Ruth BellBackstage Tommy HilfigerDéfilé Marc Jacobs

Fashion week de New York - Automne/hiver 2016-2017

508
Entre silhouettes phares, partis pris stylistiques, gossips et tendances émergentes, tour d'horizon de ce qu'il faut retenir de la fashion new-yorkaise...
Ruth Bell
Véritable condensé du vestiaire de Rihanna, la collection Fenty x Puma imaginée par la chanteuse oscille entre esprit streetwear, dégaine hip-hop et emprunts à ses griffes de prédilections (Alexander Wang, Givenchy, Vetements…). Rien d'exceptionnel donc, mais qu'importe : Rihanna fait vendre. Il se pourrait d'ailleurs que sous l'influence de l'interprète de l'album "Anti", les baskets à talons aiguilles reviennent bientôt hanter les pavés urbains…
La coupe courte de Ruth Bell continue de séduire les designers, qui sont nombreux à avoir fait appel à elle (voir ici, ici et ).
La ceinture bandana du show Altuzarra a tout du DIY facile à réaliser (voir ici).
Binx Walton s'essaie au blond (voir ici).
Entre les déclarations mégalomaniaques de Kanye West (qui se verrait bien - entre autres - prendre la direction artistique de la maison Hermès), le fait qu'Anna Wintour fut placée juste à côté de Kim Kardashian et la mise en scène faisant référence au génocide rwandais, difficile de savoir ce qui fut le plus dérangeant lors de la présentation de "Yeezy 3"...
Le show Yeezy raconté par une de ses figurantes : voir ici.
Pour son dernier défilé, Alexander Wang s'amuse à prendre le contrepied de la notion de "bon goût". Il convoque pour cela l'univers goth/punk/sexy/sporty qui lui est cher et y puise de quoi constituer une garde-robe éclectique où le tweed se pare de cuir et de piercings, où la dentelle se mue en feuilles de cannabis, où les bonnets se parent d'inscriptions, où les vestes en jean assument une doublure hirsute et où les détails SM affluent. Et si cette collection se révèle parfaitement cohérente, elle aurait cependant plus sa place chez H&M que chez Net-a-Porter...
La gouache blanche, l'ultime produit de beauté ? (Fenty x Puma)
Comme le souligne Imogen Fox dans le Guardian, les "bad girls" ont littéralement pris d'assaut les catwalks (Fenty x Puma, Alexander Wang, Adam Selman).
Backstage Tommy Hilfiger
On laisse aux podiums le concept de la ceinture en fourrure (Michael Kors).
Oubliés les longs cils de biche : l'humeur est désormais au regard englué (Jason Wu).
L'installation de Rosie Assoulin lui aura valu une belle visibilité sur Instagram.
En imaginant une version légèrement compensée de la desert boot, Alexander devrait rebooster la cote de cette dernière (voir ici).
Nul doute que les affolantes robes d'Esmeralda ayant clôturé le show Altuzarra ne tarderont pas à se retrouver sur les tapis rouges de 2016...
Placée en front row de nombreux shows, CL - chanteuse star coréenne - semble être en passe de devenir l'une des chouchoutes du fashion system. À quand le contrat d'égérie ?
Mêlant manteaux parfaitement coupés et non dénués de caractères, pièces masculines revisitées en mode féminin et robes sexy aux allures de couvertures drapées, la dernière collection de Victoria Beckham allie confort et féminité. On note au passage qu'après s'être fortement inspirée du travail de Roland Mouret, la créatrice semble aujourd'hui bien plus proche du style de Phoebe Philo (il suffit pour s'en convaincre de jeter un oeil au look qu'elle arbora lors de son salut final).
On retient l'idée du trait de lipstick rouge pour réhausser un look casualwear (Proenza Schouler).
Diane Von Furstenberg troqua son traditionnel défilé contre une "présentation informelle" qui, si l'on en croit Cathy Horyn, tourna franchement au ridicule...
Chez Mansur Gavriel, l'illustratrice - et petite amie de Scott Schuman - Jenny Walton joue les mannequins (voir ici).
En mariant sous-pull à collerette, robe ajourée piquée de sequins et hautes bottes noires, Derek Lam offre au sous-pull un dress code diablement sexy (voir ici).
C'est assises sur la moquette que les soeurs Olsen assistèrent à leur propre show (voir ici).
Chez J.Crew, tout est une fois de plus dans le mix and match des styles, des coloris et des imprimés. Cette saison, c'est ainsi l'alliance entre gris souris, jaune pâle et lavande qui retient l'attention (voir ici).
Défilé Marc Jacobs
En décidant de fusionner lexique de la Marine, style Pearl Harbor et fantaisie Gucci, Tommy Hilfiger pouvait difficilement se fourvoyer. À défaut d'être extrêmement subtils, ses marinières revisitées (voir ici, ici et ), ses coquettes robes 40's (voir ici, ici et ) et ses manteaux d'officiers twistés (voir ici, ici et ) affichent en effet une savoureuse fraîcheur.
Si l'on en croit son tee-shirt, c'est à Hillary Clinton que Marc Jacobs apporte son soutien.
Chez Rodarte, la mariée était en noir et les fleurs en métal.
Depuis l'arrivée du designer britannique Stuart Vevers, Coach a pour ambition de devenir une griffe qui compte. Et si les jeunes stars présentes cette saison en front row (Emma Roberts, Chloë Grace Moretz et Riley Keough) ont dû apprécier les blousons de base-ball oversize, les robes sixties et autres fourrures chocolat, on regrette néanmoins que Vevers ait puisé à ce point dans les "archives" Miu Miu...
Pile dans l'air du temps, les pantalons à bandes Rag&Bone ne devraient pas laisser indifférentes celles rêvant d'aller au bureau en jogging (voir ici).
Gorgée de références artistiques, la collection Proenza Schouler oscille entre coupes insolentes et manque d'évidence (voir ici).
Chez Marc Jacobs, les mannequins ont des allures de personnages Tim Burtoniens. Perchées sur des bottines aux plateformes vertigineuses et parées de toilettes le plus souvent taillées en mode oversize, ces dernières ressemblent à en effet à d'immenses poupées pourvues de toutes petites têtes et à la mise étrange, voire lugubre. En télescopant sa propre grammaire aux styles victorien, punk et streetwear, Marc Jacobs livre une fable goth' que n'aurait certainement pas renié feu Alexander McQueen. Reste à savoir ce que les pièces du show donneront une fois portées avec une hauteur de talons raisonnable…
Chez Marc Jacobs, Lady Gaga s'improvise top model (voir ici).
Bruce Willis est venu supporter sa fille à l'occasion de ses premiers pas en tant que créatrice de mode (voir ici).
Et si le street-style, c'était mieux en dessin ? (voir ici et ) (croquis de Damien Florébert Cuypers)
Partager l'article
Par Lise Huret, le 20 février 2016 dans Défilés
Vous aimerez également
Fashion week de Milan - Printemps/été 2017
Il y a 2 mois - 18
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
8 commentaires
Tous les commentaires
SamanthaMIl y a 9 mois
J'ai trouvé qu'il y avait du bon dans l'ensemble ou du moins une légère amélioration par rapport aux défilés de la saison précédentes. Par contre ces "filles de" qui se lancent dans la mode je trouve ça pathétique...et le look platine de Kim Kardashian...beurk! Mention spéciale pour les croquis street style! Je trouve ça adorable et beaucoup moins prétentieux, bonne idée!
RÉPONDRE
Jacinthe Il y a 9 mois
Pas éblouie par les croquis de streetsyle...
Je trouve que cela ne présente aucun intérêt ( j'avoue être déjà fatiguée par la version photo), on ne voit pas grand chose, et la patte n'est pas fantastique...
J'ai adoré la collection de Victoria Beckham. Plus ça va, et plus elle me bluffe !
Pour une fois, malgré son manque d'originalité, j'aime beaucoup Hilfiger.
Wang aussi, mais je t'approuve, on pourrait voir ça chez h&m...
J'ai aussi été très sensible aux couleurs JCrew.
Par contre, la collec de Marc Jacob me laisse perplexe.
RÉPONDRE
Cohiba Il y a 9 mois
Merci pour ce compte-rendu, Lise.
Entre le look femme tondue de Ruth Bell, l'évocation du génocide rwandais chez Yeezy, les bad girls à la mine de toxicos et l'ambiance glauque du show Marc Jacobs, cette NFW me semble être des plus malsaines. Sans parler de la présence de Rihanna qui, depuis son immonde clip "Bitch better have my money", ne m'inspire que dégoût et répugnance.

Seuls le défilé Victoria Beckham avec ses coupes impeccables et les adorables petites robes rétro de chez Tommmy Hilgiger sont dignes d'intérêt.
RÉPONDRE
AdèleIl y a 9 mois
Tout à fait d'accord ! Et encore, je trouve que le show Tommy Hilfiger n'avait franchement rien de palpitant. J'ai beaucoup aimé Victoria Beckham et Altuzarra en revanche
RÉPONDRE
....Il y a 9 mois
Une semaine New-Yorkaise relativement inégale. La NYFW est presque un condensé des excès de l'industrie aujourd'hui.
La celebrity culture poussée à l'extreme avec toutes ses stars qui se lancent (Rihanna, Kanye, la petite Willis), ses stars qui réussissent (Beckham, Olsen) et les autres.
J'ai trouvé l'évocation rwandaise de Yeezy d'un mauvais gout assez sidérant et surtout d'une ignorance impardonnable. Le tout pour quoi? Des sweat-shirts, des joggings et des collants/body chairs? Le pire est de voir Anna & Carine participer à ce spectacle....à moins qu'elles n'aient perdues la main face à ce monstre qu'elles ont créées (à savoir les Kardashians-West dans la mode!)

Niveau création: Marc Jacobs, Thom Browne, Rosie Assoulin, Phillip Lim & DKNY sont mes highlights de la saison. Des propositions fortes mais surtout des vêtements qui intriguent ou une allure/démarche qui fait mouche.

J'aime bien Coach. Ils devraient cependant baisser leurs prix. Je ne pense pas que le positionnement "luxe-créateur" soit le bon pour eux.

Je n'attends rien de LFW (je la trouve un peu surestimée)...surtout depuis que mon chouchou n'y défile plus. Donc, hâte pour Milan (même si on peut toujours avoir une belle surprise!)
RÉPONDRE
jickyIl y a 9 mois
... et du coup tu nous apprends que le Sarto pygmalionant fait encore dans la jeune illustratrice :-)
J'ai googlisé la fille, j'aime bien ce qu'elle dessine. Du très (vrai et original) joli dessin de mode:
https://40.media.tumblr.com/7f652dbe0a0f1aa61cdc1b...
RÉPONDRE
stylish girlIl y a 9 mois
Je valide à 200% la ceinture fourrure ! C'est mon coup de coeur de la saison
RÉPONDRE
EliseIl y a 9 mois
Les silhouettes de Marc Jacobs m'ont tapé dans l'oeil !
Elles me font penser à celles du fameux Horn of Plenty de McQueen et ont su réveiller mon intérêt qui s'était un peu émoussé à la vue de toutes ces collab' dopées au star système qui ont tant été mises en avant par les médias.
Ici au moins on nous raconte une histoire, on nous plonge dans un univers qui fait rêver, qui fait peur, qui intrigue et c'est chouette ! Un peu comme celui de Gareth Pugh, leurs créations ne sont pas toujours transposables dans la vraie vie mais au moins elles ouvrent des perspectives (enfin pour moi).
Bon j'aime bien aussi les manteaux de Hilfinger hein !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode