Backstage ChloéRobe ChloéRobe Chloé

L'embellie Chloé

427
Cela n'aura échappé à personne : la griffe Chloé est de loin celle qui a su attirer le plus l'attention cette saison. Reste à savoir si ce retour en grâce sera ou non pérenne...
Backstage Chloé
Après le départ en 2006 de Phoebe Philo, la maison Chloé eut toutes les peines du monde à trouver chaussure à son pied. Il est vrai que ni Paulo Melim Andersson, ni Hannah MacGibbon ne parvinrent à faire exister la femme Chloé, qui perdit sous leurs doigts une bonne partie de son fashion appeal.

La fracture entre la griffe et les femmes s'accentua d'ailleurs à partir de 2009, lorsque la tendance "janséniste sportswear" - à des années-lumière de l'ADN bohème de Chloé - devint le mètre étalon de la mode. La maison parisienne n'intéresse alors plus grand monde...

Il faudra ainsi attendre l'essoufflement de Phoebe Philo chez Céline et l'arrivée de Clare Waight Keller pour commencer à entrevoir une lueur d'espoir. Les manteaux bubble gum de l'automne/hiver 2012 font en effet mouche aussi bien auprès des acheteurs que de la presse, tandis que le travail sur les volants de la collection suivante réjouit les puristes attachés à l'esprit d'origine de la griffe.
Robe Chloé
Renouant avec le romantisme inhérent à la marque (tout en affichant suffisamment de modernité pour espérer séduire les générations d'aujourd'hui), les blouses et robes aériennes ultra féminines se font alors de plus en plus présentes au sein des collections (voir ici, ici et là). Une bouffée romantique particulièrement bienvenue après les années cérébrales de l'ère Céline, les fashionistas appréciant de pouvoir troquer leurs atours conceptuels contre des pièces flattant leur coquetterie fleur bleue.

Le style boho seventies de la griffe connaîtra son apogée avec la collection printemps/été 2015 et le triomphe des toilettes vaporeuses oversize, mini robes en dentelle ocre et autres néo-broderies anglaises imaginées par Clare Waight Keller.
Robe Chloé
Ajoutez à cela le lancement d'un nouveau sac - le Drew - distribué à toutes les blogueuses influentes, rédactrices de mode et autres "it" girls (voir ici, ici, ici et ), des campagnes de parfums omniprésentes, des égéries hype, une sandale semi-compensée copiée tous azimuts et des toilettes vues au sein des revues streetstyle - voir ici, ici et - et vous obtiendrez une griffe infusant avec succès chaque strate du fashion business.

Reste désormais à savoir si cette embellie se transformera ou non en succès durable. Il faudrait pour cela que la griffe continue d'assumer pleinement son ADN romantique en misant sur des robes aussi photogéniques que portables. Et qu'importe si cela devient lassant : à en croire la bonne santé de la maison Valentino, décliner à l'infini un concept qui fonctionne - les longues robes dans le cas de Valentino - ne semble pas offusquer les acheteurs, bien au contraire…
Partager l'article
Par Lise Huret, le 21 juillet 2015 dans Actu mode
Vous aimerez également
Chloé fête ses 60 ans
Il y a 3 ans - 9
EN SAVOIR PLUS
Défilé Chloé - Automne/hiver 2012-2013
Il y a 4 ans - 14
EN SAVOIR PLUS
Le retour des Susan boots de Chloé
Il y a 4 ans - 13
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
7 commentaires
Tous les commentaires
emmanuelisIl y a 1 an
Très bonne analyse, et justement tu conclus avec Valentino, car c'est à mon sens la marque qui a vraiment su capturer toute l'attention des clientes fortunées ces dernières saisons de manière globale.

En général on a soit du succès du coté accessoires, soit du coté prêt à porter. Dans le cas Chloé, avant c'était dosé de cette façon, puis petit à petit, seuls les sacs ont porté la marque. Et voilà que la cliente plébiscite désormais le vêtement. c'est un vrai bon point.

Valentino a une vraie force de frappe aujourd'hui en communiquant sur du produit entrée de gamme sur ces réseaux sociaux et en e-commerce (les fameuses chaussures cloutées et sacs assortis pour les bloggueuses et les folles d'instafashion, les sweats néoprènes et les sneakers bi-colore pour les messieurs disponibles en vente en ligne), mais en ne mettant en avant que les plus belles pièces de prêt à porter dans les médias classiques, au travers des séries mode et de la presse, sans parler de la couture et des événements s'adressant à une clientèle triée sur le volet.

Enfin, n'oublions pas que Valentino est la propriété du Qatar, ce qui n'est pas étranger à la recrudescence de robes amples et longues, la cliente locale recherchant ce type de vêtement.

Dans les deux cas le succès est au rendez-vous, et il marque le changement de règles dans une galaxie jusqu'à présent (trop) dominée par les sempiternels Louis Vuitton et Gucci.

Affaire à suivre donc.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je survalide ton analyse sur Valentino : ils ont tout compris.

J'ai comme toi très envie de voir comment tout cela va évoluer. Il y a tellement de choses à réinventer dans le domaine du prêt-à-porter haut de gamme ;)
RÉPONDRE
IsisIl y a 1 an
Excellent article !

Je suis pour ma part très content que l'esthétique minimaliste se fasse plus discrète... surtout qu'à la place on a les sublimes robes Chloé ;-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Profitons-en car la vague bohème finira - comme tout - par passer ;)
RÉPONDRE
Lou et SwannIl y a 1 an
J'aime Chloé depuis très longtemps et après y avoir fait un stage à l'époque de Stella Mc Cartney je suis d'autant plus attentive à ce qu'il s'y passe.
Je trouve effectivement que sa nouvelle directrice a su réveiller la belle endormie !

Christine
RÉPONDRE
....Il y a 1 an
Bonne analyse Lise (désolé, ce n'était pas volontaire lol).
Je dois l'avouer, j’étais fan de l’ère Paolo M.A. C'était frais, assez radical mais avec un réel point de vue. Certes c'était "un peu Marni" mais ça passait.

Je pense surtout que la grande erreur a été de proposer une mode plus "mature" avec Mc Gibbon mais également de ne pas rompre avec le passé: Ils surfaient, des années après son départ, sur l’esthétique Philo au lieu de revenir aux fondamentaux initiés par Karl. Résultat, les anciennes clientes Chloé ont foncées direct chez la Marant!

Qui aurait cru qu'une ancienne de Gucci époque TF allait relancer Chloé?!
Là, c'est totalement réussit! J'ai trouvé la collection de l'hiver à venir à TOMBER! Du beau tailoring, de beaux manteaux, des pantalons très bien coupés, des blouses et des robes vaporeuses et évidemment des sacs d'inspiration vintage. C'est juste ce qu'on attend de la maison. Leur vestiaire est établi depuis des années, autant surfer dessus! Aucune femme n'aurait pour idée d'aller acheter un pantalon chez Prada...

Je pense ceci dit que niveau communication, la marque se doit d'évoluer. Une noire ou une asiatique en tant qu’égérie apporterait vraiment un plus à la maison (autre qu’économique). On est en 2015 quand même!

(je pense que chez Sonia Rykiel, ils espèrent aussi le même "reveil")

Je pense que le "déclin" de Céline fait émerger ce renouveau de la mode. Les designers se recentrent sur leur esthétique et "parlent" à leurs clientèle. C'est intéressant de voir que dans ces maisons moins "importantes" en termes de C.A. par rapport aux géants Kering & LVMH, le PAP se vend.

Je pense aussi que beaucoup de maisons comme The Row ou Christopher Kane vont connaitre pas mal de difficultés. Elles reposent sur des produits à défaut de proposer un véritable point de vue.

Après le minimalisme et le bohème, je pari sur le retour du sexy inspiration début des années 2000. On voit déjà des logos réapparaître un peu partout, il y a un vrai buzz autour d'Alaia en ce moment. De plus, le retour de Peter Dundas chez Cavalli, la nostalgie de JW Anderson chez Loewe pour les 00's, l'arret (et donc la nostalgie) de la ligne Murakami chez LV et l'arrivée en grande pompe de Tom Ford chez Net-a-Porter sont des signes...(je me trompe peut-être)
RÉPONDRE
JulytoseptemberIl y a 1 an
La collection est magnifique! Je suis fan de la robe portée par la magnifique Rose Hungtinton (dont je ne sais pas épeler le nom). J'ai acheté un Glamour et un Grazia, il y a quelques semaines et tous deux faisaient figurer la même robe Chloé jaune, ça m'a fait sourire :)

Je suis fan de la tendance bohème et ce tous les étés donc forcément je bave un peu devant ces modèles bien que je suive peu les défilés.

Distribués? Je me disais aussi que j'en voyais beaucoup...
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode