Bangladesh, le coût humain de la mode à bas prix

Quelques jours après l'annonce de la mort de plus d'un millier de personnes au Bangladesh suite à l'effondrement d'un atelier de confection, difficile de ne pas adhérer aux propos de Suzy Menkes, qui déclara récemment qu'il n'était pas moralement acceptable de proposer une robe ou un maillot de bain au même prix qu'un cappucino...
Chemise Benetton - Dacca Bangladesh
Deuxième exportateur mondial dans le secteur du prêt-à-porter (juste derrière la Chine), le Bangladesh est devenu en quelques années l'eldorado des enseignes cherchant à minimiser à l'extrême leurs coûts de production. Il faut dire qu'entre un salaire mensuel moyen de 30 euros, des journées de travail interminables et une productivité record, le Bangladesh fournit jeans et tee-shirts à des prix imbattables. Une aubaine pour les Mango, H&M et consorts, qui n'hésitent pas à fermer les yeux sur les conditions de travail souvent inacceptables imposées par leurs sous-traitants...

Il est vrai que le droit du travail au Bangladesh s'avère particulièrement "souple", à tel point que certains n'hésitent pas à parler d'esclavage moderne. Pour un salaire de misère, femmes et enfants sont en effet soumis à un rythme de production effréné (14h de travail par jour), dorment bien souvent sur place et travaillent dans des locaux insalubres et surpeuplés, ne respectant aucune norme de sécurité. Depuis 2005, on ne compte ainsi plus les victimes d'incendies ou d'effondrements d'ateliers de confection, comme celui qui provoqua le 24 avril dernier la mort de plus de 1000 ouvriers à Dacca, la capitale du pays. Une tragédie au très lourd bilan qui a cependant peu de chance de faire évoluer les choses, à en juger par les réactions des différentes parties concernées...

H&M - Dacca Bangladesh
Entre une première ministre du Bangladesh qui tente de minimiser les faits (en expliquant qu'aucun pays n'est à l'abri de ce genre de catastrophes), une enseigne espagnole - Mango - qui cherche à se disculper (en déclarant ne faire fabriquer qu'une petite partie de sa production au Bangladesh) et le silence assourdissant des autres clients des ateliers de Dacca (Tex, C&A, le Bon Marché, Benetton, etc...), difficile de ne pas se dire que les intérêts financiers passent une nouvelle fois ici bien loin devant le respect de l'être humain.

Et si la société canadienne Loblaw - qui faisait régulièrement appel aux ateliers du Rana Plaza - vient de s'engager à prendre en considération "l'intégrité structurelle des installations lors des vérifications de ses fournisseurs" et à dépêcher des employés sur place afin de veiller quotidiennement au bon respect des normes, elle fait aujourd'hui figure d'exception. D'où cette question qui s'impose désormais à nous : comment en tant que consommateur contraindre les enseignes à adopter une démarche éthiquement responsable ?

Dans la pratique, si le boycott des enseignes sous-traitant leur production au Bangladesh a tout de la "fausse bonne idée" (celui-ci ne faisant qu'accroître la misère des ouvriers en les poussant à accepter un emploi pire que le précèdent, voire même à se prostituer), on pourrait par contre envisager la création d'un label indépendant veillant au respect d'une certaine éthique, à l'instar de ce qui se fait depuis plusieurs années dans le secteur de l'alimentation.

Une solution qui, si elle permettrait aux consommateurs d'avoir meilleure conscience, aux marques de soigner leur image et aux ouvriers de bénéficier de meilleures conditions de travail, s'accompagnerait inévitablement d'une hausse des prix. Reste donc à savoir si une fois l'émotion retombée, la consommatrice lambda sera prête à payer quelques euros de plus sa baby doll H&M...
Partager l'article
Par Lise Huret, le 11 mai 2013 dans Analyses
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
57 commentaires
Tous les commentaires
joIl y a 3 ans
Très bien cet article ! Il aura fallu plus de 1000 morts dans un accident pour que les choses commencent à bouger. Je trouve ça super que de plus en plus de personnes s'attardent sur ce sujet. Et de mon côté je regarde désormais les étiquettes.
RÉPONDRE
lili500Il y a 3 ans
Bon article, surtout concernant l'idée de faire une démarche "équitable" à l'instar de ce que l'on retrouve dans l'alimentation.

Mais je suis dérangée, car sur la même page de l'article que je viens de lire et dont j'étais satisfaite au premier abord, s'affiche un grand encart me proposant comme "pièce du jour" (donc comme proposition d'achat immédiat) un slim rose mango.

C'EST UNE BLAGUE OU QUOI ?
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 3 ans
Il s'agit juste d'une coïncidence (les pièces sont choisies quelques jours à l'avance).

Cela dit, comme le dit Coco, la solution n'est certainement pas le boycott.
RÉPONDRE
InesIl y a 3 ans
Tu n'imagines pas à quel point cet article a rajouté au respect que je te porte.
RÉPONDRE
velouriaIl y a 3 ans
c'est vrai qu'il est difficile de boycotter mais on peut essayer de se raisonner avant d'acheter des vêtements qu'on ne mettra qu'une seule fois.
RÉPONDRE
ClémenceIl y a 3 ans
Merci Coco pour cet article.
C'est grâce au relais de personnalités crédibles dans le monde de la mode qu'on peut contribuer à faire avancer les choses, pas uniquement avec Avaaz et consort (bien que leur travail soit énorme et indispensable).
Les mentalités vont évoluer peu à peu, c'est une nécessité. Mais ça ne se fera pas tout seul et il faut le plus possible faire ressentir aux industriels que les consommateurs ne désirent plus fermer les yeux sur cet esclavagisme moderne, car c'est l'argent qui décide de tout !
(Merci Captain Obvious), mais tout ça pour dire: merci Coco
RÉPONDRE
ColineIl y a 3 ans
Un article très bien écrit, malgré une réalité bien difficile...

Coline ♡
RÉPONDRE
IsabelleIl y a 3 ans
Bravo. Il est effectivement scandaleux de payer un maillot le prix d'un express o. Bonne idée, le label. Et enfin, que tout le monde accepte de payer le juste prix, que ce soit en confection ou en alimentaire, quitte à consommer plus intelligemment.
RÉPONDRE
virginie/mode9Il y a 3 ans
Sauf que toute cette réflexion, bien évidemment indispensable, ne concerne qu'un microcosme... Les difficultés économiques, en cette période de crise profonde, ne permettent pas, au plus grand nombre d'avoir un tel questionnement. Et je ne parle même pas des pays émergents, qui eux n'ont pas encore goûté à la consommation de masse. Alors je pense qu'il y a encore un long chemin à parcourir avant que tout cela ne progresse.
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 3 ans
Le coût de la mode à bas prix est aussi écologique. Je fais le maximum pour ne pas être une consommatrice de fast-fashion. La fripe est plus éthique.
Tous les ans, à Paris, il y a l'Ethical Fashion Show et on ne peut pas dire que cela déchaîne les rédactrices.
Le Bangladesh est un sweat shop a ciel ouvert, j'espère que les autorités comprendront que le développement économique passe plus par l'éducation massive de la population, qu'en esclavagisant ses ressources humaines. Les multinationales de la mode sont plus puissantes que les Etats dans certains pays.
La réaction de la ministre, à la limite de la solution en est une belle preuve.
J'éprouve toujours un certain malaise à commenter le bal du Met et autres qui se targuent d'être au profit d'ONG alors que dans le fond, tout n'est qu'une mascarade. Il y a beaucoup de cynisme derrière les sourires botoxés des happy few et des grandes marques notamment H&M.
Mango et H&M et bien d'autres sont donc capables de signer des chèques astronomiques à des actrices et rechignent devant l'éthique.
Encore une fois, la lecture de l'excellent livre de Mona Chollet est urgente.

@Virginie/mode9, il faudrait 2 planètes Terre si la consommation des pays émergents rattrappent ou surpassent celle des pays occidentalisés. La Chine, a elle seule à chambouler la demande en coton.

Merci Coco pour cet article.
RÉPONDRE
Joe gdIl y a 3 ans
Cette histoire m'a aussi vraiment choquée et dans cette perspective de changer les choses, à basse échelle (c'est à dire en commençant par moi), j'ai cherché des marques de vêtements "trendy" produisant en France ou en Europe, où les normes (sécurité, salaire, ...) sont un peu plus restrictives.
Je n'ai trouvé que Saint-James :( et ça m'a surprise (et déçue) : j'aurais pensé que les Maje, Sandro, Kooples et autres Claudie Pierlot fabriquaient en Europe tant leurs prix sont élevés, mais non.
Même Petit Bateau ne produit plus en Europe.
Est-on vraiment obligé de se vêtir chez Carven ou chez Chanel pour avoir des vêtements à la mode tout en "respectant" les salariés?
Coco, connais-tu d'autres marques qui aient, comme Saint-James, un minimum d'éthique?
RÉPONDRE
Coco (TDM)Il y a 3 ans
Voici quelques marques de prêt-à-porter made in France : Eros et Agape, Bérangère Claire, Agnès b, Charlotte Sometime, Hermès, Eres, Mademoiselle et vous.
RÉPONDRE
MargueriteIl y a 3 ans
Le problème aujourd'hui, c'est qu'il est de plus en plus difficile de savoir vraiment où sont fabriqués les vêtements d'autant plus qu'avec la division internationale du processus de production, plusieurs pays interviennent dans la fabrication d'une seule pièce.

Le made in France à 100% n'existe presque plus : même les carrés Hermès, dits de "confection française", sont de "fabrication" étrangère... Car oui, si les grandes marques de luxe n'aiment pas que l'on évoque le sujet de leurs sous-traitants low cost, elles les utilisent pourtant bel et bien.
Moins de médiatisation que pour la "mode à bas prix" (puisque meilleurs moyens pour la contrer !) mais autant de conséquences dramatiques pour les populations des pays sous-développés qui, elles, ne font pas la différence entre telle ou telle marque.

Je salue les comportements responsables du côté des acheteurs, mais prenons du recul : un prix élevé rassure peut-être, mais cache bien des choses.
RÉPONDRE
SteldaIl y a 3 ans
Bonjour Joe, j'ai référencé plusieurs fabricants français ici : http://stelda.blogspot.fr/p/mif.html... et des e-boutiques éthiques ici : http://stelda.blogspot.fr/p/blog-page.html.... Mais c'est vrai que ce n'est pas facile de s'habiller éthique. En maroquinerie, c'est très facile, il y a beaucoup de belles créations à prix raisonnable (Abaco, Sacs Mary, Renouard... on trouve un sac en cuir très chouette à partir de 200 euros) mais j'ai un mal de chien pour habiller les enfants ou trouver de la lingerie qui ne coûte pas un oeil!
RÉPONDRE
Bisou bisouIl y a 3 ans
sinon sur ce site il y a des marques qui produisent au Royaume Uni (au moins c'est l'Europe) et qui sont très cools :
http://www.stillmadeinbritain.co.uk/clothing.html...
RÉPONDRE
AmélieIl y a 3 ans
Très bon article ! Pour ma part, en attendant une marque qui veille au respect de la main d’œuvre dans les pays émergents, je ne cesserais sans doute pas d'acheter des articles fabriqués au Bangladesh, car, comme tu le dis si bien, la misère qui résulteraient d'un boycott serait tout aussi désastreuse que le travail dans les conditions insalubres actuelles. C'est une question difficile en tout cas. Je suis contente que cette tragédie ne passe pas inaperçue sur les blogs mode. Merci Coco de toujours nous proposer une réflexion et de ne pas te borner aux dernières tendances des it-girls... !
RÉPONDRE
Les Fils RougesIl y a 3 ans
Merci aussi Coco pour cet article.

Les véritables victimes de la mode sont les esclaves enfermé-es dans les sweatshops.
Tout ce système déréglementé est inacceptable.
L'idée d'un label indépendant est excellente, en effet.
Il existe un collectif intéressant: http://ethique-sur-etiquette.org/... qui informe et sensibilise.
Mais quid des réelles avancées ?
Les responsabilités sont partagées mais le français moyen, avec son pouvoir d'achat en baisse constante, n'a pas la possibilité d'acquérir de la "mode" 100% made in France (s'il en reste).
Presque tout vient de ces sweatshops, petites ou grandes marques, c'est aussi un gros problème.

Pour ma part, j'achète fort peu et me tourne vers le marché de l'occasion. Je sais fabriquer des vêtements mais on retrouve le même problème lorsqu'il s'agit d'acheter les tissus: pas d'étiquette qui indique leur provenance. Mais on la devine...
RÉPONDRE
GuermanteIl y a 3 ans
Bravo pour votre article. C'est important de réagir. Au moins, c'est un début.
RÉPONDRE
OliviaIl y a 3 ans
Venant d'un pays où beaucoup de marques ont aussi leurs ateliers de confection (Madagascar) et connaissant le problème personnellement, je pense aussi que le boycott est vraiment une mauvaise solution. Les enseignes plus sérieuses fermeraient, la main d'oeuvre aura le choix entre le chômage et la misère ou des ateliers chinois alors là sans aucun scrupule.
Le développement est vraiment une question difficile. Un label éthique est une bonne idée. Peut-être la solution est aussi d'arrêter de traiter nos vêtements comme des Kleenex, acheter moins mais intelligemment, recycler mais pas bourrer nos armoires de centaines de fringues cheap, en consommateur responsable.
RÉPONDRE
catIl y a 3 ans
Ce qui m'énerve c'est de lire partout que le boycott n'est pas une solution. Pourquoi ?

Je boycotte et je m'en porte bien. Je soutiens simplement d'autres structures, les usines qui travaillent dignement souffrent de la crise (en Europe notamment), en achetant je contribue à assurer leur développement. Pourquoi serait-ce moins valable ?

Ne prétendons pas faire de l'humanitaire en achetant à ces esclavagistes sous prétexte que cela fournit du travail !!!

Si plus de monde faisait pareil, il y aurait besoin de plus d'ouvriers mais pour un travail digne. Ca ne changerait pas tout mais ça secouerait un peu le bocal des vieilles idées des vieux prescripteurs d'économie et de commerce.
RÉPONDRE
OliviaIl y a 3 ans
La réalité sur place dans ces pays, et je la connais bien, crois-moi, c'est que l'arrivée de ces ateliers de confection GAP, C&A, Benetton etc. a été une véritable manne pour beaucoup de gens et de familles, et qu'il y a pires esclavagistes.
On peut le déplorer, mais très souvent, ces gens n'ont pas d'autre choix. C'est une responsabilité partagée, du gouvernement d'accueil, de l'entreprise, du consommateur. Peut-être qu'on peut effectivement assurer le développement de petites entreprises plus éthiques et travaillant en Europe, mais le fait est que les grandes compagnies mondiales vont continuer à produire à l'étranger, et boycotter certains pays de production au risque d'entrainer la fermeture des usines dans ces pays serait une catastrophe pour beaucoup de gens.
C'est mon opinion personnelle à partir de ce que je vois et observe dans mon propre pays. C'est complexe et il n'y a pas de solution miracle...
RÉPONDRE
LIKE-ENCHANTEDIl y a 3 ans
Super article Coco.

Petite synthèse très rapide :

Malheureusement, les marques ne sont pas prêtes de bouger de si tôt de ces pays. Après tout, s'ils sont allés voir ailleurs que dans l'Union Européenne, c'est bien pour des raisons économiques et par rapport aux lois en vigueurs sur la main d'oeuvre.
Etant donné que les pays asiatiques ferment les yeux sur le traitement de leurs ouvriers je ne pense pas que les H&M et consorts arrêteront de si tôt l'esclavagisme de leurs ouvriers.

Ce qu'il faudrait pour récupérer du "made in France" ou tout du moins du "made in Europe" ce sont des taxes sévères pour toutes les importations ; que les entreprises arrêtent de faire des marges de bénéfices 4 ou 5 fois supérieurs par rapport au coût de fabrication du vêtement, entre autre. Mais quand on sait que même les tissus des marques hauts-de-gammes proviennent la plupart du temps maintenant de pays asiatiques, on sait bien que c'est une utopie et que nous pouvons dire adieu -définitivement- au fabriquer français.

Florian,
http://www.like-enchanted.com...
RÉPONDRE
SidhartaIl y a 3 ans
Pour ne pas trop augmenter les prix,on pourrait quand meme un peu diminuer le budget publicitaire...

Depuis les années 50, les couts de fabrication ont considerablement baissé - qualite des tissus et des finitions pourries, conditions de travail des ouvriers ecoeurantes, etc.
Alors que les couts marketing ont explosé

Le "no logo" de naomi klein est malheureusement toujours d´actualité.

Super article meme si assez deprimant...
Si on fait le lien avec ton article precedent sur les strategies marketing des groupes style SMCP ou abercrombie, l´impression génerale est que les marques qui nous habillent manquent totalement de respect pour les travailleurs des pays pauvres,mais également pour les clients qu´ils considèrent comme des moutons asservis au logos

J´ai l´impression qu´il y a peu d´alternatives ethiques pour le moment. J´ai trois paires de veja, mais pour le reste... Si quelqu´un connait des marques ethiques, je suis preneuse
RÉPONDRE
SteldaIl y a 3 ans
Tout à fait! c'est d'ailleurs la démarche de Vega, le fabricant de baskets : il consacre 7 à 8 pfois le budget habituel d'un fabricant dans les matières premières mais a zapé toute publicité. Et le produit est vendu au même prix que chez Nike ou Puma, pour une qualité supérieure, un plus grand respect des hommes et de l'environnement.
RÉPONDRE
G. Il y a 3 ans
Merci pour cet article. Cependant, une question Coco:
Lorsque tu proposes d'acheter "en pièce du jour" un pantalon rose Mango, pourquoi pas. Le boycott n'est en effet pas une solution, il faudrait des solutions structurelles et un changement des habitudes.
Mais, est-ce que tu récoltes une commission lorsque une des lectrices voit ta pièce du jour, et décide de cliquer sur le lien pour l'acheter? Je sais que certains sites/blog fonctionnent sur ce système, notamment Mango &Salt ( Plus de renseignements : http://www.mangoandsalt.com/f-a-q/... )
Dans ce cas-ci, ça me paraitrait bien triste, d'en plus de faire de la promotion de ce genre de fast-fashion, d'encore en plus empocher une partie du prix du vêtement en guise de commission (a fortiori sans doute 10x plus élevé que la pauvre couturière qui l'a assemblée dans son atelier crasseux, et donc qui a fait tout le travail in concreto, ce qui est absolument immonde).
Peux-tu m'éclairer? Merci d'avance de ta réponse.
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 3 ans
Il s'agit d'affiliation, et c'est ce qui permet à TDM de continuer à exister (comme une majorité de sites de mode actuellement). Dans un monde parfait nous pourrions nous passer de publicité, malheureusement ce n'est pas le cas...

Pour ce qui est du jean Mango, comme je l'ai expliqué précédemment, il s'agit simplement d'une coïncidence, la pièce ayant été programmée il y a quelques jours.
RÉPONDRE
G. Il y a 3 ans
Certes je ne remets pas l'affiliation en tant que tel en question. Mais pourquoi pas renoncer aux royalties sur les pièces dites "fast-fashion"? La redistribution des profits est absolument écoeurante. Y participer revient à être complice du système lui-même.

Pourtant, j'adore tout ce que Coco et consorts écrivent! Mais je trouve que dans l'optique d'un avènement nécessaire vers un monde plus juste, que des blogs s'engagent de manière claire contre l'esclavage moderne est important en refusant certaines choses est très important. Si les bloggueurs qui touchent les jeunes générations ne le font pas aujourd'hui, qui le fera?
Nous ne pouvons compter ni sur les maisons de mode (la plupart sont coupables sur toute la ligne), ni les magazines de mode classiques ("à la rigueur, un petit article pour faire façade, et deux pages plus loin, édictons 'les must-haves du printemps', pour que tout le monde file les acheter à bas prix chez Zara, H&M,..."), ni même les médias classiques ("le buzz rapporte, dans deux semaines, on aura oublié").

Rest les bloggueurs, qui ont une parole libre et une conscience. Ou bien seraient-ils aussi enchaînés aux grandes maisons qui utilisent l'esclavage moderne sans scrupule? Ce serait perdre le respect de la part lecteurs...

Le jour où les pays émergents consommeront autant que les pays occidentaux (ce qui est en passe d'arriver très vite) , il faudra deux planètes Terre. C'est effrayant.
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 3 ans
Le but de la section "Pièces du jour" est de proposer une sélection éclectique de pièces "coup de coeur", qui peuvent être soit chères, soit bon marché.

Par ailleurs comme tu peux le lire en commentaires, il est aujourd'hui quasi impossible de trouver des marques qui ne produisent pas dans les pays à bas prix...
RÉPONDRE
matchingpointsIl y a 3 ans
Le boycott n'est pas la solution puisqu'on met tout ce monde au chômage !
Par contre, oui pour un label qui garantie un niveau de salaire et un respect des conditions de travail sur place.
Aussi, arrêtons le gaspillage, achetons moins et mieux et respectons les produits : lorsqu'en fin de journée vous passez chez H&M ou d'autres maison low-cost, tant de vêtements sont parterre...
Que dire des maisons du prêt à porter qui font fabriquer là-bas, mais dont le prix reste élevé, quel bénéfice pour ces grandes marques ?
Faudrait-il encore d'autres catastrophes ? Mais nous pourrons pas dire que nous ne le savions pas !
RÉPONDRE
krystelleIl y a 3 ans
excellent article mais je suis pas d'accord sur "le prix d'un cappuccino"
depuis des année les prix augmente ça profite à qui?
bref l’émission de Capitale qui montrais l’arrière des marques Ba&sh et Zadig&voltaire,un short en jean vaut environ entre 4et 11euros au depart et il est revendue entre 150et 200euros(et encore sa augmente tout le temps) et la qualité est à déploré au passage...
RÉPONDRE
FlewellIl y a 3 ans
Le soucis ce que pour acheter moins mais mieux, c'est un vrai combat. Car même les marques moyen haut de gamme du type Maje, Sandro and co se fournissent en asie... Et ceci même pour Lancel ce que trouve scandaleux...

Je remercie coco pour les adresses mais tout de même, j'espère trouver un jour une marque de prêt-à-porter honnête et équitable et ainsi récompenser le travail à juste prix. L'application d'un label ne serait pas non seulement utile mais nécessaire.

Un grand merci à coco, une des rares bloggeuses à ne pas fermer les yeux sur les réalités de la mode.
RÉPONDRE
....Il y a 3 ans
Une tragédie qui malheureusement ne changera rien dans l'attitude des dirigeants des multinationales de la mode.

Comme Suzy Menkes l'a dit, la balle est dans le camp des consommateurs. Personnellement, acheter un tee-shirt basic a 15 euros au lieu de 6 chez H&M ne me gênerai pas si les conditions de travail dans ces ateliers étaient plus éthiques.

Malheureusement, ce problème ne touche pas que les marques milieu de gamme ou autres H&M et Zara mais aussi les marques de luxe. Notamment chez LVMH ou beaucoup de designers italiens ou américains. Certes les pièces de défilés ou autres blockbusters sont fabriquées en Italie ou dans les pays d'origines des designers, mais les pièces plus commerciales et faciles (costumes, jeans...etc) sont parfois fabriquées dans des conditions mystérieuses.


Ce scandale restera malheureusement sans suite. La puissance de ces marques est insensée.
C'est toujours bien de nous ramener à la réalité de la mode. Le grand public à tendance à oublier que la mode n'est pas que le "Glamour" véhiculé sur un catwalk de 15 min ou immortalisé à jamais dans les pages de Vogue.
RÉPONDRE
....Il y a 3 ans
Ça n'a rien à voir mais Coco, rien sur la croisière CHANEL présentée à Singapour?
RÉPONDRE
Coco (TDM)Il y a 3 ans
J’ai du mal à me faire une opinion sur ce défilé : je le trouve riche en silhouettes classiques joliment revisitées, mais dans l'ensemble je ne suis pas entièrement convaincue.
RÉPONDRE
lea machinIl y a 3 ans
tellement d'accord avec celles qui disent que la question n'est pas seulement dans le prix d'achat... le VRAI probleme c'est que l'argent part toujours tout en haut de la chaine, aussi caricatural que cela puisse paraitre. je ne suis pas convaincue que les marques plus cheres type sandro, maje, the kooples, etc, soient beaucoup plus ethiques d'h&m. enfin à voir
RÉPONDRE
LUISAPOTOSIIl y a 3 ans
J'ai repéré chez CAROLL des étiquettes de certains articles indiquant que les tissus étaient fabriquées en France, particulièrement pour l'été le lin de certaines robes.
Bien sûr, ce ne sont pas les articles les meilleurs marché mais, si c'est vraiment le cas, je salue la démarche de cette marque.
Personnellement, je privilégie ces articles-là: j'en acheterai un, bien choisi, au lieu de deux.
Mais Coco, je voudrais bien avoir confirmation. Est-ce bien vrai????
RÉPONDRE
Coco (TDM)Il y a 3 ans
S'il est indiqué que les tissus sont produits en France, je pense que c'est vrai. Reste cependant à savoir où les pièces sont assemblées.
RÉPONDRE
isabelleIl y a 3 ans
Je suis prête à payer quelques euros, ou même quelques dizaines d'euros de plus, pour une petite robe afin d'améliorer les conditions de travail des ouvriers, mais pas pour enrichir davantage les actionnaires ou les créateurs businessman.
J'ai vérifié les étiquettes de fringues Isabel Marant achetées il y a plusieurs années: fabriquées en Asie, et payées le prix fort.
J'ai trouvé pour ma part la solution: j'ai un retoucheur à côté de chez moi qui refait à l'identique des vêtements que je possède depuis des années et dont j'aime la coupe, je choisis un beau tissu (d'ailleurs si certains d'entre-vous connaissent des fabricants de tissus éthiques ça m'intéresserait ), ce retoucheur travaille à son compte, fixe son prix, c'est plus cher que de la fast fashion mais beaucoup moins que Maje, Sandro, Zadig et consorts, et c'est de bien meilleure qualité.
C'est ce que faisaient nos aïeules quand il n'existait pas de prêt-à-porter bon marché, je suis sûre qu'on va y revenir quand on sera vraiment écoeuré par l'ultra-libéralisme de la mondialisation et ses travailleurs esclaves.
Bonne idée de créer un logo éthique pour les vêtements comme pour l'alimentation (bio, label rouge, aoc...), ça fait des années que je consomme aussi bio et "terroir" que je peux, dans la mesure de mes moyens.
Pour le boycott ça peut être un moyen d'action provisoire coup de poing (dans les années 80 on boycottait les produits sud-africains,l'apartheid est tombé), je sais que les travailleurs en pâtiront mais leurs patrons aussi, tout comme le système politico-économique du pays ( l'attitude de la ministre me désole), on peut en tout cas envoyer des lettres aux sièges des firmes de prêt-à-porter qui fabriquent dans ces pays pour leur signifier notre dégoût de leur politique sociale.
Je conseille aussi l'émission Cash Investigation de la journaliste Elise Lucet intitulée "toxic fringues" et diffusée en mai 2012 ( je pense qu'on peut la voir en replay ) dans laquelle la mauvaise foi des patrons de l'industrie vestimentaire apparaît au grand jour.
En tout cas merci pour cet article, ça fait des années que je lis votre site très intéressant, je ne commente jamais les blogs que je lis d'habitude mais j'écris aujourd'hui mon premier com car le sujet me tient à coeur!
RÉPONDRE
GeeIl y a 3 ans
Ton commentaire m'est apparu comme un rappel. Aller chez un retoucheur de fringues, voilà la bonne idée. Surtout que j'ai des fringues que j'adore mais bien sûr, on ne les trouve plus en magasin.
Par ailleurs je suis tout à fait d'accord avec le reste de ton commentaire.
RÉPONDRE
SteldaIl y a 3 ans
Isabelle, je ne connais pas de fabricant de tissus éthique mais il faut savoir que le lin est souvent produit en France ou en Belgique. Le lin est très peu polluant et ne nécessite quasiment pas d'eau, ni pour la production ni pour le filage. C'est l'un des tissus les plus "clean", même lorsqu'il n'est pas certifié bio il est bien plus propre que du coton bio ;-).
Et comme toi, je suis en train de me tourner vers la couturière de quartier!
Enfin, en France en tout cas, l'appel au boycott peut être puni par la loi.
RÉPONDRE
GeeIl y a 3 ans
@Stelda: L'appel au boycott peut être puni par la loi???? Vraiment? Mais...et la liberté d'expression?
RÉPONDRE
G.Il y a 3 ans
Oui le boycott est puni usqu'à trois ans de prison et 45.000€ d'amende, en vertu de la loi anti-boycott de 2010. Art. 225-1 et 225-2 du Code Pénal. Mais! Il ne s'agit que d'un boycott basé sur des "discriminations d'ordre national, sexe, religion,...". Appeler au boycott de marques affiliées à des groupes industriels ne constitue pas une infraction pénalement répressible. Vous pouvez parfaitement appeler au boycott de Maje sans aucun problème. Cela pose problème que quand vous appellerez au boycott des pays provenant de pays musulmans "car ils sont musulmans" , d'Israel, de produits belges "parce qu'ils ont voté pour le mariage gay",...
RÉPONDRE
Les Fils RougesIl y a 3 ans
@ Stelda

Le lin destiné au secteur textile est en effet cultivé en Europe de l'ouest.
Hélas, l'industrie française de la filature du lin a disparu.
80% de la filasse est vendu en Chine. Les chinois filent, tissent, tricotent, cousent et exportent les produits finis, en lin ou contenant du lin, partout dans le monde.
Les tisseurs industriels français de fils de lin se comptent sur les doigts d'une main !
C'est très dommage...
Le lin est une plante merveilleuse !
RÉPONDRE
CéliaIl y a 3 ans
Franchement ça ne me surprend pas que Coco écrit cet article, pour moi c'est la moindre des choses d'en parler c'est tout à fait d'actualité... Donc c'est normal et tous les blogs concernés devraient le faire d'ailleurs.

Sinon, qu'est-ce-qu'on peut trouver comme solution ? Ca me désole j'ai même l'impression que ça ne bougera jamais, les grandes marques exploitent la misère de personnes humaines qui n'ont pas d'autre choix que de travailler pour eux, ils profitent c'est une aubaine pour eux comment voulez vous qu'ils nous écoutent et que cette catastrophe puisse leur ouvrir les yeux ? Jamais ça ne changera si on attend qu'ils fassent des lois pour améliorer ces conditions de travail, alors je suis persuadée que le seul moyen de faire tomber ce système c'est de le boycotter. Comme l'a dit précédemment isabelle, en 80 on a bien réussi à faire bouger les choses, le seul moyen de faire comprendre qu'on ne veut pas participer à cet esclavage c'est de lutter contre, et ce n'est pas en continuant à consommer comme des malades qu'on y arrivera. Ca me fait rire parce que pratiquement toutes les personnes qui crient au scandale lorsque cela est arrivé achètent des produits de marque, pillent H&M, Zara, tout en sachant très bien que ces fringues sont crées par des enfants payés même pas le tiers de ce que l'habit est vendu. Alors un moment faut arrêter,et puis ceux qui sont prêts à mettre des centaines dans un jean, arrêtez de vous faire pigeonner pour soi disant acheter du luxe (Maje etc) juste parce que vous trouvez ça bien d'acheter de la marque, vous êtes prêts à cracher des centaines pour un sac qui n'en vaut pas la peine.
Pendant un moment j'aimerais que tout le monde arrête de vouloir acheter de la marque, ça me désole vraiment d'entendre les gens autour de moi être contents parce qu'ils ont claqué 40€ dans un t shirt (parce que oui bien sûr que je trouve ça cher, c'est qu'un t shirt). Faudrait vraiment revoir notre mode de consommation car nous sommes aussi responsables de ce qu'ils leur arrivent, dans deux semaines basta plus personnes ne parlera de cet accident. Les gens oublieront et continueront à claquer des centaines par mois pour des fringues jetées deux mois plus tard (bien sûr ne vous sentez pas tous visés, je généralise un peu). Et puis désolée mais on a pas tous les moyens d'acheter des pulls made in france de qualité, certains sont obligés de se rabattre chez Carrefour par exemple... Bref, un bon coup de gueule parce que j'en ai assez de cette hypocrisie si on veut faire bouger les choses on le peut vraiment, tout est possible, mais malheureusement les gens ne sont pas tous motivés (si je dis à mon entourage de boycotter ces enseignes la moitié ne le fera pas), alors je ne sais pas si un jour ça changera quelque chose.
RÉPONDRE
GeeIl y a 3 ans
A Bruxelles, il existe les ateliers Mulieris qui confectionnent des vêtements pour différents stylistes (je n'ai pas trouvé de noms sur internet) et qui favorise aussi la réinsertion de chômeurs en leur offrant un emploi. Je suis certaine qu'il y a des solutions viables et valorisantes pour tout le monde, mais pour cela il faudrait remettre les droits humains un peu plus au centre des préoccupations et un peu moins le seul profit.
RÉPONDRE
Dimitri. Il y a 3 ans
Le problème est-il vraiment au niveau du consommateur et de la consommation ?

Suzy Menkes dit qu'il est pas normal de payer un maillot de bain le prix d'un cappuccino, mais la réciproque est tout aussi valable... Est-il normal de payer un cappuccino le prix d'un maillot de bain ? Il n'est pas de juste prix dans la sombre situation financière que nous traversons actuellement, paraît-il...

Rien ne me choque à payer un maillot de bain ou un simple t-shirt moins de 5 euro puisque finalement, c'est un coût bien honorable... Le problème réside donc, à l'évidence, dans la distribution des marges. Le problème des laitiers français n'est pas différent de ces pauvres couturières du Bangladesh, ils doivent céder sous le poids des plus forts afin pouvoir vivre, quoi que, disons... survivre ! Seuls de sévères systèmes légiférés seront à même de pouvoir régler ce genre de chose, un commerce équitable donc, mais qui le reste pour tout le monde, de l'acheteur au producteur, sans écorcher le distributeur.
RÉPONDRE
handMODEIl y a 3 ans
Merci pour l'article Coco.

Bangladesh si loin, si proche.
J'ai signé la pétition d'Avaaz.org la semaine dernière. Je ne sais pas si cela fait bouger les choses réellement, mais au moins le nombre de signatures montrent que cela concernent bien sûr tous les peuples du monde et que les gouvernants politiques et lobbies financiers ne peuvent occulter.

Malheureusement, je doute d'une suite positive car il faut une mobilisation unanime pour faire véritablement changer le cours des événements et un certain nombre de cupides ne veulent pas perdre leurs "petits" profits immédiats. (cf. Un homme pressé, Noir Désir)
RÉPONDRE
JuneIl y a 3 ans
Bien sur que c'est aux consommateurs d'agir ! On a la chance de posséder quelques choses qu'on nomme un cerveau & ce qui est drole ce que c'est que c'est que maintenant (à travers la médiatisation de cette tragédie) qu'on "ouvre les yeux" . Je met ce terme entre parenthèses parce que nous savons tous les conditions de vie des travailleurs(d'ailleurs COCO tu as utilisé un doux euphémisme en parlant de 14h de travail) et que bon on tourne un peu en rond en disant "Oui mais il faut pas boycotter parce que sinon les gamins des usines vont se prostituer" , bien sur que si il faut boycotter ! C'est ce qui s'est passé avec Nike en 1997, les gens ont montré leur mécontentement et Nike a rectifié le tir ( pas pour longtemps).
Tout le monde ne peut pas se payer des fringues d'Eres & co , il faut faire pression sur les enseignes pour qu'elles réduisent leurs marges.
Quand à l'évocation d'un possible label , on trouve de multiples boutiques du commerce équitable , certes parfois il n'y a pas de label mais je pense qu'on peut leur accorder plus de confiance que ses collègues suedois & espagnols.
Coco , cet article est une bonne idée , mais j'ai bien peur qu'après cette mise en lumière il ne soit oublié dans les archives , je pense que ça serait une bonne idée que tu mettes en exergues des pièces issus du développement durable/commerce équitable.
En effet cela permettrait de pouvoir modifier les comportements qui nous ont été dictés par des gens qui n'ont aucun scrupule à faire travailler des enfants comme des animaux.
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 3 ans
Cet article devrait rester au moins 3 mois dans la section "Articles les plus commentés" (située dans la barre de droite), ce qui permettra de continuer le débat.

Quant à ta proposition de mettre régulièrement en avant des pièces "éthiques", c'est effectivement une bonne idée :)
RÉPONDRE
isabelleIl y a 3 ans
Si le consommateur n'agit pas, qui le fera ? la ministre du Bangladesh qui trouve presque normal que les immeubles s'effondrent ? les actionnaires qui trouvent normal de faire toujours davantage de profit ? les créateurs, ravis de faire fabriquer à bas prix et de revendre au prix fort ? les patrons de ces pauvres gens qui les séquestrent sur leur lieu de travail ? ou ces pauvres gens réduits au rang d'esclaves ? J'ai plus confiance en moi pour agir. Le capitalisme a beaucoup de défauts mais au moins une qualité : il n'est pas bête et s'il constatait que le consommateur n'achète plus de marchandises faites dans des conditions abominables, les conditions changeraient. Car le consommateur détient l'arme absolue : son porte-monnaie. Si le porte-monnaie reste fermé, le capitalisme n'est plus irrigué et meurt. Ce qu'il ne veut pas, donc il s'adapte.Bien sûr, il faut une action de masse. Mais quand on est témoin de pareilles horreurs (et ce n'est ni un cas unique ni un cas isolé), comment rester indifférent ? comment se mettre sur le dos un Tshirt à 5 euros fabriqué par une enfant qui n'a pas eu d'enfance ? Un consommateur (quel horrible mot soit dit en passant) ne doit pas craindre d'imposer SES conditions plutôt que de subir celles qu'on lui impose : il est le seul à pouvoir le faire....s'il le veut.
RÉPONDRE
CéliaIl y a 3 ans
Je suis tout à faire d'accord, mais comme je l'ai dit précédemment, je ne pense pas que ça se passera comme on le veut...
RÉPONDRE
NanaIl y a 3 ans
Par contre, il faut VRAIMENT arrêter de cataloguer toutes les marques . Le fait que l'entreprise H&M ait été citée, est une ERREUR.
RÉPONDRE
isabelleIl y a 3 ans
Je n'achète pas chez H et M, mais quelques incursions chez eux m'ont appris que TOUT provient de ces grandes démocraties respectueuses des droits de l'homme et du travailleur que sont la Chine, le Cambodge et j'en passe
Je suis devenue une maniaque de l'étiquette que je vérifie toujours. Mais il y a quelque temps j'ai acheté dans une boutique un magnifique cardigan Dries van Noten à un prix tout aussi magnifique. Je n'ai, pour une fois, rien vérifié. J'ai manqué tomber à la renverse, après lavage, en voyant "Made in China". Combien a été payée l'ouvrière qui l'a cousu ? Certainement pas de manière proportionnelle au prix. j'ai toujours acheté très peu de choses, mais maintenant c'est encore moins. Je recycle et porte mes habits jusqu'à ce qu'ils tombent en loques. Très élégant, je sais ...
RÉPONDRE
JujuIl y a 3 ans
Comme marque éthique il y a Ekyog, je possède quelques pièces de plutôt bonne qualité ( en tout cas similaire voire supérieure à Maje & co mais pour un coût moindre ), leurs produits sont fabriqués "dans le respect de l'homme et de l'environnement" (c'est ce qui est inscrit sur les étiquettes des vêtements), après reste à savoir si c'est vrai mais je pense que oui.
Certes les prix sont plus élevés que chez H&M (un t-shirt basique coûte environ 40€) et l'originalité laisse parfois un peu à désirer mais ils ont quand même de jolis produits dans l'air du temps.
RÉPONDRE
Et quid Bonobo ?Il y a 3 ans
Bonjour à tous ! Je partage l'opinion générale du fond du cœur même i je ne vais pas répéter les arguments que chacun/ne a déjà exposé mais je me demandais si l'enseigne Bonobo, ou du moins le groupe Beaumanoir, n'était pas un peu plus éthique ?
Je sais qu'ils font fabriquer leurs vêtements par des sous-traitants dans des pays en développement, mais j'ai cru comprendre qu'ils respectaient des règles assez strictes des droits du travail.
Qu'en est-il réellement ? Quelqu'un ici pourrait il me renseigner ? Merci :)
RÉPONDRE
skaryIl y a 3 ans
Très sincèrement, si l'on n'utilise pas la seule arme du consommateur c'est a dire son porte monnaie et son choix de dépenser ici ou la son argent, rien ne changera. Je pense vraiment que boycotter la cheap fashion est le meilleur moyen de faire passer un message. Car même si d'autres marques délocalisent la production aussi, certes, il est effectivement choquant de payer une robe le prix d'un cappuccino. (et je trouve choquant de lire que c'est l'inverse qui est choquant..) car des fringues a 5 eurso, qui décemment peut imaginer que les ouvriers sont payés décemment? a ce prix la, tous les coûts sont rognés et le coût humain en premier. Donc le boycott de la cheap fringue n'est peut etre pas "équitable" au vu d'autres marques, mais il sera emblématique. perso c’était déjà le cas avant la catastrophe, pour ces raisons, parce que la course au cheap a tout prix dans tout les secteurs amène a l'esclavage humain. Et dire que certaines famille n'ont pas d'autres endroit ou s'habiller, soyons clair, on va rarement chez h&m ou zara, juste pour se "vêtir" et avoir un manteau chaud ou un caleçon neuf, on y va pour avoir la dernière fringue "a la mode", avoir l'impression d’être a la dernière tendance, meme si l'on sait que ces fringues sont jetables. Le problème est que ce n’était pas un "besoin", comme l'une des lectrice le dit plus haut, faire refaire des fringues qu'on aime (ce que je fait aussi, ou ej fait raccommoder des pièces que j'adore et ne veut lâcher et elles sont comme neuves), c’était et c'est toujours possible. Ces géant de la fringues cheap ont via leur offre créé la demande. Mais si l'offre n'avait pas trouvé de consommateurs prêts a payer pour des tendances tout les mardi, et de la copie de créateurs, ces géants ne seraient pas ce qu'ils sont. Donc en appauvrissant la demande, on oblige le marché a évoluer. si le boycott de ces marque fonctionne cela les obligera pour garder les consommateurs captif a lever les freins a la consommation, ce qui se trouve être le delta entre le prix et le salaire/conditions de vie des ouvriers. Si les consommateurs font passer le message qu'ils ne veulent plus cautionner cela sciemment, le marché s'adaptera et fera en sorte que de moins en moins ce problème leur soit opposable. Comme Nike le fit effectivement.
Alors, oui, faire ici la promo de ces mêmes marques, moi je trouve cela un peu schizophréniques, je suis désolée par avance, mais je pense que déjà proposer des pièces éthiques" et ne plus proposer de pièces de ces fabricants impliqués dans la catastrophe, serait un bon signal, pour nous, mais pour eux aussi.
Si nous voulons faire évoluer les choses, il faut être conscient que chaque acte d'achat, chaque publication est un choix, le choix de fermer les yeux et cautionner ou de protester. Et l'argent ne souhaitant jamais s’arrêter de couler, c'est comme cela que le marché évolue, pour répondre a cette nouvelle demande, celle de ne plus consommer jetable en cautionnant l'esclavage et en donnant notre argent a ces industriels sans scrupule....

Et puis pour pas cher, il y a la fripe, le recyclage, ça c'est éthique! (et accessible au même prix que chez carrouf... btw)
RÉPONDRE
JALUCSYINIl y a 3 ans
Que dire de tout ça ! je ne sais pas par où commencer ! Je suis REVOLTEE contre le monde du textile et la mondialisation de tous ses dirigeants qui ont vu l'argent et rien que l'argent qu'ils pouvaient gagner en plus, pour mettre dans leurs porte-monnaies !!!! cela fait environ 10 ans que je suis dans le secteur de l'habillement et tous les ans, des usines françaises ferment! des employés se retrouvent au chômage ayant des compétences tellement spécifiques (impression, broderie, dentelle...)que la suite pour eux n'est pas toujours facile et ça on en parle pas ou trop peu! j'ai envie de dire qu'avant de regarder ce qu'il se fait dans les autres pays, on ferait mieux de s'attarder sur le notre et de prendre en compte les difficultés des entreprises textiles en France ! j'ai encore la chance de travailler avec quelques usines françaises, et certains clients (français) n'ont aucun scrupule à leurs mettre des bâtons dans les roues! Ils cherchent des défauts qui n'existent pas, pour un oui ou pour un non on leur demande des avoirs, ont leurs mets la pression pour peu..la critique est très facile et je trouve dégueulasse ! Car il s'essaye tant bien que mal à garde la tête hors de l'eau. Elles ne sont pas là pour faire des bénéfices mais elles essayent de survivre à l'heure actuelle !!!

J'ai régulièrement des acheteurs pour des centrales d'achat et il est dans la logique commerciale de vouloir négocier, mais parfois je trouve ça totalement aberrant surtout quand on voit que l'article fini est fabriqué en Asie et qu'il vaut 40€ !! je ne connais pas exactement leur prix de revient et autre mais quand je fais un rapide calcul il y a beaucoup trop d'argent dont on ne sait pas où ça va et pourquoi et surtout à qui !

Comme la plupart des commentaires disent le "made in France" à 100% n'existera plus et c'est malheureux à dire mais c'est la stricte vérité, parce que tous nos savoir-faire sont partis ailleurs, il est donc difficile de trouver des personnes motivées, le matériel nécessaire aujourd'hui pour pouvoir fabriquer en France. Il y a des tissus, des techniques de fabrication que nous avions su faire, mais qu'aujourd'hui nous sommes incapables de reproduire.

Et mon sentiment vis à vis de tout cela, c'est que finalement le problème est plus profond qu'une simple remise en question de notre façon de consommer, certes cela peut faire avancer les choses, mais je suis persuadée que la politique, l'enseignent et d'autres ont leur part de responsabilités et qui font qu'aujourd'hui nous nous retrouvons à commenter des catastrophes comme celle-ci !

D'ailleurs c'est pour ça qu'aujourd'hui je réalise mes propres vêtements, je commence à les commercialiser, ils sont fait-mains. J'essaye au mieux d'utiliser un maximum de produits français et de faire travailler des artisans et petits commerçants français. Ma marque s'appelle JALUCSYIN vous pouvez retrouver mes articles dans ma boutique sur Etsy http://www.etsy.com/fr/shop/JALUCSYIN... et mon blog http://jalucsyin.blogspot.fr/....

Merci à Coco pour cet article qui suscite de nombreux commentaires ! je ne commente quasi jamais mais là c'est un sujet qui me tient à coeur et qui me parle !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode