Défilé Courrège - Top métalliséDéfilé Courrège - Look noir & blancDéfilé Courrège - Déshabillé à paillettes

Courrèges, un come-back réussi

517
Marquant le retour de la griffe française au sein de l'arène fashion, le défilé Courrèges n'a pas déçu. Il est vrai qu'entre parti pris high-tech et efficacité déconcertante, Arnaud Vaillant et Sébastien Meyer ont séduit par leur fraîcheur et leur créativité parfaitement maîtrisée...
Défilé Courrège - Top métallisé
On les savait doués, on les a découverts audacieux et visionnaires. Pour leur premier défilé chez Courrèges, les fondateurs de la griffe Coperni ont en effet délaissé les catwalks traditionnels au profit de la scène de l'Opéra Bastille et ouvert les festivités par un discours de présentation - à la manière d'un Steve Jobs - donnant fort envie de découvrir leur vision de la marque iconique des années 60.

Focalisés sur les pièces fortes de la griffe relancée en 2012 par Jacques Bungert et Frédéric Torloting, les deux jeunes hommes mixèrent images digitales des pièces (via un immense écran où ces dernières furent projetées en 3D) et défilé minimaliste aux allures de présentation en showroom. Le résultat fut frappant : on ne vit que le produit. Un produit reprenant les codes Courrèges (vinyle, ligne A, longueur microscopique, futurisme) et se sophistiquant au contact de la patte Coperni (découpes insolites, boutonnages surprenants, détails graphiques).
Défilé Courrège - Look noir & blanc
Composée de 15 modèles déclinés en différentes matières, la collection printemps/été 2016 illustre par ailleurs à merveille la notion d'efficacité éclairée, entre mini-jupes arborant des découpes arrondies, bomber revisité, chemise liquide en veau velours et micro robe ligne A taille basse en vinyle.

Il est vrai qu'ici, pas de magie, pas de stylisme (les mannequins portaient chaque pièce avec un body blanc), pas de make-up outrancier tenant à distance de la réalité : c'est bel et bien la matière quasi brute, le vêtement à l'état pur qu'on nous livre. Et cela fait du bien. D'autant plus que celui-ci se révèle désirable, portable et incisif.
Défilé Courrège - Déshabillé à paillettes
Assurément, les acheteurs n'auront pas besoin de passer au showroom pour faire leur sélection, ni les clientes d'attendre le catalogue pour envisager leurs achats, tant le duo créatif est parvenu à offrir une vision nette et pragmatique de ses créations. Si l'on avait pu commander dès la fin du défilé les pièces vues sur le podium, nul doute ainsi que les ventes auraient été très nombreuses… Or, n'est-ce pas aujourd'hui le but ultime d'une marque de mode que de susciter un désir immédiat ?

Il semblerait qu'Arnaud Vaillant et Sébastien Meyer soient sur la bonne voie pour faire à nouveau de Courrèges une maison qui compte. Confirmation la saison prochaine…

Voir toutes les photos : http://www.vogue.com/spring-2016-ready-to-wear/courreges
Partager l'article
Par Lise Huret, le 01 octobre 2015 dans Analyses
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
7 commentaires
Tous les commentaires
Chez MargauxIl y a 1 an
Pour ma part j'ai beaucoup aimé ce défilé. Ce qui m'a simplement plu est de voir des vêtements portables accompagné de mannequin au naturel... C'est ça la bonne combinaison à mon sens ;-).

Belle et douce journée à toi Lise,
M.
RÉPONDRE
....Il y a 1 an
Franchement, j'ai vraiment adoré ce "défilé". Le discours du début faisait très présentation power-point et j'ai aimé ce parti prit.
La mode en elle-même: efficace, directe et désirable.
Ça se sent qu'Arnaud Vaillant vient de chez Balenciaga tant il maîtrise à la perfection les codes du retro-futurisme.

Si (comme je pense) la fourchette de prix se situe autour de celle d'une marque comme Carven, alors là, on frôlera la perfection.

C'est bien de voir le PAP se réveiller en France. C'est bien de voir qu'on est aussi bon dans le luxe qu'on l'est dans la mode de "tout les jours".

Et puis, ils sont sacrement mignons les deux là :D
RÉPONDRE
LisaTIl y a 1 an
Sauf erreur, je crois que Courrèges est plus chère que Carven.
RÉPONDRE
CapucineIl y a 1 an
C'est fou de voir que finalement, vendre du rêve à outrance ne fait presque plus rêver du tout! J'aime beaucoup ce parti pris, juste une présentation produit et des pièces bien pensées, dans l'air du temps.
En fait, présentés à l'état brut comme ici, je me projette beaucoup plus avec ces vêtements et je me vois totalement les porter!
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 1 an
Vraiment très bien pensé.
L'esbrouffe n'a pas sa place chez Courrèges et cela fait un bien fou.
Les codes, je veux dire l'éthique de la marque sont respectés.
C'est épuré, novateur et pragmatique. Impecc' !
RÉPONDRE
CoralieIl y a 1 an
Hello Lise,

J'adore tes articles analysant les défilés. J'ai moi aussi aimé celui de Courrèges (et quelle audace ce discours avant de laisser la place aux mannequins). Ca fait du bien de voir les codes de la fashion week un peu bousculés.

J'aimerais savoir ce que tu as pensé du défilé Isabel Marant? Cela fait plusieurs saisons que je me sens déçue par ce que la créatrice nous propose, et je ne me reconnais plus vraiment en "femme Marant" (à vrai dire, je crois que c'est depuis sa collaboration avec H&M). J'aimerais beaucoup avoir ton point de vue sur tout ça?

Merci d'avance, et bonne continuation :-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Isabel Marant ? Je n'en attends plus rien, alors je ne suis plus déçue ;)
Sans parler du fait que lorsque je vois porter ses dernières collections dans la rue , le rendu est souvent peu flatteur. Le pantalon taille ultra haute de cette saison est par exemple une catastrophe...
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode