Défilé Dries Van NotenDéfilé Dries Van NotenDéfilé Dries Van Noten

Défilé Dries Van Noten - Automne/hiver 2017-2018

1917
À l'occasion de son centième défilé, Dries Van Noten livre un show où il revisite son passé créatif, tout en proposant des silhouettes à l'allure des plus contemporaines. Petit passage en revue de ce qu'il faut retenir de ce défilé aux graphismes kaléidoscopiques...
Défilé Dries Van Noten
Pour célébrer son 100ème défilé, Dries Van Noten rappelle les mannequins avec qui il a travaillé depuis ses débuts et offre ainsi une image transgénérationnelle de la beauté. L'éclat de celles-ci nous fait d'ailleurs regretter qu'en matière de mannequinat, la retraite sonne généralement aux alentours de 30 ans...
Le concept du manteau "statement" porté avec un simple jean se révèle particulièrement judicieux, celui-ci permettant d'opter pour un modèle très fort sans risquer l'overdose stylistique, les deux pièces s'équilibrant mutuellement (voir ici et ).
Entre coupes frôlant la perfection et choix parfait des matières, Dries Van Noten parvient à rendre élégants - et presque féminins - ses volumes masculins oversize (voir ici).
Passé maître dans l'art de mixer les imprimés et de marier les teintes, le créateur belge revisite les motifs ayant peuplé ses collections et s'amuse à les télescoper, livrant ainsi une palette graphique qui se révèle souvent assez réjouissante (voir ici, ici, ici et ).   
Défilé Dries Van Noten
Les pantalons en velours ras bleu marine ou côtelé bistre offrent à la silhouette une dégaine boyish délicieusement vieillotte et paradoxalement intemporelle (voir ici et ).
En dépit d'être oversize, les carrures n'en sont pas moins maîtrisées et ne tombent ni dans le volume caricatural, ni dans le gimmick trendy (voir ici).
Tout au long du défilé, Dries Van Noten s'amuse à souffler le chaud et le froid en mariant des atours à l'ADN contradictoire, pour un résultat souvent saisissant d'évidence. On pense notamment à cet opulent manteau en fausse fourrure marié à un simple pull col roulé bleu marine, le tout relevé par une paire de boucles d'oreilles maillon disco.
Oscillant entre opulence mafieuse, twist gavroche et casualness unisexe, le passage 23 du défilé affiche une allure folle. Nul doute au passage que le pantalon large en velours côtelé porté par Catherine McNeil se verra plébiscité par les acheteurs...
Le bol court de Catherine McNeil nous fait revoir notre avis sur ce type de coiffure.
Défilé Dries Van Noten
Suivant les pas de bon nombre de ses confrères, Dries Van Noten confirme que le costume est appelé à muter en une friandise fashion aussi facile à vivre que hautement élégante (voir ici).
Rappelant les textures cheap des années 90, les reflets de certaines pièces risquent d'avoir du mal à séduire (voir ici).
A l'instar des bijoux Marni, ceux aperçus sur le show sont appelés à twister les looks les plus minimalistes (voir ici).
Via quelques looks où le stylisme prime sur les composantes de ceux-ci, Dries Van Noten nous rappelle qu'en matière d'allure, l'attitude prime souvent sur le vêtement (voir ici et ).
A mi-chemin entre la doudoune et le teddy oversize, les manteaux/blousons de la collection arborent un style plus poétique que sportswear, grâce à un matelassage discret et des graphismes subtils (voir ici).
En mariant tailoring parfait, dégaine masculine et motifs placés iridescents, Dries Van Noten prouve une fois de plus qu'il sait parler aux femmes (voir ici).

Toutes les photos du défilé : http://www.vogue.com/fall-2017-ready-to-wear/dries-van-noten
Partager l'article
Par Lise Huret, le 02 mars 2017 dans Défilés
Vous aimerez également
Dries Van Noten 2014, le dress code
Il y a 3 ans - 19
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
17 commentaires
Tous les commentaires
MarieIl y a 3 mois
Ah, je l'attends toujours avec impatience, ce défilé !
Pas pour me projeter dans les vêtements, dont la portabilité me paraît souvent discutable (sauf à vouloir perdre tout capital séduction) mais pour m'émerveiller devant les associations de couleurs et les jolies matières :)
Je rêve d'une robe babydoll espiègle et bien coupée reprenant les motifs DVN...
RÉPONDRE
samIl y a 3 mois
Encore une fois , il fait chavirer mon coeur... Il est l' un de mes créateurs préférés. Il propose une mode pointue et portable avec une vraie identité. Et une identité moderne: une base solide qui n'a pas peur de l'ornement.
Ses manteaux sont parmi les plus beaux et bien coupés , aussi bien chez les hommes que chez les femmes , et je ne me lasse pas d'en admirer les mariages de couleurs, motifs, broderies .. J'adore son traitement" plurilinguiste" des étoffes .
RÉPONDRE
Violette.bIl y a 3 mois
Dries van Noten est mon graal absolu, il me séduit et me bouleverse, il me parle de moi , je comprends ses codes , nous partageons des références communes. Avec mes moyens j'essaie parfois de m'habiller à la manière de .....il m'inspire et accompagne mes choix parfois .....dés que j ai quelques milliers d'euros superflus je me ferais un cadeau .
RÉPONDRE
romaneIl y a 3 mois
Le défilé est absolument sublime, par contre, tous ces visages creusés, non merci.
Les agences qui emploient ces filles méritent vraiment de grosses amendes, elle est où la loi anti-anorexie sur les podiums déjà ?
Partie avec les pots-de-vin ?
RÉPONDRE
samIl y a 3 mois
Je pense les créateur pensent les silhouettes sur des femmes minces, très minces. Du coup, le produit de leur travail sera forcément présenté sur des femmes très élancées, car c'est conçu et taillé pour elles . C'est un formatage qui naît avec la vocation ( par imprégnation) et continue dans les écoles de mode . Je pense qu'aucun créateur lambda n'imagine sa collection en ayant en tête une femme pulpeuse, avec des seins lourds, des fesses . Et il est plus difficile aussi de produire un vêtement " standard " pour une femme ronde , car il y a plus de morphologies différentes. Ce n'est pas un hasard si le formatage des corps féminins est contemporain des productions standardisées de vêtements: convaincre une fille qu'il faut avoir certaines mensurations permet de produire des tailles standards et de produire et vendre à moindre coût... Ce n'est plus le vêtements qui épouse le corps , mais le corps qui est soumis au vêtement ( le tissu extensible a d'ailleurs permis de gagner en confort mais surtout participe à la même logique de standardisation des tailles car le vêtement épouse plus de morphologies différentes ).
RÉPONDRE
CarolineIl y a 3 mois
Voilà qui est très justement observé... La difficulté est donc d'accepter/faire accepter sa morphologie spécifique et de pratiquer l'art de la retouche ou du sur-mesure...
RÉPONDRE
....Il y a 3 mois
J'ai adoré le casting et un peu moins les vêtements.
J'ai justement trouvé que le casting justifiait à lui seul la nécessité d’arrêter la tendance du "tout oversized".
J'ai aimé 2 looks dont celui porté par Guinevere Van Seenus: un trench ceinturé porté sur un pantalon sombre et un sac en "croco". Parfait, simple et evident...

Je ne doute pas de la présence de belles pieces (le manteau en fausse fourrure) mais pour moi, le casting embelli l'affaire.
RÉPONDRE
RouletabilleIl y a 3 mois
"Le stylisme prime sur le vêtement " bravo c'est exactement ça : il y a bien sûr toujours des pièces, notamment les manteaux, sublimes, mais ce qui est saisissant c'est sa capacité incroyable à créer des tenues à la fois évidentes et tellement créatives.
RÉPONDRE
jickyIl y a 3 mois
décidément, la mode anversoise n'en finit pas de me convaincre... Tout est vraiment superbe y a rien à jeter...
RÉPONDRE
EdithIl y a 3 mois
Merci Lise!
J'adooooore!!!!! Je l'ai toujours aimé!
Filles trop maigres c sûr........
C'est ss doute pour pouvoir porter plein de trucs les uns sur les autres!!!!

Mais cette fourrure sur le pull marine et le pantalon côtelé.....waouhhhhh!!!!!
Ce n'est pas nouveau , mais que je suis contente que ça revienne!!!!!
RÉPONDRE
samIl y a 3 mois
Le pantalon en velours côtelé sera de retour cet hiver. Il est sur pas mal de silhouettes dans les défilés que j'ai visionné. Très large et descendu sur les hanches, du coup, pas forcément seyant sur toutes... .
RÉPONDRE
EliseIl y a 3 mois
Holala j'aime TOUT !!
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 3 mois
"Le stylisme prime sur le vêtement" Absolument !
La construction d'une silhouette est déterminante plus que les habits en eux-mêmes. Sur ce défilé, les volumes et les proportions sont bien maîtrisées grâce au stylisme qui équilibre l'ensemble à la perfection.
Bon casting et certaines silhouettes boyish sont superbes.
Le pantalon en velours bleu marine et le reste de la silhouette sont très à propos.
La coupe au bol... trop arty ! Je plébiscite !!!
Happy 100!
RÉPONDRE
emmanorIl y a 3 mois
j'ai beaucoup de mal avec la silhouette pantalon large + manteau large
et j'aime moins que d'habitude ses couleurs. un peu déçue donc
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 3 mois
Ohlala ces blousons!! Ils sont vraiment beaux et cela prouve encore une fois que c'est le roi de la couleur, aussi doué qu'un grand peintre!
RÉPONDRE
ZeilaIl y a 3 mois
Oui, Lisa, on est d'accord, mais s'il te plait, pas de mafia élevé au rang d'élément poétique pour inspirer la mode. Tes textes font le tour du monde, c’est pas possible.
RÉPONDRE
sheighIl y a 3 mois
J'apprécie toujours ses associations de couleurs mais l'oversize commence à me sortir par le nez!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode