Défilé Givenchy printemps/été 2016Défilé Givenchy printemps/été 2016Défilé Givenchy printemps/été 2016

Défilé Givenchy - Printemps/été 2016

497
En livrant un show grandiose ouvert partiellement au public et parsemé de multiples références à ses 10 années passées chez Givenchy, Riccardo Tisci a sûrement offert à New York son plus beau et plus mémorable défilé de la saison…
Défilé Givenchy printemps/été 2016

Le front row


Si Julia Roberts, Kim Kardashian, Alexander Wang et Uma Thurman répondirent présents à l'invitation de Riccardo Tisci, c'est à n'en pas douter la présence de plusieurs centaines de New-Yorkais (800 places étaient disponibles sur un site créé pour l'occasion par Givenchy et la mairie de la ville), d'étudiants d'école de mode et d'habitants du quartier voisin de Tribeca que l'on retiendra.

La bande-son


Entre chants bouddhistes et Ave Maria final, la playlist du défilé se révéla à la fois multiculturelle et interreligieuse.

Le décor


En guise de cimaise, Riccardo Tisci a choisi le Pier 26, une jetée sur l'Hudson depuis laquelle on peut apercevoir la Freedom Tower. Entre tôles oxydées et palettes de bois, le décor en plein air érigé au bord du fleuve avait tout d'un bidonville. Bidonville où l'on put apercevoir outre des mannequins déambulant à la lueur du coucher de soleil new-yorkais, des artistes performeurs donnant naissance à des scènes des plus conceptuelles (voir ici, ici et ).
Défilé Givenchy printemps/été 2016

Les inspirations


Pour cette collection, Riccardo se replongea au coeur de ses propres archives afin de retravailler tel ou tel détail, telle ou telle coupe. Le tout avec une douceur assez inédite, toujours ponctuée de références religieuses, tribales et sportswear.

La femme Givenchy


Si par le passé la femme Givenchy a pu afficher une assurance quasi guerrière, elle se révèle ici presque fragile, vulnérable. Sur le catwalk, ses audaces esthétiques se muent par ailleurs en élégance quasi universelle, tandis que son vestiaire se recentre sur le coeur de l'ADN Tisci/Givenchy...

La collection


Travaillée essentiellement en noir et blanc, la collection reprend les gimmicks chers à Riccardo Tisci : détails sportswear et lingerie fusionnent, robes et autres blouses se taillent dans des aubes de première communiante 1900, drapés et bandes de satin nouées à la va-vite habillent épaules et corsages, asymétrie et dentelles se télescopent,  tandis que les smokings masculins troquent leurs chemises à plastron contre des déshabillés sensuels (voir ici et ).
On note par ailleurs la présence de bon nombre de pièces s'inspirant des collections passées du créateur italien. Une jolie manière de raviver la mémoire du public et de célébrer un héritage qui n'a pas pris une ride. On pense notamment à la toilette haute couture gainée de plumes (version 2011, version 2016), à la tenue aux découpes moyenâgeuses et sensuelles (version 2011, version 2016) ou encore au sublime décolleté d'épaule (version 2012, version 2016).
Et si on note parmi les 88 passages quelques pièces un brin moins réussies, à l'instar de celles parées de bandelettes semi-libres (voir ici et ), de la robe en croco ou encore de la redingote revival 2007 (voir ici et ), cette collection-fleuve brille globalement par sa cohérence et sa maîtrise.
Défilé Givenchy printemps/été 2016

Le make up


Si la plupart des mannequins défilèrent le visage quasi dépourvu de maquillage, une petite poignée d'entre elles arborèrent des masques faciaux aux allures de parure mutante pour déesse néo-moderne (voir ici, ici, ici et ).

Ce que j'en pense


Le discours un brin naïf de Riccardo Tisci a beau me laisser de marbre, j'apprécie ses références toujours plus nombreuses à l'univers de l'art et sa démarche d'ouverture envers le grand public. En mêlant défilé et performance artistique, il a d'ailleurs rendu un bel hommage à feu Alexander McQueen. Enfin, le défi consistant à livrer un show grandiose tout en conservant une dimension humaine est à saluer.
Et si certaines tenues se firent plus commerciales que d'autres, force est de reconnaître que si le défilé avait été deux fois plus long, je l'aurais regardé avec autant de plaisir et de fascination, tant la beauté étrange qui émane du travail de Tisci se révèle envoûtante...

Voir toutes les photos : http://www.vogue.com/spring-2016-ready-to-wear/givenchy
Partager l'article
Par Lise Huret, le 14 septembre 2015 dans Défilés
Vous aimerez également
Les christs Givenchy
Il y a 1 an - 9
EN SAVOIR PLUS
Julia Roberts, le choix Givenchy
Il y a 2 ans - 33
EN SAVOIR PLUS
Défilé Givenchy - Automne/hiver 2014-2015
Il y a 2 ans - 23
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
7 commentaires
Tous les commentaires
N.Il y a 1 an
Riccardo Tisci est le seul créateur dont les défilés ne me déçoivent quasi jamais. Avant il y a avait aussi Alexander McQueen, Sarah Burton fait un travail exceptionnel mais il manque quelque chose... En ce qui concerne Tisci, ses créations ont une vraie identité et en même temps il parvient à se renouveler et à évoluer depuis dix ans. Il propose des vêtements uniques, qui font rêver, et pourtant on s'imaginerait bien les porter (si on en a les moyens bien sûr...). Je pense que c'est grâce à cet équilibre que ses robes font souvent les plus belles tenues sur tapis rouge.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je pense que je ne me remettrai jamais complètement de la disparition d'Alexander McQueen...

C'est vrai que les robes Givenchy ont le don de sublimer les actrices sans les déguiser ;)
RÉPONDRE
....Il y a 1 an
Je suis une grande fan de Riccardo mais cette collection me laisse presque de marbre.
Je pense que l’événement, la présentation et le côté presque solennel de la chose en font un événement exceptionnel mais la mode en elle-même ne l'est pas tant que ça. La rétrospective couture (c'est comme ça qu'il faut l'appeler non?) est bien sympa mais bon...

C'est l'un des rares créateurs qui nous a servit des grands moments de mode durant ces 10 dernières années.
Alors, je pense que cette collection résume relativement bien la patte Riccardo: Une maîtrise couture du "tailleur" et du "flou", une palette inchangée (noir profond, blanc virginal) et une certaine "opulence retenue" dans ses décorations.

C'est assez drôle quand on voit ses toutes premières collections coutures et PAP (hiver 2005 et été 2006) de constater à quel point il est fidèle à lui même. C'est la patte d'un grand et cela est indiscutable.

Même si je ne suis pas fan de la collection: BRAVO RICCARDO! Et merci pour ces 10 belles années de mode!

(ps: j'ai l'impression que cette saison est la plus excitante depuis un moment. Entre les anniversaires de Dolce & Gabbana, Givenchy & Wang, les débuts de Dundas chez Cavalli, la confirmation Nicolas Ghesquière, la fin de Wang Balenciaga...etc. J'ai encore un peu d'espoir en la mode!)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Il a effectivement déjà fait mieux niveau vêtements, mais cette collection avait une dimension "bilan" /"flashback" qui m'a vraiment émue.

Par contre, Wang aurait pu faire mieux pour ses 10 ans...

Je n'ai qu'une hâte : découvrir la nouvelle collection de Nicolas Ghesquière ;)
RÉPONDRE
....Il y a 1 an
J'ai beaucoup aimé Wang bizarrement. J'ai aimé l’honnêteté de cette collection, une sorte de retour aux sources et non cette mode limite prétentieuse, faussement luxueuse qu'il faisait depuis un moment.

A qui le dis-tu! Je pense que Nicolas Ghesquière est pour moi au même niveau que Tom Ford. Je sais déjà que je vais aimer...même si parfois je ne comprends pas tout de suite, je fini toujours par aimer.

Et Karl! L'exercice de style chez Chanel & Fendi (diamétralement opposés) la saison dernière était particulièrement réussit! J'ai toujours autant d'admiration pour cet homme et sa carrière.

On a oublié Galliano!
RÉPONDRE
AbigailIl y a 1 an
Aucun rapport, mais à la fashion week de New York quelques mannequins handicapés ont pu défiler... J'ai trouvé ça génial! Je sais pas si tu as regardé.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Oui, j'ai vu ! C'est une très belle initiative :)
http://www.lemonde.fr/m-styles/article/2015/02/17/...
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode