Les blogueurs, vus par Franca Sozzani

Après une période de fascination, la fashion sphère - et notamment certains de ses principaux acteurs, à l'instar de Franca Sozzani, rédactrice en chef de Vogue Italie - tente peu à peu de faire le point sur le phénomène "blogueurs"...
Franca Sozzani
Alors que l'ex-rédactrice en chef de Vogue Paris - Carine Roitfeld - n'avait pas hésité à confier à Garance Doré la rubrique "Une fille, un style" de la version web de son magazine, Franca Sozzani ne semble pas encore prête à inviter les blogueurs au sein de sa parution.
Dans un papier qu'elle publie sur son propre blog (hébergé sur le site de Vogue Italie), la journaliste s'interroge en effet sur les raisons - mais également sur le bien fondé - de la présence des blogueurs au coeur de la fashion sphère. Pourquoi sont-ils placés au premier rang des défilés ? Pourquoi leur donner une si grande légitimité alors qu'ils ne proposent rien, ne parlent que d'eux-mêmes et se contentent bien souvent de se prendre en photo vêtus de vêtements excentriques ?
Tavi & Alexa Chung
Cela dit, qu'elle ne parvienne pas à retenir leur nom tant ils sont nombreux ne l'empêche pas de reconnaître l'ampleur du phénomène, ainsi que son effet rafraîchissant. Pas encore blasés par le système et ultra enthousiastes, les blogueurs posent en effet un regard neuf sur les événements fashion, là où les rédactrices de mode officiant depuis plusieurs décennies n'arrivent plus à se laisser enivrer par la magie d'un show. Ils commentent dans l'instant, manquant parfois de recul et d'expérience pour mettre en perspective les choses, mais jamais de fantaisie et de passion.
Et si elle considère la plupart des blogueurs comme des papillons de nuit à l'existence éphémère, elle n'en ferme pas pour autant les yeux sur la réussite de certains, qui sont parvenus à capitaliser leur succès en faisant de leur blog le fer de lance d'un nouveau mode de communication.
BryanBoy & Fashiontoast
Assimilant "l'effet blog" à une tendance comme une autre, Franca Sozzani n'exclut cependant pas la possibilité que celui-ci se voie - après avoir été porté aux nues - soudainement confronté à une phase de rejet, comme il est souvent le cas dans la mode.
Au final, la rédactrice en chef de Vogue Italie se laisse donc encore un peu de temps avant de trancher quant à la position à adopter par rapport au phénomène. De notre côté, au vu de la pérennité, du sérieux et de l'influence de certains (The Sartorialist, Style Bubble, Jak&Jil, Café Mode...), on considère que la fashion sphère a plus à gagner qu'à perdre à leur contact...

Lire l'article : http://www.vogue.it/january-28th

Partager l'article
Par Lise Huret, le 01 février 2011 dans Analyses
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
9 commentaires
Tous les commentaires
MeltIl y a 5 ans
Coco , VS considérez votre site comme un blog ? je veux dire , qu'est-ce qui fait de quelqu'un un blogueur au final ? moi tout ce que je retiens c : un look exentrique , une addiction o produit de luxe , un " m'as-tu vu ?" surabondant , après, on connait votre site et le principe est le même ( enfin ... la qualité est bien meilleurs et les articles très professionnels) enfin me suis interrogé lol mais je dirai que votre discrétion et la teneur de vos articles font grandement la différence qu'un style rooky&co.
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 5 ans
@Melt : Disons que nous nous situons à mi-chemin entre le blog et le magazine online. Je pense de toutes façon que l'on peut difficilement mettre TDM dans une case, son format étant finalement assez particulier.
RÉPONDRE
LéaIl y a 5 ans
Je suis d'accord au sujet des vêtements excentriques et sur l'aberration de mettre aux premiers rangs des défilés des bloggeurs...
Le monde regorge de filles stylés qui n'ont pas la prétention d'écrire sur elles tous les jours dans des tenus importables dîtes fashion sous prétexte qu'elles sont originales voire moches...
Il faut tout de même se rappeler qu'une gamine de 13ans appelée Tavi qui n'a aucune expérience, qui n'a fait aucune étude (ce qui s'explique par son âge), qui a un goût très douteux en matière vestimentaire, s'est retrouvée catapultée en tête des shows, alors que des milliers de filles font tout pour se faire une place dans notre microcosme!
Où va le monde???

Après, certains sont très talentueux et certaines photos sont belles, mais trop de bloggeurs tue le bloggeur.
RÉPONDRE
yulilopIl y a 5 ans
Je suis tout a fait d'accord avec Franca. Je trouve ça nul les blog modes et les bloggueueses souvent ne sont que des moutons de panurge qui suivent les tendances même si elles ne leur vont pas. Bref moi je suis pas une professionnel de la mode donc je ne fais aucun prosélitisme c'est juste une fille qui adore la mode au point qu'elle trouve ridicule de voir des grues se prétyendre gourou de la mode.
Ici pour moi c'est un magazine online interessant et intelligeant sur la mode pour moi ça n'a rien a voir avec les blog dont on connait tous les noms et qui sont fades et sans intérêts
RÉPONDRE
LiseIl y a 5 ans
C'est exactement sa !!! Tdm est entre le blog et le magazine online. avec un plus pour le magazine online!
RÉPONDRE
artoIl y a 5 ans
Certains resteront probablement, je parle des rares dotées d'une vraie personnalité ou d'un vrai talent. Après pour ce qui est des blogueurs en général, je ne pense pas qu'ils feront long feu... qui vivra verra !
RÉPONDRE
MeltIl y a 5 ans
Ok. thanks
RÉPONDRE
emmanuelisIl y a 5 ans
Personnellement qd j'ai lu le papier vendredi dernier, j'ai été surpris d'autant qu'à Milan j'ai acheté son livre, Les Caprices de La Mode, qui vient de paraître en Italie. Sur chaque page, comme sur son "blog" Vogue.it, un portrait d'elle à côté du texte est affiché.

Celle qui catégorise si violemment les blogueurs se met elle-même en avant à outrance sur son propre blog. Est-ce pour singer le phénomène ?

Toujours est-il que si elle a raison quant à l'ampleur du phénomène et à la dénonciation du prosélytisme de nombreux blogueurs n'ayant aucun background mode (ce avec quoi je suis tout à fait d'accord), elle s'est permis dans son post de critiquer la mise à disposition par la chambre de la mode italienne de moyen en faveur des blogueurs accrédités (salle de travail, chauffeur, pass presse...), or elle-même profite de ces services en tant que professionnelle.

Et cela soulève un autre sujet, l'évolution des blogs, comme un support professionnel. A ce sujet, vous dites ne plus savoir ou bien vous situer. Je vous avoue que c'est aussi mon cas, même si les professionnels ne me considèrent pas comme un blog. Ce phénomène est en train de se généraliser pour certains blogs ayant acquis une maturité indéniable depuis leur création au cours de ces 5 dernières années.

Mme Sozzani montre dans son papier qu'elle ne connaît pas un phénomène pourtant existant depuis quelques années, et en choisissant de loger tout le monde à la même enseigne, elle adopte le même comportement que la chambre parisienne de la mode qui refuse aujourd'hui de faire une distinction et d'accréditer les blogueurs "sérieux", histoire de ne pas enlever leurs petits avantages au puissantes rédactrices gourmandes de leurs privilèges.
RÉPONDRE
godsavemeIl y a 5 ans
Moi aussi je pense que tendances de mode n'est pas un blog, ou alors un blog très pointu !! Et y'en a pas beaucoup dans le genre !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode