Défilé Gucci Resort 2017Défilé Gucci Resort 2017Défilé Gucci Resort 2017

Gucci : Défilé croisière 2017

257
Après New York, c'est cette fois-ci à Londres - et plus précisément au sein de l'abbaye de Westminster - qu'Alessandro Michele a choisi de dévoiler l'opus Gucci Resort 2017. Une collection à la fois gorgée d'effluves britanniques et saturée de fantaisie guccienne…
Défilé Gucci Resort 2017

Ode à l'Angleterre


Si certains créateurs choisissent de délocaliser leur défilé croisière dans des lieux sublimes sans réellement intégrer dans leur collection l'influence de ces derniers, ce n'est assurément pas le cas d'Alessandro Michele, qui présenta au sein du cloître de l'abbaye de Westminster un opus Gucci croisière 2017 infusé de références british.  
Il faut dire que celui qui déclara récemment "English culture is in a way very close to my beautiful chaos" n'eut pas à se forcer pour s'immerger au sein du patrimoine anglais et de la pop culture locale.
Difficile ainsi de dresser une liste exhaustive des innombrables clins d'oeil que fit l'actuel chouchou de la fashion sphère à la patrie des Beckham et de Kate Middleton, entre jeans bleachés, pull aux couleurs de l'Union Jack, toilettes de bal victoriennes, broderies kitsch, trench-coat camel, bottines plateformes Spice Girl, puppies en pagaille (voir ici, ici et ), robe en soie époque Thatcher, kilt, motifs pour service à thé, tartans, références aux looks "Balmoral" de la reine et mini-jupe punk.
Sans parler de son subtil hommage à la prêtresse du punk couture qu'est Vivienne Westwood, sous la forme d'une ample robe de bal en tartan ornée d'un fauve brodé...

La grammaire Alessandro Michele


Les effluves pop, punk, kitsch et grunge du défilé ont beau porter le sceau de la couronne anglaise, cette collection croisière n'en demeure pas moins 100% "michelienne". Il est ainsi impressionnant de constater que quel que soit le thème abordé, Alessandro Michele parvient systématiquement à y mêler sa propre grammaire, consolidant de show en show le nouvel ADN Gucci.
Sans surprise, on retrouve ainsi ses pièces fétiches qui le suivent d'une collection à l'autre et qui ont tendance à rendre hystériques les Gucci's girls (bombers texturés, modèles estampillés d'animaux (brodés ou imprimés), sac Gucci paré des fantaisies du moment), mais aussi sa propension à penser ses silhouettes comme un mille-feuille d'influences racé.
On note par ailleurs que s'il célèbre aujourd'hui le grunge british et le punk outrancier, rien au sein de sa collection n'est réellement trash ou destroyed, bien au contraire : chaque silhouette se voit nimbée de cette désormais fameuse patine Gucci où glitter, bonne humeur, excentricité et outrance chatoyante viennent gommer toute potentielle mélancolie ou aspérité.
Défilé Gucci Resort 2017

Le culte des accessoires


Difficile lorsque l'on contemple une collection d'Alessandro Michele de ne pas être frappée par l'attention toute particulière portée aux accessoires, tant ces derniers irradient de fashion appeal et donnent envie d'être arborés dans l'instant. Malheureusement, leur haute densité en fantaisie les condamne à être consommés avec modération (et en solo), sous peine de voir leur coquetterie perdre en impact.
Parmi la pluie de mignardises prêt-à-porter imaginée par Michele, on retiendra cette saison la casquette/turban chatoyante (à porter avec un look sobre bleu marine), les sandales perlées à studs (qui auront l'avantage de mieux tenir le pied que les fameuses mules GG), les immenses lunettes deux en un, les babies/mocassins/brogues, les lunettes de soleil parées de délicats feuillages, les grands fourre-tout en cuir brodé ainsi que les chapeaux pour élégante maniérée, sans oublier les foulards et les multiples bagues.

Les petites choses à retenir


La présence sur le podium d'Erin O'Connor nous rendit un brin nostalgiques des années 90.  
Parmi les "new faces" aperçues au sein du casting Gucci, Alicia Burke, Esme Ham et Lina attirèrent particulièrement l'attention.
Chaque invité reçut un oreiller brodé ; un cadeau un brin encombrant, mais parfait pour les clichés Instagram !
Leandra Medine semble avoir trouvé en Alessandro Michele son âme soeur (voir ici).
Légèrement délavé et un brin loose, le tee-shirt estampillé Gucci rejoint la famille des "bankable tees" du moment (voir ici).
A l'instar des chokers nineties, les collants sans pied en dentelle colorée sont à réserver aux trend-setteuses les plus téméraires.
En raison du lieu du défilé, la "fashion crowd" fut soumise à un traitement inhabituel : interdiction de fumer aux abords du cloître et de poster sur les réseaux sociaux avant le show, mais aussi prière de parler à voix basse et de limiter les photos durant le défilé. Voilà qui a du en perturber plus d'un…
Lors de l'after party, Elle Fanning osa le survêtement et ne s'en sortit pas trop mal (voir ici).
Défilé Gucci Resort 2017

Gucci et moi


Il m'aura fallu un certain temps pour comprendre que la débauche de références, de détails et de couleurs inondant les collections d'Alessandro Michele n'était pas un simple gimmick à visée commerciale, mais plutôt la transcription sincère de l'imagination volubile du créateur. Mais aussi que pour apprécier son travail à sa juste valeur, il me fallait l'appréhender en deux temps.
Désormais, je commence ainsi par me laisser chambouler par les silhouettes, par leur allure et par l'énergie qui en émane. Les mannequins sont alors pour moi autant d'acteurs éthérés et - paradoxalement - chatoyants qui m'invitent au sein d'un univers fantasmé où mode et individualité fusionnent pour le meilleur. Puis le défilé prend fin, la magie s'estompe et le principe de réalité reprend ses droits.
Dans un second temps, je prends le temps d'observer en détail les différents looks proposés et réalise que prises séparément, les pièces se révèlent souvent parfaitement portables. Il faut dire que chez Gucci, l'accent est davantage mis sur la sophistication des détails que sur la complexité des coupes.
Pour ce qui est de cette saison, si je trouve le stylisme de la collection Resort 2017 un brin indigeste, je n'en prends pas moins plaisir à décortiquer les cadavres exquis esthétiques qui l'émaillent...

PS : Le designer devrait inciter les street-styleuses, "it" girls et autres influenceuses à ne pas porter de Gucci en total look, tant cela peut vite tourner à la caricature...
Partager l'article
Par Lise Huret, le 06 juin 2016 dans Défilés
Vous aimerez également
Défilé Gucci - Automne/hiver 2016-2017
Il y a 9 mois - 4
EN SAVOIR PLUS
Défilé Gucci Homme - Automne/hiver 2016-2017
Il y a 10 mois - 12
EN SAVOIR PLUS
Gucci ou comment manier la couleur en 2016
Il y a 1 an - 18
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
7 commentaires
Tous les commentaires
....Il y a 5 mois
Ce que trouve drôle dans le meli-melo Gucci est qu'au final, ce sont juste des variations de pièces ayant déjà défilé: les mêmes robes que les précédentes collections avec des combinaisons de couleurs différentes, les mêmes manteaux avec également des couleurs différentes...etc.

D'un côté c'est très bien pour ceux ou celles qui n'ont pas pu acheter les pièces qu'ils convoitaient sur les précédents shows et de l'autre, ça permet aux autres de ne pas se ruer chez Gucci pour attendre quelque chose de nouveau.

C'est bien pour Michele, Gucci est redevenu à la mode, c'est festif et tout et les vêtements redeviennent importants chez Gucci mais je trouve que ça peut très vite lasser et finalement, une fois que l'oeil est habitué, ce n'est plus vraiment choquant ou visuellement frappant.

Il me rappelle le Galliano du début des années 2000 ou un ersatz de Lacroix...en version beaucoup plus pragmatique.

La robe Westwood est ma pièce préférée de la collection.
RÉPONDRE
OliviaIl y a 5 mois
C'est intéressant ce que tu dis concernant le fait d'appréhender Gucci en deux temps. Je suis coincée au premier temps. J'apprécie les couleurs, l'imagination, l'univers, mais alors je n'arrive pas du tout à décortiquer et à imaginer n'importe quelle pièce dans ma garde-robe
RÉPONDRE
JaunieIl y a 5 mois
Erin O'Connor, Jacquetta Wheeler, Hannelore Knut!
C <3 <3 L !
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 5 mois
Il a beaucoup, beaucoup, d'humour Michele ! Il a osé reprendre un t-shirt très inspiré par la contrefaçon :-)
Je dis OUI à toutes les pièces avec l'Union Jack.
Il y a un gros travail de stylisme pour arriver à ce résultat sur podium. Parce qu'effectivement, beaucoup de pièces semblent accessibles, portables. La bague perlée est splendide #wishlist, comme le reste des accessoires ! Il injecte beaucoup de fun, de l'audace et cette pointe de dérision qui manquait peut-être à Gucci ces derniers temps.
J'aime vraiment la façon dont il rend punk le look Balmoral de la reine. La robe façon Westwood est également ma préférée.
Mon total look Gucci pour cette collection : la bague + la robe Westwood + les shoes de ce look + lunettes feuillages + un sac pm porté main.
RÉPONDRE
emmanuelisIl y a 5 mois
D'une certaine façon Gucci a toujours été une maison dosant l'extravagance. Que ce soit dans les 70's ou à l'âge d'or de Tom Ford. Frida Giannini eut le tort de ne pas se renouveler en restant trop conventionnelle, mais en phase avec une clientèle des années 2000 venue de l'Est en recherche de modèles 'rassurants'.

Qu'on aime ou non l'esthétique insfufflée par Michele, force est de reconnaître que tout en se répétant, il renouvelle la silhouette Gucci avec le fameux adage qui consiste à dire que l'on a tout changé sans rien changé. Chapeau bas.
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 5 mois
En effet il fait clairement prendre chaque pièce séparément pour l'apprécier à sa juste valeur. Je comprends que les total looks puissent en rebuter certaines au premier abords car les looks sont vraiment surchargés. En tout cas jai apprécié les références britanniques traitées avec humour et jai trouvé Gucci "déridé" avec cette collection. Le fait de bourrer les accessoires de détails ça cest tres italien, même dans la vie de tous les jours que soit dans le mass market ou carrément sur ce qu'on trouve au marché cest comme ça. Une italienne porte rarement des pièces sobres, il lui faut toujours un petit strass ou une broderie par ci par là. C'est ce que j'ai constaté chez mes amis et ma famille et les gens dans la rue en général à force des années, donc je comprend tout à fait l'état d'esprit de Michele.
RÉPONDRE
SidhartaIl y a 5 mois
J'adore j'adore j'adore mais c'est vrai que c'est difficile à porter à Paris où le style est tout sauf "rigolo".
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode