Chronique #95 : Observations canadiennes

1122
Je ne sais pas si c'est notre récent séjour en France ou si je suis ces derniers temps plus sensible à telles ou telles choses, mais toujours est-il que depuis notre retour à Toronto, certaines "spécificités" canadiennes m'interpellent plus que d'ordinaire...
Toronto

La concentration des services


Avec sa forêt de gratte-ciels tous plus hauts les uns que les autres, Toronto concentre à la verticale un nombre incalculable de services. Or, il est assez intimidant pour une Européenne de se retrouver au rez-de-chaussée de l'un de ces géants de verre, et plus particulièrement devant l'immense panneau regroupant toutes les activités de l'immeuble (concrètement, on peut en un même endroit finaliser un contrat d'assurance, se faire soigner une carie, effectuer une prise de sang, consulter un chirurgien esthétique, échanger avec un comptable ou encore rencontrer un wedding planner…).
Une fois dans les étages, où des couloirs aussi impersonnels que parfaitement silencieux mènent les patients/clients vers des portes - que seul un numéro permet de différencier - ouvrant sur des univers aussi différents que vivants, l'impression étrange d'évoluer dans une ruche capitaliste à l'organisation stalinienne est à son comble.

Le code de la route... Quel code la route ?


Dépassement par la droite, queue de poisson, pointe d'accélération au sein d'un trafic intense… Lorsqu'on prend le volant aux heures de pointe sur les autoroutes de l'Ontario, mieux vaut sortir d'une séance de méditation plutôt que d'une réunion avec son DRH, tant la tension qui règne sur ces artères est intense. Une tension qui s'explique notamment par le fait qu'il est difficile d'anticiper les actions des autres conducteurs. Curieux me direz-vous : le Canada possède un code la route censé édicter les règles à suivre. Oui mais voilà, celui-ci est peu de choses face aux habitudes de conduite des néo-canadiens, qui varient grandement en fonction de leur pays d'origine. Apparemment, de Bombay à Pékin en passant par Beyrouth, la conduite n'est pas tout à fait la même qu'ici…
Poutine

Habitudes alimentaires


Je l'avais déjà constaté lors d'un séjour d'un an aux USA, mais ce phénomène continue de m'interpeller : la voiture est ici l'annexe de la salle à manger. Dans les véhicules, tout semble en effet pensé pour faciliter les pique-niques dans un habitacle chaud et cosy : intérieur spacieux, multiples poses gobelets, sièges chauffants… Les drive-in et autres stands de hot dogs nourrissent ainsi aussi bien le cadre exténué que les familles sur le retour de l'école, le groupe d'amis légèrement enivré ou le couple de retraités revenant de chez Walmart.
Et si je pense qu'il est important de prendre ses repas à table, force est de reconnaître qu'il est infiniment pratique de substituer le repas du soir par un arrêt "hot dog" sur la route d'Ikea...
Autrement dit, alors que je vois mes résistances de Française "healthy" fondre petit à petit face à toutes ces "tentations pragmatiques", je ressens de plus en plus d'indulgence envers les Canadiens ayant grandi au sein d'une société où les barres chocolatées sont présentes à toutes les caisses (et ce même dans les magasins de bricolage), où dans les salles de cinéma les snacks correspondent à la ration calorique journalière d'un sportif et où le moyen le plus économique de se nourrir se résume en trois mots : "Mac and Cheese"...

L'homogénéité du style "hipster"


Entre chaises en fer dépareillées, lampes industrielles, bouquets d'ampoules, petites tables rondes, longues planches de bois sur pieds métalliques, ardoises marquées de phrases "feel good", jeunes hommes barbus et tatoués, bancs en bois placés devant une vitrine à la calligraphie déliée, fauteuils en cuir usagé, boissons au charbon et livres aux pages gonflées suite à une exposition prolongée aux éclaboussures de café, les lieux "bobo" se suivent et se ressemblent. Il faut dire que de Paris à Toronto en passant par Portland et New York, les codes du cool/healthy/branché restent les mêmes. Or, ce clonage esthétique aux vertus instagramiques a tendance à me rendre schizophrène : si j'apprécie la beauté faussement imparfaite des lieux, les boissons aux promesses chamaniques et les baristas semblant sortir d'une série mode underground, cette uniformisation jusqu'au-boutiste m'apparaît dans le même temps totalement antinomique avec la notion même de "cool"...
Marc Baglio

Mais aussi…


Je ne me fais toujours pas au fait que les serveurs dans les restaurants viennent au moins deux fois demander si tout se passe bien. C'est très prévenant, mais néanmoins un peu surprenant.
Lorsque je marche dans la rue, il m'arrive régulièrement de croiser des petites filles portant un voile accompagné d'une longue robe choisie dans une couleur très sombre. En tant que femme/mère, j'ai du mal à comprendre la nécessité de dissimuler ainsi une fillette de 5 ans et de l'entraver dans sa vie d'enfant...
Plus d'un an après notre arrivée à Toronto, le nombre de personnes âgées effectuant des petits boulots continue de m'impressionner.
Quand vient le week-end, il n'est pas rare que nous options pour une escapade au parc d'attractions Canada's Wonderland, où apporter de la nourriture est interdit. Or, lorsque les ventes gargouillent, il devient vite très difficile de résister à leurs cornets de frites à… 8 dollars ! Vous avez dit machiavélique ?
Suivez nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 25 août 2017
Vous aimerez également
Chronique #96 : Bulle nocturne
Il y a 3 jours - 27
EN SAVOIR PLUS
Chronique #94 : Brainstorming de rentrée
Il y a 1 mois - 113
EN SAVOIR PLUS
Chronique #93 : Le cadeau de Charlotte
Il y a 2 mois - 14
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
22 commentaires
Tous les commentaires
OliviaIl y a 1 mois
Ca fait 20 ans que je vis aux USA, mais lorsque je reviens d'un mois de vacances européennes, il y a aussi toujours des choses qui me surprennent. Côté négatif, l'absence de style personnel, en général, je trouve les gens uniformément mal habillés, ou de façon ennuyeuse. Le pragmatisme de l'alimentation, la place du junk food, la quantité de plastique. Côté positif, le contact facile et sympathique. Je reviens du supermarché, conversation à bâtons rompus avec le caissier que je ne connaissais pas, sur tout et rien, nos occupations et origines respectives, les voyages.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
C'est vrai qu'il extrêmement facile de discuter avec les gens ici ! Et cela donne souvent une couleur positive au quotidien :)
RÉPONDRE
mariannehéhéhéIl y a 1 mois
J'aime bien lire que la mondialisation n'aura pas encore complètement notre peau. Que chacun continuera à défendre sa spécificité culturelle même si c'est un non sens (esthétique, nutritionnel, social..) pour les autres.
Rien à faire une partie de ma famille nord américaine n'arrive toujours pas à se faire à la notion du service en France, au peu d'effort que l'on semble faire pour être accueillant et aimable... Evidemment je nie ... la mauvaise foi fait aussi partie de nos défauts :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Je pense que l'on a quand même un vrai problème "d'amabilité" en France... Cet été à Paris, cela m'a vraiment frappé :/
RÉPONDRE
SupertomateIl y a 1 mois
C'est marrant, j'ai passé 10 jours à Paris en juin-juillet, ce qui ne m'était pas arrivé depuis longtemps, et c'est l'inverse qui m'a frappé. Employés hyper sympas dans les magasins (même dans les grands magasins un jour de soldes!), dans les bars, les restos, le livreur UberEats... Même les gens dans la rue ou les transports, j'ai eu plusieurs occasions d'échanger 2/3 mots ou un sourire avec des passants. Bref, j'ai trouvé une super ambiance, bien cool. Seul bémol : les propriétaires de resto en bord de mer qui refusaient mon groupe familial de 10 personnes, alors que leur terrasse était vide parce que "c'est comme ça" (3 fois en 8 jours, quand-même).
RÉPONDRE
EmmanuelisIl y a 1 mois
Y a des restaus de bord de mer à Paris ? Faudra me dire où.
:))))))
RÉPONDRE
SupertomateIl y a 1 mois
J'ai fait 10 jours à Paris, puis 8 jours dans le Médoc.
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 1 mois
Génial tes observations, et c'est pas mal pareil à Montréal, sauf pour la concentration des services, vu qu'il y a moins de gratte-ciels et que la ville est encore à taille humaine. Moins de fillettes voilées aussi. Mais les hipsters à gogo tous taillés sous le même moule, il me semble que c'est pas mal conformiste pour des gens qui sont censés être anti-système. Et je confirme, les Canadiens conduisent super mal, les Québécois ont même remporté la palme des plus mauvais conducteurs d'Amérique du Nord il y a quelques années. Même si mon deuxième pays me manque, j'appécie la grande civilité des conducteurs bretons, pas stressés et très courtois. Et les hipsters tatoués et barbus ne me manquent pas spécialement, pas plus que la malbouffe. Les Canadiens ne sont pas vraiment en bonne santé quand on voit leur alimentation, mais comme tu le dis, ils ne connaissent rien d'autre. Fais un petit tour à Montréal de temps en temps, les marchés sont magnifiques et les immigrés du monde entier ont apporté une grande variété d'aliments que j'ai du mal à retrouver ici. Bref, il y a du bon et du moins bon partout.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
"Il y a du bon et du moins bon partout" : le pays idéal n'existe pas, j'en suis de plus en plus convaincue ;) A nous de savourer les bons côtés de celui dans lequel nous nous trouvons sur le moment :)
RÉPONDRE
C.Il y a 1 mois
Vraiment intéressant cet article, j'ignorais pas mal de ces aspects et ça me permet de me projeter et de mieux me représenter ce qu'est une immersion là-bas. J'ai beaucoup aimé l'expression "ruche capitaliste à l'organisation stalinienne", très percutante!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
;)
RÉPONDRE
AlixIl y a 1 mois
Plus je lis tes articles qui parlent du Canada, plus j'ai envie de découvrir ce pays. En revanche, je crois que Montréal me correspondrait plus que Québec
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Il ne te reste plus qu'à aller vérifier sur place ;)
RÉPONDRE
ViviIl y a 1 mois
Observations très intéressantes. Mais les canadiens sont tout aussi peu regardant que les "néo-canadiens" sur le code de la route. Ce n'est pas uniquement du à la mauvaise conduite des immigrés comme ça laisse entendre
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
C'est l’explication qui m'a été donnée plusieurs fois. Mais je veux bien croire que ce n'est pas la seule :)
RÉPONDRE
brunetteIl y a 1 mois
C'est dingue, j'imaginais, sans savoir pourquoi, que le Canadien était un très bon conducteur, prévenant et tout! Je n'y suis pourtant jamais allée, vas savoir où j'ai été chercher ça.
Côté bouffe, hum, je ne pourrai pas m'y faire je pense! j'ai souvenir d'un périple aux US, vraiment top, mais j'étais malheureuse comme la pierre niveau repas. Tu vis comment cette abondance de junk food? Tu craques régulièrement?
Pour le service affable, j'imagine que c'est lié au pourboire, sans doutes qu'au Canada c'est comme chez le voisin américain où il faut donner un certain % de la note pour que le serveur soit payé? Je me souviens d'un serveur dans un Denny's à Las Vegas, il avait réussi à me mettre vraiment mal à l'aise tellement il était...je cherche encore le mot. Ce n'étais pas juste prévenant, on aurait dit qu'il allait nous proposer de nous adopter "oh you come from Fraaaaaaaaaance, Amaziiiiiiiiiiing!!!!!" Je préfère encore un service efficace mais effacé, aimable bien sûr, mais j'ai besoin de ma paix au resto :D
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
C'est vrai que l'espoir d'avoir un bon pourboire doit beaucoup jouer et c'est vrai aussi que le côté "ultra prévenant" de certains serveurs/serveuses peut parfois être assez étouffant ;/
RÉPONDRE
CarolineIl y a 1 mois
Je constate, à chacun de mes voyages, ce phénomène d'homogénéisation des hipsters and co... Franchement, ça en devient déprimant, non?
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Déprimant, je ne sais pas. Intriguant, sûrement ;)
RÉPONDRE
CamilleIl y a 1 mois
Ton article à fait écho mon expérience en avril quand je suis venue visiter des amis qui vivent à Toronto. Surtout quand tu parles de la conduite. Nous avons loué une voiture. Mon amie m'a répété plusieurs fois avant que nous prenions la route : "ok Camille, alors c'est très simple ici ; FOLLOW THE FLOW ! "
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
"FOLLOW THE FLOW " : tout est dit ;)
RÉPONDRE
CoralieIl y a 1 mois
C'est amusant à quel point, on peut retrouver des similitudes entre Toronto et Hong Kong (ville où je vis), pourtant sur deux continents bien différents. La multitude de services que l'on trouve dans les gratte-ciels, il est tellement facile de se perdre dans les étages quand l'on cherche quelque chose de précis. Aussi, la façon de conduire des hongkongais, priorité aux voitures et klaxon si jamais on a le malheur de traverser au mauvais moment. Le nombre de personnes âgées qui travaillent laborieusement en ramassant les cartons dans la rue car elles n'ont pas de famille pour leur venir en aide.
Votre façon de raconter Toronto est vraiment plaisant à lire.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode