Défilé Balmain - Printemps/été 2013

Initié sous l'ère Christophe Decarnin, le règne du trio "carrure/sexyness/effet matière" n'en finit pas de sculpter la femme Balmain. Une signature stylistique qu'Olivier Rousteing semble bien décidé à faire perdurer, au risque de se répéter...
Défilé Balmain 2013
Tel un arlequin issu d'un mauvais épisode de Dallas, la très hiératique Allemande Bo Don ouvre le défilé Balmain sur une note kitsch, que le noir et blanc de son costume à losanges ne parvient pas véritablement à apaiser.

Fleurant un peu trop la démesure 80's chère au designer Claude Montana, les carrures oversize des premiers passages pêchent quant à elles par manque d'humilité. On pense notamment à la combi-pantalon d'Aymeline Valade, au perf' de Lin Kjerulf ou encore au pardessus chic de Nadja Bender, qui voient leur allure complètement parasitée par des épaulettes bien trop larges pour espérer descendre tel quel dans la rue.
Défilé Balmain 2013
Au contact de l'effet matière de saison (inspiré du cannage, technique de tissage utilisée dans la confection des chaises en rotin), les maxi carrures se mettent cependant à se réduire légèrement, afin de ne pas voler la vedette aux successeurs des micro robes tapisserie de l'hiver 2012.

Entre costume de mafioso italien, créations lilliputiennes sublimement ouvragées (version ameublement Louis Philippe) et sweats pour footballeuse américaine fan de travaux manuels, Olivier Rousteing reprend ainsi à son compte les fameux tressages d'osier que Stella McCartney aime à utiliser pour ses accessoires et les décline tous azimuts, en les mêlant à quelques motifs baroques et autres imprimés losanges.
Défilé Balmain 2013
Mais les investigations créatives du jeune designer ne s'arrêtent pas là : jugeant certainement ses vestes insuffisamment massives, Rousteing n'hésite pas à repenser leurs emmanchures (espérant ainsi renforcer leur impact visuel), avant de reprendre pêle-mêle tous les points forts de son défilé au sein d'un joyeux charivari de teintes, de textures et de volumes ; un cocktail qui s'avère au final assez peu convaincant...

À l'instar des créations "Fabergé" de l'automne/hiver 2012-2013 (qui brillèrent par leur absence au sein des récents clichés street-style), le dernier vestiaire estival proposé par Olivier Rousteing aura probablement beaucoup de mal à se faire une place sur les wishlists des fashionistas influentes, voire sur celles des fidèles clientes de la marque...

Voir toute la collection : http://www.style.com/S2013RTW-BALMAIN
Partager l'article
Par Lise Huret, le 28 septembre 2012 dans Défilés
Vous aimerez également
Rihanna chez Balmain
Il y a 2 ans - 24
EN SAVOIR PLUS
Défilé Balmain - Automne/hiver 2013-2014
Il y a 3 ans - 16
EN SAVOIR PLUS
Le retour de la Balmainmania ?
Il y a 4 ans - 6
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
13 commentaires
Tous les commentaires
STLIl y a 4 ans
Je ne sais pas quoi en penser...En même temps, c'est plutôt éditorial que PAP en tant que telle. Le porter dans la rue me parait un peu compliqué.

Après, on peut critiquer la redondance du thème de la collection (ex. Dolce&Gabbana) mais il a peut-être peur de prendre des risques....Il ne sort pas de sa zone de sécurité.
RÉPONDRE
LaurentIl y a 4 ans
IMMONDE - BIENVENUE CHEZ ARLEQUIN
RÉPONDRE
CilouIl y a 4 ans
Oui moi aussi, j'ai été très déçue
RÉPONDRE
....Il y a 4 ans
Marc Jacobs et Pilati nous ont montrés en 2008 que c'était possible d'adapter Montana au 21eme siècle. Là, c'est juste moche et ça manque de subtilité.
5 collections et il tourne déjà en rond? Et bien!
Les escarpins étaient pas mal. Moi qui espérait que Balmain revienne vers une esthétique similaire à celle-ci:http://www.style.com/fashionshows/complete/S2007RT...
RÉPONDRE
Flo'Il y a 4 ans
La dernière fois les carrures c'était OK chez balmain parce que les pièces étaient sublimes, mais là les photos 2, 5 et 6 n'ont juste aucun intérêt, on dirait le retour des années 80/90 en mode premier degré, je déteste !
RÉPONDRE
deedeeIl y a 4 ans
Une cata.... déjà Decarnin je trouvais qu'il tournait en rond, alors là...ça n'en finit plus de s'auto parodier.
RÉPONDRE
artoIl y a 4 ans
Le motif de la saison est super beau, malheureusement ca ne suffit pas à faire une collection réussie, et là clairement à côté ca ne suit pas...
RÉPONDRE
Dimitri Il y a 4 ans
J'ai un problème avec Balmain, un véritable paradoxe en fait. Je m'explique, même si je trouve le travail du petit nouveau bien plus soigné que celui du tourmenté Decarnin, je ne peux m'empêcher de trouver que les collections se suivent et se ressemblent, mais néanmoins, et par chance il reste une esthétique constante sur les collections toujours aussi plaisante à voir, et surtout à revoir. L'avantage, imposé il est vrai une vrai reconnaissance, mais au risque de sombrer dans l'ennui...

Une autre faiblesse ? Sans doute mon intérêt pour l'imprimé arlequin que je trouve vraiment fantastique car possédant une dimension fantaisiste indéniable. Et en y repensant bien, je pense que mes créations favorites de Karl Lagerfeld pour CHANEL sont bien celles en arborant, la Croisière de Venise, de Versailles, le défilé de l'hiver 2009/2010 et la merveilleuse robe rebrodée de bleues lors du défilé Haute-Couture avec le lion terrifiant... Parenthèses fermées. Mais oui, peut-être que j'aime bien Dallas après tout...

Même si effectivement, les silhouettes rétros sont un peu déroutantes, quoi que déjà en tentative de relance par M. Vauthier, et la plupart des coupes vraiment sur-traitées. Je ne peux m'empêcher d'admirer véritablement le travail d'Olivier Rousteing. La maîtrise de son art étant indiscutable... Reste à savoir quand la direction artistique tentera de travailler sur une autre silhouette que celle qu'elle traite à outrance depuis tant de saisons ? La robe longue est-elle donc tant à bannir, elle qui doit pourtant remplir les archives. Et je prends Oscar à témoin ! Je ne pense pourtant pas qu'elle puisse tant nuire que cela à l'image sexy et moderne que se donne désormais la marque...
RÉPONDRE
le cancre83Il y a 4 ans
Bon je pense ne rien dire de nouveau mais c'est vrai que là malheureusement on arrive pas à atteindre la proposition mode audacieuse mais carrement le deguisement de luxe.
Les citations sont hautement litterales aucune subtilité aucune NOUVEAUTE!!!!La debauche de travaux d'aiguille n'arrive malheureusement pas à masquer le manque total d'inspiration et de renouvellement.
Cette collections malheureusement est ce qui peut arriver de pire à la mode:S'auto-caricaturer en se vautrant allegrement dans le ridicule.
Allez on se reveille et on trouve autre chose ça va Sue Ellen.
RÉPONDRE
SheighIl y a 4 ans
J'aime bien cette collection, il y a un bon jeu de matière et des couleurs marquées.
RÉPONDRE
yulilopIl y a 4 ans
Y'a de l'audace et du style. C'est globalement très réussi !
RÉPONDRE
AllanIl y a 4 ans
Très bon article !!
Cette collection est une véritable catastrophe. Comme certain(e)s l'ont dit et le disent : "moche" et absence totale de subtilité. Mais Mr Rousteing a fait son show...
Ceci dit, une lueur créative indiscutable et très intéressante à mon goût, au milieu de cette grisaille ennuyeuse et répétitive : les chaussures !! originales et d'une belle esthétique. Le seul bon point de cette collection.
RÉPONDRE
Kawette Il y a 4 ans
hmmm, moi, j'ai bien aimé les pantalons taille-haute en cuir, les pompes & les ceintures, je reste partagée pour les vestons en cuir, je ne sais pas si j'oserai, mais sur les mannquins, ça donne vraiment, mais vraiment pas mal.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode