Défilé Balenciaga - Printemps/été 2012

Aussi cocasses purent être les mésaventures pré-show du défilé Balenciaga (qui virent pas moins de trois bancs céder sous le poids de leurs occupants), Nicolas Ghesquière n'eut finalement besoin que de quelques passages pour recentrer l'attention de ses invités...
Défilé Balenciaga 2012

Chez Balenciaga, l'époque où le challenge technique l'emportait sur le bien-aller des silhouettes semble désormais révolue, Nicolas Ghesquière tentant cette saison de trouver le bon équilibre entre portabilité, héritage et technocouture.

Pour le printemps/été 2012, le DA de la maison parisienne choisit ainsi d'insuffler un volume so Cristobal Balenciaga à des basics tels que la veste en jean ou le micro short, de ponctionner quelques détails universellement élégants à la garde-robe du samouraï et de faire twister bon nombre de ses créations au contact de matières au parfum avant-gardiste.

Défilé Balenciaga 2012

Dans la pratique, les blousons en denim se voient drastiquement conceptualisés via l'exagération de leurs poches et carrures, tandis que les robes minimalistes - dont les emmanchures à épaulettes ne sont pas sans rappeler quelques armures de combattant nippons - allient souplesse et rigidité métallisée, offrant une désirabilité renouvelée aux gimmicks constructivistes.

Oui mais voilà, si l'on salue l'approche couture de certaines pièces casual, l'ensemble n'en manque pas moins cruellement de cette coolness éclairée dont avait su faire preuve Nicolas Ghesquière lors de la saison automne/hiver 2007-2008. On a en effet du mal à imaginer les femmes sublimées par ces tuniques un brin rigides, ces vestes de smoking en néoprène, denims et autres pantalons taille haute aux passants revisités.

Défilé Balenciaga 2012

Une fois assurée la partie dite "commerciale" de sa collection, Nicolas Ghesquière laisse ensuite libre cours à ses pulsions créatives en nous livrant d'amples robes mutantes alliant patchworks de pièces de cuir et d'imprimés piochés dans les archives de la maison, échancrures ottomanes, esthétique japonaise et volumes Watteau. Sans parler des chapeaux de pêcheurs surdimensionnés et des jupes aux franges années 20, qui achevèrent de rendre sibyllin le propos du créateur.

Cela étant dit, si les insolites chapeaux suroit ne séduiront guère qu'Anna Dello Russo, nul doute que les ankle boots de saison - rappelant subtilement les chaussons ailés d'Hermès - déclinées aussi bien en "léopard" qu'en orange tigré ne tarderont pas à émoustiller les fashionistas...


Voir la collection : http://www.style.com/S2012RTW-BALENCIA
Partager l'article
Par Lise Huret, le 30 septembre 2011 dans Défilés
Vous aimerez également
La bonne surprise Balenciaga
Il y a 8 mois - 26
EN SAVOIR PLUS
Alexander Wang quitte Balenciaga
Il y a 1 an - 12
EN SAVOIR PLUS
Défilé Balenciaga - Printemps/été 2014
Il y a 3 ans - 14
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
22 commentaires
Tous les commentaires
tiffanyIl y a 5 ans
Love Balenciaga
RÉPONDRE
....Il y a 5 ans
Bon, cette collection est une horreur. A vraie dire, pour une fan de Balenciaga, je suis très très déçue. je ne sais pas si vous avez lu la fameuse critique meurtrière de Virgine Mouzat sur la collection de Tom Ford mais, elle était tellement excessive que j'ai voulu la remixer pour commenter cette collection Balenciaga. Voici:

Dès les premiers passages, je suis frappée par lapparence démodée d?un mix de plusieurs collection Balenciaga. Les complications chichiteuses des coupes (Carure boxy, surdose d?experimentation, Taille haute omnipresente?), l?allure de ces filles qui n?a rien de la conquerante qui était alors la marque de fabrique du designer. La femme Balenciaga depuis quelques saisons souffre d?une libido a Zero. Finit des collections intenses comme celles de l?hiver 2008.
Sur les corps décharnés des mannequins, la carrure boxy des 80s augmente d?un cran le stress rétinien et nous rappelle que finalement, les 80?s devraient rester où elles sont. La surcharge, cest le maître mot de ce défilé. Surprenant pour un créateur dont les défilés étaient un exemples de précision avec la mention « CLOTHES ONLY » en tête. Tel un catalogue ambulant, sur un mannequin s?empilent les accessoires et les emprunts : Les nouveaux sacs ? Ils ressemblent aux Celine et Prada de la saison derniere. La veste Boxy ? Un ersatz d?un modele Celine de la premiere croisiere de Philo. Les robes du final ? Une pale copie de Junya Watanabe.
De plus, rajoutez à cela l?impression de repetition (12 looks en shorts et veste sur 36) et Ghesquiere fait de sa cliente une professionnelle?.de la ringardise. Pourquoi ? Car, finalement, trop de complications tue la complication et elle se demande si dans une saison pronant l?extreme féminité, ces robes de nones au bord de la crise de nerf sont appropriées.

Ironie, les tabourets se sont éffondrés et donc, tout le monde était debout. Vous auriez donc l?impression que Ghesquiere recoit une standing Ovation. Oui, une standing ovation, pour sa pire collection. Gênant. Finalement, on se dit que ce génie, que les journalistes encensent à perdu de sa touche et que depuis quelques saisons, ces collections manquent d?energie et de passion. Mais ne vous leurez pas, vous ne verrez jamais ce genre de critique dans la presse où chez notre chere Mouzat car, chez BALENCIAGA, on bannit à vie, on est annonceur, on vous enmerde et vous Adorez notre collection !

Que le staff du VP ne s?inquiete pas, depuis qu?il a été banni, Balenciaga a chuté de son piedestal.
RÉPONDRE
PilouIl y a 5 ans
Il n'y a qu'ici pour lire un texte pas "beniouioui" sur la collection Balenciaga !!!!! J'ai détesté et toutes les critiques que j'ai lu ont adoré. Je serias curieuse de voir si elles l'adopteraient cette fameuse collection !
Bien remixer la critique de Mouzat par "...."
RÉPONDRE
sassieIl y a 5 ans
J'ai aimé certaines pièce de la collection, mais dans l'ensemble c'est quand même assez n'importe quoi, non seulement c'est pas portable mais en plus c'est moche.
RÉPONDRE
MarieIl y a 5 ans
J?adhère pas non plus a cette collection peut être un peu trop futuriste a mon goût
RÉPONDRE
matchingpointsIl y a 5 ans
Juste une question : est ce que le créateur a vraiment crée ces vêtements pour les femmes ?
RÉPONDRE
TitouIl y a 5 ans
EN général je ne suis pas fan de Balenciaga, pourtant il faut avouer une approche de performance artistique, plus qu'une silhouette c'est un état d'esprit alternatif. J'ai trouvé la robe à gauche en bas juste géniale: référence de la coupe du maître mêlé aux imprimés et couleurs de maintenant. La capeline me fait penser à ce que Courrège ou Cardin faisaient dans les années 70. C'est du design.

Il ne faut le prendre d'un bloc, la rue/les magazines vont le diluer pour se l'approprier et c'est ça la vraie mode: l'appropriation!
RÉPONDRE
Le Cancre83Il y a 5 ans
En effet ce n'est certainement pas la meilleure collection balenciaga que nous ayons vu.
On retrouve le desormais habituel schemas :silhouette de base-plusieurs declinaisons.Seulement là ou on sentait que les declinaisons etaient une consequence de l'inspiration dans le but d'exploiter totalement, de fouiller jusqu'au fond son sujet.On a l'impression que NG à cette fois pris les choses à l'envers et utiliser les variations autour d'une silhouette pour pallier à un manque d'inspiration justement.Alors l'utilisation de decoupe futuristico 70's et matiéres a la brillance metallique au guout de déjà vu donne l'impressions d'une imitation de defile balenciaga en reprennant maladroitement(caricaturalement?l''abecedaire visuel de la marque qu'il a lui meme instauré.
Au fond ce qu'on reproche ici à Nicolas Ghesquiere c'est de ne pas avoir été à la hauteur de lui meme; Les mix de matiéres et d'imprimés n'arrive pas cette fois à provoquer l'admiration tant par les combinaisons surprenantes que maitrisées des collections passées.Les accessoires,on a encore en tete la montre de la saison derniére,ne vont pas assez loin n'ont pas ce guout de jamais vu ultra desirable.Comme ce chapeau directement tiré des archives(on a tous en tete cette celebrissime photo ou ce chapeau fait office de voile à une robe de mariée tte aussi rigide.Les bords venant épouser quasi parfaitement la traine de la robe)qui est difficilement adaptable à la rue et rappelle un peu trop la silhouette de la capeline de l'ete dernier.
Reste tt de meme des choses plaisantes si cette collection déçoit elle n'en est pas pour autant ratée
De meme il ne faut pas etre injuste ac Nicolas Guesquiére.Cette collection ou l'on sent l'effort sans pour autant toucher son but et reussir à se renouveller n'est a voir que comme un petit coup de mou dans une carriére comme une nébuleuse de collections exceptionnelles.Comme d'autres genies du vetement(Mc queen ou Galliano en leurs temps)il lui arrive d'etre inégal.
RÉPONDRE
StratosphèreIl y a 5 ans
Euh... Alors.
Supéfaction. Puis... attraction? Mmh non je suis trop influencée par l'impact des couleurs. Je m'en habille le cerveau plutôt que de me demander si je veux m'en habiller... Alors quoi? Non en fait ça veut vraiment rien dire. Juste la première et la deuxième silhouette sur la troisième bande de photo de l'article parce qu'elles me font bien délirer. Mais sinon franchement je m'y perds! Ne sachant pas si je hais ou si ça m'intéresse...
RÉPONDRE
crispydustIl y a 5 ans
J'aime certaines pièces mais en règle générale pas de grande créativité. Ca ne me touche pas en tout cas...
RÉPONDRE
Emily.bIl y a 5 ans
les habits sont originaux mais les mannequins font peur ! Quelle est cette maigreur et dire que les femmes font des régimes dans le bus à ressembler à ces femmes aux jambes aussi fines que des cotons tiges : RIDICULE.

Le défilé,pour ces mannequins est, pour, moi à bannir.
RÉPONDRE
emily.bIl y a 5 ans
*dans le but de*
RÉPONDRE
SlowfashionstreetIl y a 5 ans
les boots sont en effet magnifiques et j'aime beaucoup le travail des matières de cette collection
RÉPONDRE
liliIl y a 5 ans
Finalement, Nicolas Ghesquière est l'un des seuls qui essaye encore d'innover dans la mode. Il y a tellement de designers qui reprennent les pièces et des codes phares du passé qu'on se demande ce qu'il restera de la mode d'aujourd'hui dans 10/20ans. A mon avis celle de Ghesquière en fera partie.
RÉPONDRE
seul et fabuleux !Il y a 5 ans
De mon petit oeil amateur, j'apprécie ce show... bien qu'au début, je l'ai trouvé difficile à digérer (de plus, je trouve que le sol sur lequel les mannequins défilent alourdit encore plus le tout), je le trouve désormais à mon goût ! Quelques pièces sont peut être à bannir, comme cette jupe (photo du milieu dans la sélection tout en bas de l'article) que je trouve d'un goût archi douteux, mais sinon dans l'ensemble j'aime ce qu'il en ressort !

Enfin, dans une des brèves, il y a peu, on pouvait lire : "L'évidence Dries Van Noten..." et là, c'est vrai que bien que le show Balenciaga me plaît, ça manque d'évidence (au moins dans le premier coup d'oeil) !

Lili : Alexandra Shulmans du vogue UK, a dit, à propos de ce défilé : "Ce qui excitant, c'est que personne a fait ce qu'il a fait." ! :)
RÉPONDRE
Jonathan le GoëlandIl y a 5 ans
Les plus grandes oeuvres d'art reconnues aujourd'hui ont été décriées ou ignorées en leur temps.
Dans un monde où il fait bon mettre à bas le talent (comme si c'était la preuve que les critiques, eux, savent...) certains commentaires montrent que la surprise n'est pas acceptée...
Nicolas Ghesquière a au moins le tact de ne pas chercher à tous prix qu'on dise du bien de ses créations ni de lui-même. Il s'emploie à ne pas faire de sa collection un objet de consensus mais plutôt une expression spontanée.
Bien sûr les critiques sont acerbes, mais l'aigreur de leurs auteurs ne remplace pas la capacité à savoir apprécier avec humilité.
Cette collection vaut des commentaires, mais l'intelligence se distingue par un "savoir apprécier" à sa juste valeur plus que de savoir cracher... ce qui est réservé au vulgus pecum
RÉPONDRE
mickyIl y a 5 ans
Si je vous suis bien Jonathan, il faut forcément être jaloux ou aigri pour ne pas aimer une collection, tandis qu'encenser une collection (comme le font 99% des magazines online ou papier, qui ont trop peur de ne plus se faire inviter aux défilés) est une marque d'intelligence.

Allons donc....
RÉPONDRE
OlympeIl y a 5 ans
Ma chère coco je tenais juste a te préciser que ce ne sont pas des chapeaux de pecheur mais.......des casques de samouraï et autre guerrier japonai version second degrés et surdimmensionné.
Ce n'est pas facile a discerner mais j ai tout de suite reconnu cet étrange casque qui protégait plus l'arrière que l'avant de la nuque.
bonne continuation :)

voici un exemple dudis casque

flamant.nicolas.free.fr/g...
RÉPONDRE
....Il y a 5 ans
Donc si je lis bien certains commentaires, il ne faut pas dire que Nicolas ait fait une mauvaise collection sous prétexte qu'il est hyper talentueux et que ce qu'il fait est différent?
Sachant que je suis l'auteure de la critique la plus acerbe, je réitérerai ce que j'ai dit plus tot: Cette collection est la pire de Nicolas pas parce qu'elle n'est pas originale ou tout le blablabla mais bien parce que là, la complication ne marche pas (pourtant c'est ce que j'adore chez lui) et surtout parce qu'elle ne dégage aucune émotion. C'est stérile.
La mode n'est pas plus une question d?expérimentations que d'émotions.

Bref, Nicolas est suffisamment talentueux pour nous proposer une collection compliquée, efficace et évidente la saison prochaine donc...
RÉPONDRE
Coco (TDM)Il y a 5 ans
Olympe : Lesdits chapeaux peuvent effectivement rappeler le Kabuto du samouraï, et étant donné l'inspiration japonisante du défilé c'est sûrement à lui qu'a voulu faire référence Ghesquière. Cela dit, une fois réinventés, ceux-ci peuvent aussi bien faire penser à un néo-suroit qu'à un casque de guerrier :)
RÉPONDRE
....Il y a 4 ans
On est en mai 2012 et cela fait 5 mois donc que cette collection est n boutique. Pour moi, c'est certainement la collection la plus controversée de Nicolas Ghesquière chez Balenciaga. Je me suis repassée la video plusieurs fois, ai fait quelques tours en boutiques et voilà, je dois dire que je l'adore.
MAGIE de la mode ou l'effet de "Madame Reve" de Bashung, je suis conquise. Peut-être était-elle trop radicale ou peut-être pas assez. Elle a une force cachée. Ce n'est définitivement pas le genre de collection qu'on aime du premier coup. Peut-être suis-je aujourd'hui une professionnelle de la ringardise mais, j'ai achetée quelques pièces (versions commerciales).
Je l'avais beaucoup critiquée cette collection et me demande ce que pense Virginie Mouzat de celle de Tom Ford aujourd'hui.
Malheureusement pour la collection Pre-Fall qui a suivit, c'est toujours aussi désastreux.
RÉPONDRE
rachelIl y a 3 ans
Je ne sais plus trop si je l'avais aimé cette collection à l'époque, mais ça me rend triste de voir qu'il n'y aura plus de collections Balenciaga par nicolas ghesquière. J'ai vraiment peur de ne plus ressentir la même chose avec alexander wang !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode