Mannequin GucciMannequin Saint LaurentMannequin Gucci

Les dessous du mannequinat masculin

1333
Si l'on pouvait se douter que derrière les armées de jeunes hommes faméliques défilant pour Hedi Slimane se cachait une réalité peu reluisante, difficile pour autant d'imaginer que sévissent au sein de la caste des mannequins hommes les mêmes exigences irrationnelles, les mêmes pressions, les mêmes harcèlements que ceux rythmant le pouls du mannequinat féminin. Et pourtant…   
Mannequin Gucci
Écrit par l'ex-mannequin Edward Siddons, l'enquête/témoignage récemment publiée sur Newsweek et intitulée "The Hidden Dangers of Male Modeling" a le mérite d'apporter un nouvel éclairage sur l'industrie du mannequinat homme, qui reste souvent floue aux yeux du public. Il est en effet courant de se dire que les hommes - ou jeunes hommes - que l'on voit sur les podiums, dans les campagnes de pub ou au sein des magazines ont fait l'objet d'un casting sauvage et font cela en dilettante. Or, cette idée n'est qu'une construction romanesque masquant une réalité beaucoup plus crue.

Grâce à cet article, on apprend ainsi que :
Les mannequins hommes ne sont pas à l'abri des remarques sur leur masse pondérale. Lors d'un casting, l'auteur de l'enquête s'est ainsi vu entendre dire : "He's beautiful, but he's fat".
Face aux deux tendances majeures sévissant sur les podiums - extrême maigreur ou muscles secs et volumineux - les modèles n'ont pas le choix : il leur faudra s'affamer et - pour certains - passer leur vie à la salle de sport.
En pleine expansion, le marché asiatique est friand de modèles occidentaux. Or, si les jeunes mannequins sont généralement heureux de partir, ils se retrouvent la plupart du temps assez démunis une fois sur place : "Growing numbers of young models, both men and women, are heading to Asia, far from their families and support networks, and working in poorly regulated conditions that leave them at risk of being overworked and underpaid".
Mannequin Saint Laurent
La plupart des jeunes hommes choisissent le mannequinat car ils pensent pouvoir s'y faire de l'argent facilement.
Accepter d'être considéré comme un objet semble être l'une des règles tacites du milieu : "To be a model is to accept that you are a product as well as a person. You are also a target for sexual predators".
Pour un jeune modèle, la réalité se révèle souvent peu glamour : les jobs non payés - car censés apporter une certaine célébrité - s'enchaînent, la pression pour perdre du poids ou conserver un poids minimal assombrit le quotidien et les journées de 17h s'avèrent courantes en période de fashion weeks. Et dans cette industrie où les places sont chères, hors de question de se plaindre, sous peine de se voir immédiatement blacklisté.
Les personnes harcelant sexuellement les mannequins étant souvent des membres du fashion system, il est impossible de les confronter sans risquer de perdre son job : "I couldn't complain because he was part of my agency".
Privilégiant les physiques androgynes, la tendance actuelle pousse les mannequins masculins à perdre de la masse musculaire et leur pendant féminin à perdre leurs courbes naturelles, faisant ainsi naître une compétition malsaine entre les femmes et les hommes, qui se battent désormais pour le même job. Les derniers défilés Gucci (voir ici et là) en sont la parfaite illustration.
Chez certains mannequins hommes, la pression pour perdre du poids fait naître de sérieux troubles alimentaires tels que la boulimie et l'anorexie.
Nombreux sont les modèles à pointer du doigt Hedi Slimane comme le principal responsable de la montée en puissance des corps d'homme émaciés, voire rachitiques.
L'explosion du marché asiatique incite les designers à proposer des silhouettes adaptées à la morphologie de ses acteurs et donc à mettre en valeur des corps plus étroits, plus fins… Aux mannequins occidentaux de s'adapter !
Mannequin Gucci
Les agences de mannequins ne s'estiment pas responsables de ces problèmes liés à l'image du corps (excessive minceur, muscles trop développés). Responsable de la division Homme de l'agence Storm, Cat Trathen déclara ainsi : "Ultimately, we're just a supply chain, we only provide what our clients are asking for".
Pendant ce temps, certains designers préfèrent se voiler la face. Directeur artistique d'Ann Demeulemeester, Sebastien Meunier ne pense pas que les designers aient quoi que ce soit à se reprocher : "At the end of the day, [models] are adults. There's no problem here".
Malgré tout cela, les jeunes mannequins restent irrémédiablement attirés par ce monde qui leur promet évasion, aventure excitante, argent et bulles alcoolisées...

Au final, entre victimes consentantes, enjeux commerciaux faisant fi de l'humain, naïveté narcissique, tendances toutes puissantes, pervers professionnels et désir vorace de gloire,  l'univers de la mode apparaît encore un peu plus violent, ambivalent et paradoxal…

Je vous conseille vivement la lecture de l'article d'Edward Siddons :
http://www.newsweek.com/male-modeling-edward-siddons-467068.html
Partager l'article
Par Lise Huret, le 16 juin 2016 dans Analyses
Vous aimerez également
Les mannequins, anti-Photoshop ?
Il y a 3 ans - 16
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
33 commentaires
Tous les commentaires
IOIl y a 5 mois
J'avais déjà remarqué au travers des différents défilés un amaigrissement des modèles hommes et notamment dans "Habillés pour.." si je me souviens bien.. (D'ailleurs la séquence où l'ont voit les mannequins s'affamer en coulisses m'a particulièrement attristée)
Mais cela m'a de nouveau sauté aux yeux la semaine dernière à travers ces photos :
https://le21eme.com/elijah-van-brocklin-leon-dame-...
https://le21eme.com/paul-hameline-vilgrain-lauri-k...

Le plus triste est que la maigreur des mannequins femme ne me choque plus, que je m'habitue à celle des hommes sur les défilés et qu'il faille les voir flottant dans leur vêtement "off duty" pour que cela me gêne.
RÉPONDRE
LCIl y a 5 mois
Mis à part la politique, est-ce qu'il existe des milieux où les rapports sont aussi malsains que le mannequinat???
À part la mafia ou la prostitution je vois pas trop. Et quels points de comparaison en plus...
RÉPONDRE
flosolIl y a 5 mois
Ah ah , c'est en gros ce que je me suis dit en lisant cet article. Entre ça et les conditions de fabrication des vêtements proches de l'esclavage c'est vraiment devenu peu reluisant la mode depuis quelques années...
RÉPONDRE
DVIl y a 5 mois
Le milieu du cinéma.
-Les costumières qui disent devant toi "Ah, non, mais elle est trop grosse pour rentrer dans les costumes! Il faut que le directeur de casting arrête de prendre des gens comme ça!" En général, quand tu fais les essayages des costumes, c'est que tu es sûre d'avoir le job, donc tu le prends (un peu) moins mal, j'imagine, que les mannequins.
-Les jobs pas payés, avec la même justification que dans l'article "grosse visibilité", ou mal payés: heures supplémentaires non payées, indemnités non accordées quand tu y as droit et que c'est une obligation de la part de l'employeur.
-Quand tu joues et que le directeur de casting se barre, répond au téléphone, parle à son assistant...
-Le harcèlement sexuel
-Les faux plans où on te dit que tu es prise, tu commences à bosser et finalement, on n'a plus besoin de toi, voire on en prend une autre qui va copier exactement ce que tu avais proposé.
J'ai lu le journal de Victoire Maçon-Dauxerre, j'ai reconnu à 85% le milieu du théâtre/cinéma.
RÉPONDRE
emmanuelisIl y a 5 mois
Oui bon après ils sont libres aussi de faire autre chose... comme tout le monde en fait. Le jour où les mannequins ne joueront plus le jeu des marques, alors là oui il y aura du changement.
RÉPONDRE
flosolIl y a 5 mois
Libres....Certains ont d'autres atouts mais les jeunes filles/garçons recrutés en Russie ou autre et qui n'ont pas un sou, c'est pas simple de refuser de quoi vivre décemment. Et puis c'est comme dire retirons le code du travail, les salariés n'ont qu'à pas tout accepter et tout se passera bien dans le meilleur des mondes.
RÉPONDRE
emmanuelisIl y a 5 mois
Ne nous emballons pas. Je dis simplement que si l'on aime pas un job on peut toujours faire autre chose. Et je te rassure en 2016, la jeunesse russe ne vit plus dans les champs en se nourrissant de racines... :)
RÉPONDRE
flosolIl y a 5 mois
Non justement, on ne peut pas toujours faire autre chose....
RÉPONDRE
emmanuelisIl y a 5 mois
je crois que oui. Cela s'appelle le libre arbitre.
RÉPONDRE
flosolIl y a 5 mois
Et moi je crois que vous faites semblant de ne pas comprendre ce dont je parle.
RÉPONDRE
emmanuelisIl y a 5 mois
On va dire ça alors. Mais votre naïveté est charmante. :)
RÉPONDRE
flosolIl y a 5 mois
Oui, c'est dingue ce que je peux être idéaliste et vous pragmatique :-). Je vous laisse le dernier mot hein, les gens maltraités dans leur métier n'ont qu'à faire autre autre chose, c'est quand même simple. Bonne journée à user de votre libre-arbitre!
RÉPONDRE
isaIl y a 5 mois
@emmanuelis: vous avez raison, les salariés en entreprise qui se suicident à cause du harcèlement n'ont qu'a exercer leur libre-arbitre et changer de job hein! Sont-ils sots...
RÉPONDRE
OliviaIl y a 5 mois
En considérant certains éléments de l'article, je vois quand même ce que veut dire emmanuelis.
- La plupart des jeunes hommes choisissent le mannequinat car ils pensent pouvoir s'y faire de l'argent facilement
-Accepter d'être considéré comme un objet semble être l'une des règles tacites du milieu
-Malgré tout cela, les jeunes mannequins restent irrémédiablement attirés par ce monde qui leur promet évasion, aventure excitante, argent et bulles alcoolisées
Alors oui, "victimes consentantes" (ou jouer le jeu des marques) me semble effectivement être un bon qualificatif. Cela sans excuser les pratiques esclavagistes (le terme "commodity"!!!) d'un milieu malsain.
RÉPONDRE
MédéeIl y a 5 mois
J'ai du mal à comprendre en quoi avoir un rêve de célébrité ou d'argent "facile" donne le droit de devenir une victime !
Le libre arbitre d'emmanuelis n'est pas meilleur ! vous n'avez donc jamais été dans ce mauvais rôle de faire un vrai choix de victime "consentante" ... soit :
- tu pars, refuse de faire un boulot qui te plait, marche sur tes rêves, te trouve des boulots de merde, voire pas de boulot du tout !
- tu deviens une victime consentante ...

Dans tous les cas le fameux libre arbitre et la non dénonciation de ces pratiques de "supérieurs" profitant des petites victimes et du système, continuera de produire des victimes (consentantes... tellement joli terme !)
Le libre arbitre ne peut être que s'il y a un réel choix !
RÉPONDRE
hasIl y a 5 mois
C'est exactement ça : tout n'est pas blanc ou noir. On peut être à la fois victime et participer au système responsable de son propre désarroi. Chercher à se faire l'argent facile n'est pas la meilleure des motivations et n'a rien d'innocent, d'autant plus que ces victimes sont assez rapidement au courant des règles tacites de ce milieu. Dire "quitte ton emploi s'il te plait pas" peut paraitre trop facile mais il y a un fond de vérité, et il ne faut pas tout mélanger : le mannequinat propose de facto une carrière courte et ephémère, il n'y a pas de plan de carrière sur long terme possible, contrairement au salarié dans une boite, qui a un crédit sur le dos et des enfants. Jamais il ne me viendrait à l'idée de proposer à ce dernier s'il est malheureux dans son travail de le quitter quand il a autant de responsabilités (d'où les suicides car ils se trouvent dans une impasse) , alors qu'un mannequin qui n'a aucune attache et dont la motivation est de se faire de l'argent "facile" uniquement muée par un narcissimse naif, je ne trouverait pas ça choquant d ele lui dire, car il a beaucoup plus de marge de manoeuvre. Il n'y a rien de choquant à dire à quelqu'un claquer une carrière qui de toute manière n'aurait pas fait long feu et dans laquelle il ne s'épanoui pas....
RÉPONDRE
ladyjajaIl y a 5 mois
Shame on Hedi Slimane et ses pairs ! Il serait grand temps que les magazines de mode mettent les pieds dans le plat et que, à l'instar de l'indignation suscitée par les ignobles conditions de travail des ouvriers et ouvrières du textile en Asie et ailleurs, un mouvement de révolte défendent ces nouveaux esclaves d'un monde de la mode sans pitié et proprement dégenéré.
RÉPONDRE
MathildeIl y a 5 mois
Bonjour Lise,

C'est triste à dire mais je ne suis pas étonnée. Je me demande réellement si on (=qui ??) peut changer les choses à ce sujet, et si oui, comment ? Je pense que cela demanderait une restructuration du système de A à Z, avec sans aucun doute des dommages collatéraux et/ou des grandes déceptions. Par ailleurs, je trouve la présence des mannequins dits grande taille encore très anecdotique : chaque fois qu'on voit un modèle sortir du lot, on continue de l'évoquer (au lieu de considérer la situation comme normale et donc de ne pas en parler). Bref, de quoi nourrir de riches conversations façon café du commerce :)
RÉPONDRE
stylish girlIl y a 5 mois
Enfin un milieu qui respecte la parité!
Blague à part, tout cela est vraiment triste et malsain et le mannequinat est aussi cruel avec les femmes que les hommes.
RÉPONDRE
Dimitri. Il y a 5 mois
Et encore, il y avait déjà eu un article où malgré tout Lise expliquait que les mannequins hommes étaient sous-payés en comparaison de leurs collègues féminines.
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 5 mois
Mon dieu....c'est infect....deja imposer cette extrême maigreur c'est inadmissible mais en plus de cela harceler sexuellement....ça me dégoûte! J'aime la mode mais à cette échelle tout n'est que profit et dépravation, si certains tiré leur épingle du jeu la majorité reste tout de même répugnante! C'est courageux de la part de ces mannequins de publier ces livres. Il faut que les langues se délient enfin!!!
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 5 mois
J'ai assisté à un défilé présidé par une personnalité médiatique et mondaine. A l'after-show, un jeune mannequin a dénoncé publiquement et devant toute l'assistance, le harcèlement sexuel commis par ce people.
Hilarité générale, honte au harceleur qui quitta aussitôt la soirée.
Bref, pourquoi ne pas recruter davantage de mannequins asiatiques au lieu d'affamer les mannequins occidentaux ?
Seules les 90's ont offert à la mode de sublimes mannequins hommes, Albert Delègue et Cameron Alborzian ainsi qu'un mannequin très métissé chez Gaultier. Heureusement, il reste les pubs Armani où les hommes sont toujours somptueux. Le mec de la dernière campagne parfum est canon.
Quelqu'un a t-il vu Neon Demon ou l'Idéal, deux films brocardant le milieu de la mode ?
RÉPONDRE
WilliamIl y a 5 mois
L'idéal me tente... Ça a l'air furieusement niais et j'ai besoin de niaiserie ! ;)
RÉPONDRE
....Il y a 5 mois
Ça ne me surprend vraiment pas. C'est encore pire ces dernières années avec le boom du menswear dans le CA de certaines maisons.
Evidemment que Slimane est responsable. Il est prescripteur et les autres suivent.
Il est tellement prescripteur que les jeunes qui font de la muscu (surement influencés eux par les physiques présents chez Givenchy) essayent de rentrer dans ses vêtements hyper-étroits.

Un défilé Givenchy ou Versace est toujours plus agréable à regarder qu'un défilé Slimane mais les hommes comme les femmes ne veulent pas se reconnaître dans des corps normaux. Il leur faut des extrêmes...

La mode est un état de non-droit. Ces critiques ne changeront rien malheureusement...
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 5 mois
Ahahahaha "la mode est un état de non droit". Il y a aussi celle de Fredéric Beigbeder "Les gens de la mode sont des dictateurs." La mode est très proche de la politique à vous entendre les uns et les autres.
RÉPONDRE
velouriaIl y a 5 mois
Enfin le principe d'égalité est respecté :-) Sinon, il ne parle pas harcèlement sexuel ?
RÉPONDRE
velouriaIl y a 5 mois
ah si.
RÉPONDRE
WilliamIl y a 5 mois
Slimane on va l'attacher à une chaise, lui glisser un entonnoir dans la bouche et le gaver de kinder bueno comme on gave une oie pour faire du foie gras... Il va voir ce qu'il va voir ! ;)
RÉPONDRE
LaureIl y a 5 mois
Voilà pourquoi mon neveux de 10 ans (!!!!) me dit qu'il doit faire un régime...Sur les magazines de maman, les mannequins enfants sont tout minces et lui, donc, n'est pas normal. Parce que, oui, les enfants mannequins sont aussi touchés par ces diktats de l'extrême minceur.
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 5 mois
Bon, ben pas très reluisant tout ça. Pas vraiment étonnant non plus. J'ai tâté du mannequinat un jour dans ma vie, et je ne me suis jamais autant sentie comme un morceau de viande que ce jour-là. Ceci dit, c'était un belle leçon de vie, je suis partie en courant. Les mannequins sont considérés et traités comme des objets, point. Les quelques modèles super stars qui ont le choix sont la minorité. Merci d'exposer la réalité.
RÉPONDRE
MarionIl y a 5 mois
Je suis photographe et quand je vois comment certaines amies mannequins sont rémunérées, je me demande comment les mannequins hommes peuvent l'être encore moins...!
C'est vraiment un milieu difficile... Et je me demande comment on peut parler "d'argent facile", quand on voit comment on est traité et considéré en tant que mannequin. Triste.
RÉPONDRE
flosolIl y a 5 mois
Mais qui peut décider pour un autre qu'il pourrait partir et que ça n'impliquerait pas grand chose pour lui par rapport à un autre ? Et de toute façon, comment tolérer la maltraitance, l'humiliation, le harcelement même dans un milieu privilégié? On sait très bien que les enfants (car ces mannequins sont des gosses) accepteraient tout pour réussir ou pour épater la galerie. Nos propres enfants ont des comportements tellement idiots pour être comme leurs amis. Le monde du travail a des lois et elle s'appliquent à l'usine, dans un cabinet d'avocat comme chez Elite...
RÉPONDRE
CyracusIl y a 4 mois
Ces hommes sont laids, comme 90% des hommes et des femmes mannequins.
Je n'en peux plus de voir des sacs dos se trainer à moitié malades à moitié dépressifs.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode