Chronique #43 : Bipolaire

52116
Si les rubriques "Chroniques" et "Week Diaries" sont régulièrement l'occasion pour moi de vous livrer bribes de vie et réflexions personnelles, j'avais jusqu'ici passé sous silence l'une des composantes majeures de mon existence, à savoir ce mal étrange et fuyant qui altère mon quotidien, ma relation aux autres et ma perception des choses : ma bipolarité.
Paysage d'hiver
Lorsqu'en avril 2011, l'actrice Catherine Zeta-Jones révéla être atteinte de trouble bipolaire, la chape de silence entourant cette maladie dont j'étais atteinte depuis la fin de mon adolescence commença soudain à se fissurer : tout à coup, les médias se mettaient à parler de ce mal si longtemps tabou et à essayer de le définir précisément.

Une mise au point salutaire, tant il est difficile d'appréhender ce mal dont les symptômes peuvent s'assimiler à un manque de volonté, à un excès de paresse (ou à un pic d'énergie, selon le moment du "cycle") ou encore à de la mauvaise humeur : autant de choses qu'une personne "normale" expérimente au quotidien et parvient généralement à gérer. D'où la confusion de l'entourage et de la sphère sociale qui, voyant dans lesdits symptômes de simples passages à vide, ont souvent tendance à dire au malade bipolaire : "Allez, fais un effort", "Moi quand ça ne va pas, je prends sur moi", ou encore "Moi aussi il y a des jours où je n'ai pas envie de me lever". Or, cette maladie est bien moins une question de volonté que de dysfonctionnement chimique...

Et si les médicaments permettent généralement d'atténuer l'amplitude des variations d'humeur, le monstre qui altère notre être ne disparaît jamais totalement. D'où la nécessité de prendre le temps de l'ausculter, de le disséquer, afin d'être en mesure de contrer au mieux ses attaques sournoises.

Bouleversée par la franchise et le courage de Catherine Zeta-Jones (difficile de faire un tel aveu lorsque l'on est une personne publique), je m'étais fait la promesse de parler un jour ouvertement de ce trouble destructeur. Non pas par exhibitionnisme stérile, mais pour montrer que celui-ci existe, que l'on peut vivre avec et qu'il ne faut jamais baisser les bras. Mais aussi pour dire qu'en terme de traitements il faut chercher, chercher et encore chercher, jusqu'à trouver le praticien qui saura établir la bonne prescription. De mon côté, je ne fais plus le compte des psychiatres rencontrés ; il m'aura ainsi fallu aller jusqu'au Canada pour dénicher le début d'une solution à mon problème.

Et si je n'arrive pas toujours à éviter hypersomnie, hyperphagie, angoisses, pics excessifs d'énergie et descente aux enfers (ce qui est pour moi généralement synonyme de retard considérable dans mon travail et d'annulation de mes rendez-vous à la dernière minute), mon quotidien n'a néanmoins plus rien à voir avec celui de mes 20 ans, lorsque j'avais l'impression chaque matin de jouer à la roulette russe...

En matière de bipolarité, il ne faut jamais perdre espoir, et rester convaincu qu'une solution existe quelque part. Et surtout ne jamais se contenter d'une demi-vie...
Partager l'article
Par Lise Huret, le 06 février 2015
Vous aimerez également
Chronique #82 : Toronto-Paris
Il y a 1 jour - 24
EN SAVOIR PLUS
Chronique #81 : Ma
Il y a 5 jours - 34
EN SAVOIR PLUS
Chronique #80 : Calendrier Pirelli 2017
Il y a 10 jours - 25
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
116 commentaires
Tous les commentaires
isisIl y a 1 an
Chère Lise
Je suis bouleversée par ton témoignage.
On s'en sort ! J'ai grandi avec du Lithium…
Je vais t'écrire en privé !
Baisers
Isis
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je réponds très vite à ton mail.
Je t'embrasse fort
RÉPONDRE
marieIl y a 1 an
Toi aussi tu es courageuse Lise...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est très gentil, merci :)
RÉPONDRE
TwinkleIl y a 1 an
Encore une courageuse et belle contribution au débat et à la normalisation de thèmes d'actualité mais pas toujours mis en lumière: la bipolarité, une grande méconnue je dirais.
Mais aussi avant, l’anorexie, le rapport au vieillissement, le rapport à la minceur, à les petites et grandes tyrannies du monde artistique mais aussi commercial de la mode.
Je n'ai que dos mots: Bravo Lise!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Il faut dire que vos réactions sont tellement bienveillantes qu'il en devient beaucoup plus simple d'aborder ces sujets un peu difficiles.
RÉPONDRE
CheymaIl y a 1 an
J'vais envie de t'écrire Lise, mais je ne trouvais vraiment pas les mots. J'avais commencer à écrire "merci de partager tout cela avec nous", d'autant plus que, tu n'en as peut-être pas conscience, mais tu aides de nombreuses personnes en partagent ton expérience. Et puis il m'est paru presque comme une évidence que tu fasses cela tant ton public est bienveillant. C'est exactement le mot! Je n'ai jamais vu une communauté web aussi amicale, polie et aimable. D'habitude, sur internet, les gens se lâchent pour dire des sottises et des méchancetés sous couvert d'anonymat, mais tu as réussi à créer un entourage virtuel si bon...
Je t'embrasse bien fort et te souhaite bon courage.
Cheyma
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci Cheyma :)
RÉPONDRE
SidhartaIl y a 1 an
Chere Lise,
ma meilleure amie est "bipolaire" ou "MD" - selon le médecin - et n´a jamais pu trouver un traitement qui lui convenait...
C´est dur a vivre et encore plus dur d´en parler, je te trouve beaucoup de courage, tu fais face !!! bravo.
Pour les "autres" il y a de l´incomprehension mais aussi souvent de l´admiration face au malade: j´adore mon amie, elle est unique... Sa sensibilité et sa créativité sont des cadeaux qu´elle fait au monde, a sa famille et a ses amis
Bonne continuation sur le chemin de l´acceptation de soi - Il est si long et semé d´embuches, mais il n´y en a pas d´autre
:-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est très beau ce que tu dis de ton amie. Et elle a beaucoup de chance de t'avoir : peu de gens savent comment "aimer" une personne bipolaire.
RÉPONDRE
anaIl y a 1 an
Merci Lise pour ton témoignage. Mon respect et admiration pour toi n'ont cesse de grandir.
Charles a de la chance d'avoir une mère comme toi.
bisous d'une cyber-amie
AS
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci chère Ana :)
De mon côté, je pense que c'est moi qui ai beaucoup de chance d'avoir mon petit garçon ;)
RÉPONDRE
FabieIl y a 1 an
A ma petite lozérienne préférée !
Je suis très émue mais pas vraiment surprise de ce que tu as écrit car tu avais déjà un peu écarté le voile sur ton rapport à cette affection au cours de quelques chroniques.
Tu as fait un immense chemin, ton chemin.
Ne t'en fais pas pour les retards et les délais de livraison, tu n'es pas une machine.
Baisers,
Fabie
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Langogne forever :)

C'est vrai que j'avais pu l'évoquer en filigrane dans certains textes...

Je t'embrasse :)
RÉPONDRE
....Il y a 1 an
Ah, je suis choquée (dans le bon sens) par ton courage!
Ce temoignage est assez bouleversant.
TDM au dela des tendances de mode est le journal d'une ou des femmes (les hommes aussi sont inclus :).
Je pense que même en etant pas forcement bipolaire, tout le monde peut se reconnaitre dans tes recits ou autres reflexions.

Est-ce que ta bipolarité a été un facteur dans le lancement de TDM, je veux dire dans le choix d'evoluer en independant (ou outsider) plutot que de travailler dans une redaction. Pour faire court, a-t-elle influencée tes choix professionnels?

Un temoignage touchant mais surtout, une belle lecon de vie. Bravo et merci Lise. :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Oui, tout à fait :)

Tu vois certaines personnes trouvent que le statut d'indépendant est beaucoup moins enviable que celui de salarié.
Dans mon cas, il est plutôt adapté car il me permet de gérer mon emploi du temps en fonction des aléas de ma maladie...
RÉPONDRE
Marie2ParisIl y a 1 an
Cette chronique est tellement émouvante et courageuse!.. Merci Lise, car encore une fois, tu en parles avec une telle sincérité et une telle justesse que ça dédramatise un peu ce trouble et permet aux gens "normaux" (qui n'ont pas subi de maladies psy) de le voir autrement.
En France, les maladies psy sont souvent vues par l'entourage comme étant la faute du malade. Ces maladies pernicieuses n'ayant pas de symptômes physiques, les gens le voient, comme tu le dis si bien, comme un manque de volonté... Malheureusement, les déséquilibres chimiques se produisant dans ce genre de maladies sont très mal connus et la science du cerveau n'en ai qu'aux balbutiements, alors difficile de comprendre les mécanismes mis en jeu pour pouvoir guérir.
Mais tu le dis, à défaut de guérir, on peut soigner. Avec un traitement adapté, un suivi médical et psy, et beaucoup d'amour d'un entourage bienveillant une vie "presque normale" est possible (mais on sait que "vie normale" ne veut absolument rien dire)
Alors encore merci Lise de ton témoignage et bravo pour ton courage à surmonter ces épreuves et à les partager avec nous.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je pense comme toi qu'en matière de connaissance des maladie psychiques nous sommes à l'âge de pierre. C'est incroyable de voir à quel point les traitements sont encore pour beaucoup inefficaces.
J'espère vraiment que le futur apportera de vraies solutions.

Mais il y a aussi un énorme travail d'information à faire. Car pour les patients, c'est souvent la double peine : à savoir souffrir d'une maladie lourde et voir son entourage nier la réalité de cette dernière.
RÉPONDRE
handMODEIl y a 1 an
Partager, échanger me semble être une partie de la solution dans tout type de maladie d'ailleurs et dans la vie en général...je t'embrasse.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Echanger est en effet essentiel. Cela fait un bien fou et c'est souvent très constructif :)
RÉPONDRE
ClaoIl y a 1 an
Je salue ton courage car en parler est tout sauf facile. Ma petite famille dysfonctionnelle te comprendrait bien : 2 enfants sur 3 souffrant de TDA, leur père TDA et borderline. Un psychanalyste l'ai aidé à faire le point sur un début de vie cauchemardesque, ensuite une thérapie comportementale a pris le relais.
Mais combien d'années gâchées entre temps ? 7 ans est le délai moyen il me semble avant de commencer à poser un diagnostic après apparition des premiers symptômes.
Et les dommages collatéraux sur l'entourage, enfin précisément moi car les proches ne savent rien. Nous deux avons évoqué le TDA des enfants à quelques personnes rigoureusement choisies mais la maladie de mon conjoint, on la garde pour nous. Alors encore une fois je salue ton courage de dévoiler ce pan de vie.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Le silence est souvent la conséquence terrible de ce genre de trouble. J'espère de tout mon coeur qu'un jour vous pourrez vous confier car garder cela pour soi est terriblement difficile.
Je t'envoie tout mon courage et t'embrasse fort.
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 1 an
Je ne t'imaginais absolument pas dans les affres de cette maladie,, " ce mal étrange et fuyant qui altère mon quotidien, ma relation aux autres et ma perception des choses : ma bipolarité.
Ecoute, j'arrive un peu au même résultat avec ma dyssynchonie. Je te souhaite d'être courageuse, joyeuse et heureuse.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je ne connaissais pas la dyssynchronie... Tu nous en parles un peu ?
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 1 an
En gros c'est quand il existe un décalage certains entre ton âge réel et tes facultés intellectuelles, ces prédispositions engendrent parfois un relationnel un peu tendu (on ne vit pas dans le même monde que les gens du même âge ou nos sommes trop rationnels), une hypersensibilité (genre reprendre ta remarque sur la poupée vaudou complètement profane alors qu'elle se placerait dans la liturgie sacrée de peuples africains), un autre type de vision des choses (j'ai carrément 11/10 à un oeil, donc vision acérée!). A mon avis, c'est le cas de beaucoup d'auteurs, notamment ceux cités dans ta liste, d'où leurs intérêts pour la solitude. De nombreux enfants précoces et/ou surdoués en seraient +/- atteints.Tu vois dans le milieu débilisant du monde du travail, je ne m'y retrouve pas. Je ne comprends pas les codes...ni le formatage.
RÉPONDRE
nisrineIl y a 1 an
Très bel article, bon courage à toi et a ta petite famille
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci beaucoup :)
RÉPONDRE
chIl y a 1 an
WAOUWWWWWW ET BRAVO!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci :)
RÉPONDRE
CitrineIl y a 1 an
Chère Lise, je te suis depuis maintenant presque 6ans et je suis heureuse de te connaitre un peu plus chaque jour grâce à ce merveilleux site :D J'admire la franchise avec laquelle tu as su te livrer en toute humilité. Ce site est finalement le recueil de toute mon adolescence. Merci pour tout :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est fou et un peu magique d'imaginer que mes textes ont fait partie de ton adolescence. Merci de ta fidélité :)
RÉPONDRE
MeltIl y a 1 an
Je pense que je devrais consulter alors ...
Merci de te livrer Lise !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
On ne perd rien à avoir un avis médical ;)
Je t'embrasse
RÉPONDRE
NaomiIl y a 1 an
Merci, Lise, et courage. Par pudeur, je n'en dirais pas plus...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci ma chère Naomi.
RÉPONDRE
MarinaIl y a 1 an
Chère Lise,
Je m'explique maintenant cette poésie mélancolique qui émane de tes textes, surtout les plus personnels, et sans doute cette capacité (volonté?) qui y transparaît de t'émerveiller/émouvoir de ton quotidien.
On se construit aussi sur ses failles, et le mérite est certainement à la mesure de leurs profondeurs.
Merci pour tes partages, celui-ci et les autres !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Lorsque cela va bien, je ne veux en effet pas en perdre une miette ;)
RÉPONDRE
Lili Barbery-CoulonIl y a 1 an
bravo, je t'embrasse et me réjouis de te voir demain <3
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'était bon de te voir hier :)
RÉPONDRE
Lili Barbery-CoulonIl y a 1 an
mais tellement :-) je veux aller m'installer là bas pour une semaine avec vous toutes! (y'a un spa au sous sol)
RÉPONDRE
cesomuIl y a 1 an
Bonsoir,
Ma fille a découvert votre site...elle est fan de vos conseils et de vos bréves...
Et moi je découvre aussi et je me disais en regardant les bréves "une certaine idée du bonheur", et de certains articles que vous aviez surement un petit quelquechose de trés subtil...un je ne sais quoi de tres attachant
Je vous souhaite du courage, du bonheur mais ca vous saurez faire , c est sur!!!!!!!!!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je suis très touchée par votre commentaire. Merci beaucoup :)
RÉPONDRE
AvaIl y a 1 an
Parfois c est ca aussi que je ressens. Cette vie en montagnes russes, cette sensation qd "ca ne va pas" de plonger tres profond ds le noir... Et puis je remonte sans raison. J essaie de faire comprendre aux autres que c est chimique, justement. Mais peu de gens acceptent cette idee...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
L'essentiel est que toi tu le saches. Cela te permet surement de mieux appréhender les périodes "down" et de comprendre ce que tu ressens dans ces moments-là n'est pas lié à ta vie mais bien à un problème chimique. Cela permet à mon sens de ne pas faire de bêtises...
RÉPONDRE
GirlfriendIl y a 1 an
Chère Lise,
encore un aspect de vous qui me touche. Vous êtes la seule personne de la blogosphère mode à y parvenir.
Vous me touchez car j'ai vécu une situation non pas identique, mais peut-être comparable avec mon petit garçon. Il n'est pas du tout bipolaire, mais différent certainement. Son intelligence est parasitée par ses émotions parfois hors normes, et le regard des autres est pesant. Nuits blanches et remises en question ont été mon quotidien l'année dernière jusqu'à ce qu'une psychologue mette les mots sur sa particularité.
Il va bien, c'est un petit garçon espiègle et, je le pense, équilibré. Tel qu'il est. Sa particularité me le rend plus précieux encore.
Chère Lise, merci.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est tellement important d'être accompagnée et de poser des mots sur les choses qui peuvent nous faire peur. Je suis certaine que ton petit garçon est une merveille.
RÉPONDRE
Café ModeIl y a 1 an
Bravo d'avoir réussi à expliquer ce cheminement si compliqué d'une manière si limpide. Pour te connaître depuis pas mal d'années maintenant, je me réjouis de te voir t'épanouir de jour en jour. Et je suis sûre que ton témoignage va aider d'autres personnes...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci Géraldine, ce que tu écris me touche beaucoup.
RÉPONDRE
IsabelleIl y a 1 an
Bravo Lise. Ton billet touche au coeur et on en ressort plein d'optimisme. Je t'embrasse.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci ma chère Isabelle.
RÉPONDRE
Missyakk Il y a 1 an
Je t'admire parce que vu le travail que tu fournis pour le blog, je n'aurais jamais cru que tu souffrais autant. C'est une belle leçon de courage pour tous ceux qui ont aussi le même problème ou toute autre maladie. C'est encourageant, contente que tu puisses aller mieux maintenant. Le fait d'avoir eu ton fils a dû t'aider aussi. Super !!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Traitement, connaissance de la maladie et routine de vie calibrée m'ont permis au fil des années de mieux en mieux gérer mon quotidien professionnel :)

Avoir un enfant est certes une source de joie mais malheureusement ce n'est un facteur de guérison car cette maladie a le terrible désavantage de ne pas puiser ses solutions dans l'amour des proches...
RÉPONDRE
RêvedepluieIl y a 1 an
Chère Lise,
Je suis une fois de plus touchée par ton articdle car j'ai moi-même un papa qui est bipolaire. Je pense que c'est très positif que les "médias" en parlent de façon moins taboue, car nous avons grandi dans une sorte de "secret" où mon père a toujours refusé d'admettre sa maladie, et a accepté de m'en parler une fois où je l'ai confronté il n'y a que trois ans (j'ai 24 ans). Aujourd'hui, il refuse toujours de dire qu'il est "malade", parlant de "mouvements d'humeur", mais au moins il est moins défensif par rapport à cela, et quel soulagement pour ses filles de savoir que la loi du silence, les interrogations et les incompréhensions sont tombées.
Si tu veux m'écrire à ce propos, je serais ravie de te parler un peu plus de mon expérience familiale à ce sujet.
Passe une très belle soirée
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Le refus du malade de regarder en face son trouble est terrible pour l'entourage. On est toujours dans le doute. Dans les bonnes phases on se dit que l'on exagère, que le malade n'est pas "malade" que tout va bien mais les phases négatives reviennent et là on s'en veut de ne pas avoir mis les choses au clair.

Je suis heureuse pour toi et tes soeurs. Les relations familiales doivent s'en trouver apaisées. Reste ensuite la question d'un possible traitement... Mais c'est l'étape d'après.

Bon courage pour tout.

Je t'embrasse
RÉPONDRE
rêvedepluieIl y a 1 an
Merci beaucoup Lise. Ce qui est assez étrange, c'est qu'il a été diagnostiqué assez tôt ( entre ses vingt et trente ans), et a pris un traitement depuis cette époque, avant de rencontrer ma mère et de nous avoir. Mais c'est dans le quotidien avec nous ses enfants qu'il refusait absolument d'en parler et déniait totalement ses phases de délire... en reprenant tout après comme si de rien n'était ce qui m'a énormément perturbée. Mais bien plus que ses mouvements d'humeur, ce qui a été difficile était de ne pas comprendre d'où cela venait et de ne pas pouvoir en parler du tout du tout en famille, de ne même pas pouvoir poser la question et de supporter comme si de rien n'était. Je pense sincèrement que si on nous avait expliqué les choses, cela aurait rendu nos vies extrêmement plus faciles.
Courage et bon dimanche
RÉPONDRE
rêvedepluieIl y a 1 an
Par ailleurs, je pense à la série Six Feet Under qui est une série que j'adore absolument. Cela ne traite pas du tout de la bipolarité, mais il y a un personnage qui est bipolaire et pour ma part, cela a été intéressant de voir qu'il peut y avoir plein de façons de l'être, alors que je n'avais connue que la maladie de mon père. Je te la recommande, je pense que tu aimerais bien! Les liens familiaux, amoureux et amicaux sont envisagés de façon très fine, je trouve...
RÉPONDRE
RomainIl y a 1 an
Bravo Lise, c'es très courageux de se livrer ainsi.
Cela n'altère en rien ton talent, c'est peut-être facile à dire de ma part et je veux avoir l'air d'être sorti d'un conte de fée, mais chaque faiblesse cache une force qu'il faut trouver et exploiter...Cela fait quatre ans désormais que je te lis, ton blog est ma référence tendance : tu es pointue, précise, humaine, intéressante.

Je t'embrasse fort,

Un fidèle lecteur.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci Romain. Et tu n'as pas l'air sorti d'un conte de fées ;) Tu as tout à fait raison : nos faiblesses sont aussi nos forces :)
RÉPONDRE
F2LotusIl y a 1 an
Courage Lise,
Avec tout ce travail et conseil,astuce...de nous accompagner au quotidien, tu es une étoile, une fée... Tout est possible, et faut garder espoir, commence de penser positive et tout ira mieux
Je te souhaite bcp de courage !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Tu es adorable. Merci beaucoup :)
RÉPONDRE
catherineIl y a 1 an
quel courage ,quand je pense que parfois je grinche au quotiiden pour la moindre contrariete .merci pour ton temoignage ,ce qui m epoustoufle le plus c est de quz tu puisses tenir le cap malgre tout .j espere que le temps t apportera moins de variations d humeur et plus de serenite .je t embrasse
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
J'ai de la chance d'être très bien accompagnée, ce qui me permet de tenir le cap :)

Je t'embrasse
RÉPONDRE
RocketIl y a 1 an
Quel courage de s'exprimer ainsi sur ce problème qui pour beaucoup relève du tabou - pensons à Homeland et à son personnage principal… pourtant force est de constater que parmi les gens les plus brillants il y a beaucoup de bipolaires. J'ai quelques amis qui le sont et qui sont des gens tellement formidables, d'une si grande richesse intérieure et d'une grande intelligence et sensibilité… et pourtant, lorsqu'ils souffrent, on leur donnerait tout pour qu'ils aillent ne serait-ce qu'un peu mieux, et on a du mal à concevoir comment ces variations de l'humeur peuvent se produire.

Churchill, fameux bipolaire, avait parlé de sa bipolarité grâce à une métaphore, celle du "black dog", sa bête noire qui pouvait aussi bien se tenir tranquille que devenir déchaînée et tout détruire sur son passage… avec le temps, il a su la dompter grâce à l'écriture. Le "black dog" est synonyme de mal-être, et j'a trouvé une jolie vidéo sur le sujet : https://www.youtube.com/watch?v=XiCrniLQGYc

C'est grâce à des gens courageux comme toi que les tabous se brisent. Merci pour ce billet et bon courage :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Si ce billet pouvait faire un tout petit avancer les choses, j'en serais comblée.

Cette vidéo est super bien faite !
RÉPONDRE
severi27Il y a 1 an
J'admire le courage dont tu as fait preuve pour en parler.
J'ai longuement hésité à écrire ce post concernant ma mère mais finalement choisi de le faire en 2013 : http://simplicityisnotsoeasy.blogspot.fr/2013/10/d...
J'ai toujours considéré ma mère comme la 1ère "victime" de son trouble, je suis la 2ème :-/
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Ton texte est extrêmement émouvant.
Il y a un moment où les enfants doivent se protéger de leurs parents et vivre leur vie. Tu as fait preuve d'une grande force.
J'espère que tu vas bien.
RÉPONDRE
severi27Il y a 1 an
Pour le moment, ça tient http://simplicityisnotsoeasy.blogspot.fr/2014/10/r...
J'ignore jusqu'à quand mais j'essaie de prendre chaque étape comme elle vient, sans anticiper. CARPE DIEM ;-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Prend bien soin de toi.
RÉPONDRE
severi27Il y a 1 an
Grâce à ton texte, j'ai l'impression que la parole se libère. Je t'en remercie. Nous pouvons sortir de l'ombre, être bipolaire ou avoir eu un cancer ce n'est pas honteux, c'est humain. La vie n'est pas un long fleuve tranquille mais c'est une sacrée expérience !
RÉPONDRE
matchingpointsIl y a 1 an
Il n'est pas évident de parler de ce genre de maladie, votre "aveu" est très touchant et votre sincérité va peut-être aider d'autres personnes atteintes de ce mal. Bravo pour votre courage
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je l'espère du fond du coeur.
RÉPONDRE
Lise, juste un commentaire de plus pour louer ton courage. C'est très difficile de parler de ces choses profondément intimes, qui montrent nos failles (l'orgueil, on en a tous plus ou moins). J'ai distillé quelques éléments sur mon blog, mais je n'ai jamais fait de réelles aveux sur les moments très difficiles que j'ai traversé. Alors félicitations, j'espère que l'angoisse qui a dû t'habiter lorsque tu as cliqué sur "publier" s'est évaporée à la vue de tous ces commentaires chaleureux et bienveillants.

En plus, merci. En lisant cette liste de symptômes (est-elle exhaustive ? je regarderai), j'ai pensé à une amie à moi, qui après des années de dépression ne trouve pas son équilibre. Et tous ces symptômes sont les siens...

Une lectrice qui vient ici exclusivement pour les chroniques, les week diaries ;)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Appuyer sur "publier" m'a fait l'effet d'un saut dans le vide. Mais ce post je l'avais depuis si longtemps en moi qu'il fallait qu'il existe en noir sur blanc. Et très vite toute votre bienveillance m'a sauvé de toutes mes peurs.

Si elle ne trouve pas son équilibre, ton amie devrait en effet peut-être consulter. Elle n'a rien à perdre à rencontrer un psy.
RÉPONDRE
christine z cIl y a 1 an
tu as du courage de t'être prise en mains .Ma mère est maniaco dépressive et nous a fait vivre un enfer...qu'elle a tout à fait zapper.Nus vons ma sœur et moi toujours eu très peur de
l'hérédité et cela nous a rendues différents.Bravo et belle vie
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
L'hérédité : l'une des raisons qui m'a fait hésiter très longtemps avant d'avoir un enfant. Mais je veux croire que la vie est plus forte que ces troubles.
J'espère que tout va bien pour toi aujourd'hui.
RÉPONDRE
Anna Il y a 1 an
Lise, inutile de répéter tout ce qui a été dit. Depuis que tu as publié cet article, je pense à toi.
Quand j'ai voulu d'avoir un enfant, je ne pas bcp réfléchie si le papa pouvait transmettre le gène de cette même maladie. Nous savons que chaque individu est génétiquement unique : combien de cellules reproductrices possibles pour 23paires de chromosomes ? pour 23 chromosomes i l y a 2*23 soit environ 8, 3 millions de cellules reproductrices différentes possibles, les chromosomes d’une paire, génétiquement différentes répartissent au hasard, c'est la loterie.
C'est ainsi que nos enfants sont unique et différents de nous.
RÉPONDRE
rêvedepluieIl y a 1 an
J'ai eu ( et ai encore un peu) très peur de l'hérédité également.
Mais poser les mots sur la maladie de son parent, essayer de la comprendre, et faire un travail sur soi vraiment impliqué, et assez tôt lorsque l'on a vécu des évènements perturbants aide énormément.
RÉPONDRE
christine z cIl y a 1 an
oui bien sûr cela aide mais on est toujours en porte à faux ..Dans notre cas ,le diagnostic a été posé après la naissance de nos filles ,à ma sœur et moi .nous avons appris à ce moment que notre arrière grand mère et un grand oncle avaient probablement été touchés également ..Je crois que maintenant les choses se disent mais dans notre enfance nous ne nous rendions pas compte qu'il y avait un problème médical.
Nous n'avions qu'une seule mère et donc qu'elle se couche pendant trois ou 5 jours après avoir été prise d'une activité frénétique.. C'était étrange avec le recul .Je devais appeler ma grand mère ou mon père et en attendant veiller sur les petits ..A 5 ans 7 ans. .Passons sur l'escalade ..sur la violence ,les délires ,
.Ma petite sœur garde une terrible colère contre notre mère ..moi j'essaie d'accepter .enfin pas tous les jours .. je trouve aussi que le lithium et son déni ne la rendant pas agréable à vivre ..
mais nous avons fait un gros travail ainsi que nos enfants au niveau psy..Et même s'il y a un fond d'hérédité nous essayons d'"exploiter "par notre créativité le "bon côté" de la chose
RÉPONDRE
ModessentielleIl y a 1 an
Bouleversée par ton témoignage qui donne à réfléchir M
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
je t'embrasse
RÉPONDRE
T.Il y a 1 an
Ce combat intérieur incessant doit être épuisant °_°
Bravo et merci pour ce courageux témoignage !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Les éclaircies valent le coup de se battre :)
RÉPONDRE
GaranceIl y a 1 an
J'aime beaucoup la photo que tu as postée...
Même si la neige est belle, la posture du personnage me fait penser au poème de Baudelaire "Quand le ciel bas et lourd..."
Les fragilités psychiques sont encore tabous, oui, on en parle dans les médias (d'ailleurs parfois à tort et à travers, la vulgarisation médiatique peut donner à certains l'impression qu'ils sont bipolaires, alors que non, il faut un avis médical, et c'est parfois même difficile pour un psychiatre d'établir un diagnostic), mais en même temps, c'est très dur d'en parler dans le monde du travail, et même à ses amis.
Je salue ton courage, et je suis très émue.
RÉPONDRE
WilliamIl y a 1 an
Et Baudelaire n'était-il pas bipolaire également ?
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
J'ai trouvé un site qui fait la liste de tout les écrivains "bipolaires" :
Agatha Christie
Alfred de Musset
Charles Baudelaire
Charles Dickens
Ernest Hemingway
Edgar Allan Poe
Emily Dickinson
Emile Zola
Georges Feydeau
Georges Sand
Guy de Maupassant
Honoré de Balzac
Leo Tolstoy
Lewis caroll
Romain Gary
Stendhal
Virginia Woolf

C'est fou, non ?
RÉPONDRE
NaomiIl y a 1 an
Sans oublier les peintres, les musiciens, etc... Robert Schumann par exemple. Les Fantasiestücke, au piano... Je ne m'en remettrai jamais.
RÉPONDRE
WilliamIl y a 1 an
Ah oui, quand même ! ;)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est vrai que les médias disent parfois tout et n'importe quoi :/
D'où l'importance si l'on se sent concerné par tel ou tel trouble d'aller consulter un ou plusieurs psy. Et ce jusqu'à comprendre ce qui nous arrive.

Merci :)
RÉPONDRE
Lou et SwannIl y a 1 an
Bravo pour ce courage de parler de ces choses douloureuses que la plupart des gens passent sous silence, de peur de froisser, choquer, ne pas être compris.
Bravo de te battre et de choisir la vie!

Christine
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Elle vaut le coup, non ? ;)
RÉPONDRE
ClaraIl y a 1 an
B R A V O
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci Clara :)
RÉPONDRE
HataIl y a 1 an
Tout à été dit plus haut, bravo pour ton courage mais surtout merci de te "confier". Perso, pour ce type de maladies, je ne crois pas aux médocs mais plutôt aux médecines parallèles ou aux thérapies... Courage !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Il faut que chacun trouve sa solution :)
RÉPONDRE
LaurenceIl y a 1 an
Merci beaucoup, oui merci pour ces mots
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci Laurence :)
RÉPONDRE
NCMIl y a 1 an
Bonjour Lise,

Je suis touchée par cette chronique car te lis depuis 4 ans.
J'aime ta façon d'écrire et de parler de la mode. Cette manière de transcender simplement les choses à première vue superficielles, mais avec cette profondeur et cette sensibilité critique.
J'ai notamment en tête cet article sur la monde en fin de cycle publié il y a quelque temps. En tant que doctorante en socio, j'ai appréciée ta synthèse de ce phénomène. Zut j'ai loupé le choix de mon sujet de thèse!

Aujourd'hui je me demande si ta bipolarité ne serait pas paradoxalement une "force" dans ton activité de blogueuse? Ne serait-elle pas à l'origine de ta singularité, de ta sensibilité, bref de ce petit plus qui fait que je m'ennuie rarement de tes articles?

PS: mon style particulièrement pathétique il y a 5 ans, a bien évolué au fil de la lecture de tes articles...

Une très fidèle lectrice
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Ce qui est certain c'est que cette maladie fait partie de moi et qu'elle doit sûrement influencer grandement ma façon de voir, de vivre les choses...

Ton style est parfait ;)
RÉPONDRE
SandraIl y a 1 an
Un jour quelqu'un de cher m'a dit "la bipolarité, c'est la maladie du créatif, et c'est justement ça qui nous rend exceptionnels."
A ne jamais oublier :-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Un peu long pour un tatouage... Dommage ! ;)
RÉPONDRE
charleneIl y a 1 an
bravo Lise, j'admire ton courage. prends bien soin de toi et de ta famille!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
On y travaille ;)
Je t'embrasse fort
RÉPONDRE
SosoIl y a 1 an
Bravo Lise! Tu es très courageuse, autant dans l'annonce que dans le combat de ta maladie!
Et je suis sûre que cela va permettre d'aider d'autres personnes qui en souffrent.

Je souffre également d'une maladie qui reste tabou et peu connue car je suis émetophobe (phobie du vomi) et c'est une maladie horrible à vivre au quotidien (tout est calculé: ce que je mange, ce que mes enfants mangent, j'évite les transports en commun, je n'aime pas les trajets en voiture......).
Il n'y a pas une journée sans y penser et sans calculer et c'est très fatiguant!
J'ai vu plusieurs psychiatres et psychologues sans réelles améliorations et j'ai décidé d'essayer l'hypnose....
Le plus difficile dans ces maladies, c'est l'incompréhension et le jugement de l'entourage .

Je te souhaite plein de courage pour ton combat.
Une fidèle lectrice
RÉPONDRE
rorococoeugvicIl y a 1 an
Beaucoup de tendresse !! "le saut dans le vide" ... si fort et émouvant ...
Beaucoup d'admiration aussi : finesse et intelligence, sensibilité à fleur de peau, retenue et indulgence, enthousiasme contenu et pudique ... tout cela et beaucoup encore pour (essayer) de caractériser TDM et donc Lise (et Julien aussi, et Charles maintenant !)
Et sûrement un début d'explication à cette si grande et si magnifique différence avec tous les autres blogs : le seul et l'unique à mettre autant d'affect personnel et sincère ...
Un grand merci et une belle vie ...
Même si cette vie est souvent bien compliquée ... pour tous ... à des degrés différents certes, mais il faut essayer de la vivre le mieux et le plus !
(perso : nombreuses périodes troublées pour moi et/ou mes enfants ... et donc "je sais" ... voilà)
Amicalement et longue vie !!
RÉPONDRE
la femme de GeorgeIl y a 1 an
J'ai vaincu le "black dog" il y a quelques années (ou plutôt j'ai appris à lamadouer) et c'est probablement pour cette raison que je suis devenue thérapeute....on y arrive ma jolie on finit par y arriver ;-) il faut juste trouver le bon chemin.
on ne devrait pas avoir à te dire que tu as du courage de l'écrire parce que tu n'as pas à en avoir honte de cette fucking maladie mais c'est tellement bien de dire de témoigner
maintenant j'essaye d'aider avc mes outils les autres comme j'ai été aidé et putain ça me rend heureuse !
je me permet de t'embrasser
RÉPONDRE
MargueriteIl y a 1 an
Article dont la sincérité et la force des propos résonnent avec le livre que je lis en ce moment et que je ne saurais que trop vous recommander : Les mots pour le dire, de Marie Cardinal.
Tout est dans le titre non ?
Vous avez déjà trouvé les bons mots pour commencer.
C'est toujours un plaisir de vous lire.
RÉPONDRE
christine z cIl y a 1 an
En tout cas merci pour ton témoignage e tu verras ttu seras et tu es une excellente maman..
RÉPONDRE
Svs au LuxbgIl y a 1 an
Chère Lise,

Je saisis maintenant d'où vient cette mélancolie que l'on devine à travers tes textes et les magnifiques moodboards que tu nous livres, ton idée de l'uniforme bleu marine...
Cette maladie tu as réussi à en faire "ton style, ta plume", c'est aussi ta force et ce qui fait la rareté et la richesse de TDM.
Bravo à toi, tu peux être fière de ce que tu as accompli, tous mes vœux t'accompagnent pour la suite... Et merci d'être celle que tu es.
RÉPONDRE
WilliamIl y a 1 an
Il y a quelques années, suite à un commentaire que j'avais laissé sous un de tes articles, une de tes lectrices, une certaine Marie, m'avait qualifié de "spirituel". Je me demande si en venant ici, on ne cherche et on ne trouve pas un peu de cette spiritualité, justement. On vient là pour la mode, la légèreté de celle-ci (même si parfois on touche des sujets plus sérieux et plus profonds), mais on vient là également pour toi, pour te connaitre un peu plus, bien qu'heureusement tu sais garder une part de mystère.
J'ai moi aussi été touché en lisant cette "déclaration", j'ai pensé à toi, j'ai pensé à ta maladie que je ne connais seulement de nom, j'ai bien fait quelques recherches sur le sujet pour en savoir un peu plus mais ce ne sont pas les quelques vidéos visionnées qui me feront vraiment la connaitre.
Touché(e) ou non par cette maladie, ou par une autre maladie, un handicap tel qu'il soit, ta dernière phrase est à retenir. Je te souhaite encore du courage.
RÉPONDRE
AméIl y a 1 an
Premier commentaire que je mets sur ton site car ton témoignage est très touchant. Tu es l'unique et seule blogueuse que je suis depuis de très nombreuses années de manière quotidienne. L'évolution de ton site est sûrement une des raisons pour lesquelles je reste curieuse à l'ensemble de tes billets. Tu semble être une femme très sensible et bienveillante. Une légèreté émane de tes textes malgré le sujet pesant que tu y traites de temps en temps. On a tous nos petits secrets, plus ou moins durs à garder ou à partager, qui ont des répercussions directes sur notre façon d'agir ou d'appréhender le monde. J'aime cette "force tranquille" qui transparait au travers les textes que tu rédiges tant sur la mode que sur des sujets philosophiques ou personnelles. Je te remercie pour ce partage. Bon dimanche!
RÉPONDRE
Juliette LatrafIl y a 1 an
Je te suis depuis quelques semaines seulement, mais j'ai pris le temps de parcourir un peu tes week diaries, et certaines choses que j'ai pu y voir prennent un peu plus sens suite à la lecture de ce texte-ci. Je te trouve pleine de courage d'aborder ce sujet avec ce qu'on pourrait presque qualifier d'une bande d'inconnus. Malgré ca, on se sent proches de toi et touchés par ce que tu partages avec nous. merci pour ca, et surtout bravo et courage pour le combat que tu menes au quotidien !
RÉPONDRE
virginie/mode9Il y a 1 an
C'est aussi sans doute ce qui fait ta singularité ! Ta sensibilité et ton absolutisme se ressent dans ton travail. Je crois que c'est une grande force de composer avec ce que l'on est, de ne pas prendre nos "fêlures" pour des imperfections mais au contraire de s'en servir ! Alors bravo de te livrer ainsi...je pense que tu auras un grand avenir dans l'écriture Lise. Bises
RÉPONDRE
SylvieIl y a 1 an
je me joins à tous ces commentaires pour te féliciter de ton courage. C'est difficile de partager un fardeau, mais c'est salutaire. Et aussi pour te dire que je crois que c'est de cette cette sensibilité particulière que tu tiens ton talent. L'écriture est un don qui coute cher, mais qui rapporte des satisfactions au centuple. Continue sur ce chemin !
RÉPONDRE
BabethIl y a 1 an
Bonjour Lise,
Je pensais à tes écrits l'autre jour, attendant avec impatience un nouvel article qui je l'espérais, te dévoilerait un peu plus… merci de te montrer à nous si vulnérable, cela prouve ta force.
Babeth
RÉPONDRE
TildeIl y a 1 an
Wahou !! Bravo pour ce que tu as réussi à créer ici et bon courage pour ce combat, je suis de tout cœur avec toi !
RÉPONDRE
KaylaIl y a 1 an
Énormément touché par ce témoignage , mon frère avait cette maladie , qui souvent est comparé a de la schizophrénie alors que si différente .
Il en est mort il y a 5 ans , hospitalisé , pas très bien soigné .

Alors merci d'en parler .
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode