Week diary #60

Au menu de la semaine : départ florentin, vol mouvementé, adorable pied-à-terre, retrouvailles parisiennes, pique-nique au Luxembourg, baguette croquante, appartement chaleureux, visite médicale épique et amitié délicieuse...
Paris

Jeudi 31 mars


9h : Nous refermons la porte de l'appartement qui aura abrité nos vies pendant 5 mois. Chargés plus que de raison, le coeur légèrement chaviré, l'excitation à fleur de peau, nous descendons pour la dernière fois les longs escaliers de pierre de notre immeuble/ancien palais florentin et sautons dans un taxi. Direction l'aéroport.
11h10 : Une vague de turbulences malmène généreusement notre avion. Sortant à ce moment précis des toilettes, Julien et Charles perdent l'équilibre et se retrouvent assis sur le sol. Un "mamannnn" vigoureux et apeuré s'élève du fond de l'avion... Puis, d'un coup, tout s'apaise. Vive les micros films catastrophe...
12h15 : En sortant du terminal, l'air froid me saisit au visage. Et dire qu'hier soir encore nous étions assis sur un banc en petits pulls légers à déguster une glace…
14h : Nous prenons possession de notre petit et très temporaire nid douillet parisien. Déniché sur Airbnb, il se révèle bien plus joli qu'en photo. Ses 40m2 sont parfaitement exploités, chaque détail a été parfaitement pensé et cela procure une délicieuse sensation de confort. La vue au loin sur le Sacré Coeur achève de nous séduire.

Vendredi 1er avril


8h30 : Au Starbucks du coin, je trempe mes lèvres dans un grande americano et repose aussitôt mon gobelet en carton, surprise par le goût aigre de ce breuvage insipide. Le café italien me manque déjà...
11h : Je travaille sur mon ordinateur posé sur le bar de la kitchenette. Tout est calme, Charles a retrouvé son ancienne nounou, Julien code sur le canapé, j'ai du temps… Quel luxe !
18h : Je récupère un petit garçon souffreteux. Après 5 mois de trêve florentine, il ne lui aura fallu que 24h à Paris pour renouer avec ses problèmes respiratoires. Coïncidence ?  

Dimanche 3 avril


11h40 : Le ciel bleu me met le coeur en joie et offre à Paris une sublime toile de fond. Nous décidons de renouer avec nos anciennes habitudes et d'aller "pique-niquer" au jardin du Luxembourg situé à deux pas de l'appartement.
12h10 : Assis sur un confortable banc, le visage baigné de soleil, sirotant un coca et surveillant du coin de l'oeil les malheureux pigeons tentant d'échapper aux assauts de notre ornithologue en culotte courte, nous réalisons à quel point Paris nous a manqué. Loin de cette ville et de ses contraintes, on oublie vite sa beauté, son caractère unique, sa grandeur, son charme…
16h20 : Notre immeuble étant situé à quelques mètres seulement d'une boulangerie se vantant de produire la "meilleure baguette de Paris", nous ne résistons pas à l'appel du goûter. Bien nous en a pris : entre croûte craquante et mie alvéolée élastique, celle-ci mérite sa médaille !

Lundi 4 avril


12h30 : Installées à l'une des tables du Dépanneur, nous savourons avec Lili la joie de nous revoir. Plus sereine que jamais, elle me parle de ses enthousiasmants projets, évoque ses futurs voyages ainsi que l'impact des réseaux sociaux sur les enfants. J'aime cette force à la fois fragile et déterminée qui émane d'elle.
14h20 : Lili m'invite à visiter son nouvel appartement. Face aux teintes parfaitement choisies recouvrant les murs, aux meubles bien pensés, mais aussi et surtout à cette cuisine familiale où la grande et longue table invite aussi bien à un dîner joyeux qu'à la résolution d'exercices de mathématique, j'envie soudainement cette capacité qu'ont certains à s'ancrer quelque part et à se construire à un cocon.
Place Saint Sulpice

Mardi 5 avril


12h10 : Dans le Uber me menant à mon déjeuner avec Géraldine, j'ai la très mauvaise idée de communiquer par SMS avec Alice. En deux minutes, j'ai le coeur au bord des lèvres. J'avais oublié à quel point je ne supporte pas d'être assise à l'arrière d'une voiture…
12h30 : Dans son trench mastic ceinturé sur sa robe fleurie Topshop, Géraldine a tout de l'élégante working girl. Devant une entrecôte (pour elle) et une salade de saumon (pour moi), nous évoquons son travail, sa nécessité d'aller courir chaque matin pour tenir le coup et notre prochain déménagement à Toronto. Étonnée d'apprendre que je n'ai pas encore lu le livre de Sophie Fontanel, elle me le conseille vivement. Pour mille raisons, je n'ai pas encore réussi à ouvrir ce livre dont tout le monde chante les louanges. Il va bien falloir que je finisse par m'y plonger...
17h30 : Nous pénétrons dans le cabinet du médecin censé nous délivrer la dernière pièce manquant à notre dossier pour l'obtention de notre visa canadien. Charles, surexcité, escalade le moindre pot de fleurs et pousse des cris de ninja… Je l'assois sur une chaise et lui demande de se calmer. C'est alors qu'il me lance à haute et intelligible voix : "taper Yarles ?" Moi, surprise : "qui te tape ?" et lui de répondre : "Maman, maman taper Yarles". Je me pétrifie sur place. Je sens un silence s'installer dans la pièce. "Mais mon chéri, je ne te tape pas !". "Maman pas taper Yarles !". Je me retourne vers le docteur, qui me délivre sentencieusement un : "La vérité sort de la bouche des enfants...". Je suis mortifiée…

Mercredi 6 avril


13h : Je retrouve mon amie Delphine au Hibou. 15 années ont beau nous séparer, elle fait partie des femmes avec qui j'ai le plus de complicité. Longue et fine dans sa veste à paillettes bleu marine, elle n'a pas changée, toujours aussi belle et libre. Nous passerons une partie du déjeuner à évoquer la maison au Portugal dont elle a dessiné les plans avec passion. Avec ses murs peints à la chaux, son toit-terrasse et ses fenêtres tournées vers les rizières, cette demeure - qui ne vit pour l'instant que sur le papier - a tout du paradis terrestre.
19h : Charles rampe sous la table basse de notre amie américaine d'origine coréenne. Présente en France depuis une dizaine d'années, celle-ci m'évoque le sentiment de suspicion qu'elle ressent actuellement à son encontre lorsqu'elle prend les transports en commun. Il faut dire que pas plus tard que la semaine dernière, une vieille dame dans le bus l'a regardé droit dans les yeux et lui a lancé un : "Retournez dans votre pays !". Sérieusement ?...

Jeudi 7 avril


8h : Sur mon tapis de course, j'avale les kilomètres, je me sens bien.
12h30 : Je traverse la place Saint Sulpice, m'abîme un instant dans la contemplation de ces deux tours faussement jumelles, me lave l'esprit dans l'eau débordante de la fontaine et me souviens de Charles effectuant ses premiers pas hésitants sur ces mêmes pavés.
12h45 : Assise à la terrasse du café des Éditeurs, je guette l'arrivée de Mai. Avec son sweat à capuche, ses imposants écouteurs et sa jupe Dries Van Noten, celle qui nous prépare un film aux émotions à fleur de pellicule possède une allure folle, unique, inimitable. La joie de nous retrouver nous jette dans les bras l'une de l'autre. C'est long 5 mois...
21h : Je commence "La Vocation" de Sophie Fontanel.
23h : Je comprends pourquoi ce livre est tant apprécié.

Vendredi 8 avril


6h : Sur le lit canapé, Charles ronfle adorablement. J'essaie de ne pas faire de bruit en commençant à rassembler nos affaires. Demain, nous partirons 15 jours chez mes parents dans le Massif Central (j'ai hâte de me promener sur les sentiers lozériens, de croquer dans une tranche de tomme fraîche et d'aller compter les moutons avec Charles). Puis, après une pause de 3 jours à Paris, nous nous envolerons vers Toronto...
Partager l'article
Par Lise Huret, le 08 avril 2016
Vous aimerez également
Week diary #66
Il y a 1 mois - 63
EN SAVOIR PLUS
Week diary #65
Il y a 2 mois - 29
EN SAVOIR PLUS
Week diary #64
Il y a 4 mois - 25
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
28 commentaires
Tous les commentaires
romaneIl y a 7 mois
Bonjour Lise !
Pas très drôle ce week diary :(
Le jugement du médecin est odieux, il n'est pas sensé donner son avis et croire tout vieil adage de vieille femme... Sur tous les baby-sittings que j'ai pu faire, j'ai vu des enfants qui pleuraient dans les bras de leurs parents en affirmant que je les tapais, ou que je les enfermais dans le placard, se vengeant parce que je leur avais refusé un caprice...
Ton retour florentin est bien triste, vivement que vous vous ressourciez chez la famille !
Prenez soin de vous <3
RÉPONDRE
OliviaIl y a 7 mois
J'ai dû relire une nouvelle fois le week diary après ce commentaire car à la première lecture, je ne l'avais pas du tout trouvé triste ou pas drôle. A la deuxième lecture non plus, j'ai retenu le pique-nique au jardin du Luxembourg, les retrouvailles chaleureuses avec des amies magnifiques, Saint-Sulpice sur fond bleu et les perspectives d'un séjour familial et d'une nouvelle aventure.
Bien sûr, il y a aussi les jugements à l'emporte-pièce, l'atmosphère polluée ( au sens propre - les problèmes respiratoires - et au figuré - le cas de ton amie coréenne), mais en résumé, plutôt une bonne semaine de transition, non?
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
Oui, une très bonne semaine ;)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
Mais non, ne t'inquiètes pas tout va bien ;) Les petites contrariétés n'ont pas obscurci notre semaine :)
RÉPONDRE
ladyjajaIl y a 7 mois
All the best for the future !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
Merci :)
RÉPONDRE
Cohiba Il y a 7 mois
Quel déchirement cela doit être, de quitter Florence après y avoir élu domicile pendant plusieurs mois !
L'air de Paris a dû vous sembler encore plus froid.

Ce que tu relates de la remarque du médecin m'a donné un sentiment de malaise.
Visiblement, Paris ne fait pas beaucoup de bien à Charles.

Je vous souhaite un agréable séjour dans ta famille.
Et surtout, continue le travail que tu accomplis sur TDM. C'est toujours un vrai plaisir de te lire.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
C'était très bizarre cet épisode avec Charles... J'ai limite du mal à m'en remettre, mais bon cela va passer !

Merci, c'est vraiment très gentil de ta part Cohiba :)
RÉPONDRE
Liberty RiveterIl y a 7 mois
Bon retour en France, quand même, malgré les désagréments rencontrés ici et là...
Quelle chance d'avoir la vue sur le Sacré-Coeur ! Après l'appartement boulevard Saint-Germain et maintenant celui-ci, c'est clair : vous avez l'oeil pour dénicher les apparts permettant de profiter de la belle architecture de Paris :-)

Je reste admirative de ce mode de vie nomade que tu as adopté avec ta famille. On en parlait avec mon petit ami dernièrement : ça demande une sacré capacité d'adaptation et un réel côté intrépide. Pour les deux casaniers attachés à leur mode de vie que nous sommes, lui et moi, ce serait notre pire cauchemar :-D...On adorerait passer un mois en Nouvelle-Zélande, mais la perspective des 24 heures d'avion et l'absence de repères nous paralysent déjà :-( C'est tellement bête...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
C'est vrai que l'on a beaucoup de chance avec nos appartements !

Angoisser à l'idée d'un voyage de 24h en avion n'est pas bête loin de là ! C'est au contraire une très bonne chose de connaître ses limites et ses peurs ;)
Maintenant un voyage en Nouvelle Zélande vaut peut-être le coup de travailler dessus ;)
RÉPONDRE
GranpiIl y a 7 mois
Certaines personnes jugent trop facilement les parents alors qu'eux-mêmes, à cette place ne font pas mieux... je pense qu'il vaut mieux mépriser ce genre d'attitude.
Reposez-vous bien en Lozère et bisous guérisseurs à Charles!!!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
Les bisous seront délivrés ! Merci pour lui :)
RÉPONDRE
anaIl y a 7 mois
Chère Lise,

J'ai lu La Vocation mais en lisant ton week diary de cette semaine je me suis dit que j'ai hâte de lire ton roman. Tu nous fait vivre tous ces petits (et grands) moments intensemment (comme le démontrent les commentaires). Ce serait demage que tu n'écrive pas un livre...

Bonne chance pour les prochaines aventures!!

bisous

PS: Jimagine que la maison de ton amie est à Comporta. Je suis curieuse....
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
C'est adorable, merci ! C'est l'un de mes rêves, on verra s'il se réalise un jour ;)

Bien vu pour Comporta ;)
RÉPONDRE
moiaussiIl y a 7 mois
Hello Lise,
Toujours aussi délicats et si doux à lire tes week diary.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
Merci beaucoup !
RÉPONDRE
léontineIl y a 7 mois
Quelle belle semaine, pleine de retrouvailles et de bons moments, à part l'épisode du médecin, mais il vaut mieux en rire je crois :-) !!! Et que de projets réjouissants en perspective, je suis contente pour toi et je t'envie aussi un peu ;-) En route pour de nouvelles aventures, je suis très heureuse que tu nous les fasses partager.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
Longtemps j'ai ressenti une pointe d'envie en regardant la vie des autres, jusqu'au jour où je me suis dis "tu es libre d'avoir la vie que tu veux, à toi de mettre tout en oeuvre pour".
On n'a qu'une vie, il faut tout faire pour la rendre conforme à nos rêves d'enfants :)
Je t'embrasse
RÉPONDRE
EleIl y a 7 mois
Merci pour le privilège de te suivre dans ton quotidien. Je dois absoluement me procurer le livre de Sophie Fontanel. Je te souhaite pleins de belles choses à Toronto!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
Il est sur Kindle ;)

Merci !
RÉPONDRE
CecileIl y a 7 mois
Aaaaah comme j'ai attendu cet article!!
Je ne le ressens pas comme triste non plus mais plutôt comme un article de transition, ou forcément les souvenirs viennent essayer d'accrocher l'esprit avant qu'on se jette (de tout coeur) dans une nouvelle aventure!
Bon j'espère que le médecin vous a délivré le précieux sésame :)
Bon week-end à tous!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
;)
On croise les doigts pour le doc !

Merci à toi aussi :)
RÉPONDRE
FrancoiseIl y a 7 mois
Lise, comme j'aime cette post. Moi aussi dans Uber j'ai la nausee tres vite, que je sois assise derriere ou meme devant a cote du chauffeur. Je ne sais pourquoi ! J'aime que tu ne t'attaches pas trop aux lieux et aux choses. Quand on est avec ceux qu'on aime, le materiel c'est pas si important. Une vue bien bouddhiste et vraie des choses, finalement. Mon reve est le minimalisme en fait. Ma maison ici a Seattle est pratiquement vide. Tres peu de meubles. Pas d'accumulation. Beaucoup d'espace. Mon reve c'est de pouvoir emporter toutes mes possessions dans 2 valises seulement si je devais partir. Impatiente de continuer de lire tes aventures avec ta petite famille. Bisous !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
La "non possession" est à mon avis un vrai pas vers le bonheur... C'est tellement apaisant.

Prend bien soin de toi chère Francoise
RÉPONDRE
AnneIl y a 7 mois
Ah oui, profite surtout du fromage, c'est très difficile à trouver à Toronto!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 7 mois
Oui tu as raison, cela nous avait manqué à Vancouver ;)
RÉPONDRE
AuroreIl y a 7 mois
Lise, tout d'abord merci pour ces posts que je lis chaque semaine avec grand plaisir, et pour ce site qui est le seul "blog" auquel je trouve un réel intérêt.
Mais je souhaitais réagir aux commentaires concernant l'attitude du médecin : je trouve tout à fait normal qu'il ait réagi aux propos de Charles ! Le médecin généraliste doit s'inquiéter de la santé de ses patients, pas juste délivrer des ordonnances, et cela comprend aussi le fait de donner l'alerte quand il estime que des personnes en situation de faiblesse (comme les enfants) sont en danger !
Après, bien entendu, il s'agit de faire la part des choses, toute parole venant d'un enfant ne doit pas être prise au pied de la lettre. Tout au plus peut-on lui reprocher cette phrase étrange ("la vérité sort de la bouche des enfants" ; qu'il aille plus loin s'il a un doute !), mais certainement pas, à mon sens, d'avoir relevé les paroles de Charles. Enfin, tout ça pour te dire, que je ne pense pas qu'il ait cru Charles vraiment en danger, sinon son rôle aurait été de pousser un peu plus les questions pour s'assurer de l'absence de danger. Mais le manque de confiance en le bon sens des médecins que j'ai lu dans les précédents commentaires m'atterre. Ou alors est-ce juste un grand élan de sympathie pour cette chère Lise :)
RÉPONDRE
AliIl y a 7 mois
Il va falloir que j'achète La Vocation maintenant, ça m'intrigue que ça t'ait intrigué. Pfff ! <3
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode