Défilé Max MaraDéfilé PradaDéfilé Antonio Marras

Fashion week de Milan - Automne/hiver 2017-2018

2413
Entre militantisme affiché, mix and matchs stylistiques audacieux, défilé-performance émouvant et collections inspirantes, tour d'horizon de ce qu'il faut retenir de la fashion week milanaise...
Défilé Max Mara
Miuccia Prada se fit plus militante que jamais en proposant une collection s'interrogeant sur le rôle de la femme dans la société moderne. La créatrice offrit ainsi un traitement féminin aux atours masculins, rendit la lingerie plus cosy que sexy, convoqua le pouvoir de séduction des pin-up des années 50 et prit à revers les codes du glamour.
Symbole du communisme, la faucille et le marteau se virent réinterprétés chez Stella Jean (voir ici).
S'il apparut complexe, surchargé et presque chaotique, le vestiaire Prada n'en brilla pas moins par la richesse de ses compositions chromatiques et par la désirabilité de nombre de ses insolentes composantes. On pense notamment aux blousons seventies mixant cuir et tricot, à ceux mariant cuir, daim et breloques (voir ici et ), à cette robe incandescente en mohair rose, à ce pardessus en cuir brodé ou encore à cette toilette saumon années 20 qui régalera les égéries de la griffe.
Si l'on en croit Miuccia Prada, il serait temps de se mettre au tricot et de ressortir les colliers de coquillages confectionnés avec amour par notre petit dernier (voir ici et )...
L'inscription sur l'une des affiches ayant tapissé la salle du show Prada demande à être méditée : "Fashion is about the everyday and the everyday is the political stage".
Chez Fendi, Karl Lagerfeld abandonna pour un temps la dimension girly contemporaine de la femme Fendi au profit d'une esthétique seventies - tantôt sévère, tantôt affriolante - servie par le savoir-faire des ateliers Fendi.
Défilé Prada
Chez Dolce & Gabbana, Domenico et Stefano misèrent sur un casting doré, joyeux et diversifié où se mêlèrent "it" girls, influenceurs, clientes, bambins, princesses et mannequins plus size. Une manière comme une autre de tenter de faire oublier que leurs collections se suivent et se ressemblent...
Petite liste non exhaustive de celles et ceux ayant défilé pour Dolce&Gabbana : Corinne Foxx (fille de Jamie), Rose Gilroy (fille de Rene Russo), Delilah Bell Hamlin (fille de Lisa Rinna), Sailor Brinkley Cook (fille de Christie), Dylan Lee (fils de Pamela Anderson), Mackinley et Chase Hill (soeur et frère de Taylor Hill), Ella et Alexander Richards (filles de Keith Richards), Amanda et Jason Harvey (belle-fille et fils de Steve Harvey), mais aussi  Thylane Blondeau, Sonia et Beata Ben Ammar, Anaïs Gallagher, Gabriel Kane Day Lewis, Maddi Waterhouse, Rafferty Law, Kristina Bazan, Sofia Richie et Maria-Olympia de Grèce...
Angela Missoni marqua les esprits en faisant du "Pussyhat" le symbole de son défilé (voir ici).
La femme Bottega Veneta revisita avec élégance le style années 40 (voir ici, ici, ici et ).
A l'instar de nombreuses collections milanaises, le dernier opus Etro demandera à se voir étudié de près, afin d'apprécier au mieux la richesse de pièces qui sur le catwalk se retrouvèrent souvent noyées au sein de looks surchargés. On pense notamment à cette douillette veste olive à l'imprimé paisley, à cette lumineuse jupe midi seventies ou encore à cet anorak japonisant.
Pour Moschino, Jeremy Scott invente la robe détritus (voir ici).
Défilé Antonio Marras
Antonio Marras livra une collection riche, dense, inspirante et faisant la part belle aux inspirations forties. Une collection particulièrement bien mise en valeur par un casting mixant les générations, mais aussi et surtout par la présence de danseurs du Teatro di Milano, qui transformèrent le show en performance saisissante. Le final se révéla particulièrement jouissif.
MSGM confirme le pouvoir addictif du duo chocolat/bleu azur (voir ici).
Chez Gucci, la folle logorrhée kaléidoscopique de Michele continue d'hypnotiser la fashion sphère, apparemment toujours aussi fan de son baroque azimuté. Au rayon accessoire - point fort du créateur - on retiendra la cagoule évoquant les chevaliers d'antan, les pochettes poupées russes, le bandeau éponge "à la Tenenbaum" et la ceinture papillon.
Le hair code Versace ravira les adeptes des expériences chromatiques capillaires (voir ici).
Chez Max Mara, les variations opérées autour du manteau long et chaud séduisent par leur ampleur généreuse et leur texture régressive (voir ici et ).
Chez Tod's, le combo de teintes noir/blanc/marron confirme son statut de "must have" (voir ici).
Alessandro Dell'Acqua nous donne envie de porter nos pulls oversizes sur des jupes à godets ou des robes fluides midi et de marier marron, bordeaux et blanc.
Partager l'article
Par Lise Huret, le 27 février 2017 dans Défilés
Vous aimerez également
Fashion week de Milan - Printemps/été 2018
Il y a 1 mois - 7
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
13 commentaires
Tous les commentaires
MeltIl y a 8 mois
Je suis enseignant depuis Septembre 2016 , je dois avouer que je n'ai plus trop le temps de scruter les défilés comme avant , alors ce recap est tout simplement Génial ! merci Lise/tendances-de-mode , je vous suis depuis...." coco".
C'est bien Mégan Comlinson au défilé Bottega Veneta? j'adore ce mannequin.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 mois
Je ne connais pas cette mannequin, désolée :/

"Coco"... Eh eh eh ca fait longtemps ;) Merci d'être aussi fidèle !
RÉPONDRE
MaudeIl y a 8 mois
Vraiment superbe ! Je dis rarement ça pour des défilés que je trouve souvent trop abstrait mais là cette couleur, cette lumière, cette élégance, tout est magnifique.
RÉPONDRE
....Il y a 8 mois
A chaque fois que j'entre dans une boutique Prada, je me demande bien à qui s'adresse cette mode qu'elle présente en défilés. Et cela, de plus en plus...
L'abondance de mohair me fait presque peur: et voila Lindsey dans sa robe rouge qui a l'air d'avoir prit 10 kg de plus.
De belles propositions chromatiques, la divine robe années 20 et quelques pièces seront ce qu'on retiendra d'une collection pas si mémorable que ca. On attend MiuMiu!

Fendi etait vachement bien! Assez simple, assez réel et finalement évidement. Ca ne repose sur presque rien et les propositions de stylismes sont loins des envolées Prada-iennes mais j'adore. J'ai adoré les passages de robes legeres et imprimées avec les cuissardes hybrides. ET LES SACS! Fabuleux. Karl & Sylvia ont fait du bon boulot.

J'ai envie de dire ENFIN à Alessandro dell Acqua! N°21 semblait un peu perdu mais cette collection urbaine est très satisfaisante.

J'ai aussi adoré Tod's et Marco De Vicenzo et MaxMara (leur meilleure collection).

Bizarrement Gucci, Dolce me laissent de marbre. C'est trop à la fois, tout le temps...sachant en plus que c'est souvent la même chose.

PS: j'ai trouvé la collection Cavalli hilarante! Le départ de Tisci chez Givenchy les a apparemment beaucoup inspirés.
RÉPONDRE
jickyIl y a 8 mois
chouette mon manteau à bouclettes camel nounours Fée Maraboutée acheté en soldes cet hiver va être fashion l'hiver prochain (cf Max Mara)!
RÉPONDRE
matchingpointsIl y a 8 mois
La femme Bottega Veneta et les manteaux Max Mara, toujours aussi beaux...ce que nous retenons pour le moment !
RÉPONDRE
Svs au LuxbgIl y a 8 mois
Chère Lise,

Merci pour ce beau récapitulatif milanais.
Ah Fendi, Bottega Veneta et Max Mara... L'incarnation du chic à l'italienne pour moi. J'en ai plein les yeux, merci.

Belle journée à vous trois
RÉPONDRE
jickyIl y a 8 mois
Fendi, Bottega et Max Mara, suis bien d'accord!
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 8 mois
Les collections Fendi et Bottega Veneta font un plaisir fou tant elles reposent les yeux.
La collection me plaît, elle se concentre sur l'essentiel et sur la clientèle. Simple, efficace, de bon goût. Les cuissardes rouges sont adorables, les propositions stylistiques aussi. Les imprimés dont le prince-de-galles, les couleurs, les proportions, belle collection en tout point moderne et sans fioritures.
RÉPONDRE
....Il y a 8 mois
Les cuissardes Fendi semblent toutes faites pour toi! :D
RÉPONDRE
Spunky Il y a 8 mois
Ah si seulement ! J'espère bien qu'il ne s'agit pas que d'un modèle réalisé pour le défilé. Et comme d'hab ton compte-rendu est précis et plaisant à lire.
RÉPONDRE
fatinetiaraIl y a 8 mois
huge crush pour fendi, une simplicité inspirée ! dolce jai rien compris... prada non plus :s ca serait trop de leur demander que de faire des defilés un peu plus coherents et portables :D
RÉPONDRE
GranpiIl y a 8 mois
Alessandro Dell'Acqua: j'adore!!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode