Cecilia Vicencio

Chronique #75 : Instinct de survie

6898
Si nous sommes nombreux à connaître cet état de tristesse moite, de paralysie émotionnelle, de torpeur physique, l'intensité de ces passages à vide varie en fonction de chacun. Certains ne feront ainsi que les effleurer, tandis que d'autres les verront se succéder inlassablement. Je fais partie de la seconde catégorie...
Cecilia Vicencio
Début septembre, lorsque les lumières de l'appartement commencèrent à perdre de leur éclat, lorsque la saveur du raisin se mit à contourner mes papilles et lorsque les rires prirent une sonorité métallique, je sus que la nuit revenait.

Cette nuit familière qui voit l'esprit se brouiller, le bonheur devenir une notion abstraite, les choses perdre de leur importance et où l'on s'éloigne de tout, et surtout de nous. On regarde alors impuissante flétrir l'épouse, la mère, l'amie, la soeur, la fille. On devient une ombre, une silhouette, une anonyme.

Le quotidien se transforme alors en une succession d'obligations indispensables à la survie : travailler un peu, préparer à manger, raconter une histoire, faire semblant, sauver les dernières apparences. Et ce tout en ayant la dévorante certitude que tout cela n'a plus de sens. Jusqu'au jour où migraines cannibales, larmes et incapacité à fixer son esprit sur quoi que ce soit vous clouent au lit. On y végète alors des journées entières, entre un sommeil saturé de cauchemars et le terrible sentiment de voir la vie vous filer entre les doigts.

Oui mais voilà, si cette période d'obscurité psychique peut s'étendre chez moi sur plusieurs semaines, elle se clôture systématiquement par le réveil brutal de mon instinct de survie. Comme si je parvenais à m'extraire de manière inespérée des tréfonds de l'océan et que je n'avais désormais plus le choix, plus le droit de gaspiller une seule seconde.

Je me retrouve alors submergée par un intense besoin d'exister, de faire le tri entre ce qui me nourrit et ce qui me pèse, de remettre en question ma routine et d'identifier tout ce qui a contribué à me mener à cet effrayant état de léthargie. Un sentiment grisant, qui me permet de me rapprocher de cette Lise que les contraintes de l'existence ont parfois trop assagie et de réorienter ma vie afin qu'elle me ressemble un peu plus.

Autrement dit, aussi douloureux soient ces passages de dépression, ils me permettent d'accéder à une lucidité salvatrice doublée d'une formidable envie d'aller de l'avant (sans eux, je ne vous écrirais certainement pas aujourd'hui de Toronto, de l'autre côté de l'océan). En brisant constamment mes zones de confort, ils m'obligent à me tenir au plus près de celle que je veux fondamentalement être. En me menant régulièrement au bord du précipice, ils me donnent la possibilité de faire des choix radicaux qu'une vie douce, sans heurts, ne m'aurait peut-être pas forcée à faire…

Carpe diem !
Suivez nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 05 octobre 2016
Vous aimerez également
Chronique #81 : Ma
Il y a 3 jours - 32
EN SAVOIR PLUS
Chronique #80 : Calendrier Pirelli 2017
Il y a 8 jours - 25
EN SAVOIR PLUS
Chronique #79 : Souvenirs scolaires
Il y a 13 jours - 29
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
98 commentaires
Tous les commentaires
isaIl y a 2 mois
Lise si tu savais comme ça me bouleverse ce que tu écris, moi ma nuit dure depuis des années , quelle chance tu as dans tes périodes d'obscurité d'avoir les deux amours de ta vie
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
J'ai une chance folle de les avoir, je n'ose imaginer ce que serait ma vie sans eux.

Je t'envoie plein de courage pour affronter ton quotidien.

Je t'embrasse
RÉPONDRE
mirabelleIl y a 2 mois
j'allais écrire la même chose que vous, Isa,
je ne passe jamais dans la phase "clouée au lit sans voir personne", mais rien n'a d'importance, plus jamais depuis des années, je fais semblant...
alors peut être un jour, le réveil ? je n'y crois pas vraiment
les autres y croient pour moi, parfois, je crois
RÉPONDRE
isaIl y a 2 mois
@Lise je t'embrasse aussi @Mirabelle je connais une personne qui a vécu ce que nous connaissons et qui va bien maintenant, je vous fais un câlin de loin!
RÉPONDRE
mirabelleIl y a 2 mois
merci de ces mots doux et rassurants...
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 2 mois
Tu es courageuse de partager ça avec nous Lise. J'admire ta façon de prendre du recul sur ta propre vie et de l'analyser comme ça. Je te souhaite d'avoir de moins en moins de phases "noires" comme celles là et de devenir définitivement la Lise que tu veux être. En tout cas continue de nous faire rêver avec ton site , car moi tes articles et autres m'aident beaucoup à décompresser quand j'en ai besoin. Ça ne prend que quelques secondes d'aller sur TDM avec son telephone dans le métro, durant une pause etc et ça permet de penser à des choses positives l'espace d'un instant. Merci.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
J'aime que tu perçoives TDM comme un pourvoyeur de bonnes ondes ! Merci :)
RÉPONDRE
WilliamIl y a 2 mois
Sans te connaitre réellement, je crois que tu ne serais pas cette Lise sans tes périodes de "down"... Et que TDM (puisque c'est quand même ce qui nous unit) n'aurait pas la même saveur ni la même profondeur si tu étais dans un état perpétuel de bonheur (comme si ce dernier existait, d'ailleurs) !
Je me trompe peut-être mais pour moi tu fais partie de cette fameuse famille des nerveux (qui sont le sel de la terre), dont parlait Proust et dans laquelle Saint Laurent se reconnaissait...
J'aime le message que tu portes dans cet "article"... J'ai tendance à m'y reconnaitre mais à un degré différent ! Une grande envie de dormir, faire les choses machinalement comme un robot, donner l'image de celui qui va alors qu'à l'intérieur c'est le chantier et que ça fait peur, avoir envie de plus en plus de rester seul, de fuir la foule et en même temps ne pas toujours être à l'aise avec cette solitude, de toujours attendre plus et surtout... travailler longuement mais sûrement sur son propre changement, sur ses propres envies, sur ses changements de valeurs ! The show must go on... ;)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
On se comprend bien tous les deux ;)

"The show must go on..." : tu as tout dit !
RÉPONDRE
AnneIl y a 2 mois
Bonjour

Très touchée de votre situation.
Une question pour vous : avez-vous investigué le bon fonctionnement de votre thyroïde ?
Je vous souhaite le meilleur. N oubliez pas la foi, une aide immense dans la traversée de la Vie.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Oui, rien de ce côté là :/

La foi... J'ai cru très fort en Dieu jusqu'à mes 25 ans, puis des "contre-exemples de chrétiens" ont fragilisé ma foi. Depuis, ma relation à Dieu est plus distendue :/
RÉPONDRE
La grogniasseIl y a 2 mois
Voilà un commentaire bien intrusif de ma part, et je vous prie déjà de m'en excuser, mais je ne peux m'en empêcher.
Des contre-exemple de chrétiens, bien sûr qu'il y en a! Et il y en a même plus que de bons exemples! Mais on peut le voir aussi comme la preuve incroyable (notez l'oxymore :)) de l'amour de Dieu. Oui, Dieu aime même les contre-exemples! Non, il ne les frappe pas d'un coup de tonnerre pour ne laisser que le bon grain! Sa miséricorde et son amour sont pour tous, et surtout pour ceux qui en ont le plus besoin.
Je vous souhaite de retrouver, si ce n'est votre intimité avec Dieu, la sérénité et la paix intérieure. Je ne peux qu'avoir énormément de compassion pour vous, et d'admiration, car votre "grain de folie", ce qui fait votre génie, ces phases de tourbillon créatif qui apportent tant aux autres, ne vont malheureusement apparemment pas sans ces périodes de ténèbres que vous affrontez courageusement en retrait. J'ai cette impression en vous lisant (mais peut-être n'ai-je rien compris) que cette souffrance que vous vivez est le prix à payer pour l'étincelle qui viendra ensuite et dont nous profiterons tous, en suivant vos nouveaux projets.
RÉPONDRE
VictoriaIl y a 2 mois
Hello Lise ! As-tu essayé le yoga et la méditation ? J'en fait depuis maintenant 1 an et demi et cela a vraiment changé ma conception des choses : je relativise beaucoup plus, je gère mieux mes périodes de morosité et suis beaucoup moins stressée...
Courage !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Oh mais je suis une pro du yoga ;)

Mais c'est vrai que ces derniers mois je n'ai pas beaucoup pratiqué. Il faut que je m'y remette car cela me fait en effet un bien fou !
RÉPONDRE
VictoriaIl y a 2 mois
Ma prof de yoga me dit toujours que c'est la régularité des séances qui compte (30 minutes par jour suffisent )!
Quand je vois le temps que je perds sur Ies réseaux sociaux, je trouve presque toujours 30 minutes pour ce rendez-vous avec moi-même.
Au début il faut un peu se forcer, mais le quotidien devient tellement facile après...
Namaste :)
RÉPONDRE
WatsonIl y a 2 mois
Quel beau témoignage, j'en reste bouche bée.
Laisser transparaître ses failles avec autant de grâce, être en mesure de les accepter tout en en faisant une force. Une belle leçon d'humanité et de partage. Merci.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Merci à toi Watson :)
RÉPONDRE
Sol in ParisIl y a 2 mois
De tout mon cœur, je te souhaite de réussir à donner un grand coup de talon pour t'extraire de cet état aussi souvent que nécessaire. Je t'embrasse fort
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Moi aussi je t'embrasse fort :)
RÉPONDRE
ladyjajaIl y a 2 mois
Très bel écrit.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
:)
RÉPONDRE
SalomeIl y a 2 mois
Bisous Lise! xx
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Bisous :)
RÉPONDRE
bardaIl y a 2 mois
Lise, merci pour ton texte qui me touche beaucoup. Plein de courage , et bravo pour ta force, qui j'en suis sûre arrivera à faire en sorte que ces phases s'espaceront de plus en plus. Je t'embrasse
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Merci à toi :)
RÉPONDRE
AliIl y a 2 mois
Je pense à toi ma douce
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Moi aussi ma chère Ali :)
RÉPONDRE
MelindamelindaIl y a 2 mois
Qu'il est émouvant cet écrit....
On passe par ici chercher un peu de futilité et
On reçoit une belle claque....
C est ça la vie !
On ne se connait pas Lise mais tu es belle ! Dehors et dedans !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
La futilité c'est pour demain : suite et fin de la FW de Paris ;)
RÉPONDRE
SarahIl y a 2 mois
Très émouvant.... Merci de partager ça avec nous.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Vous êtes une communauté tellement aimante qu'il m'était difficile de ne pas partager cela avec vous :)
RÉPONDRE
MathildeIl y a 2 mois
J'espère que tu vas mieux. Je suis heureuse de savoir que tu sais t'écouter et que tu sais prendre soin de toi. Mon papa (avec qui je n'ai pas vraiment de contacts) ne sait pas prendre soin de lui, ni s'écouter, ni écouter les autres, ni vivre avec les autres. Il vit dans un monde parallèle au nôtre. C'est grâce à tes articles que j'ai appris qu'on peut être bipolaire et : avoir les pieds sur terre/ prendre soin des autres/ vouloir aller bien/ comprendre ce qui nous entoure/ avoir conscience du monde réel. Je croyais à tort que tous les bipolaires étaient comme père, mais non.

Je ne te souhaite pas du courage puisque tu es déjà une battante, du coup je t'envoie toutes mes bonnes ondes et sourires !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Chaque "malade" vit sa bipolarité différemment. Il y a bien entendu des symptômes identiques mais le reste dépend de l'intensité de la maladie et de la personne, de sa personnalité, de son passé, de sa génétique...
Je suis désolée pour ton papa. Cela doit être terrible pour lui et pour vous sa famille.
C'est moi qui t'envoie plein de courage et de bonnes ondes :)
RÉPONDRE
AméIl y a 2 mois
Waouw, merci pour ce partage. Etant dans cet état d'esprit ces dernières semaines, cela fait tellement de bien de lire tes mots qui décrivent si bien ces sensations étranges que l'on ressent au plus profond de soi... Au point de se demander "suis-je folle ?"... La manière cyclique dont ces passages à vide s’enchaînent me fait parfois peur... Mais, au fond, peut-être est-ce un fonctionnement "naturel" de certaines personnes ?
Au plaisir de te lire chère Lise! Belle soirée à toi!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Naturel, je ne sais pas. Génétique sûrement :/ Si cela devient vraiment handicapant peut-être qu'il faudra envisager de consulter. L'idée est de toujours essayer de trouver des solutions, il faut tout essayer ;)

Merci à toi aussi :)
RÉPONDRE
anaIl y a 2 mois
Merci!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
:)
RÉPONDRE
zabethIl y a 2 mois
Bonjour Lise,

J'ai lu votre texte avec beaucoup d'émotion. Sans vouloir faire de moi un médecin improvisé,étant Canadienne de naissance, et étant une personne très très sensible aux changements de météo et de saison, je vis à chaque année cette fameuse déprime de septembre, typique des pays nordiques. Je ressens une baisse subite d'énergie dès l'arrivée de septembre, je dors 12 heures en ligne les weekends sans me réveiller reposée, mes loisirs ne m'intéressent plus, mon moral est au plus bas, et tout ça sans aucune raison... c'est comme si mon corps voulait entrer en "hibernation". Tout cela dure 3-4 semaines et arrivent presque du jour au lendemain. Puis pouf! Tous ces horribles symptõmes disparaissent comme ils étaient venus
Le manque de lumière en est la principale cause. J'ai ressorti ma lampe de luminothérapie et ça m'a vraiment reboosté (Lampe conseillée par les médecins canadiens).
Prenez le plus de soleil possible et profitez des belles couleurs de l'automne canadien :=)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Je file enfiler mes baskets et profiter du merveilleux ciel bleu de cette belle journée d'automne, alors :)
RÉPONDRE
cesomuIl y a 2 mois
Bonjour Lise,
La tombée de la nuit….et a partir de fin juin debut juillet , les jours qui raccourcissent;
Oui c est un peu difficile mais je prefere y voir une sensibilité aux choses que beaucoup n ont peut etre pas ou plus…cette sensibilité vous l avez et mieux encore elle vous pousse toujours;
Bonne journée à vous
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Il est certain que les gens ultra sensibles sont plus sujets à ce genre d'épisodes :/

Belle journée :)
RÉPONDRE
D'encre et de selIl y a 2 mois
Très bien écrit tout ça et je me reconnais dans certains de tes mots.
Ce spleen qui colle à la peau, qui arrive par vagues, sans prévenir, et dévaste tout. C'est étrange, je n'ai pas encore réussi à savoir pourquoi. Mais moi aussi je suis une fille du spleen et comme toi je sais renaître de cet abîme. Puis je replonge...
Étrange.

Bises à toi.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Une véritable aventure intérieure... Dure, parfois terrible mais intense et surtout qui nous fait savourer à 100% les moments hors grisaille ;)

Bon courage :)
RÉPONDRE
matchingpointsIl y a 2 mois
C'est courageux de partager ces moments avec vos lecteurs, et très touchant ! Il est vrai, qu'à l'automne lorsque la luminosité commence à baisser, on est plus susceptible à ces passages à vide. Vous savez rebondir, autrement il vous faudrait peut-être aller vivre dans un pays plis ensoleillé tout le long de l'année ?
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Je finirai bien par convaincre Julien d'aller vivre sur une île du Pacifique ;)
RÉPONDRE
ZeilaIl y a 2 mois
Bonjour Lise,
toujours très beau ce que tu écris: très personnel, certes, mais paradossalement facile à partager . Je trouve que on a tous connu cette condition parfois, bien qu'à des dégrées différents.
On parlait de conventions sociales lors de ton billet sur la chirurgie esthétique.
Etre toujours heureux, positifs, productifs, en action c'est l'autre grand stéreotype de nos jours.
On s'amuse, tout le temps, à fond, n'importe où.
Have fun.
Bon, non.
La pause, la détresse, la difficulté à trouver du sens dans notre vie quotidienne sont aussi des moyens pour se recharger.
Quand la nuit arrive, l'amour de mes enfants et pour mes enfants me sécousse et me soulage, l'amour comme principe de nos vie m'éveille, l'amour pour la vie me rappelle et me saisit.
Tu en est peut-etre déjà sortie.
Abbracci
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
C'est vrai que dans ces moments le petit visage rieur de Charles m'aide à surnager, sa petite main sur mon front, ses bisous "qui guérissent tout" et ses "chuttt maman fait dodo" sont autant de petites lumières :)
RÉPONDRE
GranpiIl y a 2 mois
Une pensée pour tous ceux qui souffrent de la dépression, un espoir aussi car on peut s'en sortir, croyez-moi...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
I know :)
RÉPONDRE
GranpiIl y a 2 mois
La nuit nous appartient ;)
RÉPONDRE
mariannehéhéhéIl y a 2 mois
Je crois que l'état de crise que tu décris est secondaire et que bientôt ces phases te seront totalement étrangères.
Car l'essentiel n'est pas là, l'essentiel c'est que ta force vitale te pousse dans la direction de la vie et que tu as compris que tu pouvais être celle que tu veux être aventurière, curieuse, entrepreuneuse, créative pleine de confiance !!!
Car tes choix de vie tant pour ton job que pour tes lieux de vie marquent exactement l'opposé de la femme emprunt au désespoir. Je pense que ta maladie, tes fragilité sont bien au contraire un formidable outil de dépassement et que tu es bien plus vivante que 95% des gens.
N'es-tu pas en train de créer ta vie de rêve ? combien de personne autour de toi ont passé le cap de la peur ?
Je t'invite à ne pas trop créer de réalité autour de "l'état de désespoir" ni pour toi ni pour les autres.
Car tu vas finir par persuader l'ensemble que c'est une part de ta personnalité. Nous sommes des êtres évolutifs, nous pouvons être une chose et tout autre chose. Si tu te penses comme ça, tu es cela et les autres attendent aussi que tu le sois.
Bref.
Pour rééquilibrer j'attends un article où tu feras la liste de toutes tes qualités, de ton courage, et de toutes peurs que tu as surmonté pour larguer les amarres et vivre sur un modèle économique balbutiant à l'autre bout du monde.
Merci, salut :):):)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
"Je pense que ta maladie, tes fragilités sont bien au contraire un formidable outil de dépassement"
Je vois les choses exactement comme cela :)

Une liste de mes qualités... Il me faudrait bien plus d'un article pour en parler ! LOL
RÉPONDRE
EsseIl y a 2 mois
Cara Lise, il tuo blog è uno dei migliori angoli del web in cui uno possa capitare. Un abbraccio fortissimo.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Grazie dal profondo del cuore. Ti bacio
RÉPONDRE
MarieIl y a 2 mois
Merci Lise, merci de partager ces moments avec nous.
Je te lis depuis le début mais je ne commente que très peu. Toujours est-il que lorsque tu partages avec nous ces moments difficiles, je me sens moins seule. Cette maladie est tellement lourde à porter, souvent mon entourage ne comprend pas, pourquoi aujourd'hui il m'est impossible de sortir du lit, et pourquoi d'autres jours j'ai des milliers de projets et d'idées (qui pour la plupart ne verrons jamais le jour..).
Même si en vieillissant j'appréhende mieux ce que j'appelle mes crises, certains jours restent durs à supporter.
Et je dois dire que tu es une aide pour moi, si tu réussis à accomplir tellement de choses, je me dit que je peux y arriver aussi!
Tout ceci pour te dire merci!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Chère Marie,

C'est tellement dur de faire comprendre à son entourage la nature de notre maladie. En fait je crois que si l'on a pas vécu à un moment de sa vie un épisode de dépression (aussi minime soit-il) il est quasi impossible de comprendre ceux qui en souffrent. On peut avoir de l'empathie mais on ne peut pas comprendre.
Cette incompréhension, ce doute des autres envers notre état est peut-être l'une des choses les plus difficiles à supporter :/

Marie, en dépit de cela, tu peux arriver à avoir la vie que tu veux, vraiment. Qu'importe le nombre de fois où tu tomberas, l'essentiel est de continuer à se relever.

Je t'embrasse fort
RÉPONDRE
OliviaIl y a 2 mois
C'est vrai, et c'est ce qui m'a retenue de commenter dans un premier temps. Incompréhension, impuissance mais certainement pas de doute car je vois, j'entends bien (sans vraiment la "saisir") ta douleur.

Peur aussi de dire n'importe quoi, de s'improviser gourou je-sais-tout alors que je ne sais rien, à conseiller le soleil, l'amour, le silence, la méditation, la pommade tigre, le positivisme alors que je suis sûre que depuis ces années, tu as du faire le tour de la question.

Alors si de simples ondes positives peuvent un tant soit peu te faire du bien, je me joins à tous les autres ici qui ne te souhaitent que le meilleur!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Merci Olivia :)
RÉPONDRE
RonaldIl y a 2 mois
Excellent article, j'adore ! C'est exactement l'état dans lequel je suis depuis le début de la vingtaine, il est très difficile de s'extirper ce cercle vicieux. Il est encore plus difficile de s'en sortir lorsque l'on est célibataire et donc personne à qui penser pour essayer d'aller mieux.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
I know :/

Je t'embrasse fort
RÉPONDRE
virginie/mode9Il y a 2 mois
Je ne sais pas pourquoi mais je me doutais que ça n'allait pas ! Courage. Cette industrie est bien trop factice pour des êtres sensibles. Heureusement, tu as su créer une bulle de bienveillance ici, sert-en ! :-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Tu es la deuxième à m'écrire cela... L'autre personne est une amie très proche. Vous avez des antennes qui fonctionnent drôlement bien à 6000 km de distance ;)
RÉPONDRE
fatinetiaraIl y a 2 mois
tellement beau et touchant. j'en ai pleuré. tu dois écrire un roman lise, tu sais trouver les mots, tu as une voix.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Merci beaucoup
RÉPONDRE
carlottaIl y a 2 mois
Le quotidien qui se transforme en une succession d'obligations... Tu n'imagines pas l'écho que ces mots ont en moi. J'aime venir te lire régulièrement, pour prendre un petit shoot de bonne humeur, de sérénité. Et aujourd'hui encore, je me sens plus sereine après cette lecture. Tu sais vraiment mettre par écrit de si jolies choses. Comme dit plus haut par d'autres, tu devrais écrire un roman, je serais la première à te lire ;-) Bravo à toi de trouver la force de rebondir plus fort à chaque fois, continue surtout!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Bon courage à toi, je t'embrasse :)
RÉPONDRE
ClaoIl y a 2 mois
A l'heure où je te lis je suis justement dans une phase où je suis à bout tellement le sommeil me fuit, ça passera évidemment.
C'est important de savoir que tu vas remonter.
C'est "drôle" car il y a quelques jours je discutais avec mon mari qui s'excusait de son hyperactivité, et j'ai réalisé que je ne saurais plus me passer de ce "trait" de sa personnalité après 17 ans de vie commune.
Je peux dire ça sereinement car après de nombreuses années d'errance , j'ai fini par lui mettre un coup de pied au cul et le pousser chez un psychanalyste qui plus tard l'a orienté vers un psy pour une thérapie comportementale. Cela a pris quelques années, mais à présent sa maladie est apprivoisée (ah! mettre des mots sur les maux !) on en voit les bons côtés. Il y a toujours des moments down qui nous pourrissent la vie, mais on sait maintenant faire avec et malgré tout les accepter.
Tout ça pour te dire que ton texte me touche, tu as les mots justes.
Je ne sais pourquoi mais je trouve la photo d'illustration tellement forte !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Pouvoir gérer cela en couple est un vrai point fort :) Je suis heureuse que vous ayez réussi à trouver un équilibre avec ton mari.

Je t'embrasse
RÉPONDRE
LaetitiaIl y a 2 mois
Hug virtuel mais réel Lise !
As-tu lu le livre de Jollien dont je te parlais la dernière fois ?

Je l'avais lu dans une période où j'étais pas au top et ca m'avait vraiment apaisée !

Je t'embrasse
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Merci pour ce hug ma chère Laetitia :)

Non, pas encore :/

Je t'embrasse
RÉPONDRE
CaroIl y a 2 mois
Vive cet instinct de survie!
Comme toi, il y a 10 ans c´est lui qui m'a obligée à me secouer et decider qu'il était temps de faire untravail sur soi. Je ne suis aujourd'hui plus la même. Je reconnais, ça fait peur de se lancer.
Ou sinon, la mėditation. Notre prof nous dit que l'on ne peux plus jamais déprimer ensuite.
Un livre qui m'a bouleversé est plaidoyer pour le bonheur de Mathieu Ricad.
Tu as déjà fait une grosse part du chemin, celle de la prise de conscience.
Bon courage!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
La méditation : il faut absolument que je m'y mette sérieusement. Julien est en train de devenir accro à la méditation en pleine conscience... Cela me donne envie !
RÉPONDRE
sophieIl y a 2 mois
merci pour le partage

je suis une lectrice du blog de longue date et j'ai toujours apprécié la délicatesse de votre plume et cette énergie de vivre sans savoir qu'elle puisait sa source dans cet abîme où je m'égare parfois...et d'où je reviens toujours plus forte

Sophie
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Merci à toi Sophie :)
RÉPONDRE
SylvaineIl y a 1 mois
Lise , il y a toujours de la lumière au bout du tunnel. Tu as ton Julien et ton petit bout de chou. Et vous avez eu le courage phénoménal je trouve de tout quitter et d'explorer de nouveaux territoires . Ce n'est pas donné à tout le monde ni celui de tenir un blog tel le tien! Tout ira bien tu verras . La vie vaut la peine d'être vécue . Moi quand cela ne vas pas et que je ne Me supporte plus je visualise des moments heureux et j'essaie de transmettre du bonheur et de l'empathie. Cela m'aide. Ton témoignage m'émeut ainsi que les autres commentaires. Et j'espère que ces périodes difficiles pour toi vont s'espacer de plus en plus pour finir par disparaître. Bon courage lise
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Julien et Charles sont effectivement une véritable source de bonheur.
Hier soir, on était assis sur le canapé en train de bosser, Charles pas loin jouait avec ses petits animaux, la musique classique emplissait l'espace : le bonheur était palpable :)))
RÉPONDRE
AnnaIl y a 1 mois
<3
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
:)
RÉPONDRE
CéliaIl y a 1 mois
Coucou Lise,
je te souhaite beaucoup de courage dans tes moments de dépression je sais ce que cela fait, je pensais d'ailleurs être cyclothymique je viens juste de comprendre qu'en fait c'est sûrement un syndrome pré-menstruel. J'en ai tous les symptômes, cela devient de plus en plus dur à supporter.
Je connais les journées passées dans la chambre à ruminer, en colère, les crises de larmes, les idées morbides... etc. C'est très très dur et je plains réellement les bipolaires, les dépressifs, les anxieux qui vivent cela plus longtemps que moi.

Cet instinct de survie je le connais! Le corps peut faire ce qu'il veut, quand tu as une vie stable, des personnes qui t'aiment et QUE TU PRENDS CONSCIENCE DE CETTE CHANCE, tu cherches les outils pour remonter la pente ! Même dans les pires moments tu finiras par reprendre courage, cultive cet instinct ne le lâche surtout pas. Effectivement c'est la même chose pour moi sans ces moments je ne me remettrai jamais en question, je n'aurais jamais osé certaines choses, et je suis tellement contente d'être CONSCIENTE de tout cela, d'essayer de m'améliore de me trouver... et je sais que ces phases ne durent pas indéfiniment et que je redeviendrai moi-même par la suite. Bien sûr parfois c'est terriblement dur, on ne va pas se mentir, mais je pense réellement que cette prise de conscience est bénéfique.
Au final, il n'y a pas de bonnes ou mauvaises expériences. Ce sont juste des expériences, ce que tu en fais après... c'est toi qui en est responsable ;)
voilà gros bisous à toi et courage j'espère qu'avec le temps cela t'amènera à te retrouver...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
"Ce sont juste des expériences, ce que tu en fais après... c'est toi qui en est responsable"

C'est vrai. Ce ne sont effectivement pas les événements/aléas de la vie mais bien la manière dont on les appréhende qui est importante :)
RÉPONDRE
AmyliaIl y a 1 mois
Quelle belle plume <3
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
C'est très gentil, merci :)
RÉPONDRE
SophieIl y a 1 mois
Bravo Lise et merci. Merci d'avoir le courage de mettre des mots sur ces moments terribles traversés de manière si solitaire par ceux qui les connaissent. Ne pas laisser la nuit gagner, toujours trouver l'étincelle qui nous permet de nous relever, c'est un combat et c'est le prix de la vie. La vie qui est si belle quand même !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Oh oui la vie est belle ! Et le fait d'être privée momentanément de la capacité à l'apprécier la rend encore plus savoureuse lorsque les nuages s'éloignent :)
RÉPONDRE
SylvieIl y a 1 mois
Je suis un peu comme toi Lise ... périodiquement douloureux, mais aussi le seul moyen de faire la mue ...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Souffrir pour être heureuse...
RÉPONDRE
ModessentielleuIl y a 1 mois
Bonjour Lise je me doutais que tu avais traversé une période difficile en votant une photo sur IG. Tu as raison on ne peut imaginer votre souffrance mais tes articles nous permettent de mieux comprendre et par conséquent d'être plus, je ne trouve pas le mot exact , disons d'être là.
Bises M
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
"Etre là" est l'une des plus belles preuves d'amitié, alors merci :)
RÉPONDRE
TellouIl y a 1 mois
C'est formidable d'aborder ce sujet sur ton blog. Cela destygmatise la depression tout en montrant que oui, on peut vivre avec cela et en sortir aussi. Que ca se traite aussi. Merci pour ce post
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Merci Tellou :)
RÉPONDRE
LaurenceIl y a 1 mois
C'est tellement étrange de lire votre commentaire alors que je traverse exactement cette période, puis de la même manière le réveil, pourtant ces passages s'accentuent avec l'âge..on m'a parlé de "faux self ", une théorie qui pourrait expliquer ce sentiment de vide ..c'est assez intéressant..
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
"faux self" : je ne connaissais pas du tout ce terme. Je vais me renseigner.

Bon courage pour tout chère Laurence.
RÉPONDRE
Lou et SwannIl y a 1 mois
Je vais prier pour toi Lise ! ♥

Christine
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Merci :)
RÉPONDRE
Caroline Il y a 1 mois
Je suis moi même bipolaire mais en te lisant je vois que tu es capable de tirer une force de ce que tu vis. Tu as de la chance si je puis dire.
Personnellement j'en suis incapable. Je déteste ma maladie, je déteste ce qu elle fais de moi. Je déteste cette hypersensibilité aux événements, ce spleen toujours latent, ce cerveau qui ne s arrête jamais.
Je n'arrive à trouver quelque chose de positif dans ce que je vis et surtout ce que je ressens.
Merci pour ce partage.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Je t'envoie plein de courage et de tendresse,

Je t'embrasse fort
RÉPONDRE
SephoraIl y a 25 jours
Cet article est vraiment très beau. J'aime beaucoup votre manière d'écrire, je trouve qu'elle est très parisienne et je me reconnais dans beaucoup de vos articles et dans pas mal de styles que vous proposez. Vivant à présent à l'étranger, je vis très souvent ces moments de down où nous ne savons plus qui nous sommes, où nous perdons toute forme d'ambition...et puis viens le moment où l'on se réveille et où l'on se rend compte que ces down nous servent finalement énormément, ils nous forgent et nous permettent de parfois voir la vie différemment.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode