SucreriesFraises Tagada

Chronique #47 : Le sucre et moi

18130
Si avril rime généralement avec autobronzant et café en terrasse, il voit également se multiplier les unes de magazines à la gloire du dernier régime en vogue. Cette année, l'air du temps semble être au "no sugar" : de quoi m'interroger sur mon rapport au sucre...
Sucreries
Lors de ma période d'anorexie (1997-2001), il m'arrivait régulièrement d'éplucher les magazines féminins du kiosque à journaux en quête d'astuces à appliquer afin de maigrir encore un peu plus. J'y piochais une phrase par-ci, un conseil par-là. Le pain fait prendre du poids ? Exit le pain. Les pâtes font grossir ? Fini les pâtes. Et ainsi de suite...

Quinze ans plus tard, je ressens une profonde aversion pour ces injonctions écrites dans le seul but de faire vendre du papier (et se démentant d'une saison à l'autre), mais aussi envers toute notion de régime. Il m'apparaît ainsi inconcevable de devoir un jour ré-envisager la nourriture sous un angle coercitif, et ce d'autant plus que je suis persuadée au fond de moi que le principe même du régime - à savoir modifier temporairement son alimentation - est voué à l'échec et à la reprise de poids.

Autant dire que l'article "Sus au sucre" paru dans le ELLE du 3 avril aurait normalement dû me laisser de marbre. Ce ne fut pourtant pas le cas : non pas que je trouve cette nouvelle religion du "no sugar" particulièrement attrayante, mais ses constations amères sur le sucre rapide et ses effets sur l'organisme touchent en moi un point sensible : mon rapport compulsif aux sucreries.

J'ai en effet beau prendre soin de mon corps en pratiquant le yoga, en courant quotidiennement et en concoctant des plats maison, je ne suis jamais parvenue à me défaire de ce réflexe me faisant associer moment de détente et sucre. Une soirée sans biscuits, un week-end sans bonbons, une ballade sans glace ne me comblent pas. De même, ne prendre qu'une poignée de fraises Tagada et ranger le paquet sagement dans le placard m'est impossible : pour que mon plaisir soit complet, il m'est nécessaire de finir le paquet. Autrement dit, si je pourrais sans mal me passer de fromage ou de viande, me priver de Haribos m'apparaît bien plus compliqué...

Avec le temps, j'ai fini par comprendre que mon rapport au sucre était directement lié à l'enfance. À la maison, il n'y avait en effet ni bonbons, ni biscuits dans les placards. Croquer dans une friandise industrielle avait ainsi un délicieux goût d'interdit, à tel point que je n'étais jamais plus heureuse que lorsque je dégustais en cachette des bonbons achetés à la pièce tout en lisant une BD, en dévorant le dernier Je Bouquine ou en rêvant allongée dans l'herbe...
Fraises Tagada
Depuis, je pense que j'associe inconsciemment les saveurs sucrées à la liberté, au plaisir immédiat, à l'insouciance de l'enfance. Or, cela ne me poserait aucun problème si cette "passion" régressive n'était pas en train de m'asservir.

J'en ai en effet assez de me sentir frustrée si le vendredi soir si je ne mange pas mon paquet de Maltesers, assez de me sentir épuisée après la dégustation d'une dizaine de Petits écoliers, assez de ne ressentir du plaisir qu'à la première bouchée et continuer ensuite par automatisme, assez de me sentir obligée de consommer une tonne de sucreries lorsque je ne vais pas bien, assez de ne pas pouvoir apprécier un dîner si aucun dessert "sympa" n'est prévu...

Après mûre réflexion, j'ai décidé samedi dernier de rompre avec le sucre chimique, à savoir avec mes chers chamallows, dragibus, pépitos et autres cafés Starbucks aux édulcorants. Depuis, la moindre contrariété me donne envie de "replonger", les soirées devant notre série du moment me semblent bien plus fades et j'ai du mal à trouver un succédané aux Maltesers de notre plateau télé du vendredi soir. Je me demande également comment je réagirai au prochain vrai coup de mou, qui rime généralement pour moi avec engloutissement de biscuits chocolatés...

Pour autant, je me dis que si je suis parvenue à arrêter la cigarette alors qu'elle faisait pleinement partie de ma vie (j'adorais fumer à la fin des repas, à la terrasse d'un café, en conduisant, en soirée ou en me baladant), je devrais également réussir à me passer de mon shoot de sucre quotidien. Peut-être qu'un jour, je regarderai ainsi les étals de bonbons à la pièce avec le même dégoût que j'éprouve aujourd'hui en rentrant dans un bar-tabac. À en croire l'activité de mes papilles ce matin face au stand à bonbons du carrefour de l'Odéon, la partie est néanmoins loin d'être gagnée...

PS : Je conserve dans mon alimentation les fruits (et ce même si le fructose est régulièrement accusé des pires maux), ainsi que tous les sucres lents. Il n'est en effet pas ici question de régime, mais bel et bien de tentative de reprise de contrôle sur moi-même.
Partager l'article
Par Lise Huret, le 10 avril 2015
Vous aimerez également
Chronique #80 : Calendrier Pirelli 2017
Il y a 4 jours - 25
EN SAVOIR PLUS
Chronique #79 : Souvenirs scolaires
Il y a 9 jours - 29
EN SAVOIR PLUS
Chronique #78 : Canada Goose or not ?
Il y a 16 jours - 115
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
130 commentaires
Tous les commentaires
Marie2ParisIl y a 1 an
Ouch... J'ai l'impression que tu parles de moi (qui vient de lire cet article en mangeant un chocolat et la fin d'un petit paquet de car-en-sac...) Moment plaisir et sucre sont une association indéfectible chez moi aussi, et en cas de stress, je grignote des douceurs qui me calment temporairement.
Quand j'ai entamé ma prépa marathon fin janvier, j'ai décidé de faire un effort et j'ai réussi à tenir environ deux mois en me contentant d'un peu de chocolat noir de temps en temps (1 carré 3-4 fois dans la semaine) et d'une pâtisserie par semaine (souvent le dimanche, en guise de dessert ou de goûter après ma sortie longue du matin).
Et puis j'ai été malade (sorte de grippe) et la deuxième semaine, j'ai craqué, impossible de s’entraîner, manque d'appétit, la base de mon alimentation est devenue du chocolat au lait (avec plein de trucs dedans of course)
Le marathon approchant, j'ai pris le parti de ne pas me frustrer mais dès que c'est terminé, finies les bêtises (je garderai quand même un peu de chocolat noir ;-) )
Bon courage dans ton arrêt du sucre (pour moi bien plus addictif que le tabac), il n'y a pas de raison que tu n'y arrives pas :-)
Bon weekend!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Crois-tu vraiment que le sucre soit plus addictif que le tabac ? Mon Dieu, si c'est le cas la guerre va être dure ;)

Il est prévu pour quand ce marathon ?
RÉPONDRE
Marie2ParisIl y a 1 an
Ha non c'est vraiment personnel comme sensation. La cigarette pour moi n'a jamais été une addiction en terme de substances, j'étais plus attachée aux moments, comme tu le décris, avec le café du midi, une petite bière en terrasse, une discussion avec une amie. Bon de temps à autres, la cigarette calmait mes angoisses mais le sport ça marche aussi, même si c'est plus facile de dégainer une cigarette dans la journée que ses baskets, il faut apprendre à gérer autrement mais ça le fait pour moi. Alors que le sucre, je sens vraiment que c'est une addiction à la substance en elle-même, le sucre appelant le sucre, les moments de "moins bien" n'aidant pas à résister à ses sirènes... J'ai tenu deux mois ce qui me semblait infaisable au départ! Donc ça risque d'être difficile au début mais pas du tout infaisable ;-)
Je cours le marathon de Paris qui est dimanche. Si tu passes près du parcours, n'hésites pas à t'arrêter quelques minutes pour voir défiler (et même encourager, ça booste toujours tellement!) ces doux-dingues partis pour 42 km sous le soleil ;-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je te souhaite bonne chance pour dimanche : tu vas assurer !
RÉPONDRE
LucieIl y a 1 an
C'est bien vrai ce que vous dites Marie2Paris, le sucre peut être une très forte addiction au même titre que peut l'être le tabac >> plaisir procuré oblige.
Le premier de nos - très mauvais - réflexes est d'en rajouter/redemander une louche.

D'ailleurs c'est un problème pour de nombreux cuisiniers en fin de carrière avec le sel: à trop vouloir donner du goût aux plats, ils se sont brouillés avec la notion de "juste dose", ils salent trop.
RÉPONDRE
Marie2ParisIl y a 1 an
Merci!! C'était super, et l'avantage c'est que ça coupe un peu l'appétit finalement. La bonne occasion pour recommencer à se désintoxiquer du sucré ^^
RÉPONDRE
krystelleIl y a 1 an
Je dois pas etre un bec tres sucré,
Quand j’étais petite , c’était mes amis qui mangeaient les bonbons que ma mère ramenait,
a l'adolescence j'ai eu des périodes de boulimie donc j'ai mangé pleins de sucre/gras que je ne supportais pas du tout.
J'ai pour habitude de ne jamais salé et sucré mes aliments,d'ailleurs j'ai acheté pleins d’épices dernièrement car je supporte pas les sauces entre t'autres.
Depuis mon régime a 18ans,je me suis autorisé comme seul plaisir que le chocolat,les autres de toute façon m'attirent moins.
Là, je dois faire un travail sur moi même ,car en étant enfant, je mangeais très lentement et à l'adolescence j' ai voulu apprendre à manger le plus vite possible,mauvais.
J'essaie de manger moins de chocolat et de me désintoxiquer de son gout sucré(Milka et Kinder addict) qui pousse toujours à en consommer plus,les chocolats bio sont pas mal pour ça).
Tant au niveau du shopping que de la nourriture ,je suis très compulsive de nature et j'essaie de me rationner,de vivre de façon plus simple,plus zen.
J'ai des bonbonnières en décoration ,il m'arrive de manger genre 1 bonbon par jour sans plus,j'ai acheté des chips en petits paquets et je n'en ai ouvert qu'un depuis 1mois.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Tu me sembles être sur le bon chemin ! Avoir des en-cas sucrés ou salés à la maison et les consommer avec modération : c'est très fort :)

Comme toi, je ne sucre pas ce que je mange (je n'ai jamais eu le réflexe) mais cela ne m'empêche pas d'adorer les bonbons ultra sucrés :/

As-tu réussi à réapprendre à manger lentement ?
RÉPONDRE
noxleyIl y a 1 an
Bonjour Lise,

Je me permets de t'envoyer le lien du dernier article de Caroline de Pensées by Caro, qui fait écho avec ce que tu racontes: http://www.penseesbycaro.fr.

Ce que tu dis me fait penser à moi: années de restrictions (pas d'anorexie mais des régimes les uns après les autres durant l'adolescence) et j'ai trouvé un équilibre, plus proche d'un rapport aux sensations alimentaires, à la faim, à la satiété, à ce que le corps réclame. Finalement je suis stable, à deux trois kilos près. Mais voilà, le sucre, je suis aussi addict, et plus encore depuis que je vois que ça n'a plus trop d'impact sur mon poids. Comme toi, en général, il est industriel. J'en mange moins par gourmandise que par stress, par émotion, ou pure habitude. J'habite en Italie et c'est la java du croissant fourré tous les matins, des biscuits feuilletés garnis de riccotta avec le café, et j'en passe.

J'en vois les effets néfastes: j'ai mal aux dents (!!) et ma peau, malgré le sport, malgré les légumes bios et les graines germées, s'en ressent. Par contre, je sais que si je stoppe complètement, puisque ce sera une restriction, il y a tout à parier que je vais compenser à un moment ou à un autre.

Alors j'essaie de m'écouter, de sentir si réellement j'ai envie de ce fruit là maintenant, de ce chocolat, de ces biscuits. De le déguster quand j'en mange pour ne pas risquer de finir la boîte. Et surtout, j'arrête les choses trop industrielles pour un temps, en ne gardant que le fait maison et en tentant de m'écouter. J'aime trop savourer un bon dessert pour ne pas savoir que souvent, comme tu dis, en fait, je n'en avais pas tant envie que ça après la première bouchée (et de ressentir aussi, parfois, que c'est trop sucré!)

Je ne sais pas si ça marchera, et j'espère que tu ne trouves pas ce message trop prescriptif. Mais j'ai l'impression que comme le reste, s'écouter est le plus important. Pour éviter la compulsion. C'est un chemin très long et moins sûr, mais pour le moment, ça a du sens pour moi...

Après, je comprends l'importance de sentir qu'on "tient" les choses, qu'on a du contrôle sur elles...

Merci à toi en tout cas,
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est l'un des pièges avec le sucre rapide : si tu fais du sport très régulièrement cela ne te fait pas grossir :/
D'où l'impression de pouvoir en manger dès que l'envie se fait sentir...

Comme toi, j'ai peur qu'en supprimant radicalement les sucreries, je finisse par craquer et à en consommer plus de raison. Afin d'essayer d'éviter cela, j'essaie de trouver du plaisir dans les repas. Je n'ai jamais autant cuisiné que cette semaine !

Merci pour tes conseils :)
RÉPONDRE
coralieIl y a 1 an
Je n'ai pas ce problème avec le sucre, mais je comprends très bien votre envie de reprendre le contrôle sur ce qui ressemble à une addiction, à un shoot ou une pulsion pour le sucre. Après, je pense qu'il ne faut pas se mettre en tête d'arrêter le sucre. Le sucre, c'est la douceur et ça fait du bien, l'important c'est de trouver le "bon" sucre. Dans un Kinder, chocobons, ou autre chocolat au lait de supermarchés, d'où provient le cacao utilisé ? Quel est sa provenance ? De quel pays ? Quelles terres agricoles ? Quel mode de production ? Par qui ? Avec quoi est-il utilisé ? Quels produits chimiques ? Certes, ce genre de questions peut faire un peu peur, mais savoir ce qu'on mange, son origine, la manière avec laquelle on le cultive, on le produit, par qui, des paysans responsables, ou des multinationales agro-alimentaires, ça devrait être simple et évident. Penser à tous les ingrédients contenus dans un chocobon, les voyages qu'ont du faire les matières premières sur la planètes, les terres agricoles parfois rachetées de manière honteuse par des groupes de l'agro-industrie à des petits paysans. Ca donne le vertige. Il est toujours possible de trouver du bon chocolat avec du bon sucre. Le pur cacao (c'est un peu amer, mais très bon), c'est plein de magnésium, avec le commerce solidaire, on est sûr que les paysans ne sont pas exploités, et les sols respectés, et on peut en manger beaucoup, pas de crise de foie. C'est beaucoup mieux que ces M&Ms dans lequels on retrouve du dioxyde de titane. Il y a plein de manières de se faire du bien à sa petite personne, tout en prenant en compte les effets de telle culture, de telle manière de produire, des impacts sur l'environnement, et l'agriculture.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je suis totalement d'accord avec toi. Je ne pense pas ne plus jamais manger de "sucre". Mais là j'ai besoin de faire un vrai break. Dans pas longtemps, j'en suis certaine, je reprendrai plaisir à croquer dans les pâtisseries maison.
Je veux juste en finir avec ces choses ultra raffinées, miroirs aux alouettes du plaisir :)
RÉPONDRE
jickyIl y a 1 an
moi je me suis mise à détester le sucre du jour (il y a très longtemps) où j'ai définitivement renoncé au yaourt avec sucre mis dedans... Désormais je ne supporte plus que les yaourt archi nature (les pré-sucrés, c'est encore pire, je ne peux pas en avaler une bouchée) et le moindre truc sucré, je sature dès la première bouchée... Alors les bonbons, pour moi, c'est ultra beurk, je déteste. Je préfère, et de très loin, le gras: je préfère - et de très loin - me gaver de fromage que de sucre!!!
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 1 an
Quel courage avec un petit garçon en plus ! Les gosses adorent les friandises. La vue d'un biscuit Blédina me déclencherait presque une boulimie :-)
Je ne sais pas si le sucre est une véritable addiction mais on en consomme beaucoup trop.
J'ai diminué ma consommation de sucre grâce aux noix, fruits secs, tomates cerises je croque également les fruits confits. Le chocolat noir fonctionne à merveille pour couper l'envie de sucre. Cependant, la fin d'un repas sans note sucrée reste difficile, cela doit être psychologique. Je n'aime pas les sucreries industrielles, c'est ma chance. Par contre, au lieu de tout supprimer, je m 'offre des guimauves de chez Marcolini pour plâner un peu. Je ne mange ni laitage ni viande, je peux donc faire quelques entorses pour rejoindre les douceurs du pays de Willy Wonka de temps en temps. Il y a trop de cochonneries dans les trucs industriels ! Bon courage.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Charles, contrairement à moi, n'est pas vraiment un bec sucré. Les goûters, c'est compote et lait ... Par contre il ADORE le pain ;)
Je suis d'accord avec toi : oui, aux guimauves artisanales ! (Pas toute de suite pour moi, mais dès que je me sentirais libre d'en manger deux et pas tout le paquet).
RÉPONDRE
FranyaIl y a 1 an
Bonjour Lise,

Tu devrais lire ce dossier sur un défi sans sucres de la Minute Papillon:

http://www.laminutepapillon.net/bonus/detox-defi-s...

Bonne journée
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Article très intéressant !
J'aime l'idée de remplacer le chocolat chaud par "du lait de noisette + poudre de cacao crue".
Après les féculents que nous mangeons (riz, semoule, pâtes) sont complets et on mange pas mal de légumineuses. On n'a ni sirop, ni ketchup, ni plat préparé dans les placards donc je suis un peu rassurée ;)
RÉPONDRE
AdèleIl y a 1 an
J'avais lu je ne sais plus où que des tests sur des rats démontraient que le sucre était plus addictif... que la cocaïne ! De quoi réfléchir...
Je comprends complètement le symbolisme derrière tes envies de sucre... Afin que cela ne soit pas trop dur, essaye peut-être de remplacer ces grignotages par des aliments plus sains : fruits, noix de cajou, bâtonnets de carottes avec de la purée d'amande, un peu de houmous... Et le week-end tu peux faire un bon cake,un crumble, etc. : ça reste de toute façon toujours meilleur pour la santé quand c'est fait maison !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Sérieusement, si c'est vrai cela ne m'étonne pas tant que cela ...

Tes conseils sont tops ! Je note :)
RÉPONDRE
V.Il y a 1 an
Je voulais juste te dire merci pour ce site, je suis toujours en joie et impressionnée devant tes articles et analyses sincères et percutants. Une fois de plus tu me fais réfléchir, ce que tu dis fait écho à mon goût inconsidéré pour le sucre que je n'avais jamais vraiment analysé. J'aime aussi beaucoup les brèves, tes analyses des nouveautés, le consumérisme modéré que dégage le site, le souci de prêter attention aussi aux marques moins chères mais de ne pas négliger la qualité (et donc de ne pas céder à la fast fashion) etc. Bref, merci pour tout, en quelques mois "Tendances de mode" est devenu mon rendez-vous mode préféré et à vrai dire l'un des seuls.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Chère V,
Ton commentaire me touche beaucoup. Cela fait tellement du bien de sentir que l'on va dans la bonne direction. Plus j'avance, plus j'essaie de faire un avec TDM. Des réactions comme la tienne me vont droit au coeur.
Merci :)
RÉPONDRE
anaIl y a 1 an
Entièrement d'accord!
Quand au sucre: je dois admettre que je ne suis pas encore prête à affronter ce problème. Mais il existe.
RÉPONDRE
J'ai du mal à comprendre là... Pourquoi supprimer le sucre ? Quel est le mal dans le fait de craquer et descendre un paquet ? Tu es en bonne santé, tu es mince. Pourquoi avoir besoin de "reprendre le contrôle" ?
Je trouve ça assez paradoxal de pester contre les régimes et en même de vouloir reprendre le contrôle. Tout restriction volontaire est un régime dans ma définition...

Mon message n'est surtout pas un reproche hein, c'est simplement que je ne comprends pas. Pour avoir souffert moi aussi de troubles alimentaires, je sais à quel point le contrôle est attirant.

Sauf qu'il est vain concernant notre corps.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je comprends ton commentaire. Lorsque j'ai écrit l'article je me suis dit "tu critiques les régimes et là ce que tu fais peut ressembler à un régime". Mais en fait non. Pendant des années, j'ai mangé des kilos de sucreries (bonbons, biscuits, chocolat)...
Aujourd'hui, je ne suis plus satisfaite de ce comportement. J'ai l'impression que tous ces trucs sucrés sont une condition à mon bonheur, et cela je ne peux pas l'accepter.
Je n'arrête pas le sucre rapide. Je mangerais toujours des fruits. Et comme je le dis plus haut, je re-cuisinerai sûrement bientôt des gâteaux. Mais là je veux que mon corps se désintoxique et je veux me sentir libre ;)
Après c'est juste mon parcours. Il y a de cela trois mois, j'étais très bien avec mes dragibus et mes Petit Ecolier. Mais plus aujourd'hui, alors j'essaie de trouver des solutions ;)
RÉPONDRE
F2LotusIl y a 1 an

"Mais là je veux que mon corps se désintoxique et je veux me sentir libre ;)"
Exactement Lise, Question de principe ! Même le sucre ne donne que la douceur immédiate, malgré à long terme, ça ne sera pas pareil ! Et c'est aussi bien d'avoir un bon comportement de consommer et d'être responsable de notre santé.
On consomme ce qu'on a envie, c'est aussi bien de se faire plaisir sur le moment, or il est aussi bien de savoir se nourrir correctement. Ou alors il faudra faire face à la diabète, chutes de cheveux, la peau grasse....
RÉPONDRE
D'accord, merci pour ta réponse ;).

Je comprends mieux, tu as envie de manger du sucré par choix et pas parce que ton corps y est addict. J'ai la chance de ne pas être trop trop sucré, mais j'imagine que c'est destabilisant. Et j'ai vu récemment un reportage prouvant l'addiction que provoque le sucre blanc (des rats se tournant plus spontanément vers le sucre que vers la coke, c'est pas très rassurant).

Bonne désintox alors !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci les filles :)
RÉPONDRE
liliIl y a 1 an
Je suis très "salé" donc n'ai pas ce problème avec le sucre, en revanche j'aime beaucoup terminer un repas sur deux bouchées sucrées ou prendre mon café avec un petit chocolat (jamais d'aspartame, je préfère habituer mon palais à moins de sucre en général, mais quand je veux du sucré c'est du "vrai").

C'est bien de vouloir diminuer le sucre mais pour éviter les frustrations ou l'excès de contrôle, je pense qu'il est plus raisonnable de s'autoriser deux petits écoliers plutôt que dix, mais pas de tout supprimer. Après tout la vie est faite de nuance, rien n'est tout noir ou tout blanc.

Je ne dis pas ça pour juger mais je pense que même si le but premier n'est pas de maigrir il faut être vigilant et ne pas tomber dans l'excès. En effet je lisais un article du Monde hier qui parlait du recul de la junk-food aux US et de la prise de conscience des américains sur
les bienfaits d'une nourriture saine, ce qui est une très bonne chose, mais que l'orthorexie (contrôle obsessionnel d'une nourriture jugée "pure") était en train d'augmenter en proportion.
http://www.lemonde.fr/m-gastronomie/article/2015/0...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Pour l'instant, je sais que "deux petits écoliers plutôt que dix" ne me procureraient aucun plaisir. La frustration derrière serait trop grande. Mais dans quelques semaines, pourquoi pas ?
L'idéal, tu as raison, est de pouvoir manger de tout.

Je ne pense plus re-tomber dans un trouble alimentaire. Mais je serai vigilante. L'idée ici n'est pas de retourner en enfer mais bien d'améliorer ma qualité de vie :)

Oui, j'ai lu cet article. En matière de nourriture, c'est compliqué de trouver le juste milieu :/
RÉPONDRE
VanessaIl y a 1 an
J'ai lu récemment différents articles et livres sur la nutrition qui expliquent que les pulsions de sucré seraient dues à un déséquilibre de notre flore intestinale, les mauvaises bactéries nous pousseraient à leur donner à manger ce dont ELLES ont besoin pour se multiplier dans notre organisme à nos dépens. http://www.lanutrition.fr/les-news/les-bacteries-i...

J'ai récemment introduit du kéfir de lait à mon alimentation pour rééquilibrer cette "population" et je constate que mon goût pour le sucre a nettement diminué, les desserts, biscuits et chocolats me paraissent trop sucrés et m'agressent les papilles. En revanche l'addiction psychologique est toujours là et je continue d'acheter des sucreries pour me réconforter ou me récompenser, machinalement, sans vrai plaisir.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est très intéressant ! Comment et quand consommes-tu le kéfir de lait ? N'est-ce pas très amer ?
RÉPONDRE
NatIl y a 1 an
Mmmmh le kéfir. Celui que j'achète est comme du yaourt archi liquide... C'est très bon et très rafraichissant. Comme boisson seule, ou bien le matin dans les céréales
RÉPONDRE
VanessaIl y a 1 an
C'est plutôt acidulé comme du yaourt ou du fromage blanc, j'aime bien en boire un grand verre en guise de petit déj, ou alors, comme le font les russes, un petit verre le soir avant de me coucher
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci les filles ! Je vais tenter :)
RÉPONDRE
NatIl y a 1 an
Et tu apprécieras d'autant plus les sucreries occasionnelles :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Si j'y arrive, je pense en effet que les pâtisseries futures devraient combler mes papilles ;)
RÉPONDRE
Autre continent autre bataille... Ici aux Etats-Unis, c'est haro sur le gras, le diable personnifié... Le marché des produits Low Fat (super riches en sucres, pour compenser!) est gigantesque, il faut voir les rayons des supermarché, c'est effarant. Du coup tout est trop sucré ici, le moindre carton de lait de soja "regular" a un pourcentage de sucre hallucinant. Il faut avoir le réflexe de systématiquement chercher les produits marqués "unsweetned". Pour moi c'est plus pour une question de goût d'ailleurs... Car même si je pense aussi que le sucre est une substance hautement addictive, j'ai toujours fait mienne cette maxime alimentaire "manger de tout mais sans excès". Bon weekend!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je me rappelle effectivement qu'à Vancouver le "Low Fat" avait la cote ;) Làs-bas, je trouvais d'ailleurs tout tellement "bizarre" niveau goût (trop sucré, trop gras) qu'on avait une alimentation très saine, j'achetais très peu de produits transformés. Même les bonbons étaient différents. Ils avaient tous le même goût. Seul le réglisse rouge me plaisait...
http://www.priorityhealth.com.au/productimages/LA1...

"Manger de tout mais sans excès" : la plus sage des maximes. Mais pour cela il faut être très raisonnable, ce qui n'est pas mon cas. J'ai tendance à toujours aller dans les extrêmes...
RÉPONDRE
Ah les Twizzlers... ma petite indulgence quand je passe chez Duane Reade, j'adore :-)
C'est vrai que je n'ai jamais mangé aussi sainement qu'à New York... D'abord parce qu'il est aussi facile ici de se nourrir bio que d'ingurgiter de la junk food à longueur de journée.
(J'ai d'ailleurs écrit un billet à ce sujet)
http://etpourquoipasnewyork.com/healthy-food-or-ju...
Ensuite parce que quand on emménage aux Etats-Unis, on redoute toujours un peu les traditionnels 5 kilos supplémentaires de bienvenue, donc on surveille un peu plus que d'habitude son alimentation. Et enfin parce qu'avec un enfant de 2 ans et demi à la maison, on est particulièrement vigilant sur la qualité des repas qu'on prépare soi-même, et ceux-ci se prennent en général presque exclusivement à la maison :-)
RÉPONDRE
EmmanuelisIl y a 1 an
C'est marrant, j'ai suivi la sortie du bouquin de la journaliste du ELLE qui justement traite de son année sans sucre, et je me suis rendu compte d'une chose : chez nous, pas de sucreries, pas de biscuits, pas de Nutella, pas d'en cas entre les repas. Je n'ai jamais établi de règles, mais me sachant gourmand, j'évitais depuis toujours d'acheter ces tentations...

Bien entendu, un gâteau maison de temps à autre pour agrémenter le petit déjeuner, un dessert au restaurant ou un pain au chocolat bien gras le dimanche matin est toujours un petit plus agréable, que nous ne nous refusons jamais, même si on éprouve pas le besoin d'en consommer tout le temps.

Nous adorons cuisiner, goûter les bons vins et nous testons beaucoup de restaurants, sans jamais nous priver, mais pour autant je réalise qu'au quotidien je ne suis pas esclave du sucre. C'est plutôt les bons fromages notre addiction, que nous nous abstenons de consommer de mars à septembre, histoire de garder la ligne...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Le sucre n'est pas un problème lorsque l'on arrive à le consommer de manière raisonnable comme vous deux ;) Moi j'ai tendance lorsque j'aime quelque chose à ne pas avoir de mesure. Lorsque je fumais, je fumais trop, lorsque je bois, je bois trop... Je n'ai jamais voulu essayer la drogue car je sais que j'aurais été accro très vite :/

Ce que tu m'as dit sur Starbucks a participé à ma décision de manger mieux et d'en finir avec les trucs chimiques ;)
RÉPONDRE
GirlfriendIl y a 1 an
Essaie les amandes grillées sans sel. Un régal. Je suis dans le même combat, et quand je sens que je vais craquer, une poignée d'amandes. Et hachées dans un yaourt nature sans sucre (!) à la canelle, c'est top !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Yaourt/canelle ? Un must :)
Où trouves-tu ce genre d'amande ? Dans les magasins bio ?
RÉPONDRE
GirlfriendIl y a 1 an
Je trouve ça aux halles de Nîmes, 15 euros le kilo. Sans doute un peu loin pour toi ...
RÉPONDRE
emmanorIl y a 1 an
ce qui me stupéfie c'est que si l'on suit tout ce qu'on entend en matière de nutrition, il faut supprimer :
- le gluten
- les produits laitiers
- la viande si possible
- et maintenant le sucre
Mais que reste t'il ?
Pour moi, impossible de supprimer le chocolat, zut, c'est trop bon !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
A la base, je suis comme toi : toutes ces injonctions m'exaspèrent. Mais je pense que c'est l'effet de mode plus que le principe en lui-même qui m'énerve. La vogue du "sans gluten" est dingue. Je comprends que ceux qui y soient intolérants n'en consomment pas, mais les autres ?

Je pense qu'il faut trouver sa propre manière de manger, celle qui nous convient et non celle qui est prescrite ici ou là...
RÉPONDRE
romaneIl y a 1 an
Oh Lise et Emmanor, vous êtes du même avis que moi ;)
Ma cousine est intolérante au gluten, elle n'arrête pas de me dire que ces fameux pseudo-régimes sont une honte... Elle et moi ne comprenons pas pourquoi certaines personnes s'infligent ça par simple effet de mode (parce que c'est rien d'autre bien sûr) : aliments hors de prix, privations, commerces spécialisés inexistants en province...

Pour répondre à ton article chère Lise, moi je fume, je bois (ciel, mes 21 ans !), je vis ma petite vie sans me priver. Je suis à un âge où on aimerait être à la fois une femme (avoir le corps, du moins) mais rester une ado (manière de manger) ! Je ne fais même pas de sport mais j'essaie, en marchant et en allant de temps en temps à la piscine... ;)
J'ai de la chance car je fais un 38 pour 1m80 (le stress aidant, je prends très peu de poids et je stagne beaucoup), avec tout ce que je mange je me demande si je ne suis pas un alien parfois !
Pour moi me priver de sucre est inimaginable, mais je ne mange que très peu de sucres indu, préférant les gâteaux maison, jus de fruits frais et viennoiseries du boulanger aux petits Llu, sodas, bonbons, etc...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Donc tu n'as pas à t'en priver car tu ne manges que du sucre de "qualité" ;)
RÉPONDRE
TwinkleIl y a 1 an
Je suis très en phase avec cet article. Depuis un moment j'essaye de diminuer les sucres rapides, à exceptions des fruits, bien sûr, mais c'est très, très dur.

Je sais que cela est déjà mieux pour mon corps coté santé, car les sucres rapides déséquilibrent le fonctionnement de l'insuline, ce que sur le long terme peut induire des maladies.

Dans mon cas je voudrais aussi maigrir un petit peu et les sucres rapides n'aident pas.

Depuis quelques années que je privilégie les sucres lents d'un coté et m'assure de n'avoir toujours un peu dans chaque repas. Cela aide à maintenir des niveaux équilibrés d'insuline et à se sentir quelque part plus "comblée". Par contre, le besoin de sucres rapides non-sains, souvent clairement des bonbons, est toujours présent. Avec la gestion des sucres lents il est plus facile de résister, mais cela reste néanmoins de la résistance.

Mais c'est aussi vrai que les sucres rapides alimentent des hormones du bien-être comme la sérotonine. Ou au moins procurent une sensation similaire, d'ou la difficulté a se'n passer, surtout sous stress ou dans les moments difficiles.

Récemment j'ai lu un article sur l'importance des graisses, insaturés mais aussi saturés, autant dans notre alimentation comme pour notre plaisir gustatif. Il décrivait comment suite à des études des 50's-60's sur la contribution des graisses à l’obésité, pas assez prouvés, plein de produits low fat sont apparus. Pour maintenir le gout donné principalement par les graisses, ces produits contiennent plein de sucres cachés. Nous avons donc substitué les graisses par plus de sucres, et le résultat est que les problèmes de santé dérivés en principe de la consommation de graisses, surtout saturés, n'ont pas disparu mais augmenté. En plus paradoxalement, en France, ou la consommation de graisses saturés (pâté, beurre, crème, fromages) est plutôt haute, les maladies du cœur sont plus bases que dans des pays a moins forte consommation.
.... tout ça pour te/vous dire que je vais essayer d'égayer le gout de mes repas en permettant plus de graisses dans mon assiette pour tester si cela diminue mon envie de sucre pur.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Dé-diaboliser les graisses me semble primordial. Depuis que je m'amuse avec différentes huiles, salades et poissons sont réellement plus savoureux et cela ne joue pas sur la ligne.

Je ne peux qu'approuver le fait de manger des sucres lents à chaque repas. Il est plus facile de gérer une pulsion sucrée si l'on a bien mangé au repas précédent. Avec du riz ou des pâtes complètes, l'envie de sucre à 16h se fait en effet beaucoup plus gérable :)
RÉPONDRE
MargotIl y a 1 an
Bonjour Lise,
si je peux me permettre un conseil, tu peux essayer de remplacer les Haribo et autres gourmandises du même type par les amandes, noix, noisettes... et fruits secs: abricots, raisins, figues... Je suis pour ma part accro aux cramberries séchées, qui sont délicieuses et remplacent à merveille les dragibus! C'est sucré et le format est idéal pour ces petits grignotages solitaires ou en famille (je n'ai pas d'enfant moi-même, mais ma nièce de 5ans adore). Je ne conçois pas de regarder un film sans un petit bol de ces merveilles. Evidemment, cela ne règle pas le véritable problème qu'est la compulsion, c'est comme pour tout, il ne faut pas en abuser, mais c'est déjà nettement mieux que les gourmandises industrielles. J'en remplis des bocaux en verre que j'aligne sur les étagères de la cuisine: non seulement c'est bon, mais en plus c'est joli et ça donne envie. Le visuel a aussi une part très importante dans la gourmandise.

Je ne commente pas très souvent, bien que je consulte TDM chaque jour. J'en profite pour te remercier pour ton travail, qui est ma référence en matière de mode, bien que j'avoue préférer légèrement ces parenthèses plus personnelles que tu nous livres avec pudeur et franchise. :)

Des bises,
Margot
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Margot, ton commentaire m'a poussé ce matin à aller faire le plein à la biocoop du coin en amandes émondées, noisettes et graines de courges ;)

La mode pour la semaine et les trucs plus persos pour le week-end = le bon mix, non ? ;)
RÉPONDRE
jickyIl y a 1 an
d'autant que l'addiction à ces saloperies (vu la quantité de machins cancérigène qu'il y a là dedans), je ne comprends pas... Au delà du sucre, la chimiquerie des machins me fait fuir... Comme Maryse, je préfère amandes et noisettes!!! et c'est plein de vitamines et autres éléments bons pour la santé! Les bonbons et sucreries purs, c'est un peu avaler du "rien" de ce point de vue là...
RÉPONDRE
AnneIl y a 1 an
J'adhère complètement! Accro au sucre, j'ai modifié il y a presque un an mon petit déjeuner (à bases de céréales) pour passer à un repas sans sucre, et mon appétence pour le sucre a vraiment chuté. Ce qui ne m'empêche pas de consommer du chocolat tous les jours, et des gateaux de temps en temps. Et quand je consomme trop de sucre, après j'ai mal à la tête, je sens bien les effets pervers de cette drogue!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Ce fameux mal de tête post craquage... Je pense même que parfois cela me déclenche de vraies migraines :/

De quoi est composé ton nouveau petit déj ? :)
RÉPONDRE
AnneIl y a 1 an
Des légumineuses (lentilles, quinoa, etc... au choix), des légumes à volonté (crus ou cuits selon mes envies, ratatouille, épinards, avocat par exemple), du jambon ou poisson, souvent du fromage (je reste gourmande), parfois des oeufs, et du thé.
Je n'ai plus la dalle à 11h et tiens très bien jusqu'au déjeuner depuis. Et j'ai moins envie de me jeter sur du sucre. Mon mari avait commencé avant moi, c'est lui qui m'a dit d'essayer. Lui, il prend même un avocat pour le goûter.
Et pour autant, je ne me prive ni de desserts, ni de chocolat, mais comme j'en ai moins envie, je réduis les doses.
RÉPONDRE
AnneIl y a 1 an
Ah, et accessoirement, mon indice de masse graisseuse a bien diminué, mais ce n'est pas l'essentiel.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Lentilles et ratatouille au petit dèj ? Ah oui, quand même ! Cela n'a pas été trop dur de t'habituer à ce nouveau mode alimentaire ?
RÉPONDRE
AnneIl y a 1 an
Ca me semblait carrément impossible, tu veux dire!
Mais je savais qu'en voyage, j'aimais les petits déjeuners complets, alors j'ai tenté, et au bout d'une semaine je m'y étais complètement faite.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est vrai qu'en voyage, je suis très attirée par le buffet salé du petit déjeuner. Il y a donc sûrement une piste à explorer ;)
RÉPONDRE
jickyIl y a 1 an
suis entièrement d'accord!! (cf supra sur le coup du yaourt nature, dont l'accoutumance m'a dégoûtée à vie du sucre pur)
RÉPONDRE
GabrielleIl y a 1 an
Ton analyse est très intéressante, je comprends que tu souhaites te "désintoxiquer" dans la mesure où ton rapport aux aliments sucrés est assez compulsif.

En revanche j’espère que tu pourras rapidement réintroduire les desserts (autres que les fruits !) : je trouve dommage comme beaucoup de diaboliser certains aliments et de s’interdire d’en manger. Les gâteaux maison et ceux provenant de très bon pâtissiers (nombreux dans ton quartier), préparés à partir d’ingrédients de qualité, sont quand même un des grands plaisir gourmands de la vie. Comme en plus ils exigent une démarche particulière (cuisiner, aller dans la pâtisserie ou la chocolaterie convoitée), on en mange moins, ou en tout cas moins souvent.

En revanche, pour ce qui est des bonbons et des gâteaux industriels, pas de regrets. Je trouve d’ailleurs que le goût s’éduque : à force de manger des gâteaux et du chocolat de qualité, je n’ai plus de plaisir à manger les cochonneries industrielles.
RÉPONDRE
TwinkleIl y a 1 an
Tout à fait d'accord avec la dernière phrase: privilégier la qualité a un vrai impact sur l'envie des équivalents industriels. Et si jamais on craque pour ces derniers, on est vite déçu.
Par contre pour moi le chocolat noir, les fruits secs, les biscuits ou les gâteaux de qualité ou maison aident à gérer l'envie mais ne substituent pas aux bonbons, guimauves et autres friandises faites de sucre pur. Bien sur c'est 100% perso.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je suis entièrement d'accord avec toi. L'idée n'est pas de supprimer le sucre de mon alimentation mais d'en finir avec ces bonbons/biscuits que j'ai besoin de manger de grande quantité pour être satisfaite.
Je n'ai absolument pas envie d'arrêter d'aller chez Gérard Mulot ou de faire des gâteaux ;)
RÉPONDRE
Lost in LanewaysIl y a 1 an
Premier commentaire, il me semble, alors que je lis ton site/blog depuis longtemps. Je te conseille vivement le documentaire "Fed Up" sur (entre autre) l'industrie du sucre aux Etats-Unis. Certes, c'est bien pire qu'en Europe, mais cela fait beaucoup réfléchir à sa consommation de sucre. Il y est question, comme mentionné plus haut, des souris de labo qui sont plus accro au sucre qu'à la cocaïne.
Moi, j'ai le même combat que toi, impossible de m'arrêter après un biscuit ou un carré de chocolat, rien n'est trop sucré pour moi. J'aimerais vraiment réduire ma consommation de sucre (ce que j'avais fait un temps après avoir vu Fed Up), mais je craque trop facilement...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je vais regarder ce documentaire !

Je pense que pour arrêter le sucre industriel, il faut être dans une période de vie non stressante.

Période d'examens, de challenges pro ou situation perso compliquée sont des moments où l'on a besoin de réconfort. Cela ne sert à rien de rajouter de la difficulté en se privant de réconforts sucrés.

Par contre, pourquoi ne pas profiter d'une période de vacances ou d'un moment où tout va bien pour tenter de réduire un peu le rythme niveau sucreries ?

Bon courage, je t'embrasse :)
RÉPONDRE
camilleIl y a 1 an
Lise ne te sens pas trop coupable : de plus en plus d'études poitent du doigt les effets des sucres raffinés sur le cerveau. On commence à l'accuser d'agir comme une drogue, je ne serais pas étonnée que dans quelques dizaines d'années un scandale pareil à celui de la cigarette éclate à propos du sucre dans l'alimentation.
D'autre part, le fructose est lui aussi en ligne de mire, mais c'est uniquement à très hautes concentrations (les fameux sirops de fructose qu'on retrouve... Partout !), consommer des fruits ne peut pas te faire de mal de ce côté là ;-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Tu as raison : je pense que dans quelques années bon nombre de scandales alimentaires vont éclater. Notamment sur l'aspartame...

Merci pour cette précision : je vais regarder mes pommes avec moins d'appréhension ;)
RÉPONDRE
AnneIl y a 1 an
Bonjour Lise,

Je n'ai pas vraiment ce problème, je ne suis pas trop bec sucré...

Mais le sucre (comme le sel (comme le gras)) peut être réconfortant par plusieurs aspects. D'abord, comme tu l'as analysé, psychologiquement : c'est sont côté madeleine de Proust. Mais aussi physiquement : c'est terriblement addictif. Une foule d'études le montrent, il n'y a pas de débat possible, le sucre peut être addictif.

Mais la bonne nouvelle, c'est qu'on peut s'en débarrasser ! Je ne parle pas de se débarrasser de la notion de plaisir dans la vie, mais de ce dont tu essaies de te débarrasser comme tu l'as si bien expliqué : de la notion d'esclavage au sucre, comme s'il était une condition à une jouissance complète de l'instant, exactement comme la cigarette du matin pour certains (voire comme le joint avant l'amour de Annie Hall, dans le film de Woody Allen).

Si tu es plutôt sucré acidulé (les fameuses bandelettes saupoudrées de sucre acide !), presse une orange fraîche avec d'autres agrumes comme le citron si vraiment l'acide, c'est ton truc et bois-là dans un joli verre à long drink avec des glaçons qui s'entrechoquent, sur ton balcon par exemple ! Ou bien mixe des framboises, des myrtilles ou n'importe quel fruit rouge, fais réduire à feu doux, laisse refroidir et verse sur un yaourt nature ! Ajoute du sucre au départ si c'est trop dur. Mon meilleur palliatif à ce sucré acidulé, c'est de couper des lamelles de pommes et les faire sécher dans un dessiccateur si tu en as un ou au four, sur du papier sulfurisé, à thermostat très bas et très longtemps...

Si tu es plutôt sucré chocolaté, vanillé, biscuité... Alors prépare-toi des petits ramequins d'amandes, de noisettes, de noix de macadamia, toujours mondées, c'est bien meilleur, et saupoudre tes yaourts nature de vanille en poudre ou râpe du chocolat noir dessus (le corps ne sait pas comment stocker le beurre de cacao, bien qu'il soit saturé, dans les adipocytes, il ne comprend pas très bien ce que c'est et expulse tout !)

Ces palliatifs de sevrage, il faut s'en faire des moments privilégiés pour rééduquer le palais au goût "normal" du sucre (rien dans la nature n'est aussi sucré qu'un Kinder Maxi, quand on y pense).

Moi qui ne suis pas bec sucré mais adorais quand même un peu le sucré acidulé, ça m'a bien aidée ! Je ne suis pas médecin ni diététicienne, mais c'est du bon sens glané par ci par là qui m'a aidée !

Et le fructose naturel ne fait pas spécialement grossir. La dose fait le poison. Naturellement présent dans le fruit et doublé de toutes ses vertus : vitamines, flavonoïdes, fibres, on ne risque ni addiction ni prise de poids. Je suis d'origine asiatique, j'ai passé les deux premières années de ma vie dans un orphelinat à manger du riz, des légumes et des fruits pour l'essentiel et je fais du 34 (aucune apologie de la minceur ici, j'ai une petite ossature qui aide, simplement j'affirme que les fruits n'ont jamais fait grossir personne là où j'ai grandi au départ et j'en ai marre de cette désinformation qui veut que les fruits et les sucres lents fassent grossir, c'est une insulte au tiers-monde).

En espérant que ça puisse te rendre service et que tu parviennes à ce que tu veux !

Anne
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Oh la la la, Anne ! Que de bons conseils !

On est toutes deux des fans de sucré acidulé ;)

Je ne rajoute jamais de sucre dans mes desserts, je crois donc pouvoir apprécier à 100% ton mix de fruits rouges cuits à feux doux. Et je vais tenter les pommes séchées, cela à l'air totalement délicieux (et se sera rigolo à faire avec Charles).

Je ne savais pas pour le beurre de cacao ! Merci ;)

On est totalement d'accord en ce qui concerne fruits et sucres lents :)

Merci pour ton commentaire très instructif !
RÉPONDRE
sueIl y a 1 an
Le fait de vider un paquet de bonbons, finir une tablette de chocolat ou une boite de gâteux, n'est pas vraiment lié à une dépendance au sucre. En cas de dépendance, en prendre juste un peu suffirait pour soulager ton besoin immédiat en sucre.

Ce dont tu parles Coco c'est plutôt d'un comportement obsessionnel et compulsif, qui te pousse à manger des sucreries tant qu'il y en a et donc à finir ce qui te passe sous la main. Cet excès de friandises dont tu fait état n'est pas le problème mais plutôt le résultat.

Du coup je ne suis pas certaine que cette détox dont tu parles soit vraiment la solution au problème puisque ta compulsion risque de se reporter sur autre chose. (je parle en connaissance de cause, nous sommes très nombreux à avoir ces troubles du comportement qui proviennent du stress et angoisses souvent inconscients).
RÉPONDRE
TwinkleIl y a 1 an
Je pense que tu pointes là une des principales causes du rapport addictif au sucre. Cela ensemble avec l'excitation/simulation des hormones du bonheur type sérotonine en fait une bombe... très apettisante ;-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Tu as sûrement raison. Je pense qu'il faut que je travaille sur les deux tableaux : rééducation alimentaire et causes psy ;)
RÉPONDRE
AnneIl y a 1 an
Je n'ai pas lu tous les commentaires mais beaucoup sont touchants et intéressants (tu n'es pas seule !) et je rejoins Margot et Gabrielle... Privilégier l'appétence, c'est efficace !

Quand tu pourras envisager de remanger des desserts, pâtisseries et autres confiseries sans te sentir frustrée, tu verras qu'en privilégiant la qualité tu te limiteras spontanément parce que tu seras dans la saveur et non plus dans l'automatisme. Ayant plutôt eu ce souci avec un pot de rillettes (glamour !), je mange finalement le fromage et la charcuterie en les dégustant comme des aliments exceptionnels... Ce qu'ils sont, d'un point de vue gastronomique, après tout ! Ça ne viendrait à l'idée de personne de manger du foie gras en dehors d'un moment d'exception ou tout au moins, sans en faire un moment d'exception.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
"Ça ne viendrait à l'idée de personne de manger du foie gras en dehors d'un moment d'exception ou tout au moins, sans en faire un moment d'exception."
C'est très vrai. Je pense que l'un des problèmes vient du fait qu'aujourd'hui tout est accessible trop facilement... On n'a plus besoin de savoir cuisiner pour manger des cookies :/
Mon grand-père me racontait que petit, il ne consommait pas de sucre au quotidien. Les desserts (faits maison) étaient synonymes d'occasions spéciales. Tout cela avait un sens.
RÉPONDRE
GaranceIl y a 1 an
Le fait que le sucre soit une substance addictive a été apparemment prouvée... Mais bon, je m'interroge quand même : comment se fait-il que certaines personnes dont je fais partie ne soient absolument pas attirées par le sucre ? Je n'aime ni les fraises Tagada, ni les bonbons Haribo... Seul le chocolat peut avoir cet effet tentateur sur moi, et encore. En revanche, il ne faut pas me mettre devant un pot d'olives, ou de Tarama... J'ai tendance à les gober. Je serais très curieuse de savoir si des études scientifiques sérieuses ont été faites par rapport à ces différences d'attirance.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Certains doivent être plus sensibles au sucre que d'autres... Mais c'est vrai que ce serait très intéressant d'en savoir un peu plus sur le sujet !
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 1 an
Il ne faut rien supprimer dans l'alimentation, le tout c'est d'apprendre à se limiter, c'est dur mais avec le temps tout est faisable. J'avais une addiction de malade pour le pain, je l'ai carrément supprimé au départ, puis j'ai repris peu à peu et maintenant j'en mange de temps en temps et pas plus. C'était un vrai cauchemar au début mais l'estomac et le cerveau ça se "dresse" plus facilement qu'on ne le croit. Bref, pour résumer n'arrête pas les sucreries pour de bon Lise, la privation à long terme ça rend dingue (crois moi!), il faut bien des petits plaisirs dans la vie!!le sucre n'est pas un poison, les graisses non plus, il faut que les magazines se calment avec leur detox à deux balles et leur cures anti machin chose! Réapprenons à manger et bougeons nous c'est TOUT!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Réapprendre à manger : OUI ! C'est pourquoi j'ai envie d'en finir avec les sucres industriels ;)
RÉPONDRE
AmelstosIl y a 1 an
Je n'ai pas non plus connu les bonbons et Nutella enfant et pourtant ça n'est jamais venu. Chez nous il y a des haribots mais personne ne les mange. En revanche j'adore la patisserie (la faire et la manger) et le chocolat. Depuis que je suis enceinte, on me demande de faire attention au sucre puisqu'il semblerait que ça soit "l'aliment" qui fasse le plus de dégât pendant la grossesse, et qui n'apporte rien. Je suis donc ultra frustrée de chocolat ! Bon courage dans ta désintoxication, mais on y arrive.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Bon courage à toi !
RÉPONDRE
FrancoiseIl y a 1 an
Quel article interessant Lise. J'ai arrete de manger des sucres rapides il y a un an. Je mange principalement VEGAN 60% raw, beaucoup de fruits, legumes, oleagineux, etc. Je n'ai aucun "craving" pour le sucre, car mon alimentation est tres "nutritionnelle". Literally a miracle. J'ai beaucoup moins faim qu'avant. Je ne sais si ce feedback peut etre utile, mais je me demande si le craving pour le sucre represente une petite imbalance alimentaire? Je ne probablement pas de quoi je parle. Quand j'etais anorexique (pendant 18 ans) je mangeais beaucoup de bonbons. Not sure what is the relationship between starving oneself and eating a high volume of candies! Weird! Je te lis tous les jours. Tu es un ange. Bises.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Il est certain que de ne pas manger suffisamment accentue les pulsions de grignotages. Cette semaine, j'ai fait de bon repas maison et cela m'a vraiment aidé à ne pas craquer.

Tu a l'air d'avoir trouver ton équilibre alimentaire : je t'admire !

Tu es adorable, je t'embrasse :)
RÉPONDRE
JulytoseptemberIl y a 1 an
Addiction au sucre et au tabac ça m'a l'air d'être un peu la même chose ici, en tous cas tel que moi je me représente mon addiction à la clope. Mais si tu as réussi à arrêter l'un (ce qui me semble insurmontable et pour l'instant je n'en ai pas très vie, tu devrais réussir à arrêter l'autre!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Cela ne sert à rien d'essayer d'arrêter si tu n'en ressens pas une envie forte. Il y a trois mois, je n'aurais jamais voulu arrêter les sucreries, aujourd'hui cela me semble être une évidence... Ce que je veux dire, c'est qu'il faut profiter du déclic lorsque l'on l'a sinon c'est quasi perdu d'avance ;/
RÉPONDRE
maremeIl y a 1 an
j'ai arrêté le sucre blanc il y a environ 6 ans. Le reste est venu petit à petit: d'abord plus de farine blanche (farine, complète, boulgour, quinoa..il y a tellement d'alternatives), puis des habitudes saines: miel, gingembre , citron en infusion au réveil, baies de goji , amandes, noix à la pause de 10 heures, moins de café dans la journée, un max de fruits/légumes, exit les plats préparés ... et je pense que je vais passer au vegan dans les deux ans à venir, car je ne cesse d'améliorer mes habitudes.
un paquet de biscuit peut maintenant rester 1 mois dans le placard, sans que je sois tentée (j'en achète pour mes neveux/nièces , au cas où j'aurais une envie subite un dimanche soir ou pour les visiteurs...).
Je mange par contre du chocolat tous les jours, mais le plus "brut" possible (ce que je préfère , cela tombe bien...).
J'ai arrêté le lait il y a trois mois, et je m'y fait très bien: les yaourts au lait de soja sont très bons. Je m'offre un fromage une fois dans le mois, la moitié finit à la poubelle...
J'ai freiné ma consommation de viande, sans même y penser, et je suis retournée vers les poissons gras (ceux que je ne mangeais plus depuis l'enfance) et je commence à cuisiner le tofu .
J'ai l'impression que la seule fois où je me suis" forcée à" , c'est quand j'ai arrêté le sucre. Pour tout le reste, ça a été vraiment naturel.Le fait d'avoir passé un cap avec le sucre et de réaliser que ce n'et pas compliqué, m'a permis de moins appréhender les changements de régimes alimentaires.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Ton palais me semble ultra bien éduqué : aimer le chocolat le plus brut possible, ne pas consommer de plats préparés... Chapeau !

Combien de temps as-tu mis pour réussir à ne plus avoir envie d'aliments à base de sucre blanc ?
RÉPONDRE
maremeIl y a 1 an
J'avais commencé par remplacer le sucre blanc par du sucre roux et du miel. Puis j'ai supprimé le sucre roux. J'ai trouvé des snacks de substitution (fruits secs, gressin, légumes croquants, je me préparais des boites de mélanges de noix/fruits secs/deux carrés de choco chaque jour: si j'avais une envie de sucre, je piochais dedans) donc cela s'est fait assez rapidement, en quelques mois je dirais.
RÉPONDRE
Svs au LuxbgIl y a 1 an
Chère Lise,

J'étais en proie à ce même problème avec les sucreries ( les skeetles miam !).
Il y a 4 semaines, sur les conseils d'une amie, j'ai fait une séance d'auriculotherapie chez un médecin généraliste pour me désintoxiquer du sucre. Il a "gelé" certains points sur mes oreilles et le résultat est bluffant. Je n'ai absolument plus du tout envie de sucré, mais alors plus du tout. Au début j'avais le réflexe d'aller vers le placard à bonbons mais une fois la porte ouverte, cela ne me disait plus rien.
J'ai tout de même accepté un petit oeuf en chocolat noir à Pâques, et vraiment il n'avait pas " le même goût ". D'ailleurs je ne l'ai pas terminé, l'envie n'y est plus.
Toutefois je continue à éprouver du plaisir à déguster un fruit pour le goûter, mais pour toutes les " cochonneries " c'est bel et bien terminé ( je ne sais pas quelle sera la durée de l'effet de cette séance d'auriculo-therapie mais en tous cas " le réflexe " a disparu).
C'est une technique qui vient de France ( elle est particulièrement recommandée pour les addictions) et le médecin generaliste qui l'a pratiquée sur moi l'a étudiée à Paris. http://auriculo-scientifique.canal-medecine.com/CM...
C'est peut-être une piste... ;-) Bonne continuation à toi,
Ps: j'ai laissé tomber le sucre mais je reste accroc à TDM ! ( une vraie petite douceur qui fait beaucoup de bien)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Une très bonne piste ! Ce traitement a l'air ultra efficace ! Je vais me renseigner, merci :)

Ps : tu es un amour ;)
RÉPONDRE
LéaIl y a 1 an
La vie est trop courte pour dire non au sucre, celui qui fait vraiment plaisir ! J’ai été accro aux cochonneries industrielles que l’on mange « pour avoir sa dose », en finissant écoeurée de leur goût et de soi-même. Je m’en suis complètement sevrée, à l’exception de quelques très rares produits bien précis, que je sais réellement satisfaisants pour mes papilles et que je ne mange plus qu’exceptionnellement. Je consomme toujours autant de sucre (rien à faire, moins me frustre), mais sous forme de pâtisseries maison, même en semaine, et le we de confitures home-made également. J’aime préparer ces douceurs, les partager et bien sûr les manger, leur saveur est juste incomparable. Parfois, des viennoiseries ou gâteaux d’un excellent boulanger-pâtissier aussi. Le reste ne me fait même plus envie, très sincèrement. Dans mon cas, il est incontestable que le sucre me fait du bien physiquement et mentalement, toujours à la condition qu’il me donne la sensation d’aimer la vie et pas de la fuir !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
On est totalement d'accord : l'idée n'est pas de se priver de sucre mais d'en finir avec les sucreries industrielles.

" Dans mon cas, il est incontestable que le sucre me fait du bien physiquement et mentalement, toujours à la condition qu’il me donne la sensation d’aimer la vie et pas de la fuir !" J'aimerais beaucoup en arriver à cette conclusion :)
RÉPONDRE
WilliamIl y a 1 an
J'avais réussi à stopper les paquets de gâteaux type industriel (Petit écolier etc.), je m'autorisais en revanche bonbons et glaces. Question de poids, je peux aisément me faire plaisir... Il y a ma morphologie et le fait d'être nerveux et que j'élimine vite. Donc pâtes, riz et sucreries en tout genres ne me font pas de mal, de ce coté là. D'un autre coté en revanche, c'est différent... Je ne sais pas me stopper et je finis également le paquet et alors là bonjour la mauvaise digestion, le mauvais sommeil et donc la fatigue, le stress et la mauvaise mine.
Même topo pendant l'enfance... Très peu de sucreries dans les placards. Un paquet de bonbons ou une tablette de chocolat de temps en temps, ou des bacs de glaces en été... Mais tout ça restait exceptionnel et puis famille nombreuse donc on partageait. Maintenant je craque bien trop souvent et le fait de vivre seul fait que le paquet ne fini que dans un seul ventre.
Je reprend petit à petit l'idée de préférer un "petit" gâteau provenant de la pâtisserie plutôt qu'un paquet de biscuits industriels entier. Les bonbons, ca dépend des périodes... mais si j'ai envie, je craque. Les glaces l'été, il peut m'arriver de prendre des bacs ou des esquimaux mais je préfère me la jouer "grand testeur de parfum" et donc tester toutes les propositions des quelques glaciers du coin.
Donc en conclusion : Le sucre c'est bon mais en abuser, c'est comme bien des choses... Ca craint ! :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Et est-ce que tu cuisines, un peu ? Toi qui aimes tant les saveurs sucrées, je suis certaine que tu ferais de merveilleux gâteaux !
RÉPONDRE
WilliamIl y a 1 an
Autant mes deux sœurs ont hérité du goût pour la cuisine de mon papa (et de sa patience, dans ce domaine), autant moi... Je "cuisine" qu'aux heures habituelles où la faim se fait ressentir, et là mieux vaut que ca aille vite (d'ici à ce que je venais à mourir de faim). ;)
Après, de temps en temps ca me prend et je teste... Il y a un petit moment déjà, on avait "discuté" boulgour sur TDM... Après un passage en boutique bio et quelques recherches sur internet, je me suis lancé dans un rizotto de boulgour au gorgonzola. Et bien ce n'était pas succulent mais c'était loin d'être mauvais et j'étais content de moi. eheh
RÉPONDRE
RamonaIl y a 1 an
Bonjour Lise, premier commentaire, mais j'avoue que je me suis, comme tant d'autres, totalement retrouvée dans ton récit. Surtout dans cette incapacité à reposer le paquet de biscuits ou le pot de nutella alors même que la première sensation, la plus savoureuse, est déjà passée. Pourquoi continuer alors? La fatigue, l'envie de réconfort, le goût bien sûr sont autant de mécanismes qui m'amènent à tomber dans l'excès. Je ne cherche pas à supprimer le sucre de ma vie, juste d'en avoir une consommation plus raisonnée. Mais c'est difficile. La seule solution qui ait fait ses preuves pour moi, c'est de tenter de retrouver ce qu'on pourrait appeler la vraie saveur du sucre. Il y a un an, au vu de ma consommation devenue excessive, j'ai décidé de me passer de sucres rapides pendant 3 semaines. Première semaine relativement dure et puis petit à petit, le sentiment de punition totale est passée. Quand j'ai réintégré les douceurs, je me suis rendue compte que beaucoup des choses que j'ingérais sans réfléchir (pour le seul flash) étaient réellement trop sucrées et que je ne les trouvais au final pas si satisfaisantes que ça. Après, le fait même qu'il y ait besoin d'un sevrage montre bien le côté addictif de la chose. J'en profite pour te dire que j'aimais beaucoup ton site et que j'ai hâte de découvrir la nouvelle version.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci pour ton témoignage. Il me parle beaucoup. Je crois effectivement qu'une période de "sevrage" est nécessaire afin de rééduquer le goût. Je suis heureuse que tu aies réussi à établir avec le sucré une relation qui te satisfasse :)

Ah, cette nouvelle version... Je pense que ce sera ok pour la semaine prochaine ! On croise les doigts ;)
RÉPONDRE
rorococoeugvicIl y a 1 an
Bonjour,
Au delà du sucre et de son addiction ... il y a peut être aussi le geste du grignotage (comme pour le geste de fumer en plus du tabac) ...
Donc pensez à essayer les fruits secs comme les amandes et/ou noisettes en vrac : ça permet de puiser dans un sac ou une boite comme des bonbons ... mais c'en est pas et c'est sain et bon en plus !
Courage !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Cette semaine, j'ai essayé de tricoter devant notre série du soir. Bon, ce n'est pas ultra sexy mais cela m'a vraiment empêché d'avoir envie de grignoter ;)
RÉPONDRE
MarieIl y a 1 an
Petite astuce qui marche super bien pour moi : les dattes (medjool en particulier !). Depuis que je n'achète plus de produits transformés, donc plus de chocolat, gâteaux, bonbons, c'est devenu mon petit plaisir. Quand je ressens le besoin d'une note sucrée, j'en mange une et ce petit shoot de glucose suffit largemenet à satisfaire mon envie ! C'est relativement calorique (environ 60kcal pour une grosse datte), mais comme je trouve le goût très fort j'ai rarement envie d'en manger plusieurs :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je ressens la même chose avec les figues sèches ;)
RÉPONDRE
Je suis adepte du même style de "craving" et j'essaie aussi de m'en défaire : http://theeverydayfrenchgirl.tumblr.com/post/11208...
Les sucres rapides provoquent sur le cerveau les mêmes effets que la cocaïne, c'est pour ça qu' il est si difficile de s'en défaire. Bonne chance et courage ! Je te comprends complètement !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
J'ai beaucoup aimé ton article. Où en es-tu actuellement ?
RÉPONDRE
Oh merci beaucoup ! Sachant combien j'aime te lire, ça me touche beaucoup !
Mon endocrino a tiré le bilan de mes analyses : elle a changé ma pilule, et a diminué les quantités de féculents (80g au lieu de 100) midi et soir, en revanche, j'ai droit aux protéines aux deux repas (au lieu d'un seul). Elle m'autorise même du fromage (30g) le soir et un goûter (les autres détails de mon alimentation n'ont pas changé).
Je suis rassasiée (ce qui est bien), mais toujours frustrée de ne pas pouvoir manger ce que j'aime (junk food, sucres rapides, apéros...), et ça me manque, le vendredi soir. Ma silhouette n'a pas bougé. Ce rééquilibrage n'a qu' un mois, mais ma grand-mère mange ainsi depuis trente ans et le sucre lui manque toujours... pas rassurant.
Alors, autant qu' à toi qu' à moi, je nous souhaite plein de courage !
RÉPONDRE
LaurenceIl y a 1 an
Comme c'est à la fois étrange et si réconfortant de lire les lignes que je n'arrive à écrire concernant mon réconfort plaisir ennemie ..... le chocolat ou tout biscuit chocolaté.J'ai beau faire des cures de magnésium ...il reste là et comme toi pas deux carreaux non la tablette et donc Hepatum par dessus.
Toi qui as déjà stoppé la cigarette le mental est il suffisant ?
Merci pour ce blog biiiiiiiiiiiiiz
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je pense que le mental aide vraiment lorsque après avoir tout "bien fait" - manger des sucres lents, des acides gras etc - tu as encore envie de "mauvais sucres". A ce moment là, la volonté fait la différence.
Pour tenir, je me suis fixée des récompenses. Si au bout de 15 jours, je n'ai pas craqué, je m'offre un super massage ;) Ca aide pas mal !

Merci à toi :)
RÉPONDRE
Je pratique aussi le système des récompenses... quand j'ai fait une tâche ménagère particulièrement ingrate, je me prépare un excellent thé (réservé aux grandes occasions habituellement, comme le First flush), je me fais couler un bain, je mets des bougies parfumées et je me bichonne encore plus que d'habitude.
RÉPONDRE
SamIl y a 1 an
Quant à moi, je mange quand je m'ennuie donc je mange n’importe quoi sans avoir faim, juste pour avoir une activité. J'ai l'impression que c'est pire que ton addiction au sucre, d'ailleurs les bonbons ne me disent rien en ce moment, va savoir.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
D'où la nécessité dans ton cas de te trouver des activités pour les moments d'ennui ;) Tricot ? Dessin ? Jogging ? Ecriture ? Je suis certaine que tu vas trouver !
RÉPONDRE
NaomiIl y a 1 an
Je croyais adorer le sucre... Mais en fait, quand je lis ton article, Lise, je me rends compte à quel point je suis modérée vis-à-vis du sucre dans mon alimentation !
C'est vrai, je ne connais pas les descentes de paquets de bonbons ou de gâteaux industriels. Je n'en achète pas (ou peu, ou alors pour mon copain qui lui mange un paquet de Pims par soir...), mais je ne suis pas frustrée pour autant. Parfois au supermarché, je passe dix minutes au rayon du chocolat à me demander si je vais prendre cette tablette de chocolat blanc (ce qui dénote une certaine envie...), mais je craque rarement (c'est donc qu'au fond, je n'en ai pas vraiment envie), et surtout, elle ne me manque pas et ne m'obsède pas lorsque je suis rentrée chez moi.
De temps en temps je m'offre un éclair chez L'Eclair de Génie (hors de prix mais délicieux, avec mon amoureux on adore ceux au praliné ou ceux au fruit de la passion et au chocolat) ou une meringue chez le boulanger ; évidemment il m'arrive de grignoter un biscuit industriel ou du chocolat, je crois même que je mange du chocolat presque tous les jours ! Mais en quantité très raisonnable, quand j'y pense...
Je suis très fière de moi, car ça n'a pas toujours été le cas. J'ai dit adieu à mes compulsions le jour où j'ai dit adieu à un idéal inatteignable et où j'ai accepté mon corps comme le cadeau qu'il est (oui ça fait totalement weirdo de dire ça... mais c'est vrai !!).
:)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je crois que tu as trouvé une clef pour vraiment t'apaiser : "accepter mon corps comme le cadeau qu'il est". On oublie trop souvent à quel point avoir un corps en bonne santé est une chance inestimable. L'accepter tel qu'il est permet par ailleurs d'accéder à une véritable paix intérieur ;)
Good job !
RÉPONDRE
AnnaIl y a 1 an
Ah c'est dur de se passer du sucre quand il fait partie intégrale du bonheur!
J'ai tenté de me passer totalement de sucre dans le cadre d'un régime Montignac (très efficace, cela dit!) et j'ai senti le manque (avec des vrais effets de "turkey" comme chez les toxicos: fatigue, mauvaise humeur...) et puis au bout de quatre jour c'est passé.
J'ai remarqué que moins on mange de sucre, plus on est comblé quand on en mange. Quand j'ai recommencé à en consommer, il me suffisait de manger une praline pour me sentir comblée en sucre alors qu'auparavant je devais en manger dix.
Mon autre astuce: se trouver un autre délice tout aussi réconfortant. Par exemple, des myrtilles: elles sont sucrées, elles ont la forme et la texture de quelque confiserie...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est vrai qu'hier j'ai apprécié comme rarement une tarte aux fines herbes et fromage de chèvre.... Comme si mes papilles étaient moins anesthésiées. A suivre donc ;)

Les myrtilles ! Cela me rappelle mon enfance où, lors de vacances dans le massif central, nous partions récolter des myrtilles sauvages sur le flanc du mont Lozère... C'était un tel délice ;) Cela me donne envie de m'en offrir une barquette !
RÉPONDRE
happy-pillzIl y a 1 an
Bravo lise.
Ce n'est pas facile. Je suis passée par là aussi. On devient accro au sucre, mais on peut aussi s'en detoxifier.
Ca fait des mois que je n'utilise plus de sucre blanc dans mes patisseries/smoothies/chocolats chaud/etc. J'ai remplacé ca par du miel, sirop d'agave ou du sucre présent naturellement dans les fruits.
Adieu chocolats industriel (je me fais mon chocolat maison ou achete du choco a 80%). Adieu bonbons et haribou. Ca ne me manque vraiment plus car mon corps s'est habitué.
Maintenant, mon nouveau combat c'est les produits industriels gras:chips, crackers et autre pour lesquels j'ai un toujours un gros faible.
IL ne faut pas se priver de ces plaisir, mais la version industrielle est une torture pour notre santé. Voila pourquoi je me fais mes propres recettes maison.
Http://happy-pillz.com
RÉPONDRE
CheymaIl y a 1 an
Idem, je ne peux pas m'empêcher de manger des bonbons (les Fizzbizz et les Arlequins de Lutti, les CrocoKiPik et Schtroumps de Haribo, rien que d'y penser je salive!) et de boire du Coca, je suis vraiment accro. Heureusement pour moi, je n'aime pas trop le chocolat.
Et bien qu'il m'arrive souvent de regretter ces addictions que je ne cherche vraiment pas à contrôler, je me dis que la vie est trop courte pour se priver des ces petits plaisirs vraiment inoffensifs si on fait attention (et si on les compare à d'autres addictions...).

http://cheyma.com
RÉPONDRE
Cerise_confiteIl y a 1 an
Bonjour Lise,
Encore une réflexion intéressante! Vraiment tu nous gâtes avec tes articles sincères et inspirants.

Ayant moi-même souffert de troubles alimentaires, je ne peux pas me permettre de "retomber dans le contrôle" pour ce qui est du sucre (ou des quantités, ou du gras, peu importe...) Du coup j'essaie de compenser par la dégustation et la qualité des produits: plus de bonbons chimiques pour moi, mais une rangée de chocolat au lait bio ou une bonne pâtisserie maison après le repas, c'est ma solution. Depuis que je "déguste" ainsi sans rien m'interdire, j'ai remarqué que finalement les quantités de sucre ingéré avaient baissé. Etrange non? Je ne peux que dire et redire: merci Monsieur Zermati :)
RÉPONDRE
KatarinaIl y a 1 an
Bonjour Lise,

C'est courageux de publier tes ressentis intimes.

Voici un article et un témoignage qui pourraient t'intéresser dans ta recherche :

http://www.ecoutetoncorps.com/fr/ressources-en-lig...

http://conscience-et-sante.com/mon-sevrage-au-sucr...

Je t'embrasse.
RÉPONDRE
MarieIl y a 1 an
Hiiiiiiiiiiiiiiii le nouveau site !!!!!!!!!!!!!!! MA-GNI-FIQUE <3
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
MERCIIIIIIII :)
RÉPONDRE
CamilleIl y a 1 an
Waou Le nouveau site est magnifique!
RÉPONDRE
CheymaIl y a 1 an
Juste pour dire... LE SITE EST TELLEMENT TROP BEAU!!! Bravo!

http://cheyma.com
RÉPONDRE
Cool le nouveau design ! C'est très lumineux !
RÉPONDRE
CheymaIl y a 1 an
Promis c'est mon dernier commentaire hors sujet, mais Lise, le lien "contact" ne fonctionne pas tout en bas du site. Peux-tu me donner ton adresse email?
Bises
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 1 an
C'est corrigé :)
RÉPONDRE
CheymaIl y a 1 an
Merci :)
RÉPONDRE
CarolineIl y a 1 an
Voilà un post qui résonne en moi pour plein de raisons...
Tout d'abord, j'ai très longtemps eu un "sweet tooth", à savoir que je mangeais 20 fois plus volontiers sucré que salé. En plus, ayant connu des phases assez longues de troubles alimentaires, ça a développé encore mon goût pour le sucré.

Ensuite, il y a quelques années, un homéopathe m'a diagnostiqué une candidose. Les gastro-entérologues disent que ça n'existe pas, c'est n'importe quoi, va savoir, en tout cas, il a fallu que je suive pendant 3 mois un régime sans sucre. C'était l'enfer. J'ai perdu du poids au passage (ben oui, pas de sucre, pas de gluten, pas de lactose pendant 3 mois, ça fait maigrir), que j'ai repris ensuite. En faisant un tour sur les différents sites Internet de personnes concernées par la candidose, j'avais été atterrée par les discours culpabilisants sur le sucre et par l'orthorexie régnante. A la fin du régime, les "symptômes" traités avaient disparu, mais le goût du sucre est revenu, malgré les discours super culpabilisants et normatifs sur le sujet.

Même si je mange beaucoup plus gras et salé (par opposition à sucré) qu'il y a quelques années, j'aime toujours le sucré. Et oui, j'adore les bonbons Haribo et les Kinder, surtout en phases de stress (troubles alimentaires, vous êtes toujours tapis quelque part...). J'aimerais tellement que ce ne soit pas le cas, mais les fruits m'emm***ent (sauf les fruits très sucrés). Heureusement, il y a les fruits secs et le chocolat noir 85%. Encore meilleur (et hors de prix, ce qui ne pousse pas à la surconsommation), le chocolat cru.

Bon courage Lise!
RÉPONDRE
Julia EveIl y a 1 an
Bonjour Caroline et bonjour Lise,
Le chocolat cru est ma découverte de l'année en terme de gourmandise ! J'en ai goûté il y a une dizaine de jours et depuis les autres chocolats noirs me semblent presque écœurants ( bon j'en mange quand même, faute de le trouver facilement à Lyon...)
Je m'attendais à un goût très fort et amer, mais j'ai juste dégusté le meilleur chocolat de ma vie, plutôt doux d'ailleurs !
C'est la marque Lovechock * happiness inside ( !) qui le commercialise, et leur packaging est très chouette, on trouve à l'intérieur une petite pensée positive à emporter avec soi !
Mais c'est vrai que le prix est élevé, presque 3€ Pour 40g , mais ça vaut vraiment le coup de goûter, mon parfum préféré est amande figue !
Voilà, j'avais envie de partager !
Bonne journée à toutes et tous !
RÉPONDRE
nisrine Il y a 1 an
en lisant ton article, j'avais un petit sourire au coin des lèvres quelle ironie!!
tu décrit tellement bien mon combat journalier avec moi même lol;
j'ai tout essaie mais sans vain, des fois j me dit tant pis on verra bien demain et pourtant ce lendemain ne veut toujours pas venir...
sauf la semaine ou j vais chez le dentiste.
c'est la drogue des femmes plus que les hommes.
bon courage et très très bon article lise.
RÉPONDRE
marieIl y a 1 an
J'ai personnellement un rapport au sucre qui s'est complétement transformé ces deux dernières années. je ne sais pas vraiment comment et pourquoi mais voilà juste mon expérience. J'ai toujours eu ce que je crois ou croyais être une alimentation assez équilibrée et un rapport facile à la nourriture. Mais j'avais régulièrement des "crises" de sucre : paquet de gâteaux indus / 10 pépito pocket en 2 heures devant la télé ou en bossant / un paquet de bonbons acidulés avalé en une aprem en me laissant les papilles à moitié brûlée.... Je ne sais pas vraient pourquoi, quand je vois des bonbons bien dégue (chimique, fluo, hyper sucré..) je les mange. dragibus, fraises tagada et arlequin étaient mon top 3... (et le galak on en parle....).
il y a plus de 2 ans, après avoir vécu à l'étranger et m'être beaucoup posé de questions sur la qualité de nos aliments et avoir lu et vu des films et livres sur le sujet, j'ai décidé de devenir végétarienne. ça a été une révolution pour moi centrée sur l'éthique, l'écologie et le mieux-être perso. et je n'ai plus jamais eu de fringales de sucre...
alors est-ce que c'est une alimentation plus riche en fruits et légumes qui m'a rassasié ? une prise de conscience de ce que je souhaite mettre dans mon corps qui m'écarte des bonbecs et autres sucres raffinés industriels ?
Je n'en achète plus jamais. je n'en ai plus envie du tout. mais je me fais des desserts, des trucs sucrés avec des sucres non raffinés et maison. je ne suis pas anti-sucre. Juste je n'aime plus les sucres du commerce, gâteaux, chocolat au lait et bonbons inclus. si j'en remange, ça m'écoeure très vite. après à une soirée où il y a des dragibus j'en prends quand même quelques uns, par habitude... Et puis j'oublie :)
Alors je n'ai pas de solutions hein. c'est un peu tombé comme ça pour moi.
mais je sais que l'on peut se passer du sucre même quand on pense y être bien addict. Il faut trouver sa méthode ensuite. :)
RÉPONDRE
wimandineIl y a 1 an
je me reconnais tellement dans ton article, j'ai fait un an de médecine j'ai pris 4kg (heureusement perdu) à cause de ces satanées sucreries dès que le coup de cafard se fait sentir je peux pas m’empêcher de me réfugier dans les sucreries... jusqu'à l’écœurement. je m'énerve moi même, j'essaie de les bannir de mon alimentation mais une fois arrivée chez moi, rien à faire je craque. De plus étant étudiante et les examens arrivant dans un mois j’appréhende. Je compense le manque de loisirs à coup de pepsi max/ sucreries (après j'ai maaaaal à l'estomac! hem hem tu m'étonnes) je vais réessayer (encore) d'enlever ces maudits sucres , parce que je commence à être plus que saouler, à être lasse... j'espère tenir cette fois-ci.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode