Rei KawakuboCollection Dress Meets Body, Body Meets DressVeste en cuir Comme des Garçons

Rei Kawakubo, la prêtresse de "l'anti-fashion"

4010
Alors que le jeu des chaises musicales a repris chez Carven et que Consuelo Castiglioni vient d'annoncer son départ de chez Marni, l'annonce de la rétrospective consacrée par le MET à la créatrice Rei Kawakubo a le mérite d'éclairer un peu l'actualité fashion du moment. L'occasion pour moi de me pencher sur les raisons qui font que cette créatrice me fascine tant…
Rei Kawakubo

Une femme mystérieuse


À l'ère des comptes Instagram de créateurs et des selfies en tous genres, celle qui ne salue jamais à la fin de ses défilés et qui ne s'est pas faite photographiée "officiellement" depuis 2005 fait figure de véritable OVNI. Une réserve qui lui fait honneur et qui, loin de la desservir, contribue à la placer au dessus de la mêlée.

Le choix d'un nom de griffe inspirant : Comme des Garçons


Expression jubilatoire illustrant à la perfection l'un des axes centraux du travail de Rei Kawakubo (à savoir questionner la notion de féminité et les idées préconçues qui l'entourent), le nom de la griffe japonaise possède une force espiègle inoxydable.

Une vision inclassable


Avec sa soif insatiable d'innovation, sa quête viscérale de beauté au sein de l'inesthétique, sa volonté farouche de ne jamais refaire deux fois la même chose, son amour de l'éphémère et son besoin de questionner sans cesse le vêtement, Rei Kawakubo s'est créé un langage esthétique aussi déroutant que galvanisant, tant celui-ci se révèle riche en propositions créatives.  
Collection Dress Meets Body, Body Meets Dress

Un mentor généreux


Loin de prendre ombrage du talent de ses protégés, la créatrice n'hésite pas à collaborer avec eux (Kei Ninomiya) ou à les aider à lancer leur propre griffe (Junya Watanabe). Par ailleurs, lorsqu'elle lance son propre magazine bi-annuel, loin d'elle l'idée d'en faire un hymne monolithique à Comme des Garçons : au sein de "Sixth Sense" - revue A3 exempte de texte et publiée de 1988 à 1991), elle préfère mettre en valeur le travail de Peter Lindbergh, Gilbert et George ou encore Bruce Weber au travers d'illustrations, montages et autres photographies.

Une once de normalité


Aussi atypique soit-elle, Rei Kawakubo partage un même déclencheur créatif avec bon nombre de ses consoeurs stylistes, à savoir ne pas réussir à trouver dans les boutiques les vêtements qu'elle désire. Une frustration qui la pousse à créer ceux-ci elle-même.

Une extrême exigence


Si Karl Lagerfeld rêve de ses créations (si bien qu'il n'a plus le matin qu'à les coucher sur le papier), ce n'est guère le cas de Rei Kawakubo, qui vit la création de ses collections comme une véritable souffrance. Il faut dire que la créatrice s'impose une règle folle - mais qui l'honore - consistant à ne jamais traiter la même idée deux fois…

Des intuitions bankables


Rei Kawakubo n'a jamais cherché à opposer business et créativité, bien au contraire : à ses yeux, ces deux notions se doivent d'évoluer en osmose si l'on veut pouvoir rester indépendant sur le plan financier. Ainsi, alors que la ligne principale reste pour elle le moteur et l'inspiration de son entreprise, les lignes plus accessibles (telles que Comme des Garçons Play et Comme des Garçons Shirt), les collaborations (avec Louis Vuitton ou Converse) et les parfums permettent de diffuser l'univers Comme des Garçons auprès d'un plus large public. Et ce sans jamais perdre en authenticité, Rei Kawakubo veillant au moindre détail depuis Tokyo. On lui doit au passage également le concept de pop-up store, qui a depuis fait école auprès de la profession.
Veste en cuir Comme des Garçons

Un choix symbolique


Dans sa première boutique, Rei Kawakubo ne plaça aucun miroir. D'après elle, on ne devrait en effet pas acheter ses vêtements pour "plaire ou séduire", mais plutôt pour s'y sentir bien et confiant...

L'incroyable défilé "Dress Meets Body, Body Meets Dress"


Pour sa collection printemps/été 1997, Rei Kawakubo questionne ouvertement le corps féminin, les déformations liées à la maternité et les diktats esthétiques en vigueur. La découverte de ces créations aux excroissances vichy (voir ici et ) fut l' un de mes premiers vrais "chocs mode". En devenant le corps, le vêtement prend ici le pouvoir sur la nature et se substitue à la génétique. Une vision métaphorique de la mode qui me marquera à jamais.

Une guerrière indépendante


À 72 ans, elle continue de résister aux grands groupes et conserve une totale indépendance. Elle ne compte d'ailleurs pas prendre sa retraite de sitôt.
Suivez nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 25 octobre 2016 dans Marques & Créateurs
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
10 commentaires
Tous les commentaires
SamanthaMIl y a 1 mois
Très inspirante comme femme j'aime beaucoup! Elle force les respect pour sa manière d'être et ses convictions. J'avoue être un peu fermée d'esprit certainement pour apprécier ses collections. Les plus "accessibles" par contre j'aime bien!
RÉPONDRE
WilliamIl y a 1 mois
Et pour le côté financier, il y a aussi le(s) parfums... Si je ne m'abuse, il y en a toujours ? Peut-être pas vendu dans les Sephora et autres grands distributeurs de parfum... mais quand même !
Je ne me suis jamais trop pencher sur son cas... Mais quelque chose me dit que ton article me pousse à le faire... ;)
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 1 mois
Rei Kawabuko force le respect et l'admiration. Quelle aura ! Elle fait partie des rares créateurs qui démontrent par ce qu'ils font qui ils sont. Elle est à la fois anti-système et complètement dans le système.
Je suis béate quand je vois la faune composant ses défilés et la ferveur dont ces fans font preuve. Les ventes privées Comme des Garçons qui se tiennent tous les 2 ou 3 ans sont toujours surprenantes, les rayons comme le public.
Je suis loin de comprendre son univers mais je savoure sa démarche.
On sent qu'acheter, puis porter une pièce conçue par cette femme, c'est poser un acte plus fort que d'habitude.
Elle a bien aidé Yohji Yamamoto et Junya Watanabe. Elle inspire beaucoup de créateurs, non pas sur la façon de créer mais sur la manière de tenir un business dans la mode.
Rei Kawabuko est aussi puissante qu'inspirante. La classe !
RÉPONDRE
Lou et SwannIl y a 1 mois
Une vrai source d'inspiration !

Christine
RÉPONDRE
mirabelleIl y a 1 mois
je ne connaissais ni la femme ni son travail... merci Lise pour cet article qui donne envie d'en savoir plus :)
RÉPONDRE
violette.bIl y a 1 mois
Fascinant de beauté , de rigueur et de creativité , de poesie j'avais vu son expo WHITEDRAMA présentée hors les murs par Galliera à la cité du Design et de la mode en 2012 , très émue .

On trouve une video sur le site du Palais Galliera , j'ai pas su mettre le lien :-/
RÉPONDRE
tiphaineIl y a 1 mois
Merci pour cet article très intéressant.
La mode comme réflexion , création et loin du star system :)
RÉPONDRE
CéliaIl y a 1 mois
Pfiou je me suis toujours promis d'en apprendre davantage sur elle, comme je m'intéresse de moins en moins à la mode j'ai zappé merci pour la piqure de rappel !

Pourrais-tu faire d'autres articles sur des créatrices originales et qui te fascinent ? S'il te plaît ça serait très intéressant !

Sinon, je vais faire plus de recherches sur elle, depuis quelques années ses produits sont plus populaires, je me souviens que quand j'étais au lycée dans ma toute petite ville du nord les gens avaient des bonnets Comme des Garçons même si je ne pense pas qu'ils connaissent "réellement" la marque et la créatrice. En tout cas c'était la tendance.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
C'est prévu :)
RÉPONDRE
CéliaIl y a 1 mois
Cool merci!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode