Streetstyle : le début de la fin ?

Après avoir bouleversé l'ordre établi au sein de la fashion sphère et engendré bon nombre de succès foudroyants, le phénomène streetstyle montre aujourd'hui ses premiers signes d'essoufflement...
Taylor Tomasi
Initié dans les années 60 par Bill Cuningham puis mis en orbite dès 2005 par des blogs tels que "The Sartorialist" ou "Face Hunter", le phénomène streetstyle séduit rapidement les modeuses, ravies de pouvoir s'approprier le dress code des passantes stylées et autres élégantes évoluant aux abords des fashion weeks.

Très vite cependant les choses s'emballent : afin d'attirer l'oeil des Tommy Ton et consorts et bénéficier ainsi d'une nouvelle aura bankable, les rédactrices de mode, journalistes, acheteuses et autres blogueuses optent pour des looks bien plus "editorial" que prêt-à-porter. À coups de pièces sponsorisées, d'accessoires extravagants et de changements de tenues intempestifs, celles-ci finiront par donner naissance à ce que Suzy Menkes qualifie aujourd'hui de "Circus of Fashion"...

Conscientes que le système commence à atteindre ses limites, certaines icônes streetstyle ont récemment décidé de prendre les devants. Muse emblématique de Tommy Ton, Anna Dello Russo a ainsi délaissé cette saison ses tenues extravagantes au profit de looks un brin plus rationnels. De son côté, Giovanna Battaglia s'est faite nettement plus discrète, tandis que la rousse Taylor Tomasi semble avoir tout fait pour éviter l'objectif des photographes...
Natasha Goldenberg
Et si certains leur reprocheront une certaine ingratitude, ces professionnelles du look "sartorialisable" n'en demeurent pas moins bien avisées. À l'heure où la pertinence du phénomène streetstyle devient de plus en plus discutable, il est en effet grand temps pour ces "it" fashionistas de capitaliser sur leur célébrité rapidement acquise et d'éviter de se brûler les ailes en sombrant dans un jusqu'au-boutisme hasardeux.

Autrement dit, après avoir atteint des sommets d'excentricité et de faux-semblants, les abords des fashion weeks pourraient bien connaître un relatif retour au calme. À moins que le business plan des Vika Gazinskaya et autres Ulyana Sergeenko - consistant à se servir du streetstyle pour promouvoir leurs propres créations - ne fasse rapidement école et ne déclenche l'arrivée d'une nouvelle vague de jeunes femmes tout aussi avides des flashs des photographes...
Partager l'article
Par Lise Huret, le 20 mars 2013 dans Street style
Vous aimerez également
Streetstyle - Automne 2016
Il y a 1 mois - 19
EN SAVOIR PLUS
Street style - Été 2016
Il y a 4 mois - 13
EN SAVOIR PLUS
Street style - New York Hiver 2016
Il y a 9 mois - 10
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
19 commentaires
Tous les commentaires
MeltIl y a 3 ans
AMEN !
Perso je préfère le "low profil" de certaines ( VogueParis team ) que certaines que j'ai pu voir en photo, on dirait des personnages de mangas tellement elles sombrent dans le too much.
RÉPONDRE
MeltIl y a 3 ans
ps : Coco , pourrais-je savoir quel parcours ont les " fashion editors " comme Edward Enniful , Karl Templer , Melanie Ward , Carine Roitfeld etc. Cela m'interesse mais il est difficile de trouver une réponse.
Selon moi ce sont des journalistes mais après il y a du stylisme et je suis un peu perdu je dois l'avouer.
RÉPONDRE
Coco (TDM)Il y a 3 ans
Voici un article sur Carine Roitfeld :
http://www.tendances-de-mode.com/2007/08/20/311-ca...
RÉPONDRE
LaurenIl y a 3 ans
En même temps, tout cela n'est-il pas lié à la presse...?
La presse met en avant certains produits ou certains styles/silhouettes, les modeuses s'en inspirent, et finalement les créateurs se servent des modeuses pour le coup de pub, puisque...... La presse met en avant les modeuses !
C'est à la presse de mettre à tout prix un terme à ce cirque, et de redevenir transparente : parler de "tout le monde" parmi les créateurs, et non toujours de ceux appartenant à LVMH et j'en passe. Je n'ai rien contre eux, mais à force de ne parler que d'eux, ils deviennent le quasi seul exemple à suivre.
Il serait peut-être temps qu'on laisse les choses se renouveler d'elles-mêmes, là il y aurait une vraie fraîcheur.
RÉPONDRE
afterdinnnerIl y a 3 ans
Carrément d'accord!
RÉPONDRE
LaurenIl y a 3 ans
Vous dites que les 2 dernières créatrices russes s'en servent, mais justement, comme j'ai dis, la presse encourage ce phénomène, donc vous ne pouvez pas leur reprocher de s'en servir, puisqu'aujourd'hui, on ne voit que les modeuses à cause de la presse.
C'est à la presse de mieux assoir son pouvoir.
RÉPONDRE
KarenIl y a 3 ans
Retourner à l'essence du streetstyle serait la meilleure chose à faire.
A la base de cette tendance, The Startorialist ne s'est pas fait happer par ce nouveau phénomène qui désert l'allure et le style. Je prends plaisir à voir ses photos, sources d'inspirations possibles.
RÉPONDRE
handMODEIl y a 3 ans
Article pertinent, Coco!

Le terme streestyle a été tellement galvaudé alors que son essence même est une belle chose. Découvrir et faire découvrir les "vraies" personnes qui ont de l'allure, le truc en plus sans que ce soit calculé. S P O N T A N E I T E est le maître mot. Pratiquement toutes les filles qui se font photographier n'ont aucun mérite stylistique. Retrouvons l'oeil innocent et non spectaculaire.
RÉPONDRE
AudreyIl y a 3 ans
C'est vrai qu'on retrouve la plupart du temps (voire tout le temps) des filles avec le style "en vogue" : il suffit de mettre les dernières pièces à la mode pour être photographié ... (bonnet à voile, imprimé militaire, sweat Kenzo ou tête de chien ...)(mes références sont assez "anciennes" : vu que je ne consulte plus aucun site "Streetstyle". Et pour cause.)

Où sont passés les réelles personnalités ? Celles qui dégagent une présence avec des habits "has been" ?
RÉPONDRE
AudreyIl y a 3 ans
Aucun .. sauf la rubrique Brèves de TDM bien sûr :) (que je considère un peu comme du Street Style)(parfois)
RÉPONDRE
virginie/mode9Il y a 3 ans
A la base de tout, il y a la sincérité et lorsqu'il ne s'agit que de posture ce n'est qu'un phénomène de mode qui passe très vite. Mais cela prévaut dans bien des domaines, musique, littérature, arts contemporains etc... Les usurpateurs se font vite démasquer.
RÉPONDRE
LilouIl y a 3 ans
Super article, comme toujours !
RÉPONDRE
AwaIl y a 3 ans
Très bien résumé.

"Autrement dit, après avoir atteint des sommets d'excentricité et de faux-semblants."
RÉPONDRE
CéliaIl y a 3 ans
Cette phrase résume parfaitement ce que je pense du streetstyle, ça doit faire des mois que je n'ai pas été sur un de ces blogs. Ca m'intéresserait plus de voir d'autres types de style pas toujours le même. M
RÉPONDRE
sueIl y a 3 ans
En effet, de même que les autres commentatrices je considère que la street style rime nécessairement avec authenticité. Ce sont des personnes qui ont un style bien à elles et qui se trouve bien loin des dernières tendances en vogue. Le problème, comme souvent, c'est le mimétisme de bon nombre d'adeptes de la mode.
Ce qui m'afflige le plus, ce ne sont pas les anna dello russo & co (le côté bête de foire elles l'exploitent sciemment pour se remplir le portefeuille) , mais bien tous ces jeunes et moins jeunes que je croise tous les jours à paris et qui ont l'air tout bonnement déguisés, car leur tenue ne reflète en rien une personnalité. L'objectif est de se faire remarquer. La véritable question est pourquoi?
Eh bien parce qu'il y a un public, voilà tout.
RÉPONDRE
....Il y a 3 ans
Peut être que le problème du streetstyle est finalement qu'il n'a jamais été tant que ça question de la rue. On s'interesse principalement aux looks des gens lors des fashion weeks ou des soirées hype.
C'est sur que si vous tombez sur ADR hors fashion week, elle sera moins excitante mais au moins, on aura droit à un réel streetstyle.

Le sartorialist aussi m'ennui car finalement on voit un peu le cliché du même homme avec ce look faussement naturel avec pleins de détails "pointus" qui finissent par ce perdre tant c'est banal.

Si Kate Moss est devenue l'icone qu'elle est aujourd'hui, c'est aussi parce qu'elle a un streetstyle incroyable relativement proche des gens.

Pour finir, le streetstyle n'est pas un bon moyen pour promouvoir ses créations parce que ça entraîne finalement encore une fois une surenchère totale. Les robes de Ulyana sont un exemple parfait.
RÉPONDRE
CreatifIl y a 3 ans
Voir mes photos pompées par les plus grands magazines, j'en avais pris l'habitude.
Maintenant il va falloir que je prenne l'habitude de voir mes articles pompés.
ELLE avait commencé, vous poursuivez...
Vive la France ! LOL.
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 3 ans
Pourquoi ne pas mettre un lien vers ce fameux article ? Cette accusation est assez grave, d'autant plus que l'article de Coco est 100% original.
RÉPONDRE
jickyIl y a 3 ans
C'EST VRAI QU'AU BOUT D'UN MOMENT, on n'arrive teeeellement plus à s'identifier que la lassitude gagne!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode