Défilé Dior - Haute Couture automne/hiver 2014-2015

Entre références au passé et désir puissant de modernité, Raf Simons profite du dernier défilé Dior pour nous livrer sa vision de la haute couture d'aujourd'hui...
Défilé Dior Haute Couture

Le décor :


Immaculée à l'extérieur, la tente circulaire dressée pour l'occasion au coeur du jardin du musée Rodin était tapissée à l'intérieur de pas moins 150 000 orchidées blanches.

Le front row :


Si Charlize Theron et son compagnon Sean Penn firent le bonheur des photographes, Marion Cotillard et Jennifer Lawrence honorèrent quant à elles leur statut d'égérie en faisant acte de présence.
Défilé Dior Haute Couture

La note d'intention :


« Ce qui m'a intéressé, c'est le processus qui fait naître une idée extrêmement moderne d'une base très historique, explique Raf Simons. Les inspirations historiques ne justifient pas en soi la collection, ni ne lui donnent tout son sens. Ce qui m'a attiré, c'est l'idée d'une construction architecturale et comment chaque époque trouve ses fondations dans une autre, comment le futur se sert du passé ; c'est une idée que je trouve fascinante. »
« J'ai commencé par me demander "qu'est-ce que la modernité ?" Je voulais partir d'un langage qui serait l'exact opposé de celui que j'ai tenu jusqu'à présent chez Dior,
explique Raf Simons. C'était l'idée de confronter les différentes visions que les gens considèrent aujourd'hui comme des esthétiques modernes - il me semblait plus contemporain d'aller vers un passé lointain plutôt que de moderniser l'esprit des dernières décennies. Le défi était d'emporter une attitude contemporaine vers quelque chose de très historique, d'apporter de la simplicité et de la décontraction à quelque chose qui pourrait paraître théâtral. C'est l'attitude qui compte. »
Défilé Dior Haute Couture

La femme Dior :


Loin d'être une Marion Cotillard ou une Jennifer Lawrence, la femme Dior n'a pas besoin d'occasion particulière pour se glisser au sein d'une robe haute couture. Un état de fait que Raf Simons flatte au sein de cette collection en lui imaginant des toilettes affichant suffisamment de modernité, de pragmatisme et de sophistication hors de prix pour prendre place au sein de sa garde-robe de tous les jours.

La collection :


Dans un premier temps, Raf Simons cisèle avec précision les volumes 18e siècle, afin de les ancrer dans le présent. Entre longueur raccourcie, fermeture zippée, poches pratiques, corset à peine suggéré, découpe dos nageur et écussons brodés, les robes à paniers et faux cul évitent ainsi avec brio la citation premier degré en affichant une troublante modernité.
Défilé Dior Haute Couture
Le créateur s'empare ensuite du concept de la combinaison d'astronaute, dont il tente de livrer une version couture en y apposant moult broderies. Jouxtant lesdites combinaisons, les robes à la française s'imprègnent quant à elles de détails sporty leur conférant une énergie des plus contemporaines.
Par la suite, les longs manteaux édouardiens réchauffant les Ondria Hardin, Grace Simmons et autres Larissa Marchiori oscillent entre élégance austère, chic smoking et look pelisse, tandis que les ensembles jupe courte/corsages télescopent détails techniques, gimmicks sporty et finitions 1900.
Raf Simons convoque ensuite l'esthétique Ancien Régime en réchauffant ses silhouettes carbone de redingotes en astrakan pastel, en velours bleu nuit rehaussé de jais ou en étoffes rose layette. Des modèles chargés d'histoire qui, en se mixant à des atours sobrisssimes, réussissent à composer des ensembles portables au quotidien. Le créateur ne fait par ailleurs pas l'impasse sur le patrimoine de la maison parisienne en proposant diverses vestes Bar agrémentées des grands cols cape chers à Christian Dior. Enfin, le défilé se clôture sur de délicates toilettes d'organza à la légèreté fédératrice.
Défilé Dior Haute Couture

Ce que j'en pense :


Contrairement à Karl Lagerfeld (qui ne parvint pas à transcender l'esthétique Marie Antoinette  à l'occasion de son défilé Chanel Resort 2013), Raf Simons réussit dès les premiers passages à fusionner inspirations historiques fortes, modernité séduisante et élégance photogénique. Sous ses doigts, les robes à paniers d'antan se muent ainsi en toilettes totalement intemporelles, voire légèrement futuristes.
Malheureusement, le reste de la collection apparaît moins convaincant. Difficile en effet de s'extasier devant les pantalons cargo esprit Balenciaga 2012 (qui relèvent davantage de la digression stérile que du coup de génie couture), les longs manteaux de fourrure nouveaux riches et les redingotes brodées, étonnamment premier degré pour un créateur de la trempe de Raf Simons...

Voir toute la collection : http://www.style.com/F2014CTR-CDIOR
Partager l'article
Par Lise Huret, le 08 juillet 2014 dans Défilés
Vous aimerez également
Alber Elbaz, bientôt chez Dior ?
Il y a 1 an - 40
EN SAVOIR PLUS
Rihanna, le nouvel atout Dior
Il y a 1 an - 24
EN SAVOIR PLUS
Les cuissardes selon Dior
Il y a 1 an - 26
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
15 commentaires
Tous les commentaires
EstelleIl y a 2 ans
Merci pour cette analyse pertinente toujours agrémentée de photos qui illustrent le propos !

Estelle
lamodeestunjeu.fr
RÉPONDRE
EmmanuelisIl y a 2 ans
Très belle collection, très belle analyse, et comme toi, je n'ai pas compris l'interlude des combinaisons d'astronaute... On peut vouloir casser le style sage XVIIIe, mais il y a d'autres façons de le faire...

Après pour les manteaux en fourrure, que voulez vous ma bonne dame ? en décembre il caille à Gstaad tout comme à Moscou... ;)
RÉPONDRE
seul et fabuleux !Il y a 2 ans
"La femme Dior n'a pas besoin d'occasion particulière pour se glisser au sein d'une robe Haute Couture" - C'est ce que je trouve intéressant dans la Haute Couture (en plus du travail des petites mains)... Cette poignée de clientes, qui elles seules, peuvent se permettre ces robes ou ses manteaux... Déjà, par question d'argent mais (et la suite logique) par leur train de vie...
C'est comme la question de la longueur (de robe ou de manteau)... Lorsque l'on se déplace en limousine avec chauffeur ou en jet privé, il est plus simple de porter du très long. Au contraire, la personne qui conduit elle même sa voiture aura tendance à privilégier du plus court. Il y a question d'élégance et question de pratique...

Pour le moment, je préfère le show Giambattista Valli et quelques silhouettes chez Chanel !
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 2 ans
Les robes sont superbes, vraiment. J'étais à deux doigts de m'emballer et de retourner ma veste Bar. Puis, les tenues de cosmonautes sont arrivées. Malheur ! Bref, j'aimerais un jour adhérer à toutes les propositions de R. Simons, mais il y a toujours un truc, une laideur sans nom. Les fourrures Dior sont réputées, c'est une belle idée de les faire défiler. Cependant, ce n'est plus exactement ce que c'était.
Pourquoi, quand je vois la collection couture de Valli, je pense à ce qu'aurait pu être les créations Dior sous la patte d'un Giambattista Valli plus inspiré et juste. Question de goût probablement....erreur de casting, c'est évident :-)
Enfin, c'est de mieux en mieux.
RÉPONDRE
....Il y a 2 ans
Je profite de ce premier article sur la couture pour partager l'experience folle que je vis en ce moment même. Depuis dimanche (j'ai terminé par Armani aujourd'hui), j'ai la chance d'assister aux shows couture avec une cliente. J'ai toujours rêvé de vivre la couture avec la perspective des gens qui peuvent la porter et c'est fait. Donc, nous assistons aux shows et ensuite (et surtout), j'aurai la chance de la suivre pour le reste. C'est vraiment exceptionnel et assez surprenant. De plus, la cliente est vraiment sympa et surprenante par rapport à ce qu'on imagine d'une cliente fortunée de la couture.

Donc, on a assisté au défilé Dior. Personnellement, j'ai trouvé que ça ressemblait presque à un best-of Chanel couture période 2003-2006. Je n'ai pas trouvé la collection forcement moderne. Mettre des poches dans une robe de bal c'est un peu...simpliste. Ensuite, les combinaisons de workers...bon, j'aime bien l'idée mais la coupe n'était pas très moderne justement. Les longs manteaux avec les pantalons et tops noirs...des silhouettes très Raf pour Jil Sander, très simples...trop simples. On ne doute pas de la precision de la coupe mais on attend un peu plus de la part de la HC par Dior. Les manteaux en fourrures semblaient sortir des campagnes anti-fourrures des années 90. Ensuite, succession de petites robes très Balenciaga par NG pour enchainer sur les redingotes (très réussies) très Chanel couture été 2005 et hiver 2006. Puis,après une succession de robes sans formes mais très travaillées, arrive la vraie collection: de superbes robes vaporeuses blanches et des tailleurs pantalons aux vestes et manteaux à cols surdimensionnés. C'était simple mais efficace et désirable. Ca n'aurait du être que ca finalement...

Etrangement, cette collection était la meilleure de Raf. Pas de couleurs criardes, pas d'aspect clinique et aseptisé mais une mode effortless et sereine. Il prend enfin ses marques chez Dior. Cette collection n'est certainement pasmémorable mais elle rassure :)
RÉPONDRE
FionaIl y a 2 ans
Mais quel métier fais-tu donc pour pouvoir vivre ce genre d'expérience ? :)
RÉPONDRE
....Il y a 2 ans
L'experience, je ne l'a vis pas grace à mon métier mais grace à une amie styliste qui s'est liée d'amitié avec cette cliente. C'est une réelle chance et c'est une experience unique. On parle souvent des clientes mais on a qu'une vision fantasmée de leurs vies.
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 2 ans
Il y a des choses qui font vraiment rêver et c'estele principal pour moi. Après si tout n'est pas magique du début à la fin tant pis. Mais l'élément qui m'a le plus scotchée c'est ce décor féerique d'orchidées, cest grandiose et ça a dû demander des heures de travail acharné (à des personnes dont on ne connait même pas le nom malheureusement), chapeau!
RÉPONDRE
seul et fabuleux !Il y a 2 ans
Des heures de travail acharné et... un sacré paquet d'argent ! ;)
Je ne suis pas expert en fleur mais "pas moins de 150 000 orchidées", ça ne doit pas être donné... :)
RÉPONDRE
RaúlIl y a 2 ans
Sublime. Jusqu'à présent, la meilleure collection Couture de la saison.
Avec Dior on a l'impression d'être vraiment au XXIème siècle, et que les G. Valli, Atelier Versace et Schiaparelli sont restés dans les anées 90.
RÉPONDRE
CarroIl y a 2 ans
Après avoir lu les commentaires je suis allée voir le show Giambatista Valli et en effet c'est sublime, frais, ET cohérent contrairement à Dior que je trouve disparate, il y en a trop et ça cannibalise les superbes robes de début et de fin du défilé...
RÉPONDRE
Anna MIl y a 2 ans
Hello Lise,

super analyse comme d'habitude... et super photos aussi ! merci !

personnellement j'aime beaucoup cette collection, mais je suis étonnée que tu ne parles quasiment pas du travail sur la couleur ?
il y a des éléments super intéressants (il me semble), entre camaïeux de couleurs pastel-granité hyper fraîches, toutes les déclinaisons blanc-ivoire-argent-or très XVIIIe, et les petits clashs entre ces teintes et des couleurs soit très soutenues soit très foncées
qu'en penses-tu ?
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 ans
L'usage de la couleur est en effet ici très délicat :)
RÉPONDRE
DiamiIl y a 10 mois
Waow je viens de découvrir ton site et j'adore ! Je pensais également tournée le mien vers une critique des défilés et tu m'as convaincu. Je trouves ça plus intéressant à lire.
Très bonne continuation :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 10 mois
A toi aussi :)
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode