De Bonne Facture, la griffe "made by"

2513
Si je connaissais le principe du "made in", celui du "made by" - consistant à faire produire ses créations par divers ateliers choisis en fonction de leur spécialité - m'était jusqu'ici peu familier. Or, ce process exigeant pourrait bien offrir à la notion de prêt-à-porter une nouvelle densité, un nouvel intérêt. C'est en tout cas ce que m'inspire la griffe De Bonne Facture, qui a fait de ce concept sa pierre angulaire...
De Bonne Facture
Mardi 12 janvier, salon Pitti Uomo de Florence. En touchant le coton japonais des chemises de la griffe De Bonne Facture, puis en effleurant le drap de laine italien de ses pardessus, j'éprouve une curieuse sensation de bien-être. Comme si la qualité des matières que je sens alors sous mes doigts diffusait la douce promesse de durer longtemps, de vieillir joliment, de tomber parfaitement. De quoi me donner envie d'en savoir plus sur celle qui se trouve derrière ces pièces classiques mais contemporaines aux finitions léchées et à l'allure intemporelle. Rencontre avec Déborah Neuberg, la créatrice de la griffe De Bonne Facture...

Bonjour Déborah, quel est ton parcours ?


J'ai commencé à travailler chez Hermès en tant que chef de produit au département Soie, puis je suis partie travailler à Shanghai pour le Groupe Etam. J'ai démissionné de ce dernier poste et j'ai commencé à réfléchir à lancer mon propre projet.

Comment t'es venue l'idée de créer De Bonne Facture ?


Chez Hermès, j'avais eu la chance de travailler avec des artisans exceptionnels, de petits ateliers sous-traitants qui réalisent un travail extraordinaire pour les grandes maisons. J'ai été sensibilisée à ce savoir-faire et j'ai eu envie de construire un projet qui mette en avant des ateliers et avant tout de la qualité. En fait, j'avais envie d'incarner à nouveau le produit dans sa matérialité : matières, fournitures, détails, mode de fabrication. Ça me semblait important dans un secteur où l'image avait pris le dessus sur le produit. J'ai commencé à chercher des ateliers en France, avec un fort ancrage local et une tradition de fabrication sur des savoir-faire spécifiques : maille, chemise, cravate tricotée, pantalon... avec l'idée d'une ligne masculine de pièces simples, sobres et contemporaines, avec un choix de matières naturelles et authentiques. J'étais aussi très inspirée par la marque anglaise S.E.H Kelly qui me fascinait.

Comment procèdes-tu pour créer tes modèles ? Croquis ? Dessin à plat ?


Je fais un croquis et travaille aussi à partir d'inspirations visuelles et de pièces vintage. Je montre ce croquis et ce dossier d'inspirations à mon modéliste qui travaille un premier patron. Nous montons une première toile que l'on affine au fur et à mesure des essayages. Puis nous montons le prototype dans la matière finale. Toujours dans l'idée de montrer le process de fabrication chez De Bonne Facture, nous avons réalisé toutes nos doublures en toile de patronage à partir de l'Edition 7 que tu as vue au Pitti.
De Bonne Facture

Pourquoi des "éditions" plutôt que des "collections" ?


Des éditions parce que DBF propose des pièces faites pour durer et que je ne voulais pas m'inscrire dans une démarche "mode". L'idée est de conserver des modèles saison après saison en les déclinant dans de nouvelles matières ou avec de nouveaux détails.

Pourquoi avoir choisi de faire de l'homme ?


J'ai toujours préféré le vestiaire masculin : ses matières, son côté technique, qualitatif et intemporel.

Quel est ton client type ?


Un homme sensible à ce vestiaire et à la qualité des matières, des finitions... Cela peut aussi bien être un homme aux goûts classiques qu'au vestiaire pointu.

J'ai l'impression que tes pièces peuvent très bien être portées par des femmes. Est-ce vraiment le cas ?


OUI ! Je rêve d'ailleurs de pouvoir décliner toutes les pièces homme en version femme, j'ai déjà commencé, c'est disponible à notre showroom et nous les faisons à la demande. L'idée est d'adapter le patronage à un fit femme, en gardant l'esprit menswear et avec les mêmes matières, ateliers et détails de fabrication.

Comment sont calculés les prix de tes pièces ?


Les prix sont calculés à partir du coût des matières, des doublures et de la façon. Si nous appliquions les coefficients des marques classiques, nous serions au niveau des grandes maisons, ce qui est impossible pour une jeune marque malgré la qualité de notre produit. Ainsi c'est un compromis permanent entre la qualité de ce qu'on offre et le prix de marché. Quand on regarde certaines marques fabriquées en Europe de l'Est avec des matières standard, nous ne sommes parfois que 15 ou 20% plus chers, malgré des coûts beaucoup plus importants : matières japonaises, boutons en corne véritable, fabrication par des ateliers locaux français, travail poussé sur les coupes... C'est un positionnement particulier qui est comme me le disait un spécialiste américain "la niche confidentielle sur laquelle la marque donne au client le maximum de valeur pour un minimum de coût". Mais c'est une analyse d'initié qui n'est pas toujours comprise hors des personnes qui s'intéressent de près au produit, heureusement dans le menswear cette communauté s'élargit.
De Bonne Facture

As-tu des difficultés à trouver des distributeurs ?


Non, de très belles boutiques nous ont tout de suite repérés, mais c'est un vestiaire réservé pour l'instant aux connaisseurs et j'espère que l'on pourra davantage le faire connaître.

Ton meilleur souvenir avec De Bonne Facture ?


Tous les moments où j'ai pu passer du temps avec des personnes que j'admire dans ce métier. Tous les moments où je croise quelqu'un qui porte une de nos pièces ou simplement qui apprécie mon travail. J'ai d'ailleurs offert un pull à J.W.Anderson pour Noël et il a adoré, c'est intéressant de voir que quelqu'un qui réinvente la mode aime porter des pièces simples, sobres et de qualité.

Ta plus grosse galère d'entrepreneuse ?


Le financement. Les cycles de trésorerie sont difficiles à financer, plus on grandit, plus ils sont importants, et on a toujours besoin de continuer à investir pour développer la marque.

Es-tu confiante pour l'avenir ?


OUI !

Comptez 200 euros pour une chemise, 350 euros pour un pull et 960 euros pour un pardessus.
Site officiel : http://debonnefacture.fr/
Partager l'article
Par Lise Huret, le 25 janvier 2016 dans Marques & Créateurs
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
13 commentaires
Tous les commentaires
TwinkleIl y a 10 mois
Super l'idée de nous présenter cette marque à travers un entretien avec sa créatrice. Elle est effectivement un peu chère, mais elle a aussi l'air exceptionnel.
RÉPONDRE
AliceIl y a 10 mois
J'aime beaucoup aussi l'idée de présenter une marque en interviewant son créateur !
Article très intéressant : )
RÉPONDRE
Svs au LuxbgIl y a 10 mois
Chère Lise,

Merci beaucoup pour cet article très intéressant. C'est une excellente idée pour enrichir encore plus TDM.
RÉPONDRE
ChoubidouIl y a 10 mois
bon si elle décide de lancer une ligne femme, elle a déjà une cliente...
RÉPONDRE
WilliamIl y a 10 mois
"Un homme aux goûts classiques" ! C'est tout moi... ;)
Très intéressante cette interview, surtout le passage sur les prix...
RÉPONDRE
rorococoeugvicIl y a 10 mois
Belle découverte !
RÉPONDRE
LaureIl y a 10 mois
Je confirme : j'ai acheté une chemise De Bonne Facture sur l'Exception et elle est vraiment vraiment au top. Alors oui c'est cher mais cela n'a rien à voir avec une chemise Zara. Là j'économise pour m'acheter leur pull marin ;)
RÉPONDRE
Anne Laure Il y a 10 mois
Merci Lise pour cette découverte
J'aime tellement la mode masculine qui me correspond tellement plus de beaux basiques de belles coupes des matières parfaites
J'aimerais m'habiller avec ces marques hommes qui ont beaucoup plus le souci des finitions que pour le dressing femme
Bref si de bonne facture pouvait décliner ses modèles pour un 1m58 46 kgs je dis oui oui et oui
RÉPONDRE
liluIl y a 10 mois
Encore un article interessant.

J'aime beaucoup les chemins pris par plusieurs nouveaux créateurs mais je m'interroge.
Ils veulent du durable du "qui-se-garde" mais comment envisagent-ils leurs avenirs et leur pérennité avec une mode dite durable? Dans un monde où l'on nous pousse à consommer, comment voient-ils leur avenir ? Comment pensent-ils marketing et durée, nouveaux marchés...,?

Je ne sais pas si tu auras les réponses à ces questions mais l'envie de consommer autrement invite à se poser la question du "comment durer et réussir"?
RÉPONDRE
CarolineIl y a 10 mois
Superbe marque, mais pourquoi ne font-ils les vêtements féminins qu'à la demande? C'est tellement frustrant...
RÉPONDRE
romaneIl y a 10 mois
Mmmm le petit bomber noir en bas :3
J'aime beaucoup l'idée de faire une interview, merci Lise !
RÉPONDRE
Dimitri. Il y a 10 mois
Je cherchais justement une cravate en maille bordeaux, y'en a bien une, à 90€, mais en coton et viscose ; ça ne marchera donc pas pour moi cette fois-ci et c'est pas le prix qui me pose problème.
RÉPONDRE
CecileIl y a 10 mois
Quel coup de coeur! Je rêve d'un uniforme qui ressemblerait beaucoup à ceci...Et je suis très très fan du soin apporté aux matières!
Un jour peut être :)
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode