Défilé BalenciagaDéfilé BalenciagaDéfilé Balenciaga

Alexander Wang quitte Balenciaga

5912
Deux ans et demi après son arrivée chez Balenciaga, Alexander Wang quitte le poste de DA de la maison parisienne. Retour sur une aventure qui s'annonçait au départ très prometteuse...
Défilé Balenciaga

Un américain chez Balenciaga


En 2012, lassé de ne pas être considéré à sa juste valeur par son employeur, Nicolas Ghesquière quitte Balenciaga après 15 années de bons et loyaux services. Kering doit alors rapidement trouver un successeur à celui qui est parvenu à faire de Balenciaga la griffe chouchoute des rédactrices de mode. Désireux de donner une orientation un brin plus commerciale à la maison parisienne, c'est sur le jeune Alexander Wang que le groupe finira par jeter son dévolu, voyant en lui un magicien susceptible de faire rimer héritage maison, portabilité, jeunesse, modernité, désirabilité et CA en hausse…

Balenciaga version Wang


Pour son premier défilé, Alexander Wang surprend en se mettant en retrait et en traitant de manière très humble les lignes phares de Cristobal Balenciaga. S'en suivent des collections où l'ADN de la griffe et celui de Wang se mêlent de plus en plus. Oui mais voilà, si le créateur livre alors régulièrement des silhouettes fortes, son travail ne semble pas pour autant passionner la presse...
Défilé Balenciaga

Pourquoi cela n'a pas fonctionné


Difficile tout d'abord de réussir à remplacer Nicolas Ghesquière dans le coeur des rédactrices de mode. Difficile également de toucher la clientèle avec des créations semblant davantage destinées aux héroïnes de la série "Suits" qu'aux femmes d'aujourd'hui. Aussi élégantes furent ses collections (on pense notamment au dernier opus automne/hiver), Wang n'est ainsi jamais parvenu à renouer avec l'âge d'or de l'ère Ghesquière. Ajoutez à cela des défilés ultra sélectifs réservés à quelques invités triés sur le volet - au point de laisser sur le carreau bon nombre de rédactrices de mode - et vous obtiendrez une griffe cumulant déficit de visibilité et manque de fashion appeal.

Pourquoi c'est regrettable


Licencié après seulement 5 saisons, Alexander Wang n'aura pas vraiment eu le temps de faire ses marques, d'appréhender la demande, d'ajuster son discours. Contrairement à Hedi Slimane, Wang n'a pas cherché à faire de coup commercial/marketing, préférant opter pour une démarche honnête axée sur la recherche textile et la compréhension des lignes maison. Mais cela n'a apparemment pas suffi...
Défilé Balenciaga

Ce que j'en pense


J'aurais aimé que Wang poursuive son questionnement autour de la femme Balenciaga, qu'il aurait je pense fini par cerner (je reste au passage assez dubitative devant ces maisons qui voient leur grammaire stylistique bouleversée à chaque changement de DA ; cela doit être assez déstabilisant pour la clientèle…).
Cela dit, voyons les choses positivement : Alexander Wang va désormais pouvoir se concentrer à 100% sur sa propre griffe (et lui faire bénéficier de son expérience acquise au contact des archives Balenciaga), tandis que la maison parisienne s'offre la possibilité de briller à nouveau avec l'arrivée d'un nouveau DA.
On murmure déjà qu'il ne s'agirait pas d'une star du milieu. Un ancien de chez Balenciaga me confiait hier qu'il verrait bien Maxime Simoëns reprendre le flambeau. Bonne idée !
Partager l'article
Par Lise Huret, le 30 juillet 2015 dans Actu mode
Vous aimerez également
La bonne surprise Balenciaga
Il y a 8 mois - 26
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
12 commentaires
Tous les commentaires
....Il y a 1 an
J'ai acheté deux pièces de sa première collection....en soldes et quelques bijoux. C'est dire le niveau d'excitation que j'avais pour ses créations.
Son Balenciaga était juste trop scolaire, générique et uniquement axé sur des silhouettes aux couleurs neutres et structurées.
Nicolas Ghesquière connait sa femme et sa vie d'une certaine manière. La femme Balenciaga était une femme active, sexy et qui n'a pas peur d'essayer avec la mode.

La femme Balenciaga de Wang n'a jamais eu d'identité, contrairement à sa propre marque.

Et que dire de l'apparition des logos dans une maison connue pour être low-key sur la question...

Je vois bien Christopher Kane reprendre Balenciaga. Soyons honnete: le buzz autour de sa marque est totalement retombé et malgré une créativité débordante, sa mode manque d'identité. Il pourrait redonner à Balenciaga ce lustre perdu et retrouver lui aussi un peu de lumière avec ce job. Et qu'il ne nous dise pas que sa maison se developpe, je ne vois personne porter ses vetements/accessoires...
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 1 an
Il doit son expérience surtout sur le travail effectué dans sa maison. Pas suffisant pour tenir les rênes d'une maison comme Balenciaga, qui doit avoir à un personnel très qualifié qui ont vite vu la supercherie Wang. Ca a du éclater à leurs yeux surtout aprés avoir eu comme DA, le brillant Nicolas G. Paris, ce n'est pas NYC, il y a encore des fantômes qui hantent les vénérables maisons. Cette fois, pas de communiqué du style : "aprés de fabuleuses collections, nous nous séparons...." J'espère qu''il s'améliorera dans sa propre maison. Son association avec H&M n'a pas été si efficace non plus, pas le bon timing. Wang, n'a pas une connaissance instinctive de la cliente Balenciaga, il faut le comprendre.

Tu te contredis, tu dis que la "la femme Balenciaga de Wang n'a jamais eu d'identité, contrairement à sa propre marque." Puis, "sa mode manque d'identité".

Pour moi, c'est davantage une question de manque d'expérience et surtout les conséquences de la surévaluation permanente du travail de Wang.
RÉPONDRE
....Il y a 1 an
"Sa mode manque d'identité" était dirigé vers Christopher Kane. Je pense qu'il fait de beaux vêtements mais sans plus. Je ne vois aucune direction dans son travail. Et je pense que se dédier exclusivement à Balenciaga pourrait rendre son travail intéressant et bankable.

Tout à fait d'accord avec toi concernant Wang. Je trouve assez sidérant qu'un groupe comme Kering se retrouve à faire des choix aussi contestables pour une de ses maisons phare.
Ils veulent recréer le modèle Slimane à l'infini et je ne pense pas que ce soit bénéfique sur le long terme. Les choix de LVMH (hormis Dior) semblent beaucoup plus réfléchis.
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 1 an
Tu vois, la force de Wang, tient surtout dans son maniement des concepts. La robe Stan Smith, c'est super bien, excellent, patati, patata. Ses détournements, appropriations sont souvent judicieuses. Mais ça ne suffit pas pour une maison comme Balenciaga. C'est à la rigueur un bon manieur d'idées et de concepts, donc un bon DA, mais pas un créateur comme attendu dans ce genre de maison.
RÉPONDRE
JacintheIl y a 1 an
Je partage complètement ton avis. J'ai beaucoup aimé le travail de Wang pour Balenciaga (sa réflexion sur les matières/tissus tout particulièrement). J'avais même été plus qu'agréablement surprise, car bien qu'adorant ce qu'il fait pour sa marque (c'est tout à fait mon style pour se vêtir "tous les jours"), je ne le voyais absolument pas aux rênes d'une maison telle que Balenciaga, et je me demandais bien ce qu'il allait pouvoir nous proposer. J'aurai voulu le voir approfondir tout ça et évoluer au sein de la marque. Je reste donc franchement sur ma faim...
RÉPONDRE
GenevièveIl y a 1 an
Dans les grands groupes, on semble oublier constamment à quel point la création est une activité fragile, subtile, exigeante et évolutive... Comment croire qu'un jeune créateur peut ainsi reprendre une maison du jour au lendemain et recréer une identité forte (tout en conservant sa propre marque, comme c'est presque toujours le cas aujourd'hui) ? L'histoire de la mode offre quelques contre-exemples, me direz-vous? Je crois, personnellement, qu'autrefois les marchés de la mode et du luxe étaient infiniment moins "compétitifs", concurrenntiels, qu'aujourd'hui. Et que le temps et les faiseurs de légendes a donné des couleurs éclatantes et des tonalités héroïques à certaines reprises...
RÉPONDRE
caroline Il y a 1 an
Finalement les designers sont semblables aux joueurs de foot que les clubs s arrachent et qu on lache des qu ils ne rapportent pas assez...quand on pense aux exigences de ce métier: s approprier les codes et l esprit d une maison, créer x collections/an etc....Est ce qu il ne faudrait pas ralentir un peu? Produire moins et créer intelligemment...
RÉPONDRE
ClémentIl y a 1 an
Oui, c'est une nouvelle qui ne fait ni chaud ni froid. Son travail était bon, mais manquait d'éclat...Peut être que l'univers qu'il a développé pour sa propre griffe à eclipsé son travail chez Balenciaga.

Maxime Simoens chez Balenciaga me sembe une excellente idée. Son univers architecturé et son travail sur le textile en font un candidat parfait. Il a également déjà travaillé pour cette maison, et a su conservé tout au long de sa carrière un low profile franchement rafraichissant à l'heure des Olivier Rousteing et consorts....
RÉPONDRE
TimIl y a 1 an
Pourquoi cela n'a pas marché ? Comment m'expliques tu le RECORD (donc beaucoup plus que l'époque Ghiesquière) du chiffre d'affaire de la maison alors ... Commentaire un peu trop avancé je trouve. Wang est parti pour laisser place à un autre designer et c'est mieux ainsi, qu'il se consacre donc à sa propre ligne.
Maxime Simoens (le designer qui s'est fait virer de Leonard... : la grosse blague et pourquoi pas Alexis Mabille !!!
RÉPONDRE
Soph'ieIl y a 1 an
La "blague" Tim c'est votre commentaire ! Maxime Simoens ne s'est pas fait virer de Léonard, c'est lui qui a quitté la maison après juste une saison sur la demande de LVMH qui le demandait pour.....Dior ( 2012).

Ils lui ont fait signer un contrat, mais au dernier moment on choisit Raf Simons. Comme réparation à ce préjudice ( il avait quitté Léonard à cause d'eux) LVMH s'est engagé à investir dans sa marque.

http://obsession.nouvelobs.com/mode/20130221.OBS96...

Pour preuve, qui du groupe LVMH a "parrainé " Maxime Simoens ? Sidney Toledano, le PDG de Dior...

Ne vous laissez pas aller à des commentaires d'une telle facilité, alors que vous semblez tout ignorer.

A bon entendeur ;)
RÉPONDRE
STLIl y a 1 an
Pardon d'être directe mais Simoëns pour Dior, c'était une rumeur infondée. Il l'a confirmé lui-même. Il a beaucoup de talent mais pas les épaules à l'époque pour diriger une maison comme Dior...Soyons sérieux, c'est un jeune talent (même j'ai toujours soutenu son travail)!

La séparation en lui et la maison Léonard s'est fait sur un accord commun...pour se consacrer à sa maison!
=> http://www.lexpress.fr/styles/mode/maxime-simoens-...

Et juste pour information, la collaboration financière entre LVMH et Maxime Simoëns, c'est finie! C'est qui est dur pour lui car sa marque s'essouffle un peu...
=> http://journalduluxe.fr/separation-maxime-simoens-...

Et pour sa venue chez Balenciaga...Pourquoi pas mais je n'y crois pas une seconde! Maison trop stratégique pour Kéring. Là, ils ont besoin de stopper l'hémorragie depuis le départ de Ghesquère. Ils ont besoin de quelqu'un qui a plus d'expériences (qui a besoin de prendre un peu plus d'envergure) ou quelqu'un de la maison...Mais ils n'oseront jamais!

Deux ans et demi pour Wang, c'est court pour prendre ses marques et s'installer dans une maison de cette envergure...Regarder le temps qu'ils ont laissé à Slimane...Saint Laurent n'a jamais autant marché...à coup de prix gonflés, de buzz, polémiques et consorts...Et les gens achètent sans sourciller!

J'ai une question, est-ce que Dior a augmenté ses profits depuis la venue de Simons. Il commence à s'installer mais je m'interroge...
RÉPONDRE
AlexiaIl y a 1 an
Maxime Simoens a donc un investissement LVMH je pense donc pas qu'il ira chez Balenciaga on s'en passera bien... Qu'ils prennent un interne ça sera plus simple que prendre des designers ...
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode