Défilé Burberry ProrsumDéfilé PradaDéfilé GivenchyDéfilé GucciDéfilé Stella McCartney

Tendances automne/hiver 2015-2016 : les silhouettes

5518
Entre allure seventies décomplexée, dégaine sucrée, réminiscences victoriennes, jansénisme confortable et puzzle insolite de vêtements, la femme de l'hiver 2015 confirme certaines tendances et en initie d'autres…
Défilé Burberry Prorsum

Seventies fusion


Si elle s'était jusqu'ici contentée de jeans flares et de vestes en daim frangé, celle qui ne jure depuis plusieurs saisons que par le charme suave des seventies s'autorise désormais toutes les fantaisies. Et tant pis si ses tenues semblent davantage destinées au Buffalo Bill's Wild West Show de Disneyland qu'aux pavés urbains : elle s'en moque, assouvissant avec passion et gourmandise son amour pour la verroterie, les franges en tous genres, les ponchos et les vestes d'officier. Pour autant, ce n'est que lorsqu'elle s'éloigne de la caricature au profit de silhouettes conservant une certaine subtilité qu'elle se révèle réellement convaincante. On pense notamment à la proposition de Dries Van Noten qui, en troquant l'esthétisme amérindien contre le style mongol, offre une alternative crédible aux aspirations ethniques de notre accro aux seventies.
Au quotidien, cette dernière aime se glisser au sein de longues robes bordeaux ou fleuries aux détails en boutis (Burberry Prorsum), se réchauffer au creux de vestes militaires, de ponchos ou encore de vestes en shearling, lorsqu'elle ne se love pas dans une veste d'officier bleu marine.
Défilé Prada

Nabokov girl


Issue d'un clan huppé ou jeune héritière d'un empire dédié à la cosmétologie, la Lolita de 2015 cultive avec soin son apparence juvénile et son teint frais. Inscrite dans un lycée privé renommé, elle se sustente de macarons aux litchis en dévorant pour la énième fois Fifty Shades of Grey. Cette saison, elle succombe aux propositions de Miuccia Prada, qui lui imagine des tenues poudrées faussement bourgeoises dopées aux mixtures textiles et autres détails girly haut de gamme (voir ici et là), lorsqu'elle ne s'éprend pas des mini robes "rose sur rose" de Dolce&Gabbana. Afin de satisfaire ses aïeules fortunées, c'est toute de Chanel vêtue qu'elle les rejoint à l'heure du thé, tandis qu'une fois les douze coups de minuit sonnés, elle ose l'impudeur du plumetis Valentino pour aller danser aux Bains.
Dans la pratique, on lui empruntera ses tenues couleur chamallow plus modernes/funky que mièvres, mais aussi ses barrettes strassées pour doper une coiffure d'écolière glamour.
Défilé Givenchy

Révélation gothique


Après avoir passé plusieurs saisons au fin fond de la Transylvanie à préparer son grand retour fashion, la "goth girl" refait surface sur les podiums automne/hiver 2015-2016, avec la ferme intention de remettre au goût du jour redingote carbone, style Victorien, teint pâle et total look réglisse un brin dramatique. Elle apparaît ainsi chez Alexander McQueen en héroïne échevelée de Charles Dickens vêtue de lambeaux grandioses de plumes et de fourrures réglisses, mais également chez Givenchy, où elle s'abandonne à la lubie de Riccardo Tisci consistant à fusionner style victorien et détails empruntés aux gangs de rue (elle n'hésite pas pour cela à arborer d'impressionnant piercings nasaux). Cela dit, c'est chez Tom Ford qu'elle s'avère la plus convaincante : en robe midi à discrets volants et bottes aux reflets lustrés, elle y apparaît plus élégante que ténébreuse.
Défilé Gucci

Puzzles hétéroclites


Héritière spirituelle de la famille Tenenbaum, celle qui boycotte la fast fashion au profit des boutiques vintage et autres friperies n'a que faire des modes et des tendances. Cela dit, si son dress code varie au gré de son humeur, il a pour constante de favoriser les accumulations insolites. Rien n'est en effet plus chic aux yeux de cette étudiante en Littérature ancienne que de télescoper des pièces aux ADN antagonistes. Lorsqu'elle se réchauffe au sein d'un pull-over brodé dans la plus pure tradition kitsch, elle lui associe ainsi une jupe fourreau en dentelle translucide, un sage béret et une paire de Birkenstock en python (Gucci), quand elle n'entrechoque pas kilt pudique, imprimé léopard et pull manches ballons (Miu Miu). Le soir, c'est en robe de bal de promo découpée court sur la cuisse et réchauffée d'une longue veste d'homme en drap de laine qu'elle refait le monde (Saint Laurent).
Dans la pratique, celles qui voudront l'imiter pourront s'amuser à mixer ce pull, cette jupe et ces baskets.
Défilé Stella McCartney

Néo-moniale


Rêvant d'aller peupler l'une des futures colonies martiennes d'Elon Musk, la néo-moniale aspire à un mode de vie simple mais absolu. En attendant de revivre la genèse de l'humanité sur une planète étrangère, elle peaufine sa garde-robe en s'inspirant de la saga Star Wars. A elle ainsi les amples capes portées en mode voyageur (Christophe Lemaire), les longues tuniques asymétriques en laine protectrice (Stella McCartney) et les ensembles monochromes quasi unisexe (Protagonist). Privilégiant les textiles naturels et les matières nobles, elle s'autorise pour seule fantaisie une paire de bottes en cuir bordeaux visant à égayer ses coloris fétiches que sont le gris, le blanc cassé, le beige et le noir.
PS : On note également qu'entre lignes sixties et twist futuriste, les femmes Louis Vuitton et Dior se font cette saison les chantres de la tendance rétro-futuriste.
Partager l'article
Par Lise Huret, le 17 août 2015 dans Les tendances
Vous aimerez également
Les silhouettes de l'automne/hiver 2016-2017
Il y a 3 mois - 19
EN SAVOIR PLUS
Tendances printemps/été 2015 : les couleurs
Il y a 1 an - 19
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
18 commentaires
Tous les commentaires
Cohiba Il y a 1 an
Merci, Lise, pour cet aperçu détaillé et plein d'esprit,
La néo moniale mise à part, car elle relève plus de l'inspiration 90's, c'est la tendance seventies qui domine largement et dans laquelle se retrouvent également Mina Tannenbaum (c'est bien au film que tu faisais référence, n'est-ce pas? ) et la gothique. Avec une pincée de fin des 60's.

Je suis ravie de cette évolution, Perso, j'ai toujours été une adepte du pantalon flare que je porte notamment en jeans depuis plusieurs années aussi bien que des 7/8 évasés dans un esprit plus 60's. Des intemporels.
Reste à tenter les mini robes vaporeuses en mousseline, à mixer avec cuissardes et capeline.
Impossible de se passer également cet hiver du duo robe-pull marinière - cuissardes. Avec une casquette de capitaine et un long manteau carmel pour finir le tout ☺
Osciller entrer des notes Nouvelle Vague et l'esprit 70's, voilà qui procure un grand plaisir.

Je suis partisane d'éviter à tout prix la caricature. Les 60-70's sont une période très riche stylistiquement, mais il est facile d'avoir l'air costumée si on ne veille pas à garder une dose suffisante de sobriété.
Je préfère (mais c'est un point de vue personnel) regarder du côté chic de cette époque (Jackie O, Romy Schneider, Jane Birkin et Brigitte Bardot, Farrah Fawcett) que m'embarquer sur la voie périlleuse de l'ethno-hippie-bohème.
RÉPONDRE
BalibulleIl y a 1 an
Idem, "ma" coupe de jean / pantalon c'est le flare, et je n'ai jamais compris pourquoi son "retour" est évoqué à intervalles réguliers par la presse féminine (ou certains blogs outfit), comme si le statut de basique lui était décidément refusé :)
PS : Lise parle du film de Wes Anderson "La famille Tenenbaum", et du personnage de Margot joué par Gwyneth Paltrow :
http://static.rookiemag.com/2011/12/1324881962marg...
RÉPONDRE
CohibaIl y a 1 an
Bonjour Charlotte ! Je me permets cette familiarité, car il m'arrive de consulter ton blog. J'espère que ton petit bout de chou se porte pour le mieux. :)

Ach, les mag féminins (je leur voue une détestation particulière) ! Ils ont l'art de faire passer pour des come backs ce qui, en effet, n'a jamais disparu. Leur ruse est de relancer les ventes et de nous faire croire que ce pour quoi nous avions eu un engouement une saison auparavant est à jeter au plus vite.
Tu as bien raison de parler de la coupe flare avec un possessif. Nous avons tous une coupe en particulier qui flatte notre silhouette ou qui constitue notre style.
En fait, déjà en 2008 Burberry Prorsum présentait dans sa collection d'hiver de sublimes pantalons flare en soie mélangée.

Merci pour la précision cinématographique ! J'étais étonnée aussi que Lise écrive Tenenbaum au lieu de Tannenbaum. Mais la confusion était facile, car dans le film de Martine Dugowson, Elsa Sylberstein et Romane Borhinger portent jeans flare et accessoires tout droit sortis de friperies.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Tu me connais si bien ;)

Pour ce qui est du flare, c'est vrai qu'on ne le considère pas comme un basique à l'inverse du slim :/ Il est peut-être encore trop assimilé à une période précise. C'est d'ailleurs drôle de voir qu'en fonction des années les jeanneurs font passer leurs productions de flare du tout au rien :/
Et c'est bien dommage car il est souvent beaucoup plus flatteur que le fameux slim !
RÉPONDRE
BalibulleIl y a 1 an
Cette histoire de production passant du tout au rien, ça me rappelle une vaine recherche en 2013 : un boyfriend brut pour mettre au bureau, taille basse avec une fourche bien longue, pour poser joliment sur les hanches. Pas déchiré, pas forme carrot, juste clean et droit.
J'avais passé l'intégralité des Galeries Lafayette au peigne fin. Ça n'existait juste pas, même chez Levi's on me regardait de travers. Genre fallait venir il y a deux ans ou revenir dans deux ans...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je suis entièrement d'accord avec toi : les tendances sixties et seventies sont à traiter avec beaucoup de subtilité ;)

Quand aux Tenenbaum, il s'agit du film de Wes Anderson ;)
RÉPONDRE
anaIl y a 1 an
J'éspère que tes vacances ont été bonnes!
J'adore la petite histoire derrière chaque style, bien que malheureusement actuellement la course vers les tendances est telle que une même fille pourrait s'habiller 70´s lundi, néo-moniale mardi, faisant un saut du coté victorien mercredi et finissant la semaine en gothique...
Je lis un livre sur la fast-fashion et ça fait réfléchir...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Elles furent reposantes :) Merci !

Là est toute la problématique : suivre les tendances frénétiquement au risque de se perdre stylistiquement parlant ou agrémenter son style d'une touche d'air du temps puisée ici où là ....
RÉPONDRE
maremeIl y a 1 an
Il faut chercher le vêtement de qualité qui puisse durer , donc s'adapter à différents looks (puisque la mode évoluera) .
Je recherchais une chemise à col "victorien" classique, et portable de jour , comme en soirée(avec une veste de smoking) , qui passerait les tendances : monacale avec un bas sombre , 70's ouverte sur une médaille et victorienne fermée complètement , mais aussi rock avec un slim ...je l'ai trouvée chez april 77
http://www.theshapeoftheseason.com/files/thumb/473...
Ce qui m'a décidé , c'est le boutonnage sur le devant et l'absence de smocks, un compromis donc vers un modèle moins "2015", puisqu'il est vendu dans la collection archives de chez april 77, mais plus pérenne que les blouses que je trouvais chez zara et consorts.
Donc savoir exactement ce qui nous va et ce qu'on veut...même quand on est sous influence (on l'est souvent un peu quand même...)des tendances .
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Cette blouse est parfaite ! Good job ;)
RÉPONDRE
BalibulleIl y a 1 an
Cette tenue de Natalie Portman dans Star Wars...
http://images6.fanpop.com/image/photos/36200000/St...
(la seule chose à sauver de l'épisode II, d'ailleurs)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est exactement à celle-ci que je pensais ! Vive la télépathie ;)
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 1 an
Lise, ton article est super.
Je veux bien rester dans l'esprit Courrèges. S'aventurer au delà, pas encore gagné. J'aime bien les vestiaires "intello-chic et excentrique", mais attention les yeux !
RÉPONDRE
CohibaIl y a 1 an
Je suis d'accord avec ce que tu écris sur l'esprit Courrèges. Malheureusement, cette griffe semble avoir colonisé les écrans tv, et toutes les présentatrices de JT ou les animatrices (d'Anne-Sophie Lapix à Audrey Pulvar) arborent la même petite robe. A pleurer !
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 1 an
La marque se relance. Les égéries choisies ne sont pas les plus pertinentes pour cette marque qui possède pourtant un fort ADN ainsi qu' une belle histoire. Dommage ! Idem, larmes à l'oeil.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Pour ce qui est de Courrèges, je fais confiance à Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant pour éviter les clichés et emmener avec élégance cette griffe vers le futur. En tout cas, c'est à suivre de près !
RÉPONDRE
maremeIl y a 1 an
Je suis ravie du retour des 70's . J'ai pu faire main basse sur le trench en daim Mango durant les soldes mais je regarde d'un oeil suspect les déclinaisons très premier degré qui envahissent toutes les vitrines .
En revisionnant " l'amour l'après midi" de Rohmer, j'ai eu l'impression de trouver mon lookbook idéal dans les tenues de Zouzou (du pantalon légèrement évasé, 7/8 ème porté avec des boots à talon bloc jusqu'à la coiffure)
https://41.media.tumblr.com/e28094ea9a2096e8de085e...
http://ekladata.com/COPXojojXHn56chcOiGZBP42NRU.pn...
http://www.vivementdimanche.net/boutique/media/cat... (le petit blouson en cuir porté avec une chemise d'homme...)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
J'aime beaucoup le premier et le dernier look :)
Rien de tel qu'une héroïne "bien sapée" pour inspirer un dress code !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode