol trois fois par semaine...


Site officiel : http://www.aureliebidermann.com/

Partager l'article
Par Lise Huret, le 23 novembre 2010 dans Marques & Créateurs
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
8 commentaires
Tous les commentaires
lilowIl y a 6 ans
Je suis très très fan de ce qu'elle fait, même si je n'ai pas encore pu m'offrir un de ses bijoux.

Ses bagues "casques de guerriers" sont un must !
RÉPONDRE
IzumiIl y a 6 ans
Donc si j'ai bien compris, la mygale dorée est une vraie ? Flippant :p
RÉPONDRE
The Working GirlIl y a 6 ans
Mmmm j'adore les créations d'Aurélie Bidermann ? ? ?

En revanche, je vais passer mon tour pour les décoctions de vinaigre... Juste de la citronnade, pour moi, merci ;)
RÉPONDRE
lion of fashionIl y a 6 ans
L'idée de couler de vrai choses ( mygales, plumes etc) dans de l'or ou de l'argent est super intéressante.
Ça fait la différence et moi c'est ca que je recherche un bijou : un truc un peu fou, un peu unique. Même si je reconnais que savoir qu'il y a une vrai araignée dans son pendentif ca doit faire un peu bizarre !!!!
RÉPONDRE
andreaIl y a 6 ans
C'est mignon et assez original, j'adhère !
RÉPONDRE
TomatoIl y a 6 ans
belle découverte pour moi, je ne connaissais pas. Merci beaucoup coco
RÉPONDRE
JonIl y a 6 ans
Magnifique découverte. La recherche est incroyable. Superbe.
RÉPONDRE
emmanuelisIl y a 6 ans
Ses créations sont proposées au Printemps depuis quelques années bien cachées au 2 étage, au milieu d'une petite vitrine perdue... C'est dommage, mais pour ceux qui y passeront, on notera que les prix de Mme Bidermann sont assez exorbitants...
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode