Le fake fashion

Du fameux "Féline" au facétieux "Helmut Wang", les jeunes designers n'hésitent plus à flirter avec la contrefaçon pour faire sourire la modeuse avertie. Des logos détournés qui font également le miel des fashionistas désirant injecter une touche d'humour à leurs looks pointus...
Sweat Féline
Oublié le temps où les maxi logos étaient systématiquement synonymes de mauvais goût : revus, corrigés et détournés, ceux-ci connaissent aujourd'hui un nouvel âge d'or. Il aura en effet suffi que le designer américain Brian Lichtenberg s'empare des logos de quelques maisons iconiques, les transforme légèrement puis les appose sur une poignée de tee-shirts, bonnets et autres sweats pour donner naissance à une nouvelle tendance : le fake fashion.

Depuis, nombreux sont ceux à avoir emboité le pas à Brian Lichtenberg. Il faut dire que le concept s'avère particulièrement lucratif : de 35 euros pour une casquette à 100 euros pour un sweat à capuche (pour un coût de fabrication ne dépassant pas quelques euros), la marge a de quoi susciter des vocations.

C'est ainsi que l'on peut désormais trouver des modèles ASL - en "hommage" à YSL - chez Aerosoul, Acme, Helmut Wang et Vague chez Purple Label ou encore Comme des Fuckdown chez SSUR. Chez Les plus dorés, ce sont les noms des créateurs associés à un numéro - façon équipe de football - que l'on décline en série limitée.
Jourdan Dunn - Homiés
Un phénomène à l'origine 100% streetwear qui n'aura pas tardé à se voir adopté par la sphère mode. Vues tour à tour sur la chanteuse Rihanna, sur les tops Cara Delevingne et Jourdan Dunn ou encore sur les rédactrices branchées, ces "néo-contrefaçons" sont ainsi passées en quelques mois du statut de micro tendance streetwear à celui de snobisme fashion.

Et si certains aiment voir dans cette "private joke pour initiés" le désir de mettre en abîme le pouvoir des marques, nul doute qu'il ne s'agit en réalité que d'un joli coup commercial de la part des Brian Lichtenberg et consorts...
Partager l'article
Par Lise Huret, le 28 mai 2013 dans Analyses
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
16 commentaires
Tous les commentaires
ClementineIl y a 3 ans
Sans oublier la jeune marque de tee-shirt Maison Seine.

http://www.maisonseine.com/collections/all...
RÉPONDRE
LouIl y a 3 ans
Un snobisme fashion c'est tout à fait ça ! Ca fait très je connais ces marques, je peux me les acheter mais je suis trop cool pour les porter !
RÉPONDRE
handMODEIl y a 3 ans
D'accord avec Coco et Lou.
Je ne dois pas avoir le même humour...aucun intérêt pour ce genre de produits portés par les "modeuses". Oui au streetwear et ses détournements qu'il faut garder/apprécier dans un contexte spécifique.
RÉPONDRE
SamanthaIl y a 3 ans
Franchement pas terrible esthétiquement et oui je suis d'accord très "private joke". Un petit délire entre les blasés du luxe...
RÉPONDRE
aurelIl y a 3 ans
Je suis assez partagée, d'un côté je trouve ca fun, et de l'autre c'est vrai qu'on a l'impression qu'elles se font leur délire entre elles...
RÉPONDRE
LouIl y a 3 ans
Je trouve ca cool !
RÉPONDRE
Le cancreIl y a 3 ans
Perso moi j'aime bien je retrouve le même plaisir qu'au début des années 2000 qd post ado je portais des sweats à détournement.Apres j'avoue que ça fait blague d'initiés mais c'est ce petit twist un peu provoc qui me plait(stt associé à des sappes streetwear).Et c'est pas plus crétin que de voir le déferlement d'une même sappe sur à peu près tt le monde.Parceque par extension si on y regarde bien qd unnou une modeuse s'habille pointu c'est le même principe:parler aux inities qui pourront reconnaître.
RÉPONDRE
RomainIl y a 3 ans
Quand tu parlais de "fake fashion", j'ai cru que tu allais parler de quelque chose qui me tiens très à coeur (mais ton article est excellent Coco, il n y a pas à tortiller !) : les marques avec ce que j'appellerai de la fausse inspiration. Je m'explique. pendant mes années d'études, j'ai pu (et je vais encore pouvoir l'an prochain) observer que lorsque l'on devait concevoir une collection, un projet mode, la plupart de mes camarades se contentent de combiner deux univers qui à première n'ont rien à voir.
Ces deux univers n'ont pour la plupart pas d'impact émotionnel sur la personne qui les choisis, mais cette personne trouve cela tout au plus cool de faire cela. Ainsi , le gros truc du moment (même si bon nombre n'avait pas compris que la dernière décennie de mode avait usé et abusé de ce délire, mais n'ont pas assez de culture pour le savoir, désolé pour les termes employés), ou comment passer son année à associer la Religion et l'urban Power.

De Belles choses ont pu voir le jour, de beaux imprimés et broderies, mais quand d'un élève à l'autre tu passes du thème "Gangsta jesus" à "Hipe Pope" alors qu'on est sensés trouver ses codes individuels, ça fait grincer les dents, surtout quand le corps enseignant te demande implicitement de faire dans le même genre d'humour bigarré qui n'a aucune connexion avec notre individualité. Je ne suis pas contre l'humour, mais quand pour le diplôme final on appelle les élèves "Créateurs" tout comme le jeune homme qui avait fait une collection basée sur la rencontre de Jésus et? Le basketball...Ce dernier interrogé par mademoiselle Agnès avait répondu à la question "Et pourquoi cela, d'où ça vous sort" n'avait sû répondre que "Je sais pas trop, c'est un trip, ec..." comme les majorité es élèves étudiant dans une école à 8000 euros.
désolé de piquer ma gueulante ici, j'avais vraiment besoin d'en parler,
avez-vous d'ailleurs remarqué cette vague de "Fake-créateurs" en gestation? L'appellation créateur me gêne réellement, surtout que je fais en sorte de toujours me sentir concerné dans chaque projet et que je m'embête (enfin j'aime plutôt ça) à faire des recherches historiques pour donner un minimum de corps à mes projets, et finalement me retrouver avec un professeur qui ne comprends pas tellement la référence par rapport au sujet juste parce qu'il est trop habitué à ce que l'élève exécute bêtement le sujet, la plupart d'entre eux ne faisant que copier les exemples donnés avec le sujet, ainsi que la technique, mon binôme étant jusqu'à aller à proposer d'utiliser les patronages de carottes et cupcakes qu'il avait trouvé sur un site pour en faire boucles d'oreilles et accessoires pour le thème objet fake. Ayant insisté de mon côté, j'ai fini par réaliser seul le projet en prenant pour référence la collaboration de Yves Saint-Laurent avec Lalanne en 1969, et finalement me retrouver avec une note plutôt moyenne pour le temps et l'investissement personnel que j'avais fourni (moulés sur mon propres corps, seul, pour un travail à faire en duo...).

Désolé, c'était la minute frustration. Je tiens d'ailleurs à dire que ce projet a été l'un ds principaux atouts qui m'ont permis d'entrer en stage chez celui qui est considéré comme étant le plus grand Designer du 21ème siècle...Loin de moi toute idée de prétention, mais je ne pense pas m'être trompé dans le jugement de valeurs précédent.

Du coup, je me sent incroyablement seul dans cet enseignement du fake ou finalement peu de personnes sont réellement 'pointues" et touchantes.

Qu'en pensez-vous?
RÉPONDRE
heu ..Il y a 3 ans
... je crois que tu t'es trompe VDM c'est pas TDM

xx
RÉPONDRE
yulilopIl y a 3 ans
Romain je trouve que tu as eu raison de persister dans cette voie pour ton projet. Même si je ne suis pas du tout dans le milieu de la mode je ne peux que approuver ton choix. Cela me fait penser à mon prof d'art plastique du collège (qui était nul d'ailleurs) qui ne cessait de répéter "copier c'est créer". Oui mais si tout le monde copie tout sans y apporter un minimum de substance au bout d'un moment tout cela s'essouffle et on tourne en rond!
RÉPONDRE
Light AbsorptionIl y a 3 ans
Ces tendances "streetwear à message" ça vient aussi vite que ça repart, j'ai failli me laisser tenter par un "homiès" chez urban outfitters mais,j'ai trouvé au final que c'était déjà passé de mode,pour avoir attéri chez Urban. Ce genre de vêtements ne se porte uniquement que dans les 6 premiers mois du lancement de la marque(pour le côté fun avant garde)...ensuite c'est has been.
RÉPONDRE
....Il y a 3 ans
J'ai beau être une adepte du streetwear, le fake fashion m'enerve plus qu'autre chose.
Cette tendance n'est pas limitée qu'aux modeuses puisqu'elle a d'abord été popularisée par certains rappeurs comme Asap Rocky. Ca fait un moment que les mini Asap/Kanye...etc. ce sont appropriés le Fake Fashion.

Le pire de tout ça, c'est qu'il y a des jeunes qui portent du faux Fake Fashion. Le fameux bonnet Comme des Fuckdown a depuis été copié partout.
RÉPONDRE
MarlèneIl y a 3 ans
La boucle est bouclée alors !
RÉPONDRE
sueIl y a 3 ans
Es-ce que je suis la seule a trouver que cara delevigne ressemble a Jim carrey? Drôle de tête...
RÉPONDRE
CéliaIl y a 3 ans
C'était mieux au début comme presque toutes les tendances (tye and dye par ex)
mais là ça devient comme une "marque" carrément, si le but était de se moquer de l'importance des logos (ce que je ne pense pas) c'est râté. Enfin ça fait plus hype maintenant, faut porter ça dans les villes qui connaissent pas encore le phénomène, pour les swaggys swaggys :)

perso j'adopterai pas, mais ça me dérange pas plus que ça ^^
RÉPONDRE
A.Il y a 3 ans
Cette tendance est tout simplement ridicule ... surtout quand ces habits fake sont portés par ceux pouvant se permettre l'achat de vêtements griffés.

D'ailleurs c'est encore plus ridicule lorsqu'une grande marque propose sa propre version fake : Radarte par Rodarte par exemple ... ! C'est le serpent qui se mord la queue, non ?
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode