Défilé PradaDéfilé MoschinoDéfilé Gucci

Fashion week de Milan - Printemps/été 2017

1318
Entre partis pris stylistiques, gossips et tendances émergentes, tour d'horizon de ce qu'il faut retenir de la fashion week milanaise...
Défilé Prada
Les défilés Gucci se suivent et se ressemblent dans leur extravagance gourmande, leur fantaisie intarissable ainsi que dans leur dimension "déguisement pour adulescente". Alors oui, les accessoires ont des allures de mignardises irrésistibles (voir ici, ici, ici et ), oui le dress code du défilé prouve que Alessandro Michele a le don pour marier des thèmes improbables, oui on verra encore beaucoup de Gucci ces prochains mois, mais force est de reconnaître que la tête commence à sérieusement nous tourner. Comme après une orgie sucrée, on a du mal à apprécier ce qui nous faisait envie quelques instants auparavant ; le "trop de tout" finit par lasser (voir ici, ici et ).
Comme souvent, la collection Gucci sera à consommer avec parcimonie plutôt qu'en total look. Une fois extraits de la logorrhée sirupeuse du show et mixés à des atours sobres, certains modèles se révèleront ainsi intéressants, à l'instar de cette chemise aux plissés multiples.
Chiara Ferragni tente de redéfinir la notion de décolleté (voir ici).
On a hâte de voir le gratin Hollywoodien perdre des plumes au contact des créations d'Alessandro Michele (voir ici et )...
Si les leggings reviennent à la mode, c'est au siège de Gucci qu'il faudra aller demander des comptes (voir ici et ).
Le futur best-seller Gucci ? Le blazer en denim au revers brodé et clouté (voir ici).
Chez Gucci, le sourcil coloré se décline en mode manga (voir ici, ici et ).
Chez Moschino, Jeremy Scott s'inspire du travail de John Galliano (saison A/H 2000) en jouant à la poupée de manière extrêmement littérale. Des toilettes en trompe-l'oeil qui ne semblent destinées qu'à habiller le temps d'un photoshoot quelques influenceuses en quête de likes...
La velours sied particulièrement bien au perfecto (voir ici).
Défilé Moschino
Chez Prada, Miuccia revisite son thème de prédilection - à savoir l'austérité sexy mâtinée de normalité perverse - en l'entrecoupant de références asiatiques et sportswear. S'il ne s'agit pas de son meilleur opus, cette collection estivale n'est pas pour autant exempte de pièces fortes et portables. On pense notamment aux deux blousons aux color-blocks subtilement seventies frisant le génie casual rétro (voir ici et ), à cet autre aux carreaux faussement ringards, mais aussi à ce trench camel classique gainé d'une patte de boutonnage en gomme bleu surf.
La fusion entre encolure 1920, sous-pull et effluves japonisantes demande à être étudiée de plus près (Prada).
La tendance normcore/nineties/mix and match continue de faire des dégâts (voir ici).
Si on laisse bien volontiers aux secrétaires sino-rétro vues chez Prada leurs plumes d'autruche manquant cruellement de panache, on craque néanmoins pour les combos de teintes particulièrement inspirants de leurs vestes et autres sacs à main : oui au bordeaux/rouge vif/jaune moutarde, au marron/crème/vert malachite et au blanc cassé/mandarine/chocolat au lait/bleu céruléen !
Le zoo fashion, vu - de manière un brin désabusée - par un petit cycliste milanais (voir ici)...
Oublié le pull-over porté de manière à dissimuler les fesses : les modeuses ont décidé de faire évoluer ce dress code "complexe friendly" (voir ici)...
Aussi inattendues soient les compositions imaginées par Karl Lagerfeld et Silvia Fendi, le résultat ne s'en avère pas moins parfaitement abouti : les teintes coquettes perdent de leur mièvrerie au contact de rayures pyjama et de détails utilitaires, l'esprit baroque de certaines matières se patine en se mariant à des pièces rock ou sportswear, tandis que le concept de fantaisie se voit manié avec maîtrise et décomplexion (voir ici et ).
Le maillot de bain une-pièce continue de focaliser l'attention des designers et à en juger par le dos de ce modèle Fendi, nous devrions plutôt nous en réjouir (voir ici).
Les filles spirituelles de Simone de Beauvoir apprécieront certainement le retour du tablier au sein de la garde-robe féminine (Fendi)...
Néo manteau d'apparat et tee-shirt blanc font apparemment bon ménage (voir ici).
Défilé Gucci
"It's a new attitude" : voilà comment Alessandro Dell'Acqua définit l'esprit de sa collection. Dommage que la plupart des toilettes No21 manquent de subtilité (voir ici et ). À mi-chemin entre Rodarte et Sacai, cet opus peine ainsi à trouver sa propre voix. On note cependant la présence de quelques jupes fusion que ne devraient pas bouder les acheteurs (voir ici et ).
Gigi et sa soeur Bella Hadid continuent de se faire omniprésentes (voir ici et ).
Lors de votre prochain massage au spa du Four Season, pensez à subtiliser votre paire de pantoufles en éponge : celles-ci pourraient en effet rapidement devenir terriblement fashion (Dolce & Gabbana)...
Naomi Campbell défile chez Versace, pour le plus grand plaisir des fans de l'inoxydable top model (voir ici).
Chez Dolce&Gabbana, l'habituelle avalanche de dentelles, imprimés premier degré et autres surenchères de breloques nous aurait presque fait passer à côté de la beauté parfaite de ce pantalon à micro pois.
Pour les 50 ans de la maison Bottega Veneta, Tomas Maier boucle la boucle en faisant défiler sur son podium l'actrice et mannequin Lauren Hutton arborant une pochette Bottega Veneta identique à celle qu'elle arborait 36 ans plus tôt dans le film American Gigolo.
Aymeline Valade semble être passée du côté obscur de la Force (voir ici).
Les jeux de coulisses, de fronces et de plissés observés chez Marni offrent aux créations de Consuelo Castiglioni un twist à la fois doux, généreux, unique et conceptuel. Ici, la féminité embrasse un chemin moins évident que celui de la sensualité traditionnelle, et c'est tant mieux (voir ici, ici, ici et ).
Dsquared2 fait du mauvais Gucci (voir ici, ici et ).
Le dress code Balenciaga manque clairement de naturel (voir ici)…
Susie Lau est enceinte. Une grossesse qui s'annonce d'ores et déjà audacieusement stylée (voir ici et ) !
Suivez nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 26 septembre 2016 dans Défilés
Vous aimerez également
Fashion week de Londres - Printemps/été 2017
Il y a 2 mois - 28
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
18 commentaires
Tous les commentaires
fannyIl y a 2 mois
Eh bien merci pour cet article !

D'ailleurs, où peut-on svp trouver sur Instagram une référence mode des défilés et fashion weeks ? je cherche un moyen de me tenir informée d'une manière"passive". merci !
RÉPONDRE
WatsonIl y a 2 mois
J'avais lu l'article sur Lauren Hutton (le bon style) que je trouve magnifique et constate avec plaisir qu'elle a également défilé à Milan. Réjouissant!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Elle est très inspirante !
RÉPONDRE
WilliamIl y a 2 mois
La mine perplexe du gamin sur son vélo à qui l'on vient de dire que non, ce n'est pas carnaval... La dame s'habille comme ça pour son travail ! "Mais elle a des pompons sur ces chaussures..." "Ouai... Et ça a dû lui compter une blinde... Puis comme elles manquaient d'originalité elle s'est dit qu'il fallait les mettre avec un manteau bien classique/minimaliste" ;)
Ces chaussures me font penser à un épisode de sex and the city... Quand elle (Carrie) va acheter des escarpins dans une boutique de lingerie, pour pimenter sa vie de couple... La même fourrure vulgaire et pas sexy pour un clou... ;)

La photo "streestyle" du mix and match ! C'est une blague, non ? Effet d'optique ou son short n'est pas coupé de la même longueur d'une jambe à l'autre ? It scare me ! ;)

"It's a new attitude !" ! Tellement originale... ça fait cent ans qu'on nous la rabâche cette phrase...

Par contre pour les défilés, je trouve que dans l'ensemble c'est intéressant ! Même certains looks Gucci plaisent à mes petits yeux...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Merci pour le sous-titre de la photo avec le petit milanais :)
RÉPONDRE
RouletabilleIl y a 2 mois
" On a hâte de voir le gratin Hollywoodien perdre des plumes au contact des créations d'Alessandro Michele (voir ici et là)..." Rhoo méchante ! Mais oui c'est vrai ça promet d'être quelque chose !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
On est d'accord ;)
RÉPONDRE
jickyIl y a 2 mois
Aymeline Valade se sépare AUSSi de Brad Pitt, ou quoi? :-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Apparemment ;)
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 2 mois
Tout à fait d'accord avec toi Lise sur la beauté du pantalon à pois Dolce&Gabbana!divin! Par contre les collections dans leur ensemble restent tout de même bien trop extravagantes à mes yeux. Il y a quelques bons éléments chez Prada en revanche c'est vrai. Quant à Chiara Ferragni ohlala ridule elle ne sait plus quoi inventer pour se faire remarquer! Pour finir j'ai été extrêmement choquée par la maigreur d'Aymeline Valade, ses bras n'ont même plus une forme de bras, c'est flippant vraiment il n'y a rien à faire on ira toujours plus en avant dans la maigreur....j'espère qu'il n'arrivera pas de malheur à toutes ces filles...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Pour tout te dire je suis aussi assez décontenancée par l'évolution physique d'Aymeline Valade...
RÉPONDRE
OliviaIl y a 2 mois
Quand j'ai vu passer cette photo de Chiara, je me suis dit que tu n'y manquerais pas d'y faire allusion :)
Je retiens Bottega Veneta, Fendi, quelques pièces Prada (et Armani bizarrement), pour le reste avalanche et surenchère sont les maitres mots, DSquared2, le moins qu'on puisse dire c'est que ce n'est pas subtil
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Eh, eh, eh : tu me connais bien ;)

Comme toi, Armani ne m'a pas laissée totalement de glace contrairement à d’habitude...
RÉPONDRE
....Il y a 2 mois
Nouveau compte rendu!

Je trouve la formule Gucci assez lassante. C'est un défilé fourre-tout, produit avec des sempiternelles déclinaisons des mêmes propositions. Finalement, contrairement au début, je suis de plus en plus touchée par les pièces les plus simples et dépouillées. On a vite fait le tour du Gucci par Michele.

J'ai bien aimé cette collection Prada. Les plumes d'autruches ne servaient à rien mais les chemises imprimées, les robes noires, les blousons et les jupes étaient tops. Beaucoup de références à des collections passées plutôt que de recherches nouvelles mais on prend. Une collection parfaite pour Net-A-Porter. Finalement, une collection très Pret-A-Porter.

Chez Moschino, Jeremy Scott s'inspire de John Galliano après avoir largement pompé le travail de Karl chez Chanel époque fin 80-début 90. Il ferait mieux de s'attarder sur l'heritage de Franco Moschino pour changer...

Bottega Veneta était surement ma collection préférée. D'une simplicité incroyable. Ça fait du bien. Surement la meilleure collection de Tomas Meier.

Dsquared2 m'a fait plus pensé à Lacroix/Schiapparelli qu'à Michele. J'ai aimé l'opulence et le mélange des genres.
Je me vois bien porter l'une des jupes bouffante toute noire avec un t-shirt loose et des ballerines bijoux (dorées) à bouts pointus. Petite pochette métalisée et cheveux aux vents! Oui Oui Oui!

Simone Marchetti est si craquant. Dommage qu'il soit une fashion victim. Mais bon, meme en Balenciaga, il me fait craquer...

PS: Tu en penses quoi de la Guerre Vogue/Bloggeurs? Je trouve les redactrices de Vogue terriblement hypocrites. J'ai bien aimé les reponses de Bryan Boy et Susie Lau.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Vogue vs blogueurs : je pense que venant des journalistes de Vogue ce genre de critiques envers le lien annonceur/éditeur est assez risible.
RÉPONDRE
OliviaIl y a 2 mois
C'est l'hôpital qui se fout de la charité!
RÉPONDRE
sheighIl y a 1 mois
Ce que j'en retiens :

- Gucci a le prix Noel du parti pris, c'est parfois à la limite du déguisement, avec le sentiment que la femme est enfermée, étouffée, pas du tout moderne, mais au moins a une forte signature artistique.
- Le perfecto velours a sa raison d'être dans notre garde-robe
- Fendi : je suis restée bloquée sur ces lèvres peintes que je trouvais sales comme s'il s'agissait de ceux d'un enfant qui venait de manger une crêpe au chocolat, les robes bavoir et tablier n'ont pas rejeté cet univers trop enfantin à mon goût
- Naomi Campbell, on oublie complètement que cette femme touche bientôt 50 ans, c'est vraiment à quoi on aspire, elle est la perfection dans ce look Versace so street
- Justement en parlant de l'univers street, D&G a réussi à glisser quelques éléments dans leurs univers très dadame sicilienne, parfois bien trouvé, d'autre fois à méditer. En tout cas j'adore la signature de cette maison, très clichée, centrée sur elle, qui je vous e****rde, si vous aimez tant mieux, sinon bye bye!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode