Week diary #56

1326
Au menu des deux dernières semaines : ballade sur les hauteurs de Florence, rencontre amicale, terrasse panoramique, papier-cadeau raffiné, dress code hivernal, pharmacie haut de gamme, porcelaines peintes à la main, sapin local et antiquaire romanesque...
Florence

Dimanche 22 novembre


16h : Nous gravissons les marches menant à l'église San Miniato al Monte. Il fait enfin froid et c'est agréable. J'aime cette lumière qui naît de la confrontation entre air très frais et ciel azur. Je ne me lasse décidément pas de cette promenade nous emmenant sur les hauteurs de Florence. Au sommet, alors que nous contemplons la ville, Charles s'exclame soudainement : "Égises (églises) partout, partout !". Voilà qui résume assez bien Florence !

Lundi 23 novembre


14h : Assise sur un banc de la Piazza della Passera, je vois arriver une jeune femme souriante, chapeautée avec goût et lovée dans un chaleureux pull vert. Il s'agit d'Alice, avec qui je suis en contact depuis plusieurs mois et que je rencontre aujourd'hui pour la première fois. Accompagnée de son fils de quelques mois, elle me propose d'aller siroter un café sur la fameuse terrasse couverte du Westin Excelsior.
14h20 : Face à un panorama à couper le souffle, nous échangeons sur nos vies, nos parcours, comme si nous nous connaissions depuis toujours. Rien de plus agréable que cette connexion immédiate qui se tisse parfois lors d'une première rencontre... Elle me raconte la Toscane, me donne envie d'aller en visiter ses moindres recoins (je comprends pourquoi on lui demande de rédiger des guides touristiques, d'organiser des demandes en mariage féeriques ou encore de sélectionner les meilleurs produits florentins...). Jeune maman lumineuse, ultra dynamique et d'une bonne humeur contagieuse, Alice est le genre de personnes avec qui l'on a envie d'être amie !
Charles

Mercredi 25 novembre


17h : En pleine préparation des cadeaux de Noël, je me fais le plaisir d'aller choisir dans une petite échoppe du papier non pas présenté en rouleau, mais vendu à la feuille. Marbrées, piquées de l'emblème de Florence ou décorées de mille et une roses, ces pages vendues au format A2 donnent une petite idée du raffinement local.
17h15 : En sortant de la papeterie, je croise un homme en long manteau de fourrure chocolat, bonnet bleu marine, pantalon raccourci Prince de Galles et souliers pointus brou de noix : le dress code "hivernal" des Florentins n'a visiblement rien à envier à leur garde-robe automnale...

Lundi 30 novembre


11h : Sur la porte d'un magasin de santons, une petite pancarte "NO ICECREAMS" me fait sourire. Il est vrai que les glaces dégoulinantes des touristes ont le don pour provoquer des sueurs froides chez les commerçants, qui redoutent de voir une goutte de crème glacée s'écraser sur le cuir d'une sacoche, sur la couverture d'un carnet ou encore sur une image du pape...
18h30 : Sortie acheter des crayons de couleur, je passe devant le Duomo. Soudain, ma tête se met à me lancer (je suis en plein sevrage d'un médicament). Je décide alors de m'asseoir sur un banc afin de m'abîmer dans la contemplation des diverses teintes du marbre vert sertissant la façade de l'édifice. C'est incroyable ce que peut nous révéler une observation attentive : alors que je passe ici tous les jours, j'ai l'impression de littéralement redécouvrir ce fameux Duomo...
Le Palazzo Vecchio

Mardi 1er décembre


16h : Je prends enfin le temps d'aller flâner au sein de cette boutique d'apothicaire de luxe qu'est l'Officina Profumo Farmaceutica di Santa Maria Novella. Sous ses plafonds dignes d'un palais, je retrouve les fameuses eaux de Cologne chères aux actrices et autres "it" girls, les crèmes aux vertus vantées par les plus grandes "beauty experts" ainsi que de nombreux élixirs. Présentée dans toutes les langues sur d'immenses feuilles cartonnées, la liste des produits me laisse rêveuse. Je me promets de revenir seule, à savoir sans Charles faisant rouler sa petite voiture sur les rainures des comptoirs raffinés de l'antique pharmacie…
17h : Sur le chemin du retour, nous passons devant les fameuses porcelaines Richard Ginori. Tout est si raffiné, si élégant, si délicat... Je tombe instantanément amoureuse des assiettes décorées à la main issues de cette manufacture créée en 1735 (voir ici, ici et ). Si j'étais une parfaite maîtresse de maison sachant organiser de fabuleux dîners, ma vaisselle viendrait assurément de la Manufacture de Doccia...
Officina Profumo Farmaceutica di Santa Maria Novella

Mercredi 2 décembre


13h : Alors que la COP 21 bat son plein, je prends conscience que depuis notre arrivée en Italie, nous vivons de manière plus "responsable". Pas forcément par choix délibéré, mais parce qu'il est ici très facile de trier ses déchets, parce que les sachets du supermarché sont en plastique recyclé, parce que les produits locaux sont très accessibles et parce que nous n'avons pas de voiture...
17h : À l'Apple Store, en attendant Julien qui cherche à renouveler sa housse d'iPad, Charles m'entraîne dans une valse/ronde au son de la musique diffusée dans le magasin. Ces petits moments magiques gorgés d'insouciance me comblent...
17h20 : Sur la Piazza della Repubblica, une dizaine d'hommes d'un certain âge palabrent bruyamment autour d'un banc. Je ne sais pas s'ils discutent de la météo ou planifient leur prochaine partie de belote, mais de là où je les observe ils me semblent tout droit sortis du film le Parrain.

Jeudi 3 décembre


16h : Chez un pépiniériste, nous dénichons notre premier sapin de noël depuis la naissance de Charles. Grand et sentant bon la forêt, ce dernier pèse une tonne. Alors que Julien le soulève et le place sur son épaule, Charles ne peut contenir son admiration : "Fort, papa !".                                            
17h : En contemplant les vitrines d'un antiquaire où règne un délicieux fouillis (entre montre gousset, balance en cuivre (accompagnée de ses petits poids), monocle, camés raffinés, statuettes décrépites, cadres en bois doré, boîtes gigognes et couteaux à la lame grignotée par le temps), je me dis que ce genre de boutiques me fait bien plus rêver que celles des grandes griffes de luxe italiennes siégeant à quelques rues d'ici...
Partager l'article
Par Lise Huret, le 04 décembre 2015
Vous aimerez également
Week diary #66
Il y a 29 jours - 63
EN SAVOIR PLUS
Week diary #65
Il y a 2 mois - 29
EN SAVOIR PLUS
Week diary #64
Il y a 4 mois - 25
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
26 commentaires
Tous les commentaires
AnnaIl y a 1 an
Si Alice te donne envie de découvrir la Toscane à fond, toi tu fais rêver de Florence vraiment :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est adorable, merci !
RÉPONDRE
emmanuelisIl y a 1 an
Il faut vraiment que je vienne te voir dis donc, en plus j'ai une passion pour les antiquaires, du coup tu seras ma guide.

Pour ce qui est de Santa Maria Novella, j'ai pu voir le magnifique corner épuré du Bon Marché (immense par rapport à la valeur des produits...), mais aussi ici à Londres où la marque à deux boutiques. Malgré l'aura 'it-girl' et tout, malgré le fait que j'ai vécu en 2003 à Florence avant que la marque ne revoit son marketing et attire les blogueuses modes, j'ai trouvé que les produits étaient boring et sans intérêt véritable... Aujourd'hui, même en entrant dans une boutique je ne sais toujours pas quoi acheter. Et de ce fait j'en viens à me demander si ce marketing est si bien travaillé que ça...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
;)

Les eaux de Cologne ont des senteurs intéressantes mais je t'avoue que je n'ai rien acheté, j'étais un peu perdue... Et c'est vrai qu'aucun produit ne se distingue vraiment. Mais le lieu vaut vraiment le coup ;)
RÉPONDRE
emaIl y a 1 an
Santa Maria, c'est beau mais... c'est tout !
L'Italie, on a quand même l'impression que ça ne bouge pas. Ce qui est génial. Ça reste immémorial. Malgré les Berlusconi, les Beppe, les scandales, la Mafia. Ca a quelque chose de statique, mais dans un tel raffinement.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je me suis aussi faite cette réflexion : il y a ici quelque chose de figé mais dans le bon sens du terme ;)
RÉPONDRE
jickyIl y a 1 an
.. et si tu vas à Naples, c'est pire: je l'avais vue pour la dernière fois en 1974, revue en 2014... j'avais l'impression d'être propulsée 40 ans en arrière!! à part le style des voitures (et encore là bas il reste des VRAIS pots de yaourt 500), tout était pareil
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 11 mois
C'est un peu fou et même temps je trouve cela très attendrissant ;)
RÉPONDRE
ClaoIl y a 1 an
Oh ! Les pancartes "no icecreams" je les avais oubliées !
J'ai fait l'impasse sur la visite de Santa Maria Novella : je ne me sentais pas de l'affronter avec la poussette double (nos enfants avaient alors 1an, 2 et demi et 6 ans lors du voyage). Finalement je n'ai peut-être grand chose à regretter, ouf.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Qu'est ce qu'elle m'a fait rire cette pancarte ;)

Mieux vaut aller seule dans ce genre d'endroit... Sinon on passe son temps à avoir peur que son petit casse un truc, marche sur le pied de la jolie dame venue dépenser des fortunes, renverse les vases.. bref mieux vaut y aller sans enfant ;)
RÉPONDRE
CecileIl y a 1 an
Ta phrase sur le fait de vivre "responsable" me fait penser qu'on y pense plus lorsqu'on est loin de chez soi, à l'étranger, avec moins de choses!
C'est la même chose de notre côté d'autant qu'à Barcelone les poubelles ne sont pas dans les immeubles mais plus loin dans la rue et qu'il faut donc porter les sacs jusque là. Autant dire que je fais attention à ne pas avoir trop de déchets! (on mange les carottes avec leur peau maintenant - il était temps :) )

Sinon, ton environnement a l'air infiniment poétique :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Pour les poubelles, c'est exactement pareil à Florence ;) Au début, j'ai trouvé cela assez contraignant mais finalement cela nous fait jeter beaucoup moins de choses ;)

Je pense que l'on choisi de voir ou non la poésie de ce qui nous entoure... Avant de partir, beaucoup de gens nous ont dit que Florence ce n'était pas une si jolie ville que cela. Tout dépend le regard que l'on pose sur notre environnement ;)
RÉPONDRE
AnneIl y a 1 an
Les photos des vues sur la ville sont magnifiques avec cette teinte dorée!
Savoir savourer et vivre pleinement les joies des enfants, c'est le bonheur!
Bonne fin de semaine, Lise!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je me régale avec Charles qui est de plus en plus espiègle !

Merci, à toi aussi :)
RÉPONDRE
GranpiIl y a 1 an
Chère Lise, les débuts de l'hiver à Florence semblent prometteurs...Prends bien soin de toi, je t'envoie toutes mes ondes guérisseuses pour le sevrage!!! Et bisous au petitou et sa jolie coupe de cheveux, qui lui va à ravir!!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci chère Granpi :)

Les bisous ont bien été distribués !
RÉPONDRE
Anne Laure Il y a 1 an
L'Italie est envoutante
Des étalages de fruits et légumes de mon marché zurichois je rêve de cette Italie
Quel bonheur de cuisiner ces légumes et d'entendre mes maraichers parler italien ce qui ajoute à mes résolutions d'appendre l'italien en plus de l'allemand pour la nouvelle année
Et je viens seulement de découvrir le gâteau de Noël le panettoni oui ici à Zurich je me rapproche tous les jours un peu plus de cette Italie tant fantasmée
C'est ce que j'aime le plus dans cette ville son ouverture internationale
Merci encore pour ce week diary
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 11 mois
Le panettone ? Quel régal ! En ce moment, impossible de s'en passer au petit déjeuner ;)
RÉPONDRE
MathildeIl y a 1 an
J'aime bien Charles qui parle par mots clés :) Au moins le message est parfaitement clair, il a tout compris.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 11 mois
C'est en effet très efficace ! ;)
RÉPONDRE
violette.bIl y a 1 an
Bonsoir ,

Ah SANTA MARIA NOVELLA , une fois dépassé le chic du lieu , la blouse blanche des vendeuses et les touristes , les produits et surtout les senteurs sont de qualité .
En effet prendre son temps pour sentir et découvrir .
Beaucoup de soliflore , j'ai violette et oeillet , top ,ce sont des eaux de toilette tenaces pour des eaux de toilettes , idéal en été , en savon melograno sent trop bon , savon de qualité , cadeau idéal .
La barrière de la langue et le cout m'ont freiné à tester les produits comestiques , mais je n'ai pas regretté mes achats .

A Florence j'ai adoré les gants , un grand choix du plus classique à l'excentrique , pour un prix correct , j'adore cet accessoire même si garde les mains nues , je porte de grosses bagues ......ils restent dans mon tiroir et je les regardent en m'imaginant avec .

Merci de ces retours de voyage si agréables
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 11 mois
Merci pour ces précisions sur les produits Santa Maria Novella cela me conforte dans mon envie d'y retourner :)

Ah, les gants !!! Ils sont sur ma wishlist de Noël ;)
RÉPONDRE
rorococoeugvicIl y a 11 mois
C'est justement ce lien si fort avec l'Histoire et leurs histoires qui me plait et me touche !
Par exemple, pourquoi Santa Maria Novella évoluerait-elle plus que ça ? Puisque c'est cette aura un peu mystérieuse du passé qui nous y attire justement ?! Regardez l'évolution marketing de Ladurée ... sans commentaires non ?!
Pour moi, l'Italie n'est pas figée, elle est fidèle ... et c'est ce qui fait son charme, lui donne une âme à part mais aussi une certaine force et la rend au final fascinante.
Ce qui n'empêche en rien la modernité d'ailleurs ...
Bonne continuation !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 11 mois
"Pour moi, l'Italie n'est pas figée, elle est fidèle ... "
C'est si joliment dit et si vrai :)
RÉPONDRE
NaomiIl y a 11 mois
C'est tout à fait vrai, l'Italie est fidèle : à sa culture, à son patrimoine.
C'est pour ça que les jolis villages toscans sont aussi bien préservés (en France, nombre de villages ont été littéralement bousillés par les promoteurs et les bétonneuses), et c'est pour ça aussi que les McDonald's ont autant de mal à s'implanter en Italie...
Je suis tout à fait d'accord avec toi, rorococoeugvic !
RÉPONDRE
ladyjajaIl y a 11 mois
Merci pour ce sympathique "city guide" qui, assurément, donne envie de marcher dans vos pas à Florence !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode