Louis Vuitton - Défilé croisière 2015

S'inscrivant dans la continuité du premier opus de Nicolas Ghesquière chez Louis Vuitton, la collection croisière présentée ce samedi 17 mai en plein coeur de la principauté de Monaco fut l'occasion pour le créateur d'insuffler à son vestiaire optimisme et fantaisie cérébrale…
Défilé croisière Louis Vuitton 2015

Le lieu :


Un cube de verre éphémère construit en face du Palais Princier. À l'intérieur, des banquettes blanches, un sol pavé de dalles numériques diffusant un film aquatique de l'artiste français Ange Leccia et des rideaux motorisés qui se déployèrent le long des murs translucides dès le début du show.

Les inspirations :


La Méditerranée, et plus largement l'univers aquatique. Entre découpes hublot, gamme de bleu turquoise et motifs coralliens, les références au lexique marin sont légion.
Le Grand Prix de Monaco. À coups de pièces telles que ces tops esprit polo et cet étroit blouson rouge Ferrari, mais aussi de motifs évoquant aussi bien le damier d'un drapeau que les lignes sinueuses laissées par les pneus d'une voiture de course sur l'asphalte, Nicolas Ghesquière évoque tout en subtilité le champ lexical de la Formule 1.
Les seventies. Oubliées les sixties du premier défilé Louis Vuitton : pour cette collection croisière, ce sont les seventies qui ont inspiré le maître des lieux. Pas étonnant dès lors d'y retrouver ce manteau en fourrure nous évoquant Margot Tenenbaum. Pour autant, on est ici loin de la citation, les tissus techniques et la sophistication des effets matières permettant de dépasser largement le style rétro.
Défilé croisière Louis Vuitton 2015

La collection :


Les jupes lingerie flirtent avec le genou, lorsqu'elles n'adoptent pas une allure plus "adulescente" en mixant longueur mi-cuisse et ceinture à noeud cocarde. De leur côté, les pantalons étirent la jambe au maximum grâce à leur taille haute, leur ligne affûtée et leur bas légèrement évasé. On note également que les bustes sont étroits, les hanches légèrement arrondies et les empiècements d'inspiration sportswear. Difficile enfin de ne pas être séduit par les pièces au cuir adouci par une rangée de volants (offrant ainsi une nouvelle modernité à la notion de coquetterie), par les robes ligne A à l'allure 1920 totalement remastérisée ou encore par les tailleurs-pantalons pour working-fashionistas.

Les matières :


Entre lainages ultra fins et variations autour de la dentelle (texture rebrodée, dentelle appliquée sur parure de sequins, etc..) et du cuir (peaux laquées, suédine au touché peau de pêche, cuir ajouré, cuir de serpent verni), Nicolas Ghesquière nous prouve une fois de plus sa capacité à transcender la matière. Sans parler de ses télescopages entre cuirs et tissus liquides, qui confèrent force et douceur à la silhouette.

Les clins d'oeil à Balenciaga :


Si l'on retrouve ici le gimmick des hanches arrondies moult fois employé chez Balenciaga, on remarque également la présence de pantalons allongeant la jambe à l'infini ainsi que de souliers expérimentaux (à l'instar des néo-sandales de gladiateurs).
Défilé croisière Louis Vuitton 2015

La maroquinerie :


La mini-malle aperçue en mars dernier se voit ici agrémentée d'une anse, tandis que Nicolas Ghesquière nous livre une nouvelle version du sac seau.

Ce que j'en pense :


Avec Nicolas Ghesquière, Louis Vuitton prend enfin la mesure de l'importance de la collection croisière, véritable poule aux oeufs d'or des griffes haut de gamme. Contrairement à Marc Jacobs (qui préférait déléguer la création des collections de mi-saison), Ghesquière est en effet directement en charge de celle-ci. Sous ses doigts, la croisière devient ainsi une collection à part entière. Une collection qui est pour lui l'occasion de définir plus précisément l'ADN de la nouvelle femme Louis Vuitton : jeune, moderne, séduisante, néo-sophistiquée, dépourvue de nostalgie et affichant une silhouette aussi cool que sculpturale.
On note par ailleurs qu'en livrant des pièces mêlant inventivité et efficacité prêt-à-porter, Nicolas Ghesquière offre ses lettres de noblesse à la notion de "collection commerciale"...

Toutes les photos : http://www.style.com/2015RST-LVUITTON
Partager l'article
Par Lise Huret, le 19 mai 2014 dans Défilés
Vous aimerez également
Louis Vuitton : Défilé croisière 2017
Il y a 6 mois - 16
EN SAVOIR PLUS
Louis Vuitton, visionnaire ?
Il y a 10 mois - 24
EN SAVOIR PLUS
Louis Vuitton, le monogramme ré-enchanté
Il y a 1 an - 13
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
14 commentaires
Tous les commentaires
artoIl y a 2 ans
On est quand même loin du Louis Vuitton de Marc Jacobs !

Je pense que Ghesquière va vite donner à la femme LV son identité propre. On est enfin sur de bons rails.

Sinon c'est frappant comme les collection croisière commencent à devenir "à la mode" comme tu le dis.
RÉPONDRE
seul et fabuleux !Il y a 2 ans
Il y a déjà un moment qu'elles sont "à la mode" (pour reprendre ton expression) ! :)
RÉPONDRE
HeathrowIl y a 2 ans
Pourquoi Monaco pour le coup ? Autant pour Chanel/Dubaï je comprends, mais là c'est moins évident. Peut-être le côté "croisière à Monaco" ?
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 2 ans
Omg la petite robe bleue de la dernière photo est trooooop belle!!!
RÉPONDRE
seul et fabuleux !Il y a 2 ans
Je ne trouve pas les volants très moderne, pour le coup !
RÉPONDRE
CitrinaIl y a 2 ans
J'adore la seconde robe de la troisième photo :)
RÉPONDRE
lise38Il y a 2 ans
merci pour cet article!! Je regarde toujours l'analyse et le défilé sur Style pour me faire une idée personnel (vu que sur ce site là, la critique négative est très peu présente), puis je viens lire ton analyse à toi :) J'ai adoré ton œil pour les détails (notamment toutes les références à l'univers marin). Gros coup de cœur pour les pantalons qui allongent la silhouette (peu de chance de trouver un ersatz quelque part, la coupe fait tout :/ )et les robes ligne A. J'ai un peu compris pourquoi le défilé s'est tenue à Monaco (référence au Grand Prix et au musée marin) mais ça reste un peu pour moi un coup marketing pour attirer les stars et les plus riches présentes au festival de Cannes (coup déjà fait par Dior l'année dernière). En tout cas c'est super que la collection Resort renait avec Ghesquière, reste à voir les collections suivantes!


PS : J'ai aussi eu l'occasion d'apprendre la différence entre style sixtie et seventie ;)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 ans
Les pantalons sont effectivement sublimes. Ils sont à la fois "powerful" et diablement élégants.
RÉPONDRE
....Il y a 2 ans
J'ai tellement de belles choses à dire sur cette collection et sur le travail de NG.
Tout d'abord, j'apprecie beaucoup le fait qu'il fasse une mode evolutive chez Louis Vuitton. L'objectif clairement affiché est de donner une identité à la mode Vuitton et non pas d'enchainer les coups comme à l'epoque de Marc (ces coups étaient réussis quand meme).
Je pense que le style reste terriblement Ghesquiere mais s'adapte assez bien avec Louis Vuitton qui est une sorte de "page blanche" en PAP.

Bon, j'aime beaucoup l'allure 70's. C'est quelque chose qui revient souvent dans son travail d'ailleurs (je me souviens d'une interview dans laquelle il déclarait que les 70's-80's étaient les décennies les plus modernes pour la France dans les domaines artistiques). Les pantalons sont toujours superbement bien coupés avec NG, les mix de couleurs, l'encolure en V (pour Vuitton?) récurrente, les sacs beiges d'une simplicité et d'une evidence terrible, le côté finalement assez accessible de l'allure. Ca reste très pointu mais avec beaucoup de nonchalance. Et finalement, dans chaque looks, il ya quelque chose à piocher.

Bon, petit shopping:
- Cette robe http://www.style.com/fashionshows/complete/slidesh...
- Ce manteau http://www.style.com/fashionshows/complete/slidesh...
- Total look http://www.style.com/fashionshows/complete/slidesh...
- Total look avec le sac http://www.style.com/fashionshows/complete/slidesh...
- La perfection http://www.style.com/fashionshows/complete/slidesh...

Apparemment, GUCCI reste à la traine...
RÉPONDRE
sheighIl y a 2 ans
Et ben, ça ne me plaît pas du tout, mon oeil a tendance à voir quelque chose fait à la va-vite par des mains pas forcément de génie et dessiné par quelqu'un de non averti par le stylisme. Néanmoins je salue le retour des pantalons taille haute que j'adore, adore, adore!
RÉPONDRE
ensseIl y a 2 ans
perso , je ne suis pas emballée
RÉPONDRE
..........Il y a 2 ans
je pense que ces photos sont trompeuses et bien loin de la réalité. Il suffit de regarder la video du show pour se faire une idée honnête de cette collection.Les volumes, les couleurs, les imprimés ne fonctionnent pas et ne sont pas séduisants.Evidemment les moyens techniques et matières employées sont intéressants mais les tenues globales frappent par leur manque d'esthétisme voir de maladresse. Nicolas G se pose peut être trop de questions depuis qu'il est a la tete de Vuitton ce qui se ressent dans son travail.Meme la scénographie laisse à désirer, associée aux vêtements on se croirait dans un mauvais film futuriste des années 2000. Nous sommes bien loin de sa première collection pour Vuitton qui, quoi que radicalement différente de ce que faisait son prédécesseur était je pense vraiment réussie.
RÉPONDRE
ensseIl y a 2 ans
"on se croirait dans un mauvais film futuriste des années 2000"
c'est exactement ça!
RÉPONDRE
RaúlIl y a 2 ans
Retrosophistication (on dirait que certains looks sont sortis directement de la tête de Miuccia Prada).
J'ai beaucoup aimé.
Il est en train de créer une nouvelle femme-Ghesquière, loin de celle qu'il avait créée pour Balenciaga (ce qui n'est pas toujours évident).
Bravo, Nicolas!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode