Le mythe de la "vraie femme"

4523
Après avoir longtemps cherché à s'en détacher, il semblerait que la fashion sphère soit de plus en plus fascinée par le concept de "réalité", et plus particulièrement par celui de la "vraie femme". Une nouvelle obsession qui donne naissance à des initiatives qui ont parfois de quoi laisser perplexes...
Campagne Dolce & Gabbana

Le contexte


L'omniprésence au sein du paysage mode (magazines + campagnes de publicité) de mannequins jeunes et très minces suscite de plus en plus de crispations. Accusées d'inciter à l'anorexie, de complexer les femmes "normales" et de promouvoir des physiques "irréels", presse féminine et griffes de mode provoquent le courroux des lectrices, et plus largement des consommatrices. Et lorsque celles-ci tentent de s'adapter en livrant une poignée d'éditions "spécial rondes", "black issue" et autres numéros spéciaux dédiés à un certain type de physiques, il arrive régulièrement que les mannequins soient encore jugées trop lisses, trop parfaites ou encore pas assez rondes. Il semblerait donc que le problème soit ici davantage lié au statut de "mannequin professionnel" des femmes posant dans les magazines qu'à leur type de morphologie/physique.
Un message apparemment reçu 5 sur 5 par certains magazines et maisons de mode. Intitulé "The Real Issue (a model-free zone)", le Vogue UK de novembre ne fait ainsi poser que des "vraies" femmes au sein de son numéro. De son côté, la griffe italienne Dolce&Gabbana multiplie les incursions "in the real life", entre photos de "vrais" ouvriers publiées sur son compte Instagram et campagne shootée dans les rues de Naples au milieu des badauds…

Une fausse bonne idée ?


Cousues de maladresses, ces initiatives traduisent en réalité bien plus un désir de faire le buzz qu'une vraie intention de faire changer les choses.
On pense notamment au hashtag #realpeople utilisé par Dolce&Gabbana (qui a quelque chose de fortement condescendant et surtout d'artificiellement clivant), mais aussi aux photos de la campagne automne/hiver 2016-2017 montrant des mannequins richement vêtues lâchées dans les rues de Naples  (voir ici et ). Dans les deux cas, les "vrais gens" paraissent ternes, bien peu attirants. Le message semble pouvoir se résumer à "si tu veux t'extraire de la masse, offre-toi du Dolce"...
Et lorsque Alexandra Shulman se félicite de faire poser des femmes "réelles" au sein des pages du Vogue UK (voir ici, ici et ), le résultat est également loin de faire l'unanimité. On en veut pour preuve la réaction de cette journaliste du Guardian qui, face à ces superwomen du quotidien qu'on lui présente comme "réelles", se sent encore plus mal à l'aise : "Well, all I can say is, if these are "real women" then I must be a troglodyte. Models have never made me feel bad about myself because I understand that they are not supposed to represent me...".

Ce que j'en pense


L'usage du terme "vraie femme" a tendance à m'agacer au plus haut point : jusqu'à preuve du contraire, les mannequins sont faites de chair (à un degré variable, certes...) et de sang. Je ne vois pas en quoi le fait qu'elles doivent veiller à maîtriser leur poids - à l'instar des sportives, des danseuses, des cosmonautes ou des pilotes de chasse - leur retire le statut d'être "réel". Qu'est-ce d'ailleurs qu'une femme "réelle" ? Quand la mode arrêtera-t-elle d'utiliser des dénominations marketing n'ayant pour objectif que de faire vendre du papier en opposant les femmes entre elles ?
En ce qui concerne les griffes haut de gamme, je pense qu'elles devraient tout simplement arrêter d'essayer d'insérer de la "réalité" au sein de leur univers, le résultat de leurs efforts se révélant souvent d'une violente condescendance...
Suivez nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 02 novembre 2016 dans Analyses
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
23 commentaires
Tous les commentaires
VictoriaIl y a 1 mois
Non aux mannequins trop maigres, mais pour ma part, cela me fait rêver de voir des mannequins a la beauté sublime poser dans les magazines.
Je ne suis pas sure que les clientes achèteraient les fringues si elles étaient portées par des personnes qui ne sont pas mannequins.
Les marques essaient de faire du marketing bien pensant mais le problème de la maigreur des mannequins, c'est aux marques ( et au magazines) de le résoudre.
RÉPONDRE
virginie/mode9Il y a 1 mois
Ce n'est pas tant leur physique qui est irréel, c'est la représentation de la femme dans sa globalité qui l'est ! Non, les mannequins dans "leur vraie vie" ne sont pas sapées comme ça et si elles l'étaient, elles n'iraient surement pas se balader au milieu de la "populasse" (je grossis le trait volontairement). Les femmes qui s'habillent de pied en cape chez ces couturiers bling bling, vivent dans des tours d'ivoires totalement déconnectées (donc elles aussi sont irréelles).
En fait, ce qui a changé, c'est la propagation des images via internet. Avant les riches avec les riches, les pauvres avec les pauvres. Le milieu de la mode n'intéressait pas grand monde. Les femmes achetaient des magazines mais restaient à distance de ce monde. Cette société veut donner l'illusion que tout est accessible à tout le monde, or c'est faux. Les plus naïfs sur-réagissent, c'est normal. Avant il y avait du rêve derrière les images de papiers glacés. Aujourd'hui il n'y a plus que de la vulgarité et de la provocation.
RÉPONDRE
SandraIl y a 1 mois
C'est exactement cela... On est dans une société d'illusion, où le luxe s'adresse à tous, mais n'est réellement accessible qu'à très peu ... En vendant parfums et cosmétiques, les grandes maisons s'adressent à tout un chacun. Mais sont-elles encore des maisons de luxe dans ce cas ? Que tout le monde puisse posséder du Chanel ou du Dior, même si ce n'est qu'un vernis ou un rouge à lèvre, n'est-ce pas une illusion, un "luxe" accessible, qui n'a de "luxe" que le son du nom de la marque qui résonne au loin ...
RÉPONDRE
OliviaIl y a 1 mois
Je valide tout ce que tu dis, la condescendance, l'usage hérissant du terme "vraie femme", le fait que les marques devraient s'abstenir de faire rentrer la "réalité" dans leurs représentations. Qu'on laisse leur métier aux modèles qui ont la chance de le faire grâce à leurs gènes. Qu'on réglemente les pratiques malsaines et l'IMC trop bas imposé. Mais aussi qu'on arrête à chaque fois qu'on voit une en sous-poids de crier "horreur, on pousse nos filles à l'anorexie etc." mais qu'une femme en surpoids mise en valeur soit accueillie d'un "enfin une vraie femme, merci". Je suis mère d'une adolescente, qui grandit aux Etats-Unis et j'avoue que je suis bien inquiète de cette tentative de normalisation (à justification marketing souvent) du surpoids.
RÉPONDRE
anjeIl y a 1 mois
L'âge des mannequins et/ou l'usage de photoshop forment à mon sens une barrière bien réelle avec les femmes de la vraie vie...
RÉPONDRE
WatsonIl y a 1 mois
Je trouve que ce concept "vraie femme", qui semblerait vendeur, est ultra présent dans les blogs mode et sur Instagram.
Ne sont-elles pas des femmes à la base "comme vous et moi" qui finissent parfois aux premiers rangs des fashion weeks et qui portent des vêtements de luxe pour leurs photos auxquelles tout le monde a accès via les réseaux sociaux?
Je ne sais qu'en penser, je constate juste que le souhait de flouter cette frontière (bien réelle pourtant) entre luxe et "commun des mortels" est prégnant.
RÉPONDRE
MarionIl y a 1 mois
C'est vrai que ces campagnes et autres n'ont pas pour but réel de changer les choses et sont un peu maladroites.
Pourtant, je ne suis pas tout à fait d'accord avec ton interprétation, notamment sur la campagne de Dolce&Gabbana. Personnellement, ces photos me font plutôt sourires, moi, étudiante "normale". Je ne ressens pas cette impression de condescendance dont tu parles. Au contraire, ces photos me font l'effet d'une invitation. Les "badauds", pour reprendre tes mots, n'auront certainement jamais la chance (et peut-être l'envie?) d'aller à un défilé. Qu'importe. D&G leur apporte, leur montre l'histoire d'une séance photo qu'est-ce qu'ils pourraient y voir. Et puis, j'aime généralement les campagnes D&G pour leur ambiance "italienne" - mais c'est souvent beaucoup trop lisse, trop feutré, trop beau pour être vraiment l'Italie. Ici, c'est l'Italie qu'ils nous montrent pour de vrai, avec ses habitants, qu'ils soient vendeurs dans une petit boutique à Naples ou mannequins. Et je trouve cela très agréable à voir.
RÉPONDRE
HappyLillyIl y a 1 mois
C'est sans doute la 1ère fois que je commente: il n'y a pas de vraie vie, ni de fausse vie, je crois. Ce sont des questionnements qui ne m'effleurent pas plus que le processus d'identification dans une série TV (ou un livre). Les physiques irréels-"pas la vraie vie" sont ceux qui sont retouchés de façon insensée, pas ceux qui existent. De fait les mannequins sont de vraies personnes, ce pour quoi elles posent ne les représentent pas. (Elles exercent un métier, pas anodin mais un métier.) Sinon, comment dire? Botero et ses sujets de tableaux par exemple? Ils ne représentent pas la réalité donc n'ont pas voix au chapitre? C'est assez désagréable cette dichotomie "vrais gens = les pauvres/ faux gens= les riches car ils n'auraient pas le sens de la réalité". Il y a autant de vrais gens dans des vies complètement différentes les unes des autres. Et autant de réalités (ou alors il faut cesser de voter pour des gens qui ne sont pas dans la réalité, qui en sont complètement déconnectés...)
Les mannequins sont réelles dont vraies, elles rentrent chez elles, vivent. Il n'y a pas de vraie vie plus qu'il n'y a de fausse vie (sauf dans un monde virtuel type Second life).
En effet, le post IG avec "merci merci à notre électricien", c'est rogue! Et si l'électricien avait été moins sexy???? Cela me fait l'effet de l'engouement pour Arshad le vendeur de thé pakistanais? C'est tellement condescendant. "Mais qu'il est beau ce pauvre homme! Ne rien posséder et être si beau sans en avoir conscience!" (lamentable). Idem quand les magazines nous vendent des numéros "femmes normales" et qu'on y retrouve des femmes "trop grosses" mais sublimement belles et qu'on réalise que notre excès de poids n'est pas aussi judicieusement placé... Il y a trop de vraies vies pour prétendre en montrer une sans taper à côté de la réalité de plein d'autres gens.
Quand je vois des mannequins, des actrices, que je les regarde, je ne me dis pas "ce n'est pas la vraie vie", je ne me dis pas "je suis dans la vraie vie et pas elles". Je ne regarde pas non plus une série TV en me disant "mais ce n'est pas la vraie vie", ni " ça me fait rêver". Je regarde une fiction le temps d'un instant. Comme un livre. Une distraction sans processus d'identification. Quand les gens seront débarrassés de cela (les publicitaires autant que les spectateurs), nous aurons fait un grand pas. Cette espèce de fascination pour la vérité et la vraie vie empêche beaucoup de chose je trouve.
Pour finir sur une note ironique, je suis fausse-blonde, ce n'est pas ma vraie couleur de cheveux. Suis-je fausse? Hors la vraie beauté ou la vraie vie? ;)
RÉPONDRE
OliviaIl y a 1 mois
Très bien dit "Je regarde une fiction le temps d'un instant. Comme un livre. Une distraction sans processus d'identification. Quand les gens seront débarrassés de cela (les publicitaires autant que les spectateurs), nous aurons fait un grand pas." Je l'ai déjà dit ici, il ne faut pas laisser ces images nous complexer et nous atteindre
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 1 mois
J'apporte ma petite touche québécoise et mon expérience de magazines féminins qui aiment présenter des 'vraies' femmes pour leurs sections mode, et croyez-moi, ça ne fait pas, mais alors, pas du tout, rêver. Le seul que j'achetais, Vero, fait aussi poser des actrices ou journalistes, et relativement peu de mannequins. Ca passe quand le stylisme est bon, mais surtout quand on le fait de façon discrète, donc pas en en rajoutant sur, regardez, c'est une femme normale. Personnellement, je préfère voir des sections mode avec de vrais modèles qui savent poser et des photos qui sont plus des oeuvres d'art qu'une incitation à l'achat. Oui, moi aussi ça me fait rêver, comme dit Victoria. Si je vois quelqu'un qui me ressemble, je me dis plutôt: vraiment, j'aurai l'air de ça avec ces fringues? Non merci.
Quant à la condescendance, rien de nouveau sous le soleil. Le monde de la mode se considère comme une élite, pas étonnant qu'il regarde le commun peuple de haut, en leur jetant quelques os à ronger de temps en temps, dans ce cas, de 'vraies' gens. Quelle blague! Mais qu'attendre de plus d'un monde entièrement centré sur l'apparence?
RÉPONDRE
ceriseIl y a 1 mois
Très bel article, merci!
En tant que fille à rondeurs, je me suis très souvent entendu des hommes me dire que moi au moins, j'étais une "vraie femme" ...
Heuh tout d'abord, merci pour les autres, qui se retrouvaient donc au rang de "fausses" femmes (mais qu'est-ce que ça veut dire d'abord!?)
Et puis ensuite, pourquoi ressentent-ils le besoin de me dire ça? Est-ce que c'est pour me rassurer, me dire que ma silhouette de "non mannequin" leur semblait malgré tout désirable? Merci du non-compliment pourri, Monsieur, au-revoir...

Personnellement, ça me fait très plaisir de regarder des mannequins sur Internet et dans les magazines - ça fait rêver. Par contre ce qui m'étonne c'est la conception étroite de la beauté qui existe dans le monde de la mode: il y a de très belles mannequins rondes, ou noires, ou petites, etc. Pourquoi ne pas les montrer plus?
Pour moi le mot clé est la diversité, pas le "réalisme" - je ne demande pas à voir leurs vergetures ou les endroits où leur pantalon fait un bourrelet à la taille, juste à admirer leur beauté et leur élégance.
RÉPONDRE
HappyLillyIl y a 1 mois
Ta dernière phrase, c'est exactement ce que je ressens. (merci)
Pour le reste: à chaque fois qu'un mec m'a dit toi, t'es différente (pour n'importe quelle raison à la con), pareil: "au revoir monsieur".
RÉPONDRE
MaudIl y a 1 mois
Tout à fait, je crois que ton dernier paragraphe touche le point essentiel. La dimension esthétique/recherche du beau est quasi consubstantielle à la mode, mais c'est si dommage de nous en donner une vision aussi restrictive. Il y a une forme de lassitude à voir des formes de beautés stéréotypées...
RÉPONDRE
Svs au LuxbgIl y a 1 mois
Les mannequins professionnels font rêver et c'est très bien. Ce qui devrait être aboli c'est Photoshop à outrance, ça, ça ne me fait pas rêver et dans ce cas on ne parle même plus de " vrais" humains.
RÉPONDRE
CéliaIl y a 1 mois
Oui je suis d'accord, et un peu plus de diversité comme on l'a dit pus haut. Il n'y a pas de vraie femme, de vrai homme, tout cela est très subjectif. Pour D&G leur campagne me fait sourire sans plus, je n'y vois pas de condescendance mais je comprends que d'autres la voient. Enfin, je pense qu'il ne faut pas trop en demander, les marques de luxe ainsi que les entreprises de l'agro-alimentaire par exemple, ne sont pas là pour répondre à nos attentes, à nos complexes. Elles veulent vendre point. On ne peut pas demander à ces marques de luxe d'être terre-à-terre, de faire des sacs que tout le monde peut s'acheter. C'est triste j'en conviens mais c'est comme cela, le luxe est inaccessible et ça fait rêver. Alors oui aux mannequins, mais dans leur diversité. Car comme tu le dis Lise ces initiatives semblent fausses, uniquement destinées à rendre la marque plus populaire, donc on les critique. Il ne faut pas trop attendre de ces marques et des magazines, je ne sais plus qui a dit dans les commentaires qu'on croit grâce à Internet que le luxe est de plus en plus accessible, qu'il est pour tout le monde. Or non, et ça ne le sera jamais. A la place il faut des personnes qui prennent des initiatives, qui créent de nouveaux magazines pour les femmes rondes, noires, il y en a pas mal il faut se tourner vers ces nouveaux modèles et les soutenir. Les pubs de toute façon sont là pour faire rêver, pas pour qu'on s'y identifie et c'est bien ça le problème. Je crois mais je n'arriverai pas à analyser cela ici que ça touche pas mal de problématique comme la place des images dans nos vies (instagram, pub omniprésente etc), la construction de notre propre image (réseaux sociaux mais également réalité), l'esthétisation de la réalité, l'identification, la fiction, l'image de la femme aussi.
RÉPONDRE
FlewellIl y a 1 mois
Je suis totalement d'accord. Photoshop et l'embellissement digital à outrance sont les vrais criminels, à la fois sur les couvertures de magazine et sur les photos instagram. C'est juste absurde de mentir, et en plus le fait d'exposer ça comme un modèle, c'est faire espérer à des milliards de femmes et hommes quelque chose de complètement inatteignable.
RÉPONDRE
GenevieveIl y a 1 mois
"violente condescendance": voilà une chute parfaite qui résume tout...
RÉPONDRE
matchingpointsIl y a 1 mois
Nous sommes souvent en contradiction avec nous-même lorsqu'il s'agit de la mode ! D'un côté on juge les photos trop photoshopées et les mannequins trop maigres, ou alors on reproche un manque de rêve...
Mais il est vrai, parfois on a du mal à s'identifier à des filles tout juste sorties de la puberté ; il n'y a jamais eu de polémique pour une Sharon Stone ou une Charlize Theron !
RÉPONDRE
valérieIl y a 1 mois
"Dans les deux cas, les "vrais gens" paraissent ternes, bien peu attirants. Le message semble pouvoir se résumer à "si tu veux t'extraire de la masse, offre-toi du Dolce". "
Tu as parfaitement résumé le sens de ces pubs honteuses !!!
Il suffit aussi de regarder Instagram.... regarde les comptes qui marchent : ce ne sont que des photos parfaites, de mères parfaites, d'intérieurs parfaits, d'enfants parfaits (un peu à l'image de Mimi Thorrisson.... )...
Moi je m'éclate à poster des photos avec mon intérieur en bordel et poussiéreux ! The real life !!!!
En fait, les marques se cherchent. Tout est chamboulé. C'est un vrai bordel en fait !!! Et si on revenait à plus de vrai ????
Je t'embrasse ma belle Lise
Valérie
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 29 jours
Vive The Real Life ;)
RÉPONDRE
LucieIl y a 30 jours
Bonjour,
Un excellent resumé je suis tout à fait d'accord. Autant qu'une ancienne mannequine je peux témoigner de la haine... On se sent tres seule, jugée, méprisé. C'est dur! Pourtant ces filles font juste leur travail. Personne dit de se comparer à eux! La haine vient de gens aigris qui sont incapables de dire simplement - ah, c'est beau.
RÉPONDRE
fatinetiaraIl y a 26 jours
je n'achète plus de magazines feminins car je les trouve boring. le seul a avoir trouvé grave a mes yeux est l'edition streetstyle du glamour que j'ai refeuilleté plusieurs fois tellement je l'ai trouvé inspirant. perso, j'aimerais voir plus de diversité en termes de physiques (des minces, des pulpeuses, des petites, des grandes, des filles de 20 ans, de 40 aussi) et surtout des looks qui font du sens, qui sont portables/transposables dans le quotidien... bref des looks pour des vraies femmes, avec une vraie vie ;)
RÉPONDRE
AgataIl y a 19 jours
Je suis tout-à-fait d'accord avec cet article, qui illustre parfaitement la lutte que tout le monde aime fomenter dans la gent feminine pour qu'on s'entretue a coup de messages "haters" et autres insultes sur notre gras par ci et nos os par la.
La societé veut apparemment que les femmes rondes detestent les femmes maigres et que les femmes maigres detestent les femmes rondes, que les femmes musclées detestent celles qui ne font pas de sport et vice-versa.
On nous oppose et nous, on suit... On se dechire, on se critique. Il y a toujours quelque-chose a redire.
Qu'une femme s'identifie ou pas a une image de mannequin, il faut arreter de faire croire qu'il y a des femmes reelles et irreelles. Je suis egalement d'accord avec @Victoria, les filles tres minces continueront d'exister tant que les marques demanderont des filles tres minces.
Et puis, derriere ces papiers glacés et autres posters super glamour, il est bon de connaitre l'envers du decor. N'oubliez jamais que la mannequin qui pose pour ce magazine en plein milieu de l'etagere du marchand de journeaux, a un passé, une histoire, des emotions et des doutes... Un peu comme tout le monde! A elle aussi ca lui fait mal de recevoir des critiques.

Nous sommes toutes des femmes et nous devons faire la paix avec notre phisiologie (je parle en dehors des problemes de nutrition qui sont eux, un autre sujet). On peut faire du sport, manger sainement, modifier un peu ce que nous donne la nature par ces moyens., mais il restera evident que nous sommes faites differemment.
Les unes sont nees avec des formes, les autres sont nees sans formes.
Ce n'est pas ma faute si je suis nee maigre, sans poitrine avec des hanches larges et des traits androgynes. Je vois des femmes minces, des femmes rondes, des femmes tres feminines et des femmes androgynes. Je les respecte toutes pour etre ce qu'elles sont, meme si elles ne me ressemblent pas.

Tout ce que j'espere, c'est que les femmes du monde entier se rendent compte du pouvoir et de la lumiere que nous pouvons transmettre si nous arretons de nous mettre des batons dans les roues.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode